La Fontaine, les 400 ans

De bonnes sources à tout âge.

  • Fables

    Jean de La Fontaine

    • Librairie generale francaise
    • 26 Octobre 1971

    Collection « Classiques » dirigée par Michel Zink et Michel Jarrety La Fontaine Fables Les Fables occupent une place singulière dans notre mémoire : par le souvenir que nous gardons de ces poèmes devant lesquels nous sommes restés enfants, mais aussi par la grâce de tant de vers devenus proverbiaux et que notre parole quotidienne fait renaître. Et tout se passe comme si une correspondance secrète se maintenait de siècle en siècle entre ces Fables et l'identité de notre pays comme de notre langue.
    Le premier recueil paraît en 1668, et le second dix ans plus tard. Le succès est immense et les poèmes, alors, appartiennent pleinement à leur temps : la France du règne de Louis XIV. Mais le mystère de leur pouvoir est de s'émanciper très vite de cet environnement immédiat, d'éclairer nos réalités successives, d'allier de manière toujours éclatante le particulier et l'universel. Dans cette «comédie à cent actes divers, / Et dont la scène est l'Univers», le texte se dérobe à toute signification définitive. Mais La Fontaine, à chaque page, nous convainc que la poésie, à ses yeux, demeure instrument de connaissance : il existe une beauté du savoir - et nous ne cessons pas de la retrouver en lui.


    Edition de Jean-Charles Darmon et Sabine Gruffat.

    En stock

    Ajouter au panier
  • À l'occasion du 400e anniversaire de la naissance de Jean de La Fontaine, les éditions de la RMN-GP offrent un regard drolatique, moderne et enthousiasmant sur vingt-six de ses fables en donnant libre cours à la créativité de Rébecca Dautremer.
    Illustratrice talentueuse au style unique, connue pour ses nombreux succès, du cultissime Princesses oubliées ou inconnues à Cyrano, de Jacominus Gainsborough au Journal secret du petit Poucet, d'Alice au pays des Merveilles en passant par Soie, Rébecca Dautremer revisite avec hardiesse et un humour débridé les plus fameuses fables de La Fontaine. Elle apporte également, grâce à des graffitis, gracieusement fléchés aux mots compliqués, une approche résolument rock'n roll aux textes !
    Des dents acérées et sanguinolentes d'un loup attablé avec un mouton peace and love (yo man !), au coche sous haute tension emporté par une mouche binoclarde, du lièvre désinvolte coiffé au poteau par une tortue sponsorée par le Vieux Campeur, en passant par un maître corbeau aux allures d'un Pavarotti dépouillé par un renard fl atteur, sans oublier le boeuf blasé par une grenouille toute boursoufl ée de son désir de grandeur... Attention, risque de fous rire garanti, on vous aura prévenus !

  • La Fontaine

    Michel Serres

    • Le pommier
    • 2 Juin 2021

    La Fontaine n'a cessé d'accompagner Michel Serres, dans les différents moments de sa pensée.
    Ce livre en est l'ultime témoignage.
    Serres explore tout d'abord les Fables comme de prodigieux palimpsestes qui peuvent constituer autant de voyages vers les origines de notre pensée : sa « source corporelle et cognitive » inscrite dans toute une « gestuelle » de la fable, la « source des rapports sociaux » qui remontent par le biais de la fable jusqu'au totémisme. En des zones indécises ouvertes entre l'animal et l'humain, Serres montre alors comment ces fables mettent en oeuvre toutes sortes de métamorphoses qui concernent de très près notre manière de « faire l'homme ». Chemin faisant, Serres fait apparaître une pensée en réseau dont il scrute les balancements les plus subtils.
    On l'aura compris : ceci n'est pas seulement un livre sur La Fontaine. C'est aussi et surtout un livre avec La Fontaine, où l'on voit Serres réfléchir pas à pas avec le « fablier », mettant joyeusement à l'épreuve ses propres hypothèses, et nos manières de vivre.
    Jean-Charles Darmon

