La Gibecière à Mots

  • Guy de Maupassant (1850-1893)
    "Lorsqu'il fut sur le trottoir, il demeura un instant immobile, se demandant ce qu'il allait faire. On était au 28 juin, et il lui restait juste en poche trois francs quarante pour finir le mois..."
    Georges Duroy, arrivé à Paris depuis peu, veut réussir à tout prix. La rencontre fortuite d'un camarade de régiment lui met le pied à l'étrier, en l'introduisant dans le journalisme.
    Georges, étant arriviste, comprend très vite que, pour arriver à son but, il doit se servir des femmes. Aussi il n'hésite pas, quitte à paraître amoral et cupide.


  • Alphonse Daudet (1840-1897)


    "Ce matin-là j'étais très-en retard pour aller à l'école, et j'avais grand'peur d'être grondé, d'autant que M. Hamel nous avait dit qu'il nous interrogerait sur les participes, et je n'en savais pas le premier mot. Un moment l'idée me vint de manquer la classe et de prendre ma course à travers champs.
    Le temps était si chaud, si clair !
    On entendait les merles siffler à la lisière du bois, et dans le pré Rippert, derrière la scierie, les Prussiens qui faisaient l'exercice. Tout cela me tentait bien plus que la règle des participes ; mais j'eus la force de résister, et je courus bien vite vers l'école..."


    La première partie (La fantaisie et l'histoire) est composée de récits liés à la guerre de 1870, notamment sur la vie des Parisiens lors du siège de Paris par les Prussiens ainsi que sur la Commune et la répression sanglante des Versaillais.


    La seconde partie (Caprices et souvenirs) est une galerie d'évocations diverses aux sujets plus légers que dans la première partie.

  • Gustave Schlumberger (1844-1929) Renaud de Châtillon... un nom indissociable de l'histoire des "Francs" en Terre Sainte. Un nom qui colle à la chute du royaume de Jérusalem. Bref, c'est le méchant ! Pourtant de Renaud de Châtillon, nous ne savons pas grand chose : qu'a-t'il fait pendant ses trente premières années... et pendant les quinze années où il fut prisonnier à Alep ? L'historien Gustave Schlumberger publie en 1898 cette biographie du prince d'Antioche. A l'aide des chroniques aussi bien franques, byzantines qu'arabes, il tente de retracer la vie de ce guerrier, ennemi juré de Saladin, en le replaçant dans son époque. Schlumberger conclut son introduction ainsi : "Il y a trop de lacunes dans cette vie. Mais je me suis attaché à rapporter scrupuleusement et exactement tout ce que je savais."

  • Jean Aicard (1848-1921) "Tu es toi, Maurin ? fit l'aubergiste. Ferme la porte vivement. Tu nous gèles du coup, collègue ! On dirait que tu amènes avec toi tout l'humide et tout le froid de la montagne." "Maurin des Maures" est une promenade dans le massif des Maures et nous conte, avec l'accent méridional, les aventures d'un chasseur aimé de tous (ou presque !) Un seul véritable ennemi : le gendarme Sandri car les deux hommes sont amoureux de la même femme : la corsoise Tonia. Et comme si les "galéjades" du roi des Maures ne suffisaient pas, elle sont agrémentées des histoires de Désiré Cabissol, la "gazette" locale.

  • Cette aventure d'Arsène Lupin paraît, pour la première fois, du 8 décembre 1926 au 18 janvier 1927, en 42 épisodes dans "le Journal". Si vous pensez que le célèbre gentleman-cambrioleur est un "don Juan" comme la télévision ou le cinéma l'ont dépeint, vous verrez qu'il n'en est rien : Arsène Lupin est toujours malheureux ou maladroit en amour ! Cette aventure commence avec deux inconnues aux cheveux blonds... Laquelle doit-il suivre ?

  • "Mon pauvre gars ! Diriger ta ferme, toi, ex-étudiant en droit, ex-poète (car tu faisais des vers, paraît-il ?), mais tu es complètement tapé !" "Alan Kerven" raconte les interrogations d'un jeune paysan lettré et amoureux dans les monts d'Arrée en Bretagne, au début du XXe siècle. François Abgrall fut un écrivain breton très prometteur qui, malheureusement, mourut de la tuberculose trop jeune, à l'âge de 23 ans, en 1930. Il collabora à des journaux tels que "Ouest-Eclair", "la Dépêche de Brest" et "Le Pays breton". Son oeuvre parle beaucoup des monts d'Arrée d'où il était originaire. Ce court roman est suivi d'une nouvelle : "L'âme en peine".


