Editions Universitaires Europeennes

  • « On ne joue pas avec la forêt ! ». Telle pourrait être la conclusion générale, et certes un peu abusive, de cette étude. Cependant, elle semble être la meilleure réponse à nos questions de recherche. Quelle est l'utilisation de l'image de l'arbre et de la forêt dans les jeux de société ? Mais aussi, quelle relation l'homme y entretient-il avec la forêt ? Au travers d'une analyse d'un corpus de jeux de société pour enfants et grâce à une approche littéraire du jeu, par analyse de son récit, nous avons défini six représentations dominantes de la forêt, rassemblées en trois modèles. Forêt maléfique, source de bois, imprévisible, simple passage, complice ou composée d'arbres, voici autant de termes qui résument la diversité des représentations forestières dans les jeux de société. Mais le succès de ces modèles est variable. Ainsi, ceux les plus populaires utilisent peu, ou pas, la forêt comme acteur. Elle est alors passive et n'occupe le rôle que de décor. Le joueur s'en sert, sans vraie relation réciproque. Nous nous apercevons, en croisant ces constatations avec la perception générale de la forêt auprès du public, qu'elles correspondent. La population s'éloigne en effet de la forêt.

  • La question de la production du riz est une préoccupation majeure pour tous les dirigeants des pays en voie de développement de façon générale et en particulier pour ceux de la Côte d'Ivoire. La présente étude porte sur l'analyse de la filière riz local dans le département de Tiassalé, l'une des zones de production du riz en Côte d'Ivoire. La démarche utilisée comporte la recherche documentaire, les enquêtes, le traitement et les analyses des résultats. L'étude a permis de repérer les acteurs directs de la filière(producteurs, transformateurs, commerçants et consommateurs) et les acteurs indirects(prestataires de services, transporteurs, institutions de financement, les services publics) qui entretiennent de multiples relations. En outre, elle a permis de constater que la valeur ajoutée créée par l'ensemble des producteurs, l'ensemble des transformateurs et l'ensemble des commerçants est de 846 394 784,9 F CFA par an. En effet, les producteurs produisent plus de richesse dans cette filière à hauteur de 71%, viennent ensuite les commerçants (23,6%) et enfin les transformateurs (5,4%).

  • Ce guide est destiné particulièrement aux étudiants et chercheurs d'emploi. Il vise à renforcer leurs capacités en leur donnant les outils, mécanismes et techniques pour mener une recherche efficace, efficiente et réussie avec à la clé un EMPLOI. Nous conseillons à tous les candidats une bonne préparation, documentation fournie, claire et présentable. Ciblez les compagnies qui pourraient être intéressées par vos compétences ainsi que le poste et vous lancer. Pour réussir votre recherche d'emploi il faut commencer par vous mettre certaines choses en tête. La recherche d'un emploi est un travail long, dur et épuisant (attention de se décourager) il nécessite de s'imposer un nouveau rythme de vie. Structurez votre journée, essayez de vivre au rythme des personnes ou des entreprises avec lesquelles vous devez entrer en contact. Constituez vous un cartable RECHERCHE D'EMPLOI où vous pourrez mettre votre agenda, votre répertoire d'entreprise ciblées, cartes de visites importantes, fiche des rendez-vous ainsi que votre planning des opérations. Apprenez à positiver: vous aurez certainement des réponses négatives.

  • Dans le cadre des procédures collectives OHADA, l'éviction du droit commun des obligations n'est ni systématique ni absolue. Face à un débiteur en proie à de sérieuses difficultés économiques et financières, l'application des règles ordinaires ne permettrait pas d'assurer le paiement rationnel des créanciers, encore moins le redressement de l'entreprise. Mais, le régime des procédures collectives est loin de se rendre imperméable à toutes les règles du droit commun des obligations. À défaut d'une appropriation à la lettre de certaines de ces règles, le législateur s'emploie à les réajuster de manière à les orienter vers les finalités recherchées. En conséquence, l'obligation n'est plus, ni en amont ni en aval, le produit du libre jeu des volontés individuelles. À travers cette dynamique qui se rapporte à la naissance et au devenir de l'obligation, le droit des procédures collectives offre une contribution à la valorisation voire à la rénovation du droit commun apparemment vieillissant et en quête d'un nouveau souffle. Ainsi, entre les deux banches du droit, se situe non pas uniquement une source de conflits mais aussi et surtout une source d'enrichissement mutuel.

