Sciences & Techniques

  • Ce livre, résolument militant et nourri par l'expérience de terrain du docteur Didier Ménard, révèle la crise du système de soins libéral plombé par une idéologie conservatrice et une économie à la dérive.

    Au fil des pages, Didier Ménard revient sur son parcours atypique et sa pratique engagée de la médecine sociale au coeur d'un quartier populaire : le Franc-Moisin à Saint-Denis (93). Et on découvre comment l'institution politique a cherché, réforme après réforme, à éloigner soignés et soignants. Mais on voit apparaître, grâce à l'engagement d'hommes et de femmes aux valeurs humanistes, la possibilité d'une solution pour une politique de santé cohérente, adaptée au besoin de la population sur un territoire.

    Défendue et développée par l'Association communautaire santé bien-être (ACSBE), la médecine sociale est observée par les politiques de tous bords depuis quarante ans. Alors que le pays a été touché par une crise sanitaire sans précédent, il est temps de retracer une partie de son histoire et de reconnaître, enfin, l'efficacité de la santé communautaire.

  • Témoignages recueillis entre le 17 mars et le 30 mai 2020.

    Après six années d'études réputées affreusement difficiles, ils s'apprêtaient à faire l'apprentissage des responsabilités à l'hôpital. Ils formeront une génération à part, "ceux du Covid", vétérans d'une mobilisation unique dans l'histoire de la médecine.
    Dans ce recueil, ils partagent, au fil des jours et de l'avancée de la bataille contre la pandémie, leur expérience de cette crise, leurs doutes, leurs regrets, leurs espoirs. Leur parole est libre, leurs impressions et analyses sont très variées.
    Ils nous parlent du coronavirus, bien sûr, mais aussi beaucoup d'eux-mêmes, de leur parcours, leur vocation, leurs attentes déçues ou comblées.
    Au coeur d'une lutte qui ne fait que commencer, ils ont peu de certitudes mais soulèvent nombre de questions pertinentes. Des questions dont il faudra attendre longtemps pour trouver les réponses. D'ici là, chacun se sera battu contre le Covid-19 sans ménager ses efforts.
    En langage d'internes - ils ont beaucoup insisté -, cela se dit : "Simplement faire son travail."

  • Tout voir, tout savoir, tout dire, tel est le nouveau modèle de la médecine.
    De nos jours, persuadé qu'aucun symptôme n'est anodin, le malade a peur de consulter du fait des performances du diagnostic.
    De son côté, le médecin, soumis à une nouvelle législation, très contraignante, n'est plus libre ni de son intuition, ni de sa pensée, ni de ses propos. Il est obligé de dire tout ce qu'il voit : c'est la fameuse exigence de vérité. Issue de la révolution technique des années 1990 et de la législation de 2002, une « nouvelle culture médicale » est née. Elle heurte, fragilise, interroge tous ceux qui y sont confrontés de près.
    Que se passe-t-il alors lors du voyage d'un être humain à travers sa maladie ? Cet ouvrage tente de le décrire et de proposer des pistes pour aider la médecine à sortir d'une impasse où l'on essaie de guérir mais pas de soigner, et où l'on soigne la maladie mais pas le malade.
    La première partie, clinique, se fonde sur les témoignages de malades et de leur famille, ainsi que sur ceux de médecins de tous horizons qui ont bien voulu parler sincèrement de leur pratique.
    La deuxième, plus théorique, s'est enrichie des explications de professionnels non médecins, afin d'éclairer et de relativiser les notions de vérité, de statistiques et de probabilités, tant utilisées en médecine.
    La troisième partie concerne les conséquences psychiques dramatiques pour le malade des « vérités » qui lui sont assenées, apparemment ignorées des médecins, et qui ajoutent une détresse supplémentaire à son désarroi. Nous tenterons de les décrire afin qu'elles soient mieux prises en compte.
    Enfin, une analyse critique de la loi Kouchner 2002 par une juriste spécialisée en droit de la santé permet de la faire connaître - car elle ne l'est pas - afin de mieux l'appliquer, en particulier sur la question du pronostic, qui n'est pourtant pas obligatoire.

