Pygmalion

  • Après bien des atermoiements, des recherches et des études, Colbert décide, en 1665, de construire un nouvel arsenal indispensable au développement de la marine royale. Son choix s'arrête sur le site de Rochefort, dans une boucle de la Charente, à cinq lieues de la mer. L'endroit n'est pas sans inconvénients : il souffre des miasmes de l'air et de l'insalubrité ambiante. Mais il offre aussi des avantages multiples au long des côtes atlantiques. Et voici que, sur le chantier, des meurtres mystérieux d'ouvriers se succèdent à un rythme de plus en plus accéléré. La population s'inquiète et crée une milice bourgeoise. Puis viennent les incendies, l'empoisonnement de l'eau potable déjà si rare... Cette cascade d'événements semble entraîner vers le gouffre le jeune marquis de Seignelay qui représente sur place le surintendant, et l'arsenal avec lui. Aidé par l'agent du commissaire général de police, Géraud Lebayle, il va utiliser tous les stratagèmes possibles et empiriques pour combattre un adversaire qui apparaît comme un monstre aux multiples têtes. En s'appuyant sur une minutieuse documentation, selon une méthode qui a fait son succès, Gérard Hubert-Richou nous plonge dans une passionnante aventure, pleine de rebondissements, où il ressuscite toute une société, mélange de hobereaux ruinés, d'ouvriers véreux, d'aventuriers sans scrupules.

  • N'acceptant pas que son fils ait été évincé du trône par le roi Louis-Philippe, la duchesse de Berry décide, en 1832, de reconquérir son royaume en tentant de soulever Marseille, puis la Vendée, attachée aux Bourbons légitimes par tradition.
    A Paris, le gouvernement s'inquiète. Tous les moyens sont mis en branle pour capturer la rebelle : 60 000 soldats, gendarmes, policiers, espions sont concentrés sur la région. On quadrille, on perquisitionne, on menace, on emprisonne. Mais la duchesse, signalée ici ou là, ne cesse de glisser entre les mailles du filet, se déplaçant de nuit, à pied, à cheval, à dos d'homme, n'hésitant pas à traverser à la nage les rivières.
    Les semaines se succèdent tandis que monte la tension. C'est cette folle équipée authentique, pleine d'aventures, de suspense et de rebondissements, que relate ici avec brio Gérard Hubert-Richou. Le visage rayonnant de la duchesse, tellement séduisante et audacieuse, habite de part en part ce roman trépidant.

  • 25 juin 1673 : le mousquetaire d'Artagnan est tué au siège de Maëstricht dans d'étranges circonstances. Très affecté, Louis XIV exige aussitôt une enquête qui est confiée au commissaire Lebayle. Ses investigations confirment les doutes du roi : la présence du jeune policier sur les lieux du crime dérange puisqu'il échappe de justesse à un attentat, quelques heures après son arrivée.
    Gérard Hubert-Richou nous emporte alors au grand galop dans une extraordinaire aventure où courses-poursuites, conspirations, trahisons, intrigues galantes, travestissements, et même projet d'enlèvement au cours d'une chasse royale, se succèdent au fil des pages. Une veuve mentalement déséquilibrée, un savant hollandais qui complote contre son pays d'accueil sous couvert d'une école respectable, une adolescente déguisée en garçon pour mieux espionner celui-ci, un chevalier en disgrâce (Rohan) qui brûle de se venger ne sont que quelques-uns des personnages qui habitent ce roman trépidant, inscrit dans la grande tradition d'Alexandre Dumas.

  • Le destin romancé de Théophraste Renaudot (1586-1653) qui, handicapé par sa laideur, n'en réussit pas moins à devenir médecin, notamment du roi Louis XIII.

  • C'est un vrai coup de Jarnac!L'expression, transmise de bouche à oreille depuis le XVIe siècle, est bien connue. Mais l'emploie-t-on à bon escientoeL'affaire commence sous François Ier par une polémique scandaleuse à l'encontre de Guy Charbot, comte de Jarnac, accusé par le dauphin de relations coupables avec la seconde femme de son père. Le roi interdit le duel qui doit en découler par le jugement de Dieu, mais il meurt en mars 1547. Son successeur, Henri II, manipulé par sa maîtresse, Diane de Poitiers, et les Guises, réveille l'incident et en fait aussitôt une affaire d'État qui doit se régler par un duel judiciaire en champ clos. Le fragile seigneur de Jarnac sera contraint de croiser le fer avec le champion du roi, la Châtaigneraie, un colosse dont les duels aux diverses armes ont construit sa réputation.Le combat est fixé au 10 juillet 1547, à Saint-Germain-en-Laye, devant une foule considérable. C'est une exécution programmée, destinée à affirmer le pouvoir du jeune monarque aux regards de l'Europe. Il reste trois mois au frêle Guy Chabot pour se préparer à défendre son honneur et mourir dans la dignité. Mais le sort n'est-il pas toujours imprévisibleoeAprès s'être minutieusement documenté sur les us et coutumes de l'époque, Gérard Hubert-Richou nous entraîne dans les coulisses de ce haut fait et transforme les préparatifs du combat en un suspense haletant jusqu'au dénouement final.