  • Le Cameroun pays aux multiples groupes humains pour donner une orientation nouvelle à sa stabilité à la durabilité de sa paix doit repenser les fondements de sa cohésion sociale. Il devient opportun de se poser certaines questions : les camerounais actuels victimes des méandres de la traite négrière, de l'invasion arabo-berbere, de la colonisation ont-ils encore le souci de leur passé-memoire? Peut-on construire un développement infini et une paix durable dans un contexte de l'ignorance globale de la vérité cosmologique ? La confusion de la vérité et des valeurs républicaines n'expose t'elle pas le pays à des dangers géopolitiques : le séparatisme, l'irrédentisme, le repli-identitaire...? En fait, la construction de la nation camerounaise est une exhortation, un engagement global et formel de tous en faveur des idéaux républicains, donc la cohésion et l'intégration socioculturelle de toutes les communautés vivant sur le sol camerounais en évitant la juxtaposition des populations après pseudo-cicatrisation des vicissitudes de l'histoire. La réconciliation entre le passé, le présent et le futur devient une exigence pour la construction de la belle-cite.

  • L'importance de la route n'est pas à démontrer dans la vie quotidienne des paysans. C'est une épine dorsale de l'économie villageoise. Sans route sans développement local. La dégradation remarquable des routes de trois territoires, Bagata, Kenge et Masi'-Manimba, constitue véritable handicap pour les paysans de faire évacuer leurs produits agricoles et la satisfaction de leurs besoins vitaux. Voilà ce qui explique la pertinence de l'intervention de la CTB PRODADEKK qui m'a inspiré de rédiger ce livre. Cette brochure élaborée à l'intention des AR, et des autres acteurs dans le domaine du développement rural, GMAR est aussi considéré comme un vade mecum de l'A.R., outil indispensable pour son travail de terrain.

  • A la question « que veulent les camerounais au concert des Nations Unies ? », l'UPC et Ruben Um Nyobe de répondre : « La réunification des deux Camerouns et l'indépendance immédiate ». Or, le BDC et Louis Paul Aujoulat de répliquer : « l'indépendance, mais progressive ; et au sujet de la réunification, la question doit être posée aux puissances métropolitaines : la France et l'Angleterre, puis demander aux populations quelle puissance tutrice choisir ». Ainsi, Le Cameroun indépendant : Une moisson coloniale est un diagnostique à l'observation des paradoxes de nos indépendances et une vision à même de donner un nouvel élan ; favorable à une prise profonde et globale de conscience au profit d'un Cameroun nouveau. Un Cameroun prêt à reconnaître l'évidence de son ritualisme, de son messianisme et de son immobilisme facteurs réels de son non développement. Le Cameroun indépendant : Une moisson coloniale est une histoire, mais une histoire globale sans doute au service de la recherche de la vérité ; une vérité cosmologique. Qui offre plus de lisibilité en faveur de la construction d'un Cameroun fort et indivisible, facteur idoine d'une paix durable et d'un développement infini.

  • L'objet du prEsent projet Etait " la prEsentation gEnErale de la mEthanisation: l'impact de la tempErature sur le rendement d'un Biodigesteur, dimensionnement de la tuyauterie d'une unitE de mEthanisation", une analyse du rendement journalier du systEme installE dans la zone de Penja (Littoral - Cameroun) a EtE mise sur pieds afin de vErifier l'impact de la tempErature sur l'efficacitE de notre biotechnologie, de plus un mEnage de cinq (5) personnes a EtE retenu comme Echantillon pour cette Etude. Une Etude des techniques d'Epurations a montrE que le biogaz pouvait être facilement traitE, tant disque le modEle dEveloppE par Hashimoto nous a permis de calculer la production volumique journaliEre du biogaz. Nous avons prEsentE les zones rurales (activitEs : Elevage et agriculture) et chaudes (le long du lac Tchad, Extrême Nord) du Cameroun, Comme Etant le point de dEpart pour l'approvisionnement EnergEtique de notre pays avec la bioEnergie. Enfin, compte tenu du retard qu'accuse le Cameroun dans le domaine des Energies renouvelables et considErant les nombreux intErêts qui en dEcoulent sur le plan sociEtal, des recommandations ont EtE faites aux pouvoirs publics.