  • Lorsqu'on me demande quel est mon métier, j'aime à répondre : accoucheuse d'âmes.
    Je suis celle qui allume la lumière dans le bordel affectif de l'autre. tant d'hommes aujourd'hui ne savent plus très bien comment se situer dans leurs relations amoureuses. trop machos, trop virils ou trop sensibles, ils ont l'impression que les femmes ne seront de toute façon jamais contentes. les hommes, lorsqu'ils sont acceptés pour ce qu'ils sont, font des compagnons de vie formidables. mors cessons de les critiquer, nous les femmes, parce qu'ils ne sont pas comme nous le voudrions.
    Car, après tout, quelle femme voudrait d'un homme qui lui ressemble ? " dans un texte intime et attachant, dont le point de départ est une lettre qu'elle écrit à son père décédé, brigitte lahaie s'adresse à tous les hommes. et c'est une magnifique déclaration d'amour que leur envoie celle qui se décrit comme " une féministe tout contre les hommes ".

  • Guillaume nous a quittés un jour de mars 2013, après deux ans et demi d'un combat magnifique contre une leucémie aiguë. Il était notre fils. Il avait 24 ans.
    J'ai décidé d'écrire ce livre le dernier jour de sa vie. Il nous a parlé, ce jour-là, avec tant de bonté, de douceur, de sagesse que je me suis dit : « Ce n'est pas possible, c'est un trop bel exemple d'amour, je dois le raconter. » Quand je parle de lui, j'ai l'impression que je le fais revivre.
    Ce livre est aussi un enseignement au jour le jour autour d'un malade, et une réflexion sur quelques débats de société qui n'ont pas manqué d'affleurer autour de la maladie : les enjeux politiques et commerciaux dans l'attribution des médicaments, le rôle des médecins dans l'accompagnement des patients, la place de la religion ou encore le rôle d'Internet.
    Guillaume nous a appris que l'amour, s'il ne gomme pas la maladie ni la mort, peut les transcender.
    À travers ce livre, je veux qu'il laisse une trace.

  • Nous sommes naturellement porteurs de germes et chaque jour en contact avec de nombreux autres. Nous ne succombons pas pour autant sans cesse à des infections. Nos défenses, en particulier nos globules blancs et nos anticorps, sont le plus souvent capables de s'opposer à l'agression. Pourtant, de temps en temps, nous résistons mal. Trois raisons principales à cela. Nous sommes fatigués. Pour se multiplier et être efficaces, globules blancs et anticorps ont besoin d'énergie. Si nos réserves en énergie sont basses, nous sommes vulnérabilisés. Nous manquons de certains outils pour que nos défenses fonctionnent bien. Quelques nutriments clés nécessaires à la production des armes antivirales et antibactériennes ou à leur efficacité ne se trouvent pas en quantité suffisante dans notre organisme. Nous consommons des aliments qui profitent aux agents infectieux. Par exemple, les acides saturés du beurre, des fromages, des fritures permettent aux virus et aux bactéries de se forger des membranes inattaquables par les globules blancs. Avec l'apparition de vagues successives d'alertes infectieuses, SRAS, grippe aviaire, grippe A, il semble opportun de connaître les outils pratiques qui permettent de mieux faire face à ces menaces. C'est ce à quoi s'attache le Dr Curtay dans ce livre pratique dont la lecture reste distrayante. On y apprend comment optimiser nos réserves en énergie (respiration, répartition des calories, facteurs nutritionnels et non nutritionnels), comment « nourrir » nos défenses anti-infectieuses, désarmer les agresseurs et prévenir les infections courantes chez différents types de population (femmes enceintes, enfants, adolescents, seniors, sportifs, allergiques.) ou encore avant un examen ou une opération chirurgicale. Enfin, chaque affection fait l'objet d'un traitement particulier, du simple rhume à la septicémie en passant par la grippe (A et autres), le zona, l'otite et la gastro-entérite.

