Baru

  • "Bella ciao, c'est un chant de révolte, devenu un hymne à la résistance dans le monde entier...
    En s'appropriant le titre de ce chant pour en faire celui de son récit, en mêlant saga familiale et fiction, réalité factuelle et historique, tragédie et comédie, Baru nous raconte une histoire populaire de l'immigration italienne.
    Bella ciao, c'est pour lui une tentative de répondre à la question brûlante de notre temps : celle du prix que doit payer un étranger pour cesser de l'être, et devenir transparent dans la société française. L'étranger, ici, est italien. Mais peut-on douter de l'universalité de la question ?"

    Teodoro Martini, le narrateur, reconstruit son histoire familiale, au gré des fluctuations de sa mémoire, en convoquant le souvenir de la trentaine de personnes qui se trouvaient, quarante ans plus tôt, au repas de sa communion. Le récit se développe comme la mémoire de Teodoro, tout en discontinuité chronologique. Il y est question d'un massacre à Aigues-Mortes en 1893, de la résistance aux nazis, du retour au pays, de Mussolini, de Claudio Villa, des Chaussettes noires, et de Maurice Thorez... Des soupes populaires et de la mort des hauts-fourneaux... En tout, du prix à payer pour devenir transparent.
    Avec Quéquette Blues, publié dans les années 80, et Les années Spoutnik, publié au tournant du siècle, Bella ciao peut être vu comme le dernier volet d'une trilogie, pensée comme la colonne vertébrale de l'univers narratif de Baru.

  • Bella ciao livre 1 ; uno

    Baru

    Bella ciao, c'est un chant de révolte, devenu un hymne à la résistance dans le monde entier... En s'appropriant le titre de ce chant pour en faire celui de son récit, en mêlant saga familiale et fiction, réalité factuelle et historique, tragédie et comédie, Baru nous raconte une histoire populaire de l'immigration italienne. Bella ciao, c'est pour lui une tentative de répondre à la question brûlante de notre temps : celle du prix que doit payer un étranger pour cesser de l'être, et devenir transparent dans la société française. L'étranger, ici, est italien. Mais peut-on douter de l'universalité de la question ? Bella ciao, prévu en trois volumes, pourrait bien être le grand oeuvre du Grand Prix d'Angoulême 2010.

  • Une chronique de l'enfance dans les années 1950 !
    1957, dans le petit bourg de Sainte-Claire, en Lorraine. La tension monte entre les mômes de la cité et ceux du plateau voisin. Sainte-Clairiens têtes-de-chien contre Boncornards têtes-de-lard !
    En lisière de cette compétition acharnée mais sans haine, ce sont d'autres conflits qui prennent peu à peu le pas sur les émotions de l'enfance : la violence de la guerre d'Algérie s'invite jusque dans la petite cité ouvrière, et, dans l'usine toute proche, la grève vient d'être votée...
    Belles, touchantes et en partie autobiographiques, ces Années Spoutnik sont l'histoire d'une époque, d'un milieu et d'un apprentissage, d'une « préparation à la réalité désenchantée du monde ».

  • L'autoroute du soleil

    Baru

    Un incontournable du roman graphique à prix découverte !
    Karim a du succès auprès des femmes, c'est certain. Mais ce n'est pas une raison pour les séduire toutes ! Et surtout pas l'épouse de Raoul Faurissier, cador local de l'Élan National Français, parti politique d'extrême droite...
    Car le cocu prend très mal la chose et déclenche une véritable chasse à l'homme, des hauts fourneaux de Lorraine jusqu'aux plages de la côte d'Azur, aller et retour !

    Un road trip meurtrier le long de l'A6, l'autoroute du soleil.

  • Fais peter les basses, Bruno !