  • La fontaine, une école buissonnière

    Erik Orsenna

    • Librairie generale francaise
    • 2 Janvier 2019

    « Que savons-nous de La Fontaine, sans doute le plus grand poète de notre langue française ? Voici une promenade au pays vrai d'un certain tout petit Jean, né le 8 juillet 1621, dans la bonne ville de Château-Thierry, juste à l'entrée de la Champagne. Bientôt voici Paris, joyeux Quartier latin et bons camarades : Boileau, Molière, Racine. Voici un protecteur, un trop brillant surintendant des Finances, bientôt emprisonné. On ne fait pas sans risque de l'ombre au Roi Soleil. Voici un très cohérent mari : vite cocu et tranquille de l'être, pourvu qu'on le laisse courir à sa guise. Voici la pauvreté, malgré l'immense succès des Fables. Et, peut-être pour le meilleur, voici des Contes. L'Éducation nationale, qui n'aime pas rougir, interdisait de nous les apprendre. On y rencontre trop de dames "gentilles de corsage". Vous allez voir comme La Fontaine ressemble à la vie : mi-fable, mi-conte. Gravement coquine. » E.O.Des épisodes savoureux où Erik Orsenna manie érudition et légèreté. Le Point.Il fallait la verve d'Erik Orsenna et son enthousiasme communicatif pour raconter cette vie aux mille facettes. Le Figaro.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Les fables de La Fontaine en orients

    Jean de La Fontaine

    • Orients
    • 3 Décembre 2021

    Jean de la Fontaine a été inspiré par Ibn al-Muqaffa' et ses fables animalières de Kalila et Dimna. Les fables et les Orients sont liés.
    Au XIXe siècle, le diplomate français Félix Sébastien Feuillet de Conches entreprend un projet extraordinaire : il envoie à ses correspondants étrangers des recueils des fables pour les faire illustrer par des artistes locaux. Il reçoit des peintures extraordinaires d'Egypte, de Perse, d'Abyssinie, de Chine, d'Inde, du Japon... Un trésor conservé au Musée Jean de la Fontaine à Château-Thierry qui n'a jamais été publié ni révélé au grand public.

  • La Restauration de Meiji en 1868 ouvre le Japon aux relations culturelles et commerciales avec l'Occident. C'est l'époque où les collectionneurs se passionnent pour le Japon et sa civilisation. C'est à eux que s'adresse cette édition des Fables parue en 1894.
    Les cinq artistes des Fables de La Fontaine sont des illustrateurs bien connus du public japonais : Kajita Hanko, Kanô Tomonobu, Okakura Shûsui, Kawanabe Kyôsui, fille du célèbre Kawanabe Kyôsai (1883-1889), et Eda Sadahiko. Ils adaptent le texte à la réalité japonaise :
    Guerriers armés de pied en cap, marchands ou dieux shintô, et se plaisent à représenter les animaux avec subtilité et poésie.

  • Exposition organisée par le Musée national Gustave Moreau, du 12 février au 17 mai 2021 et le château de Waddesdon Manor (Buckinghamshire, Royaume-Uni) du 10 juin 2021 au 31 octobre 2021.
    L'histoire commence comme l'un de ces contes qui ont bercé notre enfance. Il était une fois un collectionneur, Antony Roux (1833-1913), natif de Marseille et grand amateur d'art, qui commanda à Gustave Moreau (1826-1898), peintre d'histoire fameux, des illustrations pour les Fables de La Fontaine (1621-1695). Réservés, à l'origine, à la seule jouissance du collectionneur et destinés à composer un unique livre, soixante-quatre chefs-d'oeuvre à l'aquarelle virent le jour à Paris, au 14, rue de La Rochefoucauld, entre 1879 et 1884.
    Notre souhait, en publiant, à l'orée du XXIe siècle, ces trente-cinq fables et les illustrations qu'en fit Gustave Moreau, est de les rendre aussi populaires que celles de Gustave Doré en leur temps et de retrouver ce bonheur d'enfance de la seule illustration en regard du texte de La Fontaine, sans autre commentaire.
    Le catalogue qui accompagne la présentation des oeuvres exposées explicite, de son côté, la genèse de cette extraordinaire série. La lecture de ces chefs-d'oeuvre de la littérature et la contemplation de ces chefs-d'oeuvre de l'aquarelle se suffisent ici à elles-mêmes et se passent de commentaire.

