Andrea Richards

  • Depuis les années 1960, de plus en plus de gens abandonnent la religion. La plus grande erreur de l'Église a été d'avoir coulé la religion dans le ciment de ses dogmes et de ses doctrines. Cette erreur de base ne pourra être réparée que lorsque l'on redonnera à l'esprit sa liberté et à la raison, la place qui lui revient.
    Aurions-nous omis de remplacer la religion par quelque chose de plus gratifiant? Vivre une spiritualité profane, une spiritualité de la vie, sans pour autant pratiquer une religion relève-t-il de l'impossible? Et si la religion était remplacée, ce serait par quoi? La doctrine ne pourrait-elle pas être remplacée par des valeurs?


    Andréa Richard aborde ces questions dans cette troisième édition revue et augmentée. Quand elle dénonce, c'est pour informer et faire évoluer dans un mouvement d'entraînement une spiritualité réaliste et dénuée de conformisme, bref, au-delà de la religion.

  • Àpartir d´une vie particulièrement riche, Andréa Richard propose une réflexion vivante et enrichissante sur L´Essence de la vie. Une vision dynamique qui s´inspire d´une spiritualité par-delà la religion, essentiellement basée sur l´amour de l´autre et l´amour de soi, éléments essentiels pour arriver à trouver et à donner un véritable sens à la vie.L´Essence de la vie est, sans doute plus que tout autre chose, un beau livre sur l´amour. L´auteure a accompagné ses propos de réflexions sur le devenir humain du docteur Daniel Beaudry et du philosophe Nicolas Deville.D´origine acadienne, Andréa Richard est née à Bouctouche, patrie de la Sagouine. Après un séjour d´une dizaine d´années en France, elle revient fonder en Mauricie deux oeuvres caritatives importantes. Elle est l´auteur de plusieurs ouvrages et est aussi très active comme conférencière.

  • «Il y avait, en moi - c'est plus clair aujourd'hui - deux personnalités qui croyaient devoir se combattre : la femme d'action, toujours en quête de nouveaux défis à relever, et la femme mystique, à la recherche de la plus pure union à Dieu. C'est pourquoi tous mes efforts pour concilier les entreprises de l'une et de l'autre se heurtaient si souvent à la désapprobation des uns ou des autres. La grande idéaliste que j'étais croyait, bien naïvement, que tout ce qui se fait sincèrement porte toujours à d'heureuses conséquences.» Dès son plus jeune âge, Andréa Richard sent l'appel de Dieu. À 16 ans, elle entre dans l'une des communautés religieuses les plus rigides de l'époque. Nous sommes en 1950. Sa vision pure des ordres est rapidement en désaccord avec des règlements qu'elle trouve absurdes et inhumains, une impression qui ne la quittera jamais par la suite.
    À la lecture, si le parcours de l'auteure peut parfois surprendre et même déranger, ce livre n'est pas pour autant un pamphlet antireligieux. Grâce à son histoire, Andréa Richard nous permet de découvrir un monde qui nous est habituellement interdit et elle le décrit en toute humilité, d'une manière honnête et sensible.
    Andréa Richard est née en 1934, à Bouctouche au Nouveau-Brunswick. Après une vingtaine d'années de vie religieuse en France, elle redevient laïque. Depuis lors, elle est conférencière et auteure de sept livres, dont Au-delà de la religion et L'essence de la vie, tous deux publiés aux éditions du Septentrion.

  • Depuis l'aube de l'histoire humaine, des individus de cultures et de systèmes de pensée divers lèvent les yeux vers le ciel en quête de réponses. Les mouvements des corps célestes et leur influence sur nos vies de mortels sont au coeur de l'astrologie, discipline millénaire respectée, voire révérée, qui a permis à l'Homme d'approfondir sa compréhension de luimême et du monde qui l'entoure.
    Si l'horoscope est la forme la plus triviale d'information astrologique que nous connaissions aujourd'hui, elle puise son origine en Mésopotamie. Comme le rappelle Andrea Richards dans Astrologie, le deuxième volume de la Bibliothèque de l'Esotérisme de TASCHEN, l'astronomie et l'astrologie étaient autrefois des sciences jumelées: la Chambre du Roi de la grande pyramide de Gizeh a été bâtie dans l'alignement des constellations, les Perses ont érigé le premier observatoire et même Galilée livrait leur horoscope aux Médicis. Avec la Renaissance et l'avènement des sciences exactes, cependant, la pratique astrologique a glissé dans les domaines où le mystère était encore permis, imprégnant la littérature, les arts et la psychologie, inspirant des artistes et des penseurs comme Goethe, Byron et Blake, pour être finalement vulgarisée à l'ère moderne par les Théosophes et autre adeptes du New Age.
    Composé sous la direction éditoriale de Jessica Huntley, cette trépidante histoire visuelle de l'astrologie occidentale est le premier recueil d'envergure jamais publié sur le sujet, qui s'intéresse à la signification symbolique de quelques 400 images, des temples égyptiens à l'art contemporain en passant par les manuscrits enluminés. Les oeuvres d'Alphonse Mucha, Hilma af Klint, Arpita Singh ou Manzel Bowman se suivent en séquences qui reflètent la révolution des planètes et le cycle du zodiaque. Enrichi d'un avant-propos de l'illustre astrologue new-yorkaise Susan Miller et d'extraits d'entretiens avec de grands astrologues actuels comme Robert Hand, Jessica Lanydoo et Mecca Woods, Astrologie célèbre les étoiles et l'influence mystérieuse qu'elles exercent sur notre quotidien.

  • Les complots fomentés par l'Opus Scientilique touchent à leur but : le dangereux Jifqua peut disséminer son poison n'importe où, n'importe quand... L'organisation occulte a systématiquement un coup d'avance sur le gouvernement et l'armée, qui commencent à soupçonner des complicités à haut niveau au sein d'un gouvernement allié. L'enquête s'oriente vers le Baïren, monarchie arabe et paradis fiscal où l'argent sale peut transiter sans être inquiété. Eval se rend alors sur place, pour parler au roi des intérêts louches que partage son fils, le Prince Al Farset, avec l'Opus Scientilique. Des intérêts pas uniquement financiers...
    Terrorisme, finance occulte, enquête internationale... Richard Malka signe le grand final de cette série on ne peut plus moderne, avec ce dernier volet paroxystique et angoissant.

empty