  • Pierre-Napoléon Bonaparte (1818-1881)



    "La France, la République, les Armes, voilà les aspirations de toute ma vie de proscrit..."




    Neveu de Napoléon Ier et fils de Lucien, Pierre-Napoléon Bonaparte fut plus connu pour un fait divers : le meurtre du journaliste Victor Noir. Dommage car le personnage est beaucoup plus intéressant !




    Dans "Un mois en Afrique", il relate ses efforts, en tant que proscrit, pour entrer dans l'armée, son court séjour en Algérie et tente de se justifier d'une soi-disante désertion.

    />


    C'est également un véritable playdoyer en faveur des officiers étrangers de la Légion Etrangère.

  • Jean Aicard (1848-1921) Le chantre des Maures continue à nous promener dans le royaume de Maurin ; car si Maurin est mort, les Maures ne le sont pas ! Ce roman, même si quelques allusions sont faites au chasseur-philosophe, ne nous conte pas autres de ses aventures ! Sur fond de cigales, de vie rurale, de rires et de larmes, nous assistons à l'opposition entre la vie facile à la ville (avec Arlette) et la rudesse de celle aux champs (avec Martine)... Que choisira Victorin ? Ecoutera-il l'appel de la "liberté citadine" ou celui de la tradition familiale ?

  • Maurice Leblanc (1864-1941) Huit nouvelles. Lupin s'amuse... huit nouveaux coups ! Notre gentleman-cambrioleur national, sous les traits du détective Jim Barnett, rend la justice en résolvant gratuitement huit enquêtes que l'inspecteur Béchoux lui apporte sur un plateau ! Ne serait-ce point ce brave inspecteur le "cie" d' "Agence Barnett et cie" ? "Gratuitement"... oui... mais pour qui ?


  • L'abbé Poulain nous raconte la vie de celui qui fut l'un des plus célèbres corsaires de la ville de Saint-Malo : René Duguay-Trouin (1673-1736). Nous voici plongés dans la cité-corsaire fin du XVIIe et début du XVIIIe siècle alors que Louis XIV est le grand monarque de la France.


    Grâce à de nombreux documents et lettres, nous naviguons aux côtés de ces marins à travers les mers et à travers les combats impitoyables.


    Edition : 1882




  • Emmanuel Istivie

    (1867- ?)




    "
    En face le bagne de Nou et fermant l'admirable baie de Nouméa, une langue de terre, aride et desséchée, - sur laquelle s'élèvent quelques hideuses constructions, à l'aspect vétuste et repoussant, - étend dans les eaux vertes du Pacifique ses grèves, sur le bord desquelles les déportés de la Commune venaient autrefois chercher un peu de fraîcheur, ou rêver à la patrie absente, l'esprit bercé par le murmure rythmé de l'océan, venant battre de son flot les roches madréporiques du rivage..."



    Emmanuel Istivie, hâvrais d'origine, fut comptable et agent d'affaires en Nouvelle Calédonie. A l'occasion, il écrivait des articles pour la presse locale.


    "Vers la liberté !" relate le périple romancé de trois évadés du bagne de Nouvelle Calédonie, Torrès, Coco et le Parigot, à travers l'Australie.
    Arriverons-ils à bon port, c'est-à-dire la Suisse, vus les dangers encourus : climat, désert, faune, police australienne, indigène, maladies ?


    A la suite de "Vers la liberté !", Emmanuel Istivie nous offre une nouvelle sur la rébellion canaque de 1878.

  • Chita

    Lafcadio Hearn


    Lafcadio Hearn (1850-1904)



    "Quand on se dirige vers le midi, se rendant de la Nouvelle-Orléans aux Iles, on passe par les détours sinueux de diverses rivières, à travers un étrange pays jusqu'à une mer étrange..."




    Le 10 août 1856, un ouragan tropical dévaste Last Island (Isle Dernière), au large de la Louisiane, et fait un nombre élevé de victimes.




    Après avoir entendu cette histoire de la bouche d'un vieux pilote, Hearn décide de conter ce véritable "poème du ciel et de la mer".




    Chita est une enfant sauvée de la noyade, lors de ce tragique événement, et recueillie par Feliu et Carmen.




    Ce livre fut la consécration en tant qu'écrivain de la part du public pour ce journaliste d'origine irlandaise, vivant aux Amériques, et qui prendra par la suite la nationalité japonaise.




    Lafcadio Hearn fut surnommé le "Victor Hugo américain".