  • Les fables de La Fontaine illustrées par les plus grand artistes

    Jean de La Fontaine

    • Circonflexe
    • 11 Mai 2021

    Cet ouvrage présente une remarquable sélection des fables de Jean de La Fontaine, illustrées par les plus grands artistes français et étrangers. De François Chauveau, le premier illustrateur des Fables, à Pablo Picasso, en passant par des illustrateurs emblématiques tels que Benjamin Rabier et Gustave Doré ou Grandville, ce recueil de 97 fables met également en regard de grands artistes contemporains avec ces textes classiques. Une édition exceptionnelle. Les artistes : Pieter Bruegel, François Chauveau, Eugène Delacroix, Gustave Doré, Honoré Daumier, Théodore Géricault, Grandville, Utagawa Hiroshige, Franz Marc, Jean-François Millet, Jean-Baptiste Oudry, Pablo Picasso, Benjamin Rabier, Johannes Vermeer... Inclus dans cet ouvrage : les notices biographiques des artistes représentés (peintres, illustrateurs, sculpteurs, graveurs, affichistes, caricaturistes...).

  • Fables choisies

    ,

    • Vieux tiroirs
    • 25 Octobre 2013

    Les Fables de la Fontaine ! Les Vieux tiroirs ne pouvaient résister à l'attrait de mettre à l'honneur ce classique à la saveur intemporelle... Est-il encore besoin de présenter ce merveilleux fabuliste qui jouait des travers des hommes, les singeant et les représentant sous les traits d'une animalerie haute en couleurs ?
    Les Fables, ces petites pépites de la littérature française, nous prouvent, malgré les siècles écoulés, que les hommes, eux non plus, ne changent pas avec le temps. Gustave Doré, Granville, Oudry et tant d'autres illustrateurs talentueux des siècles précédents ont brillamment mis en couleur ce que la Fontaine mettait en mots. Nous aurions pu piocher dans ce merveilleux patrimoine pour illustrer notre sélection de Fables, mais nous avons choisi de mettre à l'honneur un illustrateur d'aujourd'hui - qui n'a rien envier à ces prédécesseurs ! -, en lui lançant le défi de se glisser dans la peau d'un artiste du XIXe afin de retrouver le charme des images d'antan ! Jean-Michel Jouhanneau revisite de sa plume et de son pinceau vingt-cinq des cinquante fables choisies. Ses illustrations à l'ancienne entraînent le lecteur dans une autre époque, au temps où, à l'école, l'on prenait plaisir à être récompensé pour son travail par un livre de prix.
    Son amour du trait, la perfection de ses couleurs, sa maîtrise de la mise en scène et de l'art de rendre humains les plus « bêtes », ajouteront, sans aucun doute, le nom de Jean-Michel Jouhanneau à la longue liste de ceux, qui par le passé, n'ont jamais dit : « La Fontaine, je ne boirai pas de ton eau ! ».

  • Quelques fables assez fabuleuses

    ,

    • Cherche midi
    • 28 Novembre 2019

    Allons bon ! Me voilà illustrateur ! Mais illustrateur de La Fontaine, c'est ça, le détail qui change tout. La Fontaine, c'est vraiment fabuleux. J'ai découvert ses fables à l'école et je me demande si je ne les aime pas encore d'avantage aujourd'hui. Et comme j'avais cette liberté, j'ai choisi celles qui me plaisaient le plus, pas forcément les plus connues, dans l'imposante production (deux cent quarante fables, tout de même !) de ce grand monsieur de la littérature française.
    Je suis loin d'être le premier à illustrer La Fontaine : Grandville, Gustave Doré, Benjamin Rabier, Samivel, (et beaucoup d'autres, moins connus...) s'y sont essayés bien avant moi. Mais, dès le départ, j'ai compris qu'il y avait une erreur à éviter absolument : ajouter de l'humour à l'humour. Car l'auteur, le grand patron, l'humoriste en chef, c'est lui. Et certainement pas moi, pour une fois. Et puis quand on est l'illustrateur d'un illustre, on se met à son service sans barguigner. C'est comme ça que je vois les choses. J'ai donc essayé de respecter les indications données par ses textes et si je me suis autorisé quelques fantaisies, c'est qu'elles me semblaient compatibles avec l'esprit général de la fable. J'ajoute que mettre en scène ces petites histoires très drôles a été un véritable plaisir.
    La postérité est souvent discutable, mais pas quand elle fait de La Fontaine le n° 1 de la poésie française : songez que la plus récente de ces fables a été écrite il y a plus de trois cents ans et que presque toutes ses morales sont devenues entre-temps des expressions de notre langage courant. Et cela aussi, c'est assez fabuleux. Chapeau bas, M. La Fontaine !

