Une année... Sur nos terres !

  • Arnaud Begay, photographe professionnel, signe ici un ouvrage d'une qualité rare, en nous offrant de partager le regard qu'il porte sur les Pyrénées. En parcourant ces pages, nous réalisons que la beauté réside, avant tout, dans la vision que nous avons d'un site, d'un paysage. Cet album est une ode aux Pyrénées.
    Anne Lasserre-Vergne, docteur ès lettres, a consacré ses travaux de recherche à l'image des Pyrénées dans la littérature française.

  • Une plongée intemporelle au coeur du camino de Saint-Jacques-de-Compostelle ! Bien sûr, au fil des 400 pages de ce beau livre, il y a les étapes, les paysages, les lieux, le bâti, l'humain, la tradition. Mais l'auteur nous invite aussi à « goûter » les vins monastiques réputés, les produits savoureux issus des riches terres agricoles du sud de la France et du nord de l'Espagne, qui font une cuisine exceptionnelle dont la tradition se perd dans la nuit des temps... Au-delà de ce pèlerinage gastronomique et culturel, le maître-mot de cet ouvrage splendide est « vivez » ! En s'engageant sur les traces séculaires des premiers pèlerins et des moines du Moyen Âge, Dee Nolan fait un choix : celui de la simplicité et de l'authenticité, celui de vivre au coeur du vivant. En une ronde d'aubes et de crépuscules, c'est vers une rencontre avec l'essentiel qu'elle vous invite à marcher et vivre vrai, sous le regard du talentueux photographe.

  • Jean Dieuzaide et son oeuvre ne peuvent être réduits à Toulouse, ville à laquelle il a consacré tant de photos, car son art, son regard, ses motifs touchent à l'universel. Cependant, à l'instar d'un Claude Nougaro, le nom de l'artiste restera à jamais lié à celui de Toulouse où il créa en 1974 la galerie municipale du Château d'Eau, premier lieu d'exposition en France consacré à la photographie. Surtout, il sublima en noir et blanc la ville dite rose. Ce Toulouse insolite nous le rappelle, si besoin était. Insolite ? Oui, forcément parce que rien n'est banal et tout devient singulier à travers l'oeil de Jean Dieuzaide. L'un des bonheurs que réservent les clichés réunis ici est de nous faire partager un temps à la fois si loin et si proche. Des siècles semblent parfois séparer une photographie d'une autre et pourtant le même homme (1921-2003) en est l'auteur. Il y a des reflets, des ombres, des fantômes, des ruines dans Toulouse insolite mais c'est néanmoins la lumière, la joie, l'innocence, l'émerveillement qui l'emportent.

  • Dans cet ouvrage, découvrez plus de 150 mots, expressions et autres curiosités d'origine occitane.
    Certains sont utilisés dans le français entendu dans l'ensemble de l'aire linguistique occitane : la cagne, boudu, escagasser, bufadou... D'autres mots venant de l'occitan sont mêmes passés dans le français employé dans l'Hexagone : pétanque, castagne, bidasse, gnaque... Tous ces mots font partie de notre quotidien. En quelque sorte, vous parlez déjà occitan sans vous en rendre compte !
    Retrouvez des mots mais aussi des toponymes et même des patronymes d'origine occitane. L'occitan n'est donc pas une langue du passé. Elle est bien présente et même capable de s'adapter à l'évolution de notre société. Ce livre présente également des néologismes : comment dit-on en occitan un selfi e, une trottinette ou une tablette numérique ? Réponse assurée dans ce livre qui s'adresse à tous : que vous parliez occitan ou non, que vous habitiez en Pays d'oc ou non, vous aurez tout le plaisir de découvrir ou redécouvrir les mots venant de cette belle langue d'oc.

  • Qu'il s'agisse de constructions, de restaurations, d'appropriations ou d'embellissements, Auguste Virebent et son fils Gaston furent des acteurs majeurs de l'art sacré dans la région Occitanie et bien au-delà. L' église d' Ondes, l'église Saint-Barthélémy de Launaguet, le choeur de Saint-Pierre de Condom, la construction de l' église de Villeneuve-de-Rivière, le tympan de l'église de la Dalbade, la chapelle de Notre-Dame la Noire à la Daurade, Le calvaire de Verdelais, les retables de Langon ou de l' église de la Madeleine à Albi, l'Assomption de Notre- Dame de Rabastens, la chapelle du Rosaire à Perpignan, nombres de chapelles de congrégations, de séminaires ou de chapelles de ménage portent la signature Virebent. Certaines de ces chapelles désaffectées sont en voie de disparitions. Après Vatican II les ornements ne correspondant plus à la liturgie initiée par Jean XXIII, sont peu à peu éliminés des églises à la faveur de nouvelles campagnes de restauration. Complément du premier volume La dynastie Virebent, cet ouvrage illustre un nouveau volet de l'activité de la manufacture launaguetoise.