    Baru

    L'histoire commence dans un petit village africain. Ousmane Traoré, célèbre footballeur de passage au pays, repère un gamin doué d'un talent exceptionnel balle au pied. Le gamin s'appelle Slimane. Ousmane lui prédit un bel avenir sur les terrains de fouteballe, mais à une condition : qu'il accepte de faire le voyage en Europe. Et voilà comment Slimane se retrouve planqué dans la soute d'un avion, avant de sauter à terre à l'atterrissage et de se mettre à courir pour échapper aux flics. Il court, court, court sans s'arrêter, sur les voies du périph, à travers champs, il court à s'en faire péter le coeur. Et il devient... travailleur clandestin pour de basses et rudes besognes.
    Pendant ce temps-là, Zizou sort de prison. Zizou ? Non, pas le Zinedine Zidane adulé des foules. Un autre Zinedine, lascar de banlieue coupable de quelques peccadilles. A peine dehors, il s'empresse de régler les affaires courantes : renouveler sa garde-robe et dessouder celui qu'il accuse de l'avoir fait coffrer. Ensuite, il décide de se consacrer à son grand projet : mettre la main sur un fourgon de la Brinks et ses 7 ou 8 millions, sans escorte, car à Noel ils sont en manque de personnel. Son coup ultime, « pour finir peinard, en attendant le cimetière, comme une retraite, quoi ».
    Le problème, c'est que Zizou a autant de cervelle que de scrupules. Pour réussir son coup, il a besoin d'aide...

  • L'enragé ; intégrale

    Baru

    Pour sortir de sa condition, quitter sa banlieue et fuir l'autorité d'un père auquel il s'oppose, Anton est prêt à tout. La boxe sera son viatique vers la célébrité et la richesse, quitte à laisser sur le bord de chemin ceux qui l'aiment et qui ont cru en lui. Ivre de sa rage de réussir, aveuglé par sa quête d'une reconnaissance qui ne le satisfera jamais, il détruit tout autour de lui, jusqu'à se retrouver sur le banc des accusés, livré à la vindicte publique. La chute, comme l'ascension, est brutale. Au milieu des décombres de sa gloire, Anton va devoir accomplir le long et difficile chemin qui lui apprendra l'indulgence et la sagesse. Un récit tout en tension, raconté dans un style vif et précis, magnifié par le graphisme vigoureux d'un auteur engagé, sans compromis ni complaisance.

  • Quéquette blues

    Baru

    Une chronique vigoureuse et attachante de l'adolescence dans une cité ouvrière de l'est de la France, aumilieu des années 60, racontée de «l'intérieur» d'une bande de copains d'enfance, élevés dans l'ombre portée de l'usine du coin. Le choc des générations et des classes sociales, les filles, lamusique, Les bars, le manque d'argent mais l'amitié plus forte que tout. Et puis bien sûr à l'arrièreplan, comme toujours chez Baru, un regard aigü et exigeant porté sur le monde, ses inégalités et ses contradictions. Une postface de l'auteur enrichie de croquis inédits clôt l'album.

  • La piscine de Micheville

    Baru

    Récits courts de morceaux de vies d'une bande d'adolescents dans l'Est de la France. Drague, sexe, coups bas sous fond de rock'n'roll parsèment tous ces récits non dénués d'humour. Réédition de La Piscine de Micheville d'un immense auteur que nous ne présentons plus, de Quéquette Blues à l'Autoroute du soleil, de Cours camarade ! à l'Enragé, ses récits sur l'adolescence n'ont pas pris une ride. Baru à lui-même souhaité intervenir sur cette réédition en ouvrant chaque histoire par des intertitres et en rédigeant une postface où il revient sur les lieux du livre, 24 ans plus tard !

  • Villerupt, 1966 ; coffret

    Baru

    Ces nouvelles de Lorraine (Quéquette Blues, La Piscine de Micheville et Vive la classe) sont restées intactes :
    Histoires de potes, de bastons, dragues, rock'n roll, dans un contexte social plombé sont autant de thèmes qui parsèment ces récits tendres, humains, drôles et d'une humilité touchante dans la France des années soixante.
    Présenté dans un séduisant coffret, ce triptyque indémodable est accompagné d'un DVD Génération Baru, qui dresse le portrait du président du festival d'Angoulême 2011.

  • Noir

    Baru

    Noir est une bannière qui convient bien au ton comme au style de Baru. Après Pauvres Z'héros, formidable récit d'une autre noirceur, celle du roman de Pierre Pelot que vient d'adapter Baru dans la collection Rivages / Casterman / Noir, voici, sous ce sombre étendard, un recueil rassemblant plusieurs de ses créations antérieures. Il réunit un récit de longue haleine, Bonne Année (une histoire en 70 planches initialement publiée en album par Casterman en 1998) et plusieurs fictions de format plus court demeurées inédites en album jusqu'à présent, dont Balade irlandaise, encore jamais paru en français car initialement réalisé pour l'édition italienne de la revue Black éditée par Coconino Press.

