Anne Lasserre

  • Arnaud Begay, photographe professionnel, signe ici un ouvrage d'une qualité rare, en nous offrant de partager le regard qu'il porte sur les Pyrénées. En parcourant ces pages, nous réalisons que la beauté réside, avant tout, dans la vision que nous avons d'un site, d'un paysage. Cet album est une ode aux Pyrénées.
    Anne Lasserre-Vergne, docteur ès lettres, a consacré ses travaux de recherche à l'image des Pyrénées dans la littérature française.

  • Découvrez, dans ce bel album documentaire, les illustrations incroyablement réalistes de Anne de Angelis et les textes passionnant d'un spécialiste des insectes.

    Grâce à un mélange de dessins style planche anatomique à la Deyrolle et style carnet de croquis, les insectes prennent vie.
    Du plus connu comme le gendarme, le criquet ou la mouche bleue au plus rare tel le staphylin odorant ou le dyptique bordé, entrez dans le monde de l'infini petit.

  • Au XIXe siècle, les Pyrénées sont à la mode. Les célébrités de la fortune, de la politique, des arts et des lettres s´y donnent rendez-vous : Talleyrand, la duchesse d´Angoulême, George Sand, Baudelaire, Flaubert, Chateaubriand, Hugo, Rossini, Eugénie de Montijo, Napoléon III... séjournent dans ces montagnes.
    Les Pyrénées deviennent un lieu d´échanges grâce au tourisme, aux stations thermales, à l´amélioration des moyens de transport, aux pèlerinages qui se multiplient après les apparitions de la Vierge à Bernadette Soubirous.
    Les nombreux récits de voyage, publiés tout au long du siècle, permettent de saisir comment vivaient les Pyrénéens au coeur de ces massifs où les activités traditionnelles côtoient alors les activités liées au tourisme naissant.

  • Frontière naturelle entre la France et l'Espagne, reliant l'ouest à l'est, l'océan Atlantique à la Méditerranée, les Pyrénées ont suscité et suscitent toujours de très nombreux écrits, souvent connus des seuls spécialistes. Il a paru intéressant de réunir, pour la première fois dans un recueil, des pages qui concernent l'ensemble de la chaîne, et de faire se côtoyer Ramond, le fondateur du pyrénéisme, et Sylvie Germain (Goncourt des lycéens pour Magnus), Zola et Axel Kahn, la comtesse de Ségur et Kenneth White, Kipling et Daniel Defoe racontant comment Robinson Crusoé franchit les Pyrénées, Claude Simon (prix Nobel) et Maurice Leblanc, le père d'Arsène Lupin.... Autant de regards différents posés sur ces montagnes.
    Cette anthologie propose un florilège de textes à lire à sa fantaisie, en parcourant les vallées, en gravissant les monts, au gré des siècles et des auteurs retenus.

  • Sur le chemin de l'éveil, l'auteure nous offre la quintessence poétique de son voyage intérieur. Elle laisse chanter son âme à travers les grands thèmes de la spiritualité vivante et offre des textes d'une rare profondeur. Un murmure joyeux, sensible et d'une grande délicatesse pour faire des pauses et retrouver l'élan de la vie. Pas à pas, son écriture aide à franchir les gués, à gagner des rives lointaines. Chaque page nous incite à aller encore et toujours plus vers Soi, comme une oeuvre collective à ressentir et à accomplir en soi. Des aphorismes comme des baumes pour adoucir les plaies, pour enchanter l'âme.

  • Au début des années 1970, lors d'une réunion à Paris, Miguel Asturias, prix Nobel de littérature, ambassadeur du Guatemala en France, concluait ainsi un entretien avec l'ambassadeur d'Albanie : «S'il y a du brouillard [dans votre pays], c'est qu'il doit y avoir aussi des légendes.» (Ismail Kadaré, la Légende des légendes).
    Le mythe, récit fabuleux d'une création, de ce qui « a commencé à être», est «une réalité culturelle extrêmement complexe» (Mircea Eliade, Aspects du mythe) contribuant à la cohésion d'un groupe. Dans la légende (du latin legenda, ce qui doit être lu), le merveilleux est donné comme vrai. Il prend appui sur un événement certain, un individu identifiable, un lieu précis dont s'est emparé l'imaginaire collectif. Par ailleurs, l'écrit n'a supplanté l'oral que depuis peu. Jusque-là, les légendes ne cessaient de se transformer, d'intégrer coutumes et environnement. Ce n'est que tardivement qu'elles ont été découvertes ou redécouvertes par la grâce de collationneurs, de conteurs ou d'écrivains qui les ont sauvées de l'oubli mais, dégât collatéral, souvent figées. Dans les Pyrénées, un matériau populaire - des récits épars car il n'existe pas de grands cycles mythologiques - a été transcrit par des lettrés au cours du XIXe siècle principalement.

