Religion & Esotérisme

  • En 1928, l'écrivain libanais maronite Khalil Gibran fait paraître Jésus, Fils de l'Homme, portrait du Messie sous la forme d'une mosaïque. Il y assemble les témoignages de plus de soixante-dix personnages bibliques réels ou inventés. Il ne s'attache guère aux miracles qui sont prêtés au fils de Dieu, mais bien plus aux actes de ce " Fils de l'Homme ", être humain né d'un homme et d'une femme.
    Son livre est la somme de tous les héros gibraniens, du Prophète à l'Errant, du Fou au Précurseur.
    C'est là l'Évangile selon Gibran.

  • Qu'y a-t-il de commun entre les romans à énigmes de Dan Brown, thrillers ésotérico-religieux devenus best-sellers internationaux, et la masse des pamphlets d'extrême droite dénonçant des complots organisés par des puissances occultes ou semi-occultes visant à installer un « gouvernement mondial » ? Quelles croyances et quelles passions partagent les amateurs de la série télévisée X-Files, les fans de films, de BD ou de jeux vidéo mettant en scène des sociétés secrètes ou des invasions d'extraterrestres, les consommateurs immodérés de nourritures « ésotériques » en tout genre, et les demi-savants peuplant le monde des « historiens alternatifs », dénonciateurs fanatiques du « complot mondial » ?En fournissant des éléments de réponse à ces questions, Pierre-André Taguieff nous invite à explorer la nouvelle culture populaire massivement diffusée sur Internet, ce qu'il faut bien appeler le bazar de l'ésotérisme. Il part d'un constat : les fictions signées Dan Brown, parmi de nombreuses autres n'ayant pas rencontré un succès comparable, puisent dans le même fonds symbolique qu'une multitude de pamphlets conspirationnistes publiés depuis le début des années 1980. Ce stock de rumeurs, de légendes et de croyances - nées parfois il y a plus de deux siècles, comme la légende des Illuminati - ne cesse d'être exploité par des entrepreneurs culturels spécialisés dans « l'ésotérisme » au sens ordinairement vague et attrape-tout du terme, renvoyant à « tout ce qui exhale un parfum de mystère ».La Foire aux « Illuminés » porte sur la production, la circulation et la réception de ces produits culturels ésotéro-complotistes ordinairement négligés ou méprisés par les travaux universitaires. Ce livre constitue une réflexion exigeante sur les formes contemporaines du croire hors des frontières strictes du religieux institutionnel non moins que du champs idéologico-politique. Il s'inscrit dans la série des ouvrages publiés par Pierre-André Taguieff depuis La Force du préjugé (1988), dont l'ambition commune est d'élaborer une anthropologie historique de la modernité, à travers l'analyse des représentations, des valeurs et des croyances saisies dans leurs origines et leurs métamorphoses.

  • Après la disparition de son père, en 1651, et l´entrée de sa soeur Jacqueline à Port-Royal en 1652, Blaise Pascal approfondit sa conversion profonde à la religion chrétienne et au jansénisme, parachevée en 1654 par une nuit d´illumination mystique. Le mathématicien et physicien génial, déjà malade, aborde là les dernières années de son existence, qu´il va consacrer à l´apologie de la religion et à la vie spirituelle : en 1655-1656, pendant l´une de ses retraites à Port-Royal, il écrit l´Abrégé de la vie de Jésus-Christ, tentative d´accorder en une seule version les quatre Évangiles. L´usage est alors de rédiger des méditations sur tel ou tel mystère de la vie du Christ : Blaise en écrit une, Le Mystère de Jésus-Christ, à laquelle répond celle de Jacqueline, Le Mystère de la mort de Notre Seigneur Jésus-Christ. Le frère et la soeur, très douée aussi, que Corneille voulait voir écrire des vers, communient dans la poésie du mystère chrétien. Édition établie par Gaspard-Marie Janvier.

  • « J´ai rencontré le frère Joachim en 2006 dans le cadre d´une conférence sur Pascal. Après un exposé de mon crû, nous sommes allés dîner dans un bistro. Ce père me touchait par son mélange inédit de candeur et de véhémence. Nous avons discuté jusqu´à l´aube. C´est sans doute ce qui l´a poussé à reprendre contact avec moi à la sortie de mon livre Le Dernier Dimanche. Nous étions en pleine tempête après les déclarations de Benoît XVI sur le préservatif. De part et d´autre, ça s´indignait ferme. Moi, je ne pouvais m´empêcher de sourire. Ce vieux pape doutant de l´efficacité de la Durex XL m´avait tout l´air d´une poule s´interrogeant sur l´usage de l´opinel ! Aussi quand le bon frère s´est présenté dans mon bureau, suffoquant de colère et me suppliant de peser de tout mon poids sur mon éditeur pour publier ce document confidentiel de première main sur la prise de position pontificale en matière de cundum, ai-je tenu à le mettre en garde : "Méfiez-vous que le remède ne soit pas pire que le mal ! En trahissant la confidentialité propre à vos fonctions de minutante pontificio, vous risquez de vous griller, pour un résultat qui pourrait être l´opposé de celui que vous escomptez !" » Le texte donné est l'exacte retranscription des consultations organisées à l'été 2005 : verbatim des auditions d'usagers et compte-rendu du colloque avec les experts. Mémorable !

  • C´est à Antioche, un an avant sa mort tragique, que l´Empereur Julien (332-363) rédige son pamphlet Contre les Galiléens, qui dénonce avec vigueur la prétention à l´universalité de la petite secte chrétienne. Tout en s´inspirant des arguments de Celse et de Porphyre, auteurs déjà de traités contre les chrétiens, Julien s´efforce surtout de défaire l´oeuvre de son oncle Constantin, premier empereur romain à se convertir au christianisme, Il n´était pas alors trop tard pour empêcher le triomphe, annoncé mais en rien inéluctable, du christianisme. S´il l´avait emporté, la face du monde en eût été changée et il ne serait pas resté dans l´Histoire comme l´Apostat... Lui-même a été éduqué dans la nouvelle religion, mais il entend redonner leurs lettres de noblesse aux cultes païens qui commençaient alors à décliner. C´est une véritable apologie du paganisme qu´il se livre dans cet écrit fragmentaire. La postérité chrétienne cherche à effacer ce texte, et un demi-siècle après la mort de Julien, le patriarche d´Alexandre Cyrille le juge dangereux puisqu´il écrit un Contre Julien. Rétrospectivement, ce texte apparaît donc comme le chant du cygne du paganisme. Bientôt pourra retentir le triste chant funèbre : « Le grand Pan est mort ».

  • Gentilhomme lettré issu de la noblesse pauvre, Confucius (551-479 av. J.-C.) veut en finir avec le désordre et l'iniquité ambiante par le seul impact de son éthique. "Roi sans couronne" se pliant à la nature de ses disciples dont il cherche à développer les possibilités et la réflexion, Confucius, à travers ses entretiens, apparaît comme un véritable Maître de morale dont l'enseignement a perduré au cours des siècles.

empty