  • Jeu de 7 familles : les fables de La Fontaine

    ,

    • Marmaille et compagnie
    • 9 Décembre 2021

    Qui ne connaît pas le jeu de 7 familles ?
    Ce jeu de cartes indémodable permet ici de redécouvrir les célèbres fables de La Fontaine pour jouer en famille.
    Faites découvrir les fables et ses personnages à l'aide du jeu 7 familles. Un jeu qui amusera les enfants et les grands-parents, pour partager un bon moment avec des cartes grand format.

  • Cahier de dessin animé ; les fables de La Fontaine & Gustave Doré

    Claire Fay

    • Editions animees
    • 15 Avril 2021

    - Le premier Cahier de Dessin Animé Les Fables de La Fontaine, un best seller avec plus de 20 000 exemplaires vendus en librairies, foires & salons.
    - Un livre qui touche toutes les générations.
    - Au programme de l'Éducation Nationale.
    - En co-édition avec les musées nationaux.

  • Cahier de dessin animé ; les fables de La Fontaine

    Claire Fay

    • Editions animees
    • 17 Mars 2016

    Comment ça marche ?
    1. Je colorie.
    2. Je prends en photo (avec l'application BlinkBook a télécharger gratuitement, fonctionne sur iOs 8.1 et Androïd 4.2).
    3. Magique, ça s'anime...
    4. Et ça me raconte une histoire !

  • Les fables de La Fontaine

    Philippe Jalbert

    • Lito
    • 1 Septembre 2020

    Ce livre propose 5 fables parmi les plus connues de La Fontaine ("Le corbeau et le renard", "Le lièvre et la tortue", "La poule aux oeufs d'or", "La grenouille qui se veut faire aussi grosse que le boeuf", "La cigale et la fourmi"). Les textes sont adaptés en mots et en longueur pour une compréhension immédiate par les enfants de quatre ans et plus. Chaque fable est mise en valeur par une illustration en mouvement, le pop-up ! Un moment-clé de l'histoire est ainsi représenté pour que l'enfant se projette littéralement dans l'histoire.
    Effet de surprise garanti !

  • Les fables

    Jean De La Fontaine

    • Grund
    • 24 Septembre 2009

    Rien ne sert de courir, il faut partir à point.
    La raison du plus fort est toujours la meilleure. Ventre affamé n'a point d'oreilles. Il ne faut jamais vendre la peau de l'ours qu'on ne l'ait mis par terre. En touche chose il faut considérer sa fin. Autant de morales connues de tous dont il est bon de restituer le cadre. C'est ce que propose cet ouvrage, qui rassemble 83 fables magnifiquement illustrées, dans l'esprit des textes de La Fontaine, avec élégance, malice et sagesse.

  • Oeuvres complètes t.1

    Jean de La Fontaine

    • Gallimard
    • 12 Avril 1991

    La Fontaine restera éternellement l'auteur des Fables. Sans doute parce qu'en chacun de nous survit quelque chose de l'enfant maussade qui ânonnait La Cigale et la Fourmi sur l'estrade d'une salle de classe. Il y a les Contes, aussi. Mais dans les Contes, les nonnes font des manières à la grille du couvent, les courtisanes sont amoureuses, les cocus vont se percher dans les arbres : trop d'audace, peut-être, pour les écoles. Audace calculée cependant : lecteur de Boccace et de l'Arétin, «Arétin mitigé» lui-même (d'après Furetière), La Fontaine enveloppe les égarements du coeur et la faiblesse de la chair dans des voiles qui, naturellement, montrent plus qu'ils ne dissimulent. L'érotisme, déjà, est «là où le vêtement bâille».
    Les fables, pourtant... «Les fables ne sont pas ce qu'elles semblent être.» Dans leur univers discrètement cynique, les faibles paient pour les forts, et les naïfs pour les roués. Proches de notre poésie - parce qu'elles traduisent en la sublimant la parole universelle -, elles ont parfois de riantes duretés. Elles répètent inlassablement qu'une fois passé le temps des amours il ne reste plus, des heures joyeuses, qu'un souvenir nostalgique et lancinant. C'est toujours trop tard, lorsqu'on a compris qu'elle a des bornes, que l'on mesure combien la vie est précieuse.