  • Tendres ou drôles, cruelles parfois, ces nouvelles mettent en relief les multiples relations qui peuvent s'instaurer entre une mère et son enfant. Marie, Médée, Jocaste sont autant de mères différentes. Si ces récits font parfois appel à la mythologie, ils nous présentent des êtres qui appartiennent à notre quotidien et nous invitent à nous interroger sur nos comportements, en montrant combien est fragile la communication entre deux êtres que tout devrait pourtant rapprocher.

  • Antoine Victor Gaurier (1831-1879) sillonne les mers du globe jusqu'à sa mort. Il commerce avec l'Amérique du Nord, l'Amérique du Sud, l'Inde, l'Asie du Sud-Est, l'Indonésie, la Chine, en ayant conscience de vivre une période de transition, d'assister à « l'agonie des voiliers ». Ses lettres témoignent d'une époque où les voyages au long cours s'apparentaient à des expéditions aventureuses. Arrière-arrière-petite-fille d'Antoine Victor Gaurier, Anne Lasserre-Vergne hérite un jour d'une malle au trésor renfermant de nombreux documents dont un cahier sur lequel était inscrit « Copies de Lettres ». L'exploitation détaillée de cette correspondance de Gaurier à ses armateurs nous fait découvrir l'organisation du commerce maritime international au XIX e siècle : le remarquable service du courrier, les maisons de commerce, la préoccupation constante des frets, les marchandises embarquées, les relations avec l'équipage, les travaux permanents d'entretien, les contrôles du jeune Bureau Véritas, le rôle d'homme-orchestre d'un capitaine au long cours... et la mer... La dernière lettre mettait fin à la découverte d'une aventure humaine dont la grandeur n'avait d'égale que la solitude poignante. Le contenu du cahier a été reproduit intégralement en seconde partie de l'ouvrage.

  • Les légendes pyrénéennes, qui appartiennent à l'oralité et se trouvaient donc condamnées à disparaître, sont parvenues pour la plupart jusqu'à nous grâce, notamment, au recueil d'Eugène Cordier publié en 1855, et aux nombreux récits de voyages et guides publiés tout au long du XIXe siècle. Les Pyrénées sont à la mode et l'Europe s'y donne rendez-vous, découvrant dans une région excentrée des moeurs singulières au sein d'une nature sauvage. S'appuyant sur ces divers ouvrages, dont certains sont écrits par des grands noms de la littérature, l'auteur nous invite à découvrir en quoi consiste l'originalité du légendaire pyrénéen. Si les récits subissent l'influence des grands textes bibliques et des mythologies grecque et romaine, ils sont profondément marqués, et trouvent là leur originalité, par le cadre géographique, le contexte historique, le milieu socioculturel et la christianisation tardive des Pyrénées. Cet ouvrage convie à une quête passionnante, à une véritable relecture des légendes.

  • Géopolitique des pôles ; vers une appropriation des espaces Nouv.

    Les régions polaires sont engagées dans un processus de changements climatiques majeurs qui font redouter une cristallisation des rivalités pour l'accès aux richesses minières et énergétiques, ainsi qu'aux nouvelles routes maritimes dégagées par la fonte de la banquise.
    Ainsi, serions-nous à l'aube d'une nouvelle Guerre froide, voire d'un conflit armé. Or, une analyse précise de la situation et des acteurs en présence montre que ces scénarios catastrophe sont grandement exagérés.
    Plutôt que l'affirmation de la souveraineté individuelle des États, on assiste en effet à la mise en place d'une coopération au travers de traités internationaux spécifiques et d'instances de dialogue. Car l'enjeu est avant tout de gérer les impacts dévastateurs des changements climatiques au regard desquels la question de savoir à qui appartiennent les pôles est bien dérisoire...

empty