INFIRMIERS - RECITS

  • « Quand devient-on infirmière ? Est-ce le jour où l'on obtient son diplôme ? celui où l'on pose son premier pansement ? où l'on perd son premier patient ? Est-ce celui où l'on apprend à se blinder, ou celui où l'on espère ne jamais arriver à le faire ?
    Je suis devenue infirmière sur les bancs de l'école, bien sûr, mais aussi au contact des patients. J'ai appris les gestes et les dosages dans les manuels et grâce aux profs, mais aussi et surtout par la pratique et par ce que les autres soignants m'ont transmis. Soigner, c'est cet ensemble de technique, de psychologie et d'attention qui fait que l'humain reste au coeur de chaque contact, de chaque geste et de chaque intervention. Soigner, c'est penser à préserver la pudeur du patient dont je fais la toilette, même si c'est le dixième de la matinée ; c'est savoir quelle est la robe du dimanche de ma patiente, et quelle quantité d'eau de Cologne elle aime que je lui dépose au creux des poignets ; c'est aussi comprendre à la voix de l'un qu'aujourd'hui est un mauvais jour. Et cette connaissance intime des joies, des craintes, des manies ou de la fatigue de chacun est au cooeur de mon métier. C'est pour cela que je l'aime : parce que chacun est unique. C'est aussi pour cela qu'il faut le protéger, ce métier : parce qu'il est essentiel que nous, les soignants, puissions être disponibles, attentifs et compétents auprès de vous lorsque vous en avez besoin. »

  • Cet ouvrage dessine les contours des soins ambulatoires en psychiatrie, toujours plus en développement, sous la forme de récits qui reflètent la variété des possibilités d'accompagnement de patients acteurs de leurs soins.
    Les soins ambulatoires en psychiatrie sont toujours plus amenés à se développer, mais cerne-t-on suffisamment les multiples possibilités d'accompagnement qui s'offrent aux professionnels de la santé mentale ?

    Cet ouvrage en dessine les contours sous la forme d'un recueil de récits qui explorent ce qui se passe dans la tête d'un infirmier psychiatrique engagé. Chaque texte raconte avec style une histoire vécue par le soignant. En partageant ainsi ses émotions et réflexions, il interpelle le lecteur, conduit à se demander ce qu'il aurait lui-même fait dans la situation présentée. Si la théorie n'envahit pas le propos, elle sous-tend chacun des textes où la clinique est toujours au premier plan. Ces récits reflètent la variété des situations croisées dans le lieu de vie de patients acteurs de leurs soins, qu'il s'agisse de décrire la rencontre d'une patiente borderline qui s'automutile à domicile, les ressources psychiques d'un lycéen aux idées suicidaires, les échanges avec un patient hypochondriaque qui met une équipe en échec, ou d'accompagner des familles en souffrance. Le lecteur accompagne l'auteur dans ses visites à domicile, accueille avec lui des patients au centre médico-psychologique (CMP), emboîte son pas dans les rues de Gap, le voit animer des activités de médiation dans un hôpital de jour. Il explore avec lui les différents fils relationnels mobilisés par ces soins.

    Au fil des pages se dessine un art de soigner aux antipodes des protocoles et des conduites à tenir. S'il ne s'agit pas d'un livre de cours, cet ouvrage peut être utilisé par les formateurs dans leurs enseignements. Les infirmiers en exercice y verront l'occasion d'une série de questionnements cliniques à mener individuellement ou en groupe. Les étudiants y saisiront l'importance d'écouter les patients, d'observer leur attitude, de veiller à leur place dans le monde. Au-delà des représentations négatives de la folie et des peurs qu'elle suscite, l'interaction entre soignant et patient constitue une part essentielle du travail en santé mentale. Chaque rencontre est singulière et requiert une réponse à chaque fois unique et originale.

  • « Ce n'est pas ça mon métier, Madame la Ministre ! » Le 27 décembre 2017, Mathilde Basset, jeune infirmière en EHPAD, rentre chez elle épuisée, démoralisée, avec le sentiment que ses conditions de travail lui font trahir ses valeurs de soignante.Elle lance sur Facebook un cri de colère pour dénoncer le manque de moyens, l'épuisement des soignants et la souffrance des personnes âgées, privées de contacts humains de qualité dans ce qui est devenu une véritable usine. Son message, repris par les médias, devient rapidement viral et ouvre le débat au niveau national.Dans cet ouvrage, elle raconte le quotidien, les difficultés et les craintes d'une profession à bout de forces et d'équipes en sous-effectif dont la formation ne correspond pas à la réalité du quotidien des hôpitaux. Entre distribution de pilules et soins à la chaîne, seule infirmière pour plus de 90 patients, ayant le sentiment de bâcler le travail et de totalement négliger la relation humaine, la jeune infirmière, fraîchement sortie de formation et passionnée par son métier, se voit jour après jour devenir « stressée, stressante et maltraitante »... C'est la boule au ventre que, quelques jours plus tard, elle quittera son service.
    Un témoignage bouleversant qui nous oblige à regarder en face la question du destin que réserve notre société aux personnes âgées et à ceux qui prennent soin d'elles.