    Exigence narrative, thématiques radicales et énergie graphique exceptionnelle, Baru est tenu, à juste titre, pour un maître de la bande dessinée d'expression française. Le présent recueil en est une nouvelle illustration.

  • Ici et là

    Baru

    Comme le précise Baru dans la préface, tous ces travaux sont des "commandes" réalisées pour des livres à thème ou pour des revues et expositions. Sans jamais donner dans la caricature, l'auteur met en scène des personnages connus ou porte un regard sur un fait de société, en insufflant dans chaque récit un peu de son histoire personnelle. Ces "commandes" comme il les appelle ont toutes été dessinées à l'aquarelle, au feutre, à l'encre, au lavis ou au Bic, durant ces vingt dernières années et illustrent parfaitement ce trait rageur et vif qui caractérise Baru.

  • Vive la classe !

    Baru

    Les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître mais, il y a encore quelques années, chaque homme, avant de se lancer dans la vie active, devait effectuer son service militaire. Jusqu'en 1968, les convocations au Conseil de révision qui vous jugeait Bon pour le service, n'étaient pas individuelles mais collectives. Tous les conscrits, tous les garçons de 18 ans, passaient ensemble ce conseil de révision avant de fêter leur aptitude ensemble, dans une débauche d'autant plus jouissive qu'elle était tolérée par la population et qu'elle permettait tous les excès ! Et surtout, ce Bon pour le service voulait surtout dire. BON. POUR LES FILLES ! Baru replonge dans ses souvenirs pour nous raconter SA classe. les chapeaux ronds, les badges tricolores, les concours de boisson et son amour pour la Madelon. Une époque pas si lointaine !!!

  • Bonne annee

    Baru

    Mo', Hocien, Julien et les autres ont 18 ans, alors basta : le " taré ", l'an 2000 et tous les trucs des vieux, ils s'en tamponnent.
    C'est le Nouvel an, bon Dieu ! Ils ont vraiment d'autres projets, qui s'appellent Sonia, Maggy ou Clara... faut juste qu'ils trouvent de quoi se protéger. Sauf que si on trouve de tout dans la cité (surtout des trucs qui tuent), des capotes, bernique, y'en a pas ! Mais bon, Mo' avait rencard au bowling avec Maggy. Ça commençait plutôt bien. Mais il a rencontré Sonia... et tout est alors parti de traviole.
    Bonne année !

  • Où l'on retrouve la bande des "Par-en-haut" : Igor dit Goret, Jeannot, Robert, Jacky, César, Coco, Swaldo... On avait laissé tout ce beau monde à l'issue d'un match de foot qui les avait opposés aux "Par-en-bas" et dont ils étaient sortis vainqueurs, mais avec un gros problème : la majorité des petits ne veut plus de Jeannot comme chef et demande qu'il soit remplacé par Goret.

  • L'enrage t.1

    Baru

    - arriver où, punaise oe! arriver à quoi oe!
    à bouffer des pâtes à longueur de semaine, sur du formica pourri, dans une cité pourrie ? à passer ma vie à attendre la fin du mois pour toucher le r.m.i.
    oe! j'veux du fric,
    putain ! j'en ai marre d'la mouise ! marre d'la cité des oiseaux ! marre des fringues au rabais ! j'veux du fric, du fric, du fric !
    - non.
    - mais pourquoi, putain oe! j'ai d'l'or dans les poings ! tout le monde le dit, marco le dit !
    - j'l'emmerde, marco ! rien à foutre de marco ! tu toucheras jamais de c'pognon-là, t'entends ! jamais !
    anton witkowsky a la rage. la rage de sortir de sa condition.
    de quitter sa banlieue pourrie. de fuir la rigueur paternelle. la rage, il l'a dans ses poings. il a de l'or, dans ses poings, il le sent, il le sait. tout le monde le lui répète, marco, son entraîneur, mo, son pote. la boxe, c'est la clé du paradis. le paradis du fric et de la gloire. pour gagner ce paradis-là, il est prêt à tout. l'enragé, un récit d'une force inouïe, sublimé par un dessin supérieur.
    du grand, du très grand baru.

