Collection XIX

  • L'Association ouvrière (c'est le nom qu'a porté, pendant la première période, l'Association que nous appelons aujourd'hui coopérative et ce nom que je lui conserverai) n'a pas été de ces institutions qui s'établissent peu à peu et par la force des choses comme les corporations de métier du moyen âge nées du besoin que les artisans de même profession avaient de s'unir pour défendre leurs intérêts communs, si bien que ces artisans ont commencé par convenir librement de quelques règles et n'ont formé que plus tard des compagnies parfaites.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Sept heures venaient de sonner à la métropole, et toutes les paroisses de Paris avaient successivement répondu à cet appel en faisant retentir les airs, les unes d'un joyeux carillon, les autres de leurs accents graves et sonores.Il faisait presque nuit, quoiqu'on fût alors à la fin d'avril, tant le ciel était voilé par de gros nuages noirs qui, depuis l'aube, laissaient échapper de leur sein une pluie fine et pénétrante. Aussi chacun marchait-il avec précaution sur le pavé boueux et glissant.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Extrait du compte rendu sténographique officiel édité par le Parti Socialiste (p. 455 à p. 522).

    Le Président. - Nous continuons la discussion sur les rapports du Parti Socialiste et des Syndicats. La parole est au citoyen Hubert Lagardelle :
    Citoyennes et citoyens, Il y a de multiples raisons qui, selon moi, militent en faveur de la motion qui vous est présentée par la Fédération du Cher. Non pas - je le dis tout de suite, pour répondre à la question qu'on me posait ce matin - que j'aie à accepter personnellement, en tant que syndicaliste, tous les considérants qui la motivent.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Que n'a-t-on pas dit sur Tombouctou ? Le 30 janvier dernier, on pouvait lire dans un journal du soir les étranges lignes suivantes : Leur langue (celle des Touareg) est la langue phénicienne d'où dérive le bambara parlé couramment à Tombouctou. L'auteur de l'article, sans s'en douter évidemment, fait autant d'erreurs que de mots :
    1° La langue des Touareg est une langue berbère, tandis que la langue phénicienne est une langue sémitique ;
    2° Le bambara est une langue nègre, de la famille mandingue, et ne dérive par conséquent ni de la langue des Touareg ni du phénicien ;
    3° La langue indigène de Tombouctou est, non pas, le bambara, mais le Kissour, langue nègre de la famille sonrhaï Les autres langues parlées sont l'arabe, le touareg, le foui (ou peuhl), mais non pas le bambara, ou alors tout à fait incidemment.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • L'abbaye de Saint-Martial, assez exactement orientée du couchant au levant, avait trois églises parallèles.Au midi, l'église principale, consacrée sous le nom de St-Sauveur ou de St-Martial, avait la forme d'une croix latine. A son transept nord se soudait une église basse dans laquelle on descendait par dix-sept marches et qui portait le nom de St-Pierre-du-Sépulcre. Parallèlement à cette dernière, une troisième chapelle, dite de la grande confrérie ou de St-Benoît, se liait aux débris du cloître et du chapitre.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Monique naquit en 332, dans les environs de Tagaste, ville de Numidie en Afrique. La crainte du Seigneur régnait dans sa famille. Elle fut élevée par une vieille gouvernante que l'on respectait dans la maison pour ses anciens services, et surtout pour ses grandes vertus. Le père et la mère de Monique ne crurent pas pouvoir confier à des mains plus dignes l'éducation de leurs filles. Cette femme les aimait comme ses enfants. Elle leur consacrait tous ses soins, veillait sur toutes leurs actions, et les portait, autant par ses exemples que par ses discours, à l'amour du devoir et de la religion.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Rochefort - L'île Madame. - L'île d'Aix. - Le Port-des-Barques. - Saintes. - Bordeaux. - Blaye. - Brouage.Les prêtres, arrêtés en 1791 et surtout en 1792, furent d'abord enfermés dans les prisons, d'où, après avoir subi une dure détention, ils furent dirigés vers les villes maritimes en vertu de la loi du 23 avril 1793. Quatre ports avaient été désignés pour leur embarquement : Lorient, Nantes, Bordeaux et Rochefort. Ce fut donc dans ces quatre villes, mais surtout à Rochefort et à Bordeaux, qu'ils furent amenés, ceux du Midi et du Centre à Bordeaux, ceux du Nord, de l'Ouest et de l'Est à Rochefort.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • L'état hypnotique n'est-il réalisable que chez un petit nombre d'individus ? Et ne réussit-on généralement à le provoquer que chez quelques névropathes, ou quelques hystériques ? Les médecins l'ont cru pendant longtemps. Mais depuis une trentaine d'années, l'opinion du public et celle du monde médical se sont complètement modifiées. Jusque-là, chaque fois que la question du somnambulisme et de l'hypnotisme surgissait, elle bénéficiait d'un court regain d'actualité surexcité par le côté merveilleux et étrange des phénomènes constatés, puis, la curiosité épuisée, l'indifférence coutumière reprenait le dessus.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Mon plan campagne, c'est une bataille et toute ma politique : c'est le succès »,
    Tel est le tréfonds de la stratégie de Napoléon, qu'empereur il dévoila un jour, à Witebsk, à ses généraux assemblés, mais que le général Bonaparte portait dans sa tête dès 1794.
    L'idée de Napoléon pour toutes ses entrées en campagne est toujours la même : avoir une bataille immédiate, l'avoir décisive. Ce qu'il veut, c'est cette victoire décisive et immédiate qui met à terre son adversaire, glace d'effroi ses alliés secrets, cette victoire qui termine la guerre d'un seul coup : Marengo, Ulm, Iéna.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • « Maxime Réal del Sarte ! Voilà un jeune homme qui a beaucoup fait parler de lui », me disait tout dernièrement quelqu'un. - « Oui, mais que l'on ne connaît pourtant pas suffisamment, lui répondis-je, car tous ceux qui le connaissent l'aiment et l'admirent. » Je sais qu'aujourd'hui, grâce à notre chère Action Française, de nombreux ligueurs connaissent Maxime et qu'il leur a laissé à tous un souvenir impérissable. Il faut, pour que ce souvenir soit plus profondément gravé dans le coeur, avoir vécu sa vie de la Santé.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • N° 1er. - Aucun théâtre ne peut s'établir dans Paris, aucune nouvelle salle de spectacle ne peut y être construite, sans une autorisation spéciale du ministre de l'intérieur.Cette disposition est fondée sur le décret du 8 juin 1 806 et sur celui du 29 juillet 1807. Elle était pareillement basée sur la loi du 9 septembre 4 835, avant son abrogation résultant du décret du gouvernement provisoire de la République française, en date du 6 mars 1848.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Mlle FAVART(Dans Adrienne Lecouvreur) On nous disait : « Rachel est morte !
    Plus de grande artiste, plus d'art ! »
    Rachel n'est plus, que nous importe,
    Puisqu'elle revit dans Favart ?Mlle REICHEMBERGQuand on voit tant de gentillesse,
    On n'ose croire à son talent,
    Mais quand elle a pris son élan,
    On n'ose croire à sa jeunesse.Mlle MARIE ROYERDans Turcaret j'ai pu saisir
    Un rapprochement assez drôle :
    Votre rôle vous fait haïr,
    Vous faites aimer votre rôle.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

empty