Alfred de Musset

  • Lorenzaccio

    Alfred de Musset

    • Lyre audio
    • 18 Mars 2008

    1537. Alexandre de Médicis, Duc de Florence, règne en tyran débauché et sanguinaire avec la bénédiction du Pape et de l'Empereur d'Allemagne. Orgies, tueries, beuveries illustrent le climat dans lequel baigne alors la ville des Arts. C'en est trop pour Lorenzo ! Idéaliste et pur, il prend à charge de supprimer Alexandre pour libérer Florence et la livrer aux soins des Républicains. A cette fin, il prend la peau de « Lorenzaccio » : un être vil, sournois, méprisé de tous et à l'entier service du Duc... Sur une idée de Georges Sand, inspirée par la réalité historique, ce drame de Musset écrit en 1834 dans un style de feu, nous donne à contempler l'âme humaine où misère et grandeur se côtoient avec passion. Superbement interprété par Xavier Béja.

  • Gamiani : ou deux nuits d'excès

    Alfred De Musset

    • Sonobook
    • 10 Mars 2011

    Publié pour la première fois en 1833, " Gamiani ou Deux nuits d'excès " est l'ouvrage licencieux le plus lu et le plus réimprimé de tout le 19ème siècle.
    Longtemps remise en cause, l'attribution de ce texte à Alfred de Musset ne fait aujourd'hui plus de doute. En 1833, alors qu'il écrivait Les Caprices de Marianne, l'auteur aurait fait la gageure de produire en trois jours un ouvrage pornographique sans jamais faire usage du moindre mot grossier.

    Durant la première nuit, Alcide, le narrateur, caché pour percer le secret de la comtesse Gamiani, découvre cette dernière initiant la jeune Fanny au saphisme, il finit par se jeter dans la mêlée. Leur nuit de débauche est avivée des aveux de leurs plus singuliers exploits d'alcôve.
    Durant la seconde nuit, Alcide, toujours dans la position du voyeur assiste impuissant aux ébats enragés des deux femmes et écoute la suite du récit de Gamiani qui plonge toujours plus loin dans la débauche et la damnation...

  • Emmeline

    Alfred De Musset

    • Voolume
    • 10 Mars 2018

    Cette nouvelle, Emmeline, la première qu'ait composée Musset, fut publiée dans la Revue des Deux Mondes du 1er Août 1837. Elle fut très appréciée de Balzac qui y vit un chef d'oeuvre de la « nouvelle moderne ». Le thème est tiré de l'expérience même de Musset. Emmeline n'est autre que Mme Jaubert qui, après avoir été la maîtresse de l'auteur, devait devenir son amie, sa « marraine », celle que dans ses vers il appelle Ninon. Musset a fondu dans sa nouvelle des circonstances de sa première et de sa seconde liaison avec celle-ci (1836). Le rival du héros n'est autre qu'Achille Bouchet, un ami de Musset.Guillaume de Louvencourt est acteur, professeur de théâtre et metteur en scène, ancien élève du Cours Simon et de l'École Supérieure du Spectacle. Il est également chroniqueur radio et prête régulièrement sa voix à des livres audio.

  • Les nuits

    Alfred de Musset

    • Eponymes
    • 14 Février 2008

    Narration : Marianne Valery La nuit de Mai La nuit de Décembre La nuit d'Août La nuit d'Octobre Un enchantement que cette musique romantique uniquement jouée avec des mots.
    Ces poésies, parmi les plus représentatives du romantisme français, ont été écrites entre 1835 à 1837, Musset compose son chef d'oeuvre lyrique, sur les thèmes de la douleur, de l'amour et de l'inspiration.

  • Lorenzaccio ; drame en cinq actes

    Alfred de Musset

    • Eponymes
    • 29 Juillet 2013

    Lorenzaccio a été écrite en 1834 sur une idée de George Sand . Il y décrit un héros tragique et romantique, Lorenzo, affrontant la fatalité du destin. L'intrigue de cette pièce est reprise d'événements réels racontés dans une chronique de la Renaissance sur la vie de Florence au XVIe siècle .Mais Musset a modifié la fin de l'histoire. En effet dans la réalité, Lorenzo s'enfuit et reste en vie encore quelques années, alors que le personnage de la pièce se laisse tuer, car il a échoué dans sa quête et cela le désespère. Cette modification rend le personnage plus romantique Gérard Philipe : Lorenzo de Médicis, Daniel Sorano : Giomo le Hongrois ,Daniel Ivernel : Alexandre de Médicis, Jean Vilar : Le Cardinal Cibo ,Philippe Noiret : Sire Maurice.

    Georges Wilson : Scoronconcolo Monique Chaumette : La marquise Cibo Nadine Berger : Catherine Ginori Jean-Pierre Darras : Le Prieur.



    Enregistré au Palais de Chaillot.

    Réalisation : Jean Deschamps

  • Correspondances Sand-Musset

    ,

    lu par PIERRE-FRANCOIS GAREL; MELODIE RICHARD
    • Theleme
    • 9 Octobre 2011

    « Ne crois pas, ne crois pas, Alfred, que je puisse être heureuse avec la pensée d'avoir perdu ton coeur. Que j'aie été ta maîtresse ou ta mère, peu importe. Que je t'aie insipiré de l'amour ou de l'amitié ; que j'aie été heureuse ou malheureuse avec toi, tout cela ne change rien à l'état de mon âme à présent. Je sais que je t'aime et c'est tout. Veiller sur toi, te préserver de tout mal, de toute contrariété, t'entourer de distractions et de plaisirs, voilà tout le besoin et le regret que je sens depuis que je t'ai perdu. » George Sand à Alfred de Musset, Venise, le 15 avril 1834.

    George Sand et Alfred de Musset représentent à jamais les amants destructeurs et géniaux, les porte-drapeaux du romantisme littéraire et de l'amour passionnel.

empty