  • « Au départ, ce livre n'était pas un but, mais une nécessité. Ces pages griffonnées devaient être une lettre pour lui, le mari. Puis, ma route ayant croisé celle de nombreux migraineux, j'ai réalisé que nous faisions tous face à un même problème : l'incompréhension de l'entourage. » Ces Tribulations relatent le quotidien de Delphine, mariée, trente-cinq ans, mère d'un petit garçon de cinq ans, migraineuse. Entre son travail, son fils, sa vie de couple et les sorties (souvent douloureuses) entre amis, elle « pérégrine » à la recherche du traitement miracle. De l'homéopathe qui lui demande solennellement si elle mange le gras du jambon avant de lui délivrer une ordonnance à lui faire perdre son latin, à l'acupuncteur aveugle qui lui recentre son champ d'énergie, en passant par le grand ponte de la migraine, au cabinet luxueux, qui ne fera pas avancer le Schmilblick malgré un chèque « dont le montant explique le cadre », et les différents praticiens de la planète psy, elle tente tout, jusqu'à la gouttière qui lui donne « l'air sexy d'un boxeur » et les hormones qui, très vite, à raison d'un kilo supplémentaire par semaine, menacent de la transformer en vache limousine. Force est de se rendre à l'évidence : la migraine ne disparaît pas comme des poux après un shampoing. Trouver le bon médicament demande des années... pour les plus chanceux. En couple comme en société, la migraineuse, c'est la rabat-joie, celle qui ne boit pas de champagne le 31 décembre, celle qui doit avouer piteusement « Oui, la fumée de votre cigarette me gêne... », la casse-pieds qui demande qu'on arrête la musique, qu'on éteigne la lumière, celle qui dit, la mort dans l'âme, « Non, chéri, pas ce soir... » avant d'avaler un Triptan, deux somnifères, de glisser sous la couette et de s'endormir, une poche de glace sur la tête. Ce livre a pour but de détruire la barrière séparant les non migraineux de l'espèce migraineuse (12 % des Français, soit 7 millions de personnes ! 25 % de femmes, en particulier les 30-49 ans exerçant une profession intellectuelle). Delphine raconte son calvaire avec un humour décapant, de quoi remonter le moral aux 50 à 60 % de migraineux qui sont également dépressifs ! Un livre de chevet que les migraineuses pourront toujours, l'air de rien, poser sur la table de nuit de leur compagnon...

  • En juin 2000, Rémy Salmon a été victime d'un grave accident de moto, au cours duquel il a été temporairement paralysé des membres inférieurs. Commotionné, il n'a cependant pas perdu conscience et a suivi en toute lucidité les différentes étapes de son parcours d'accidenté : l'intervention du Samu, le transfert et l'admission à l'hôpital, les trois opérations qu'il a dû subir, la longue hospitalisation avec son cortège de maux grands et petits. Car ce patient n'est pas un patient comme les autres. Sa connaissance de l'hôpital en tant que praticien et son passage involontaire de l'autre côté du miroir ont généré chez lui une réflexion sur les difficultés de communication entre soignants et soignés et, de façon plus générale, sur l'exercice de la médecine. Un témoignage tout en empathie et d'une grande humanité, qui aborde, entre autres thèmes, l'angoisse inévitable du patient et son besoin d'écoute, l'énoncé du projet thérapeutique au patient, la nécessité du second avis médical, les dysfonctionnements d'un service hospitalier, le risque de dépression. Le Dr Salmon explique aussi que le patient doit effectuer un travail de restructuration, que le médecin ne peut faire à sa place. Un livre qui nous concerne tous.

  • Notre corps est un tout ; il reçoit en permanence des informations qui, si elles ne provoquent pas de désordre apparent dans l'immédiat, restent inscrites dans les tissus, certaines créant un déséquilibre interne. Mais le corps s'adapte et continue de fonctionner jusqu'au jour où, à la suite d'un choc, physique ou émotionnel, d'une mauvaise posture, une pathologie va apparaître. L'ostéopathe ne se contente pas de faire disparaître les symptômes ; son but est de retrouver l'information initiale qui a en quelque sorte enrayé le système, afin de permettre à l'organisme de récupérer toutes ses capacités de fonctionnement. Pour lui, en effet, la santé ne se résume pas à l'absence de maladie. Elle est, comme la définit l'Organisation mondiale de la santé (OMS), « un état complet de bien-être physique, mental et social ». Jean-Pierre Guillaume nous fait ici partager le fruit de longues années de pratique et de recherche. Une méthode de soins, à la fois curative et préventive, qui va à l'encontre de bien des idées reçues et nous conduit à envisager notre santé d'une autre façon. Cette démarche, originale et profondément humaniste, se veut au service de l'individu dans son ensemble, sujet singulier pris dans une histoire particulière. Pour tous et à tous les âges, elle est un accompagnement qui aide chacun à retrouver ses forces de vie.