  • Quelque part dans l'Est de la France au milieu des années 90, dans un paysage social dévasté (fermetures d'usines et déshérences en tout genre), Kamel, séducteur invétéré auquel aucune femme ne sait résister, entretient une liaison avec l'épouse d'un leader d'extrême droite. Hélas, le couple adultère est démasqué. La fureur meurtrière du mari trompé contraint le Don Juan, dans l'urgence absolue, à une cavale improvisée. Kamel s'enfuit vers le sud, flanqué du jeune Alexandre, un adolescent un peu complexé qui l'admire pour ses conquêtes. Une traque fantastique s'engage, haletante, au fil de laquelle Baru, inspiré comme jamais, brosse un subtil et saisissant portrait d'une France en crise, en proie à ses démons intimes. Narration coup-de-poing, énergie graphique peu commune, personnages fouillés et remarquable finesse d'observation : L'Autoroute du soleil (récompensé par le Prix du Meilleur Album au Festival d'Angoulême en 1996) peut être à juste titre tenu pour l'un des plus grands romans graphiques français. Plus de 400 planches de bonheur intégral, à redécouvrir à travers cette nouvelle édition.

  • Voici, regroupé dans un album de 192 pages, 40 ans d'oeuvres graphiques de Baru, auteur récompensé en 2010 du Grand prix de la ville d'Angoulême pour l'ensemble de son oeuvre, répertorié à la manière d'un catalogue raisonné. Edition Luxe : contient une sérigraphie originale numérotée et signée de l'auteur.

  • Sur la route encore

    Baru

    André, un ancien routard reprend la route, après avoir été plaqué par Edith...

  • On pense à«La guerre des boutons»de Louis Pergaud. Evidemment, car Baru l'a fait exprès, sauf que l'on n'est pas en 1912, mais 1957. Cela n'empêche pas les "Par-en-haut" et les "Par-en-bas" de se voler dans les plumes avec le même enthousiasme.

  • L'enrage t.2

    Baru

    • Dupuis
    • 5 Avril 2006

    Triomphe et disgrâce d'un enragé Anton Witkowsky est devenu champion du monde. Redouté, adulé et détesté, encensé et critiqué, il fait la une des magazines, multiplie les déclarations fracassantes, se complaît dans les frasques et les provocations, s'affiche avec des femmes qu'il répudie tout aussitôt. Bref, Anton mène ce qu'il est convenu d'appeler une vie de rock star. Anton est au sommet. Mais la roche Tarpéienne n'est pas loin du Capitole, et pour Anton ce sera bientôt la disgrâce du tribunal où il siège sur le banc des accusés, trajectoire brisée. Le chemin, personnel et intime, sera long qui le ramènera dans sa cité d'origine, et le conduira jusqu'à la rédemption...
    Davantage qu'un récit sur la boxe, L'Enragé, dont voici le second et dernier tome, est une métaphore sur l'ascension sociale d'un jeune homme prêt à tout pour sortir de sa condition. Anton Witkowsky, né et élevé dans une banlieue, fils d'ouvrier, joue des poings pour se frayer un passage vers la gloire et l'argent. Quitte à abandonner sur le bas-côté les gens qui l'aiment, ses parents, Mo', l'ami d'enfance, Anna, le seul amour de sa vie... Creusant le sillon du déplacement social des individus depuis ses débuts d'auteur de bande dessinée, Baru nous donne à lire et à voir, avec L'Enragé, ce qui est sans doute à ce jour, magnifique et poignante,son oeuvre la plus achevée.

  • Igor n'en aurait jamais parlé sans cette tête de lard de Jacky et l'arrivée en direct de Moscou du camarade délégué Dante Lombardi. Il y a trois mois, ils étaient peinards dans les plaines du Far West ou de Sherwood, quand, patatrac, le Spoutnik fait bip-bip... et avec lui arrivent toutes sortes de bouleversements. Peut-être que ça n'avait pas été une bonne idée de lancer la fusée. Mais, chut !

empty