  • Située à la croisée de tant de chemins, l?Occitanie a hérité d?un passé très fertile et haut en couleurs. Dans cet ouvrage, les auteurs ont sélectionné les histoires les plus folles qui ont émaillé la vie de cette régionH. istoires rigoureusement véridiques, qui défient l?entendement. Histoires souvent inconnues, qui empêchent de refermer les pages de ce livre.
    Les auteurs nous plongent ainsi dans les arcanes d?un incroyable complot qui visait à faire chuter l?Etat, au c?ur d?une des dernières écritures au monde à n?avoir jamais pu être déchiffrée ou dans la chute tragique d?un président de la République tombé dans un nid d?espions.
    Le lecteur s?enthousiasmera aussi à la découverte du destin rocambolesque d?écrivains à double visage, de montagnes éventrées à coups de pioche par des paroissiens, d?un émouvant enfant sauvage, ou d?un cantonnier qui fit déplacer des trains entiers de malades au pied de sa maison?
    Prêts à vous émerveiller ?

  • Qui connaît encore Théodore Ozenne ? Qui sait quel homme incroyable se cache derrière la plaque qui orne la rue construite en son honneur à Toulouse, au début du XXème siècle ? L'expression " bienfaiteur de la ville " y apparaît. En effet, après avoir fait fortune dans la banque, ce modeste fils de caviste a été particulièrement généreux pour la Ville rose. Société de secours mutuels, Bureau de bienfaisance, Hospices, Mont de Piété, établissements d'enseignement de Toulouse...
    : à travers tous ces organismes dont il s'est occupé, ce généreux mécène (qui fut aussi président du Tribunal et de la Chambre de commerce de Toulouse) a été pour les habitants de Toulouse un véritable " père " que l'on a oublié aujourd'hui. Pour la première fois, un ouvrage palpitant plonge dans la vie et la destinée fantastique de ce personnage terriblement attachant.

  • « Aujourd'hui, c'est le dernier des quatre copains de Montignac encore en vie. Le dernier inventeur, Simon. Quand je quitte son appartement, sur le palier, il me dit «la grotte elle est là» en me désignant son crâne, «elle est dans ma tête». Dans l'ascenseur, je prends conscience que je viens de rencontrer une autre grotte. La grotte intérieure d'un petit garçon de quatre-vingt-onze piges qui vient de se rouvrir. Je ne sais toujours pas pourquoi Lascaux m'a emmenée vers une autre cavité, mais au fond c'est cette découverte-là que j'attendais. La vie de Simon Coencas sur une paroi, que j'allais calquer comme l'avaient fait avant moi les préhistoriens avec les dessins de Lascaux. » Le Dernier Inventeur est une oeuvre unique, plongée dans l'Histoire et dans l'âme d'un homme, enquête sur le mystère de l'art préhistorique, réflexion poétique sur l'enfance, la beauté et le mal.

  • Le fils, c'est André. Le père, c'est l'Absent. La mère, c'est Gabrielle. Mais André est élevé par Hélène, la soeur de Gabrielle, et son mari. Il grandit au milieu de ses cousines.
    Chaque été, il retrouve sa mère biologique qui vient passer ses vacances en famille.
    De Saint-Céré dans le Lot en passant par Chanterelle et Aurillac jusqu'à Paris, Marie-Hélène Lafon nous transporte à nouveau au coeur d'une famille. Elle décrypte aussi bien ses bonheurs ordinaires que le poids du manque le plus profond, celui qui creuse des galeries dans les vies, sous les silences.
    André n'a de cesse de mendier le père, de cerner les contours de son absence, d'attendre, de guetter, de laisser le temps s'étirer, de se cogner à l'urgence, de composer un portrait en indices et de comprendre en creux qui il a été : un avare du coeur, plein de lui-même, pétri de morgue, étroit, mesquin, beau et aimé par les femmes.
    Avec ce nouveau texte, l'auteure confirme la place si particulière qu'elle occupe aujourd'hui dans le paysage de la littérature française. Toujours aussi puissante, son écriture reste limpide et fluide.