    Mathilde Basset, 25 ans, est infirmière. Après avoir exercé à l'Ehpad du centre hospitalier du Cheylard, en Ardèche, elle travaille en psychiatrie, en ville, dans un cadre associatif à mission de service public.

  • Quand son père décède d'un cancer, Christie Watson, infirmière à l'hôpital depuis 20 ans, passe «de l'autre côté du soin». Lorsque le médecin quitte la pièce, une infirmière reste à leurs côtés et sa présence leur montre l'essentiel, ce qui demeure quand tout s'éteint : la dignité, l'amour, l' apaisement. Faire à son tour l'expérience du rôle extraordinaire que jouent les infirmières aux heures les plus difficiles a bouleversé la perception qu'elle avait de son propre métier.
    Dans ce récit de 20 ans passés à «prendre soin», elle raconte les hauts, les bas, les bizutages, les nuits en service de réanimation, les patients du service psychiatrique et les parents d'enfants mourants. C'est le petit monde de l'hôpital qui prend vie, avec des instants terribles mais aussi ses moments de grâce : la naissance d'un grand prématuré, une double transplantation coeur-poumons, l'expérience bouleversante de tenir la main de celui qui vit ses dernières heures. Du rire aux larmes, sans rien cacher des difficultés matérielles ni des rapports de force entre les soignants, Christie Watson nous immerge dans le quotidien d'un métier difficile et qui nous concerne tous. Car s'il est une chose que ce récit nous enseigne, c'est que nous aurons tous un jour besoin d'être soignés, et serons tous amenés à prendre soin d'un autre.

  • Raphaëlle Jean-Louis a connu le parcours dit classique d'une étudiante infirmière. Dynamique et motivée, elle effectue plusieurs stages avec des soignants, des tuteurs, des étudiants et des patients auprès desquels elle ne cesse d'apprendre. Tous ces stages ont été très bien notés.
    Un seul stage, l'unique, vient bouleverser son parcours. Souffre-douleur d'une équipe d'infirmières et d'aides-soignantes, elle subit pendant plusieurs mois humiliation, brimades et maltraitances de toutes sortes, sans oser s'en ouvrir à sa hiérarchie (médecins et encadrants) qui pourtant l'apprécie. Trois jours avant la fin du stage, elle craque. Son médecin traitant la met immédiatement en arrêt.
    Le cas de Raphaëlle est loin d'être unique. Le récent document du Dr Auslender (Omerta à l'hôpital) a mis au jour les maltraitances dont sont victimes les étudiants en santé. Personnalité atypique, Raphaëlle a souhaité témoigner à visage découvert ; mieux encore, cette jeune femme, aujourd'hui infirmière mais aussi réalisatrice et comédienne, a décidé d'en faire le sujet de son premier long-métrage.
    « J'ai pensé qu'il était important de faire part de mon témoignage, car je sais que d'autres l'ont vécu et le vivent aujourd'hui. Les conditions de travail sont souvent la cause de maltraitances en stage. J'avais également en tête d'écrire un film sur nous, les soignants et les agents hospitaliers. Très souvent durant ce stage, j'ai voulu abandonner, mais cette petite phrase me revenait sans cesse en mémoire : Tout est possible à celui qui croit. » Véritable exhortation à parler, dire et libérer la parole, Diplôme délivré ! est un témoignage exemplaire, grand public, d'une grande force positive, et une injonction à ne jamais abandonner ses rêves.

  • Chaque matin, Charline réveille sa voiture et sa motivation pour se rendre chez sa «patientèle». Elle a ses chouchous, tels que ce vieux couple qui se chamaille avec affection, et des patients difficiles, comme cet homme alcoolique et violent face à qui elle se sent si vulnérable. À chacun, elle prodigue des soins et un peu plus. Un coeur attentif, qui écoute sans compter, même si ce n'est pas remboursé. Voilà ce qui rend ce métier si exposé, si dur parfois, et surtout si précieux.
    Franchissons avec Charline les portes de ces maisons habitées par la maladie, la solitude, mais aussi la joie, l'espérance, l'humour (et toutes sortes d'animaux).
    Tendres, poignantes ou cocasses, ces histoires racontent cette profession à laquelle nous confions ce que nous avons de plus intime, de plus fragile, et de plus cher : nos malades.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Bienvenue aux urgences. Une vie à cent à l'heure, sous pression permanente, les nuits sans fin, les jours jamais fériés... Les patients impatients, râleurs, égoïstes. Ceux qui vous touchent au coeur...
    Dans cette course effrénée il y a des hauts, des bas, mais Caroline peut compter sur son humour et sur sa vocation, chevillée au corps, d'aider les autres.
    Elle nous donne à voir sa propre réalité, révèle les difficultés, les joies et parfois la drôlerie du métier d'infirmier.

    Ajouter au panier
    En stock
empty