  • Le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, adopté à Marrakech en fin de l'année 2018, est l'aboutissement d'un processus long et inachevé. Mais il n'est pas non plus le fruit de compromis historiques sur une des questions les plus clivantes de ce début du 21ème siècle: la migration. Les drames migratoires survenus ces dernières années en Méditerranée et la crise des réfugiés en Europe (2016) nous interpellent certainement sur la manière dont les États démocratiques libéraux devraient traiter la question des migrations, mais nous poussent surtout à réfléchir sur les termes du débat au sein des théories des relations internationales par rapport à un problème complexe, mais dont les contributions ont longtemps oscillé entre une approche sécuritaire d'essence souverainiste et une vision humaniste qui tente de relever les mérites de la migration.Le but de ce livre est de comprendre comment, à travers le Pacte de Marrakech, les relations internationales vont appréhender la question de la migration dans un contexte mitigé, en tenant compte, à la fois d'impératifs sécuritaires légitimes, tels que l'état d'urgence, le terrorisme et la criminalité organisée.

  • La science sociale en territoire de Mwenga est un ouvrage issu d'une collection d'articles sur le territoire de Mwenga à l'Est de la République Démocratique du Congo. C'est un ouvrage qui consacre la première décennie de l'Université Libre de Mwenga bien qu'il sort 15 ans après. Toute la collection est composée de dix articles. Le premier fait hommage au professeur Barnabé Mulyumba Wa Mamba.Le deuxième article tente de projeter la formation de l'université Libre de Mwenga dans une approche plutôt prospective. Troisièmement, l'on nous met aux prises avec les réalités sur l'extraction des matières premières dans la zone minière de Kamituga, territoire de Mwenga. L'article qui suit ouvre un débat sur la conception du Sida dans les sociétés traditionnelles et jette un regard critique sur les maladies liées au sexe dans ces sociétés. Il s'ensuit une alerte sur les dangers de ravage du Sida dans la ville de Kamituga en Territoire de Mwenga. La description du phénomène « Maman Twangeuse » dans l'extraction minière dans la ville de Kamituga clos ce débat en plus de deux articles sur la peche au lac Kivu.

  • Les évolutions historico-socio-économiques ont conduit à la création du Territoire Péri-Industriel, par «phagocytose» de la ville sur les usines. L''accident d''AZF-Toulouse en 2001 est venu rappeler que ce type de calamité peut nous concerner. Le retour d''expérience sur cette catastrophe renforce le besoin d''une maîtrise de l''urbanisation pour mieux limiter le risque industriel. La loi de 2003 propose la création d''outils, les PPRT. Ils nécessitent une volonté et des décisions politiques. Nous proposons une méthodologie d''aide à la réflexion à destination des décideurs publics. Celle-ci repose sur l''étude de la vulnérabilité du territoire. Cette vulnérabilité se compose de 3 dimensions. Deux sont liées aux conséquences d''un accident potentiel, la troisième concerne la pérennité du territoire péri-industriel et les conséquences induites par les mesures d''atténuation envisageables des deux premières dimensions. Nous proposons l''utilisation de cette évaluation spécifique dans le cadre de concertations permettant l''émergence des intérêts de tous les acteurs concernés qu''ils soient forts, faibles ou absents et ainsi favoriser le développement durable du territoire.

  • La sociologie des religions (dite aussi « sociologie de la religion ») est la branche de la sociologie s'intéressant aux phénomènes d'ordre religieux ou relevant de la laïcité. La religion est un système de croyances et de pratiques fondé sur la relation à un Être suprême, à un ou plusieurs dieux, à des choses sacrées ou à l'univers. Une religion se conçoit le plus souvent comme un système de pratiques et de croyances pour un groupe ou une communauté, mais il n'y a pas de définition qui soit reconnue comme valable pour tout ce que l'usage permet aujourd'hui d'appeler religion. Cet ouvrage est un manuel qui cherche a présenter la discipline sociologique qui s'occupe de l'étude des religions dans une approche descriptive. ici il est approfondie la connaissance de différentes religions dans leur structure et leur organisation internes. l'étude porte sur les religions a l'échelle mondiale et particularisée à un deuxième niveau au continent africain et à la RD Congo.

empty