  • Bénie soit Sixtine

    Maylis Adhémar

    Sixtine, jeune femme très pieuse, rencontre Pierre- Louis, en qui elle voit un époux idéal, partageant les mêmes valeurs qu'elle. Très vite, ils se marient dans le rite catholique traditionnel et emménagent à Nantes. Mais leur nuit de noces s'est révélée un calvaire, et l'arrivée prochaine d'un héritier, qui devrait être une bénédiction, s'annonce pour elle comme un chemin de croix. Jusqu'à ce qu'un événement tragique la pousse à ouvrir les yeux et à entrevoir une autre vérité.
    Bénie soit Sixtine est avant tout l'histoire d'un éveil et d'une émancipation. Entre thriller psychologique et récit d'initiation, ce premier roman décrit l'emprise exercée par une famille d'extrémistes sur une jeune femme vulnérable et la toxicité d'un milieu pétri de convictions rétrogrades. Un magnifique plaidoyer pour la tolérance et la liberté, qui dénonce avec force le dévoiement de la religion par les fondamentalistes.

  • Ce 9 juin 1936, Émile a vingt ans et il part pour son service militaire. C'est la première fois qu'il quitte la magnanerie où étaient élevés les vers à soie jusqu'à la fin de la guerre. Pourtant, rien ne vient bousculer les habitudes de ses parents. Il y a juste ce livret de famille, glissé au fond de son sac avant qu'il ne prenne le car pour Montélimar.
    À l'intérieur, deux prénoms. Celui de sa mère, Suzanne, et un autre, Baptistin. Ce n'est pas son père, alors qui est-ce ? Pour comprendre, il faut dévider le cocon et tirer le fil, jusqu'au premier acte de cette malédiction familiale.

    Ce premier roman virtuose, âpre et poignant, nous plonge au coeur d'un monde rongé par le silence. Il explore les vies empêchées et les espoirs fracassés, les tragédies intimes et la guerre qui tord le cou au merveilleux. Il raconte la mécanique de l'oubli, mais aussi l'amour, malgré tout, et la vie qui s'accommode et s'obstine.

  • Août 1992. Une vallée perdue quelque part à l'Est, des hauts fourneaux qui ne brûlent plus, un lac, un après-midi de canicule. Anthony a quatorze ans, et avec son cousin, ils s'emmerdent comme c'est pas permis. C'est là qu'ils décident de voler un canoë pour aller voir ce qui se passe de l'autre côté, sur la fameuse plage des culs-nus. Au bout, ce sera pour Anthony le premier amour, le premier été, celui qui décide de toute la suite. Ce sera le drame de la vie qui commence. Avec ce livre, Nicolas Mathieu écrit le roman d'une vallée, d'une époque, de l'adolescence, le récit politique d'une jeunesse qui doit trouver sa voie dans un monde qui meurt, cette France de l'entre-deux, celle des villes moyennes et des zones pavillonnaires, où presque tout le monde vit et qu'on voudrait oublier.

    Ajouter au panier
    En stock
  • La Géante

    Laurence Vilaine

    • Zulma
    • 20 Août 2020

    Noële a toujours vécu au pied de la Géante, la montagne immuable qui impose son rythme, fournit les fagots pour l'hiver, bleuet, bourrache, gentiane pour les tisanes et les onguents. Elle est un peu sorcière, a appris les plantes et la nature sauvage grâce à la Tante qui les a recueillis, elle et son frère Rimbaud qui ne parle pas mais chante avec le petit-duc. Elle sait qu'on ne peut rien attendre du ciel, et n'a plus levé les yeux vers le soleil depuis longtemps. Repliée dans cet endroit loin de tout, elle mène une existence rugueuse comme un pierrier.
    Soudain surgit dans sa vie l'histoire de deux inconnus. Elle découvre par effraction ce que peut être le désir, le manque, l'amour qui porte ou qui encombre. Elle s'ouvre au pouvoir des mots.

    Au coeur d'une nature grandiose, La Géante est un roman sensible et habité sur l'amour et les vies rêvées, sur le mensonge et les sentiers qui mènent à la clarté.