  • Anatole France (1844-1924)


    "L'empereur Charlemagne et ses douze pairs, ayant pris le bourdon à Saint-Denis, firent un pèlerinage à Jérusalem. Ils se prosternèrent devant le tombeau de Notre-Seigneur et s'assirent devant les treize chaires de la grande salle où Jésus-Christ et les apôtres s'étaient réunis afin de célébrer le saint sacrifice de la messe. Puis ils se rendirent à Constantinople, désireux de voir le roi Hugon, qui était renommé pour sa magnificence..."


    "Les contes de Jacques Tournebroche", recueil de neuf contes historique, sont suivis d'une autre série, "Sous l'invocation de Clio", de cinq récits historiques également. Il est vrai que Clio est la muse de l'Histoire !

    />
    Jacques Tournebroche est l'un des personnages du roman d'Anatole France : "La rôtisserie de la reine Pédauque".

  • Indiana

    George Sand




    George Sand (1804-1876)








    "Par une soirée d'automne pluvieuse et fraîche, trois personnes rêveuses étaient gravement occupées, au fond d'un petit castel de la Brie, à regarder brûler les tisons du foyer et cheminer lentement l'aiguille de la pendule..."




    Une jeune femme mariée à un ancien colonel de l'empire passe sa vie ennuyeuse et triste entre son mari, son cousin et sa femme de chambre. Mais l'arrivée d'un jeune et beau voisin va bouleverser tout ce petit monde...



    Indiana, une histoire de sentiments dans laquelle le coeur est malmené par ses propres faiblesses, ses violences, ses maux...


    C'est le premier roman d'Aurore Dupin publié sous le pseudonyme : George Sand.

  • Albert Poisson (1868-1894)
    "Les sciences actuelles sont les filles de sciences mystérieuses dont l'origine se perd dans la nuit des temps, l'alchimie est la mère de la chimie..."
    Albert Poisson, jeune esotériste et alchimiste de l'époque romantique, a ressorti de l'oubli, ces vieux traités, écrits en mauvais latin parfois, et les a traduits en français afin de les rendres plus accessibles à l'étude.
    Transformer le plomb en or grâce à la pierre philosophale... tout le monde en rêve ! Voici donc "cinq traités d'alchimie" des philosophes du Moyen Age : Arnauld de Villeneuve, Raimond Lulle, Roger Bacon, Paracelse et Albert Le Grand.

  • De son vrai nom, Jules Pichon, Jules Chopin était historien et écivain. Il vécut longtemps à Pragues où il était lecteur à l'Université.
    En 1918, il donne sa version de l'assassinat de l'héritier de la couronne d'Autriche-Hongrie, l'archiduc François-Ferdinand et de son épouse Sophie. C'est une vision austrophobe d'où la "Main noire" et son chef "Apis" sont absents.
    La thèse de Jules Chopin est constestable et fut d'ailleurs, à l'époque, constestée ; mais elle reste très intéressante à lire car l'auteur met le doigt sur certains "hics".
    Alors qui a assassiné François-Ferdinand ?

  • Victor Méric (1876-1933) Victor Méric, journaliste et écrivain, fut anarchiste puis communiste. En 1931, il fonde la Ligue Internationale des Combattants de la Paix. "Les bandits tragiques" relate l'histoire de la tristement célèbre bande à Bonnot, bande de jeunes gens, qui laissa en très peu de temps une trace sanglante sur son passage, et cela au nom de ses idées. Anarchistes ou voyous ? Victor Méric en profite pour dénoncer la justice qui fut implacable avec Albert Dieudonné qui n'avait participé à aucun des crimes.


  • Emile Zola (1840-1902)


    "Je peux expliquer comment une famille, un petit groupe d'êtres, se comporte dans une société, en s'épanouissant pour donner naissance à dix, à vingt individus, qui paraissent, au premier coup d'oeil, profondément dissemblables, mais que l'analyse montre infiniment liés les uns aux autres. L'hérédité a ses lois, comme la pesanteur..."


    "La fortune des Rougon" est le premier des 20 romans constituant la saga des Rougon-Maquart.


    Nous sommes en décembre 1851, Louis-Napoléon Bonaparte fait un coup d'Etat... Dans le sud de la France, Pierre Rougon tente, par appât du gain et ambition, de prendre le pouvoir dans la petite ville de Plassans.


    Petit à Petit, les protagonistes de la saga se mettent en place ; comme l'a écrit Emile Zola, c'est le roman des origines.


  • Maurice Magre (1877-1941)




    "

    Une résonance de cloche est à l'origine de ma vie. Je m'éveillai, une nuit, avec le désir joyeux d'entendre le bronze retentir. Dans ce temps-là, mon sang coulait avec une si grande force sous mon enveloppe charnelle que je ne pouvais m'empêcher de réaliser ce qui m'animait."






