Denis Mukwege

  • La force des femmes Nouv.

    Surnommé «l'homme qui répare les femmes», le gynécologue et chirurgien Denis Mukwege a consacré sa vie aux femmes victimes de sévices sexuels en République démocratique du Congo. Dans une région où le viol collectif est considéré comme une arme de guerre, le docteur Denis Mukwege est chaque jour confronté aux monstruosités des violences sexuelles, contre lesquelles il se bat sans relâche, parfois au péril de sa vie.Dès 1999, il fonde l'hôpital de Panzi dans lequel il promeut une approche «holistique» de la prise en charge:médicale, psychologique, socio-économique et légale.Écrit à la première personne, La force des femmes retrace le combat de toute une vie en dépassant le genre autobiographique. L'héroïne du roman, c'est la femme composée de toutes ces femmes. L'auteur rend un véritable hommage à leur courage, leur lutte. Pour lui, il s'agit d'une lutte mondiale:«C'est vous, les femmes, qui portez l'humanité.»Ainsi, à travers le récit d'une vie consacrée à la médecine et dans un vrai cri de mobilisation, Denis Mukwege nous met face au fléau qui ravage son pays et nous invite à repenser le monde. La force des femmes clame haut et fort que guérison et espoir sont possibles pour toutes les survivantes.

  • Plaidoyer pour la vie

    Denis Mukwege

    • Archipel
    • 26 Octobre 2016

    L'homme qui « répare » les femmes.

    Il a connu la notoriété pour l'aide apportée aux femmes victimes d'abus sexuels durant les guerres en cours dans l'Est du Congo. Il a réchappé à de nombreuses tentatives d'assassinats, dont la dernière en 2014. Et, s'il côtoie des célébrités, il a aussi de très dangereux ennemis : la vie de Denis Mukwege est toujours menacée.
    C'est en découvrant les difficultés rencontrées au Congo par les femmes enceintes pour accéder à des soins adaptés que le Dr Mukwege trouva sa vocation. Depuis, il a fondé son propre hôpital, où il soigne les femmes victimes de violences sexuelles.
    En dépit des menaces qu'il reçoit, Denis Mukwege continue à se battre pour ces femmes. Pour raconter leur histoire, et la sienne.

  • Panzi

    Denis Mukwege

    Dans un hôpital au coeur de l'Afrique, deux hommes reconstruisent les femmes. La région du Kivu, à l'Est de la République Démocratique du Congo, est ravagée par des bandes armées depuis quinze ans. Pour asservir la population et exploiter les richesses minières, ces hommes cruels ont trouvé une arme monstrueuse : le viol et la mutilation des femmes. Détruites, elles errent dans les ruines de villages éclatés où tout espoir meurt en même temps que leur dignité. Dans son hôpital, le Dr Mukwege s'applique depuis des années à reconstruire le corps de ces femmes. Son ami, le Pr Cadière, vient d'Europe pour lui prêter main forte et nouvelles technologies. Les deux hommes, au-delà des continents, se serrent les coudes pour faire renaître les femmes d'un peuple abandonné à son sort par un monde qui se cache les yeux.

  • Témoignages du docteur Mukwege, chirurgien congolais spécialisé dans la reconstruction du corps des femmes victimes de viols et de mutilations dans la région de Kivu, à l'est de la République démocratique du Congo, et du professeur Cadière, spécialiste belge de la chirurgie minimale invasive. Tous deux racontent leur combat contre la barbarie.

  • Témoin des terribles tragédies dont sont victimes nos populations depuis la première guerre de 1996, Carlos Schuler était responsable des infrastructures pour la Coopération technique allemande (GTZ) au Parc de Kahuzi-Biega. Ces années-là, des millions de réfugiés rwandais fuyant leur pays à la suite du génocide de 1994 arrivèrent dans l'Est du Zaïre. Certains furent installés dans des camps à proximité du parc. Ce parc est un précieux patrimoine du Congo, mais aussi de notre humanité. Je me souviens qu'il alla jusqu'à mener des négociations avec de nombreux groupes rebelles et l'armée congolaise pour sauver ce patrimoine sans pareil.C'est la guerre de 1996 et les suivantes qui précipitèrent le Congo dans le naufrage et la barbarie. À côté de ses responsabilités professionnelles, Carlos a toujours été le premier soutien de sa femme, Christine, directrice de la Cité de la Joie, de V-Day et de V-World-Farm, qui mène des projets de développement en relation avec les femmes violentées.

empty