  • L'objet brillant est sagement posé sur la table de nuit. Seren devrait prêter attention à son père, étendu sous le drap: sa mort vient de les surprendre tous, elle et ses frères, sa mère et ses grands-parents, mais c'est la cuillère en argent ciselée qui la retient: elle ne l'a jamais vue dans la vaisselle de l'hôtel que gère sa famille au Pays de Galles. À l'aube de ses dix-huit ans, la jeune fille pourrait sombrer, mais les circonstances aiguisent sa curiosité. L'énigme que recèle l'objet, avec son inscription incisée, la transporte. Elle se met à dessiner passionnément (la cuillère) et à observer toute chose de son regard décalé. Un premier indice sur sa provenance la décide à traverser la Manche, à débarquer en France et, au volant de la Volvo paternelle, à rouler. La cuillère pour boussole.
    Beaucoup d'égarement, une bonne dose d'autodérision et un soupçon de folie l'aideront, dans son road-trip loufoque, à se confronter à ce peuple étrange qui confond Gallois et Gaulois, avant de découvrir en Bourgogne un château chargé d'histoire(s).

  • Après une nuit de violent orage, un homme voit toquer à la porte de sa maison de campagne Monsieur Sécaillat, le vieux paysan d'à-côté. Qu'est-ce qui a pu pousser ce voisin secret, bourru, généralement si avare de paroles, à venir jusqu'à lui ? L'homme lui apporte la réponse en le conduisant dans leur champ mitoyen : emporté par la pluie violente et la terre gorgée d'eau, un pan entier d'un ancien mur de pierres sèches s'est éboulé. Or, au milieu des décombres et de la glaise, surgissent par endroits de mystérieux éclats de poterie. Intrigués par leur découverte, les deux hommes vont décider de mener une fouille clandestine, sans se douter que cette décision va chambouler leur vie.
    S'il se nourrit des oeuvres de Giono et de Bosco, Le Dit du Mistral n'est pas un livre comme les autres. C'est le début d'un voyage, un roman sur l'amitié, la transmission, sur ce que nous ont légué les générations anciennes et ce que nous voulons léguer à celles à venir. C'est un récit sur le refus d'oublier, une invitation à la vie où s'entremêlent histoires, légendes et rêves. C'est une fenêtre ouverte sans bruit sur les terres de Provence, la photographie d'un univers, un télescope aimanté par les dieux.

  • La France est noyée sous une tempête diluvienne qui lui donne des airs, en ce dernier jour de 1999, de fin du monde. Alexandre, reclus dans sa ferme du Lot où il a grandi avec ses trois soeurs, semble redouter davantage l'arrivée des gendarmes. Seul dans la nuit noire, il va revivre la fin d'un autre monde, les derniers jours de cette vie paysanne et en retrait qui lui paraissait immuable enfant. Entre l'homme et la nature, la relation n'a cessé de se tendre.
    A qui la faute ? Dans ce grand roman de "la nature humaine" , Serge Joncour orchestre presque trente ans d'histoire nationale où se répondent jusqu'au vertige les progrès, les luttes, la vie politique et les catastrophes successives qui ont jalonné la fin du XXe siècle, percutant de plein fouet une famille française. En offrant à notre monde contemporain la radiographie complexe de son enfance, il nous instruit magnifiquement sur notre humanité en péril.
    A moins que la nature ne vienne reprendre certains de ses droits...

  • Buveurs de vent

    Franck Bouysse

    Ils sont quatre, nés au Gour Noir, cette vallée coupée du monde, perdue au milieu des montagnes. Ils sont quatre, frères et soeur, soudés par un indéfectible lien.
    Marc d'abord, qui ne cesse de lire en cachette.
    Matthieu, qui entend penser les arbres.
    Puis Mabel, à la beauté sauvage.
    Et Luc, l'enfant tragique, qui sait parler aux grenouilles, aux cerfs et aux oiseaux, et caresse le rêve d'être un jour l'un des leurs.
    Tous travaillent, comme leur père, leur grand-père avant eux et la ville entière, pour le propriétaire de la centrale, des carrières et du barrage, Joyce le tyran, l'animal à sang froid...

    Dans une langue somptueuse et magnétique, Franck Bouysse, l'auteur de Né d'aucune femme, nous emporte au coeur de la légende du Gour Noir, et signe un roman aux allures de parabole sur la puissance de la nature et la promesse de l'insoumission.

empty