    La présente édition est la seule à procurer l'intégralité des gravures originales des fables, dues à François Chauveau. En tête du volume, une notice sur les illustrateurs de La Fontaine, qui comprend 70 reproductions, analyse l'attrait qu'ont exercé, depuis le XVIIe siècle jusqu'à nos jours, les fables et les contes sur les artistes. On trouvera en appendice des textes de Houdar de La Motte, La Harpe, Chamfort et Taine, tous consacrés au fabuliste.

  • Oeuvres complètes t.2

    Jean de La Fontaine

    • Gallimard
    • 13 Juillet 1943

    «"Diversité, c'est ma devise", devise de son oeuvre, devise de sa vie. Il va "de fleur en fleur et d'objet en objet", promenant partout sa curiosité aussi prompte à se lasser qu'à s'émouvoir, et, au fond de son âme légère, sa mélancolie, son éternel ennui. Car voilà le secret de cette "humeur volage et qui ne saurait souffrir nul attachement", de cette "inconstance", de cette "inquiétude, qui me sont, dit-il encore, si naturelles". Hoc se quisque modo fugit. À se pencher sur ce vide intérieur, le vertige le prendrait peut-être. Il s'essaie à tous les genres, tente mille aventures, se perd dans ses rêves ; il se fuit. À la fin de sa vie, il écrit à Maucroix : "Je mourrais d'ennui, si je ne composais plus." II avait bien près de soixante-dix ans quand Mme d'Hervart, sa Sylvie, reçut la lettre où Verger le peint au vif :

    Je voudrais bien le voir aussi, Dans ces charmants détours que votre parc enserre, Parler de paix, parler de guerre, Parler de vers, de vin et d'amoureux souci ;
    Former d'un vain projet le plan imaginaire, Changer en cent façons l'ordre de l'Univers, Sans douter, proposer mille doutes divers ;
    Puis tout seul s'écarter, comme il fait d'ordinaire, Non pour rêver à vous qui rêvez tant à lui, Non pour rêver à quelque affaire, Mais pour varier son ennui.
    Car vous savez, Madame, qu'il s'ennuie partout...

    Vingt ans plus tôt, un janséniste le jugeait "mélancolique et de bon sens", le bon sens masquant, trompant la mélancolie. Mitton, qui fut à la fois l'ami de Pascal et de La Fontaine, put vérifier sur l'âme du poète ce que le moraliste écrit de l'inconstance et du divertissement...» Pierre Clarac.

  • Après les contes et les mythes, ce sont cette fois des fables qui se cachent derrière les haïku d'Agnès Domergue.
    Dans ce dernier tome de la trilogie, on retrouve le lièvre et la tortue, le corbeau et le renard, la cigale et la fourmi, vingt fables de La Fontaine, des plus célèbres aux plus discrètes, qui ne demandent qu'à être redécouvertes.

    Vingt poèmes à deviner, servis une nouvelle fois par la finesse et la poésie des illustrations de Cécile Hudrisier.

  • La Fontaine et Molière

    Gilles de Becdelièvre

    • Telemaque
    • 11 Mai 2016

    S'ils reposent aujourd'hui côte à côte au cimetière du Père Lachaise, cette proximité éternelle des deux géants des lettres françaises, fut « arrangée» et posthume. Elle correspond pourtant à une relation aussi historique que méconnue: la route des deux hommes s'est en effet croisée à plusieurs reprises sous le règne de Louis XIV.

    L'histoire démarre en 1661, à Vaux-le -Vicomte, lors du mémorable «régal» de Vaux qui vaudra sa disgrâce et sa perte au surintendant Fouquet: commissionné par ce dernier, La Fontaine doit rédiger un éloge poétique à la gloire du château, le Songe de Vaux, il est donc aux premières loges de la fête somptueuse. Jean-Baptiste Poquelin, Molière, au lendemain du succès de sa pièce L'école des Maris, s'est vu passer commande in extremis par Fouquet, d'un divertissement impromptu à présenter à sa Majesté lors de l'inauguration.
    C'est la première rencontre entre deux caractères aussi opposés qu'on peut l'être.
    Giles de Becdelièvre retace minutieusement leur cheminement en s'appuyant sur toutes les traces et écrits de l'époque.

    Lancement fin avril au théâtre du Palais Royal avec une lecture d'extraits du livre par les comédiens Laurent Deutsch et Maxime d'Aboville.

empty