  • Extraordinaire personnage de la Renaissance, Ambroise Paré fut le fondateur de la chirurgie moderne grâce à de nombreuses décou-vertes. Il servit quatre rois, arpenta sans relâche les champs de bataille pour secourir les blessés, soigna riches et pauvres avec un dévouement qui le porta à la limite de ses forces. Toujours en éveil, son esprit ne cessa d'inventer de nouvelles techniques pour atténuer les douleurs des malades ou les guérir au mieux.
    Le voici devenu héros d'un merveilleux roman à travers les mémoires de son apprenti Jacques Guillemeau qui, lui vouant une admiration et une dévotion sans borne, a décidé de nous conter la vie quotidienne de son maître, à travers ce labeur acharné qui lui permit de faire progresser médecine et chirurgie à grands pas.
    C'est un homme immense, pétri d'humanité, qui surgit de ces pages hautes en couleur et menées tambour battant. Les plus sombres batailles succèdent aux plus truculentes scènes intimistes, les cours des puissants monarques d'alors aux intérieurs d'humbles chaumières. Ambroise Paré se rendait partout où l'on souffrait. Une étourdissante plongée dans un monde en effervescence, qui nous en apprend bien plus sur la naissance de la chirurgie moderne que tous les livres d'histoire.

  • Cortege royal

    Gérard Hubert-Richou


    Janvier 1564 : Catherine de Médicis donne le départ du premier
    tour de France, inspiré par plusieurs raisons : présenter le jeune roi
    Charles IX à son peuple, dessiner les réelles frontières du royaume
    et mesurer le temps nécessaire aux armées françaises pour se
    déplacer sur le territoire en fonction du relief. Des milliers de
    personnes, princes, courtisans, serviteurs et manants, s'ébranlent
    sur un cortège de plusieurs kilomètres avec leurs chariots, leurs
    meubles et leurs bagages hétéroclites. Ce gigantesque périple va
    durer deux ans et demi.
    C'est cette aventure étonnante que relate Gérard Hubert-Richou
    en se fondant sur d'irréfutables sources historiques, tel
    l'inestimable journal d'Abel Jouan dont il fait ici un savoureux
    héros. Car le voyage fut loin d'être de tout repos : la menace
    continuelle des loups, les ravages de la peste, les crues intempestives,
    les incessants complots des Huguenots visant à décimer
    la famille royale et les manigances sournoises des Espagnols firent
    de chaque jour une épreuve à surmonter. Le prince de Condé,
    Michel de l'Hospital, Nostradamus, Gaspard de Coligny sont,
    parmi beaucoup d'autres, les personnages hauts en couleur qui
    animent ce récit saisissant.
    Au-dessus d'eux, s'impose la figure magistrale de Catherine de
    Médicis : aucun ne put égaler sa clairvoyance, sa poigne de fer et
    son sang-froid !



  • Ce pont doit devenir le plus grand, le plus beau, le plus audacieux
    ouvrage pour franchir la Seine. Le roi Henri II lance le projet ; son
    fils Henri III pose la première pierre ; son cousin Henri IV l'achève
    et l'inaugure. On l'appelle bientôt le Pont-Neuf...
    C'est l'histoire de cet extraordinaire chantier que nous raconte
    Gérard Hubert-Richou à travers les tribulations d'un personnage
    inoubliable, le sculpteur Mathieu Jacquet. Ce jeune élève de
    Germain Pilon, chargé d'orner de mascarons les encorbellements,
    ne connaît pas une vie de tout repos : le vol d'un pacte secret,
    les convoitises suscitées par le marché de la pierre, les farouches
    opposants au projet, un enlèvement, les complots fomentés par le
    roi Philippe II d'Espagne, la Ligue et la famille des Guise, se mettent
    en travers de son destin.
    Ainsi est-ce une page de grande et de petite histoire mêlées que
    ressuscite avec brio l'auteur, soutenu par une documentation
    irréfutable. On y découvre aussi bien la vie des gens simples, artisans
    consciencieux aux lendemains incertains, que celle des princes,
    déchirés par les guerres de religion.
    Lorsque le pont est achevé, en 1606, il s'est écoulé presque
    trente ans...


empty