Espace Nord

  • Le nom de l'arbre

    Hubert Nyssen

    Dans l'enfance, entre un grand-père tout-puissant et une mère possessive, louis quien a tenté de se frayer un chemin.
    Mais de quels souvenirs, de quels mensonges, de quels imaginaires a-t-il finalement hérité pour construire le présent si fragile qu'il interpelle aujourd'hui ? comme s'il était étranger à lui-même, louis quien se traque, se dévoile et, dans le maquis de sa mémoire, il cherche les grands absents de sa vie : son père prisonnier et juliette, l'absolu féminin, déportée, et si vite effacée. ainsi s'impose à lui, au-delà des misères de l'occupation, des espérances et des vengeances de l'après-guerre, la recherche de j'arbre dont les racines descendent si profond et dont nous aimerions tant retrouver le nom.

    Tout en traversant l'histoire tourmentée de la belgique des années trente aux années soixante, ce foisonnant roman révèle le pouvoir des mots et de la fiction dans la remémoration. a travers un jeu de miroirs, où le moi s'éparpille et se reconstruit sans fin, hubert nyssen mettait déjà en place, dans ce premier roman, les éléments constitutifs de son oeuvre : cette ample quête du passé, et surtout cette fête de l'imaginaire que sans cesse célèbre la multitude de poupées gigognes que chacun porte en soi.

  • Peu à peu, le vieux Mathieu perd la vue et son moulin depuis longtemps ne broie plus que du vide.
    Les bribes de conversation, les pensées qu'on rumine pour soi seul, l'habitude des vieux amis n'empêchent pas le paysage de s'effacer peu à peu. L'ordre du village lui-même se désagrège à cause de l'industrialisation croissante, à cause des jeunes qui ne respectent plus l'autorité des anciens. Pour lutter contre la solitude, le vieux Mathieu recueille la jeune Marguerite. C'est alors que tout chavire et " c'est lorsque l'oeil s'éteint qu'on commence à voir le par dedans des choses...
    "

empty