    Fils de bâtisseur, Dalmas Rochemaure se destine à la vie monastique, bien qu'ayant appris les armes, la poésie, la philosophie et même la langue arabe. Mais l'arrivée du légat du pape, Pierre de Castelneau, au monastère, va changer le cours de sa vie...




    Une évocation romanesque de la croisade des Albigeois menée contre la foi cathare (1208-1229) par Simon de Montfort, au nom du pape et du roi de France. Maurice Magre retrace cette tragédie à travers les yeux de Dalmas Rochemaure qui en est l'acteur et le témoin.


  • Jules Verne (1828-1905)


    "Quand dix heures sonnèrent, Michel Ardan, Barbicane et Nicholl firent leurs adieux aux nombreux amis qu'ils laissaient sur terre. Les deux chiens, destinés à acclimater la race canine sur les continents lunaires, étaient déjà emprisonnés dans le projectile..."


    Suite du roman "De la Terre à la Lune" grâce auquel nous avons pu suivre les folles préparatifs du "Gun-Club" et l'envoi d'un obus habité sur la lune.


    Mais que sont devenus nos courageux aventuriers de l'espace : les Américains Barbicane et Nicholl et le Français Ardan ? Ont-ils survécu au lancement explosif ?


  • Maurice Leblanc (1864-1941)



    "Un peu avant que sonnât la demie de six heures, comme les ombres du soir devenaient plus épaisses, deux soldats atteignirent le petit carrefour, planté d'arbres, que forme en face du musée Galliera, la rencontre de la rue de Chaillot et de la rue Pierre-Charron..."




    Une aventure de Lupin, le célèbre gentleman-cambrioleur, dans laquelle celui-ci n'apparaît qu'à la seconde partie.




    En 1915, Patrice Belval, un officier ayant perdu une jambe, sauve avec l'aide d'autres mutilés, notamment le tirailleur sénégalais et manchot Ya-bon, leur infirmière "Maman Coralie" d'un étrange enlèvement.




    Patrice se retrouve alors mêlé à un sombre complot visant à vider la France de sa réserve d'or... Il s'aperçoit également qu'un mystère le lie à "Maman Coralie" dont il est tombé amoureux...




    Arsène Lupin, alias Luis Perenna, appelé à la rescousse par Ya-bon, arrivera-t-il à débrouiller ces énigmes en 48 heures ?


  • Guy de Maupassant (1850-1893)


    "Mais il existait dans la maison une vieille coutume, appelée le conte de la bécasse..."


    Guy de Maupassant nous offre un recueil de 17 histoires liées à la Normandie et aux Normands ; elles sont censées être racontées par des chasseurs lors de la "cérémonie de la bécasse" chez le baron des Ravots...


    Recueil publié en 1883.



  • Jules Verne (1828-1905)




    "En l'année 1872, la maison portant le numéro 7 de Saville-row, Burlington Gardens - maison dans laquelle Sheridan mourut en 1814 -, était habitée par Phileas Fogg, esq., l'un des membres les plus singuliers et les plus remarqués du Reform-Club de Londres, bien qu'il semblât prendre à tâche de ne rien faire qui pût attirer l'attention."




    Philéas Fogg réussira-t-il ce pari fou et onéreux de faire le tour du monde en 80 jours ? La révolution des transports, à l'époque, rend ce voyage possible ; mais de la théorie à la pratique, il y a un grand pas ! Philéas Fogg et son valet Passepartout devront faire face aux retards sur les horaires, les embûches, et... l'inspecteur Fix !


  • Paterne Berrichon (1855-1922)


    "
    L'existence active de Jean-Nicolas-Arthur Rimbaud, appert-il, était comblée de curiosités satisfaites, à bout d'aventures impressionnantes, et elle allait, nous plaît-il croire, s'éprendre, au rêve, de nouveaux et convoités concepts à traduire dans une langue visant tous les sens à la fois, lorsque - ironie de la fatalité - en l'hôpital de la Conception, à Marseille, la mort vint l'interdire."


    Qui n'a pas récité « Le dormeur du val » en primaire ! Voici la biographie de son auteur, Arthur Rimbaud (1854-1891), par Paterne Berrichon, de son vrai nom : Pierre-Eugène Dufour. Ce dernier par admiration pour le poète se maria, en 1897, avec sa soeur Isabelle. Ensemble, ils entretinrent le culte de Rimbaud.


    Cette biographie (publiée en 1897) du poète devenu aventurier est peut-être un peu trop vertueuse...

empty