  • Ces interrogations, ces angoisses, ces espoirs, je les entends dans mon cabinet à longueur de consultation. Ils relèvent autant d'une recherche de bonheur et de bien-être que de beauté. Et parce que ce sont mes patients - des femmes surtout, mais aussi quelques hommes - qui parlent le mieux de l'âge et des changements physiques qu'il entraîne, j'ai voulu leur donner la parole, les écouter se raconter. " Surtout, que cela ne se voie pas ! " C'est leur leitmotiv, y compris pour celles qui ont franchi la ligne jaune et voudraient retrouver un peu de naturel. Se plaire, c'est s'aimer. Avec ce livre, j'ai voulu montrer que si la médecine esthétique embellit la vie, elle permet surtout de se révéler, à la condition qu'on ne l'envisage jamais dans l'urgence ou le désespoir, mais qu'on choisisse le bon moment.
    L.M.

  • Comment se construit-on, quelle place se fait-on dans la vie et dans la société lorsqu'on a pris l'habitude précoce de se voir (ou d'être vu) avant tout comme un diabétique et que l'on se sent différent des autresoe C'est à cette question que s'efforce de répondre ce témoignage: à mi-chemin entre la confidence autobiographique et l'autofiction, il permet de mieux comprendre les obstacles ou les limites que cette affection chronique peut mettre à la réalisation de soi. C'est à la fin des années 1960 que l'on diagnostique chez la jeune Suzile, âgée de douze ans, un diabète de type 1, qui va nécessiter des injections quotidiennes d'insuline et une surveillance régulière. Cette pathologie est alors bien connue et soignée, mais elle représente encore, aux yeux du public et même du corps médical, un handicap certain. De fait, la vie familiale de Suzile, ses relations avec ses frères et, surtout, sa mère vont se trouver infléchies par la prise en charge de la maladie, avec son cortège de contraintes. C'est après des années de recherche d'emploi et d'existence plutôt solitaire, en retrait, que la jeune femme décrochera un poste de secrétaire médicale et apprendra à s'ouvrir aux autres au sein d'une association de diabétiques, jusqu'à trouver l'épanouissement et l'équilibre affectif tant désiré. Un témoignage d'une grande sensibilité, un parcours de vie exemplaire.

  • C'est une guerre impitoyable que le chercheur américain craig venter, dénommé le "sorcier de l'adn", livre aux plus grands scientifiques de la planète.
    Après avoir décodé le génome humain, craig venter veut recréer la vie de façon synthétique. en nous entraînant dans cette course folk, les deux auteurs plongent au coeur de notre intimité génétique. ils décrivent les prouesses qui ont permis de décrypter l'adn et nous révèlent les secrets insoupçonnés du génome. ils nous racontent un monde qui se jalouse, se déchire face à des enjeux scientifiques et politiques vertigineux.
    Avec le meilleur: la révolution de la médecine, la guérison de maladies jusque-là incurables. et le pire: les risques de ségrégation génétique et la tentation de l'eugénisme.

  • Beaucoup ignorent encore aujourd'hui qu'en matière de sexualité, le plus fort, le mieux armé par la nature est... la femme ! Car l'homme, capable de tant de force, de créativité, parfois même d'héroïsme, a un point faible : sa sexualité. Dès la première difficulté et l'anxiété qui en découle, il perd tout contrôle sur son érection et son éjaculation. Ces problèmes, dont il n'ose pas parler, affectent aussitôt son image de soi et sa relation de couple. Il en résulte doutes, repli sur soi, ou colère et agressivité. Il se demande toujours ce qui lui arrive. La réponse est simple : il est dans sa nature d'homme d'être fragile. Mais quelle est la raison d'une telle fragilité ? Comment aller vers la guérison ? Comment recouvrer une vie sexuelle épanouie ? Un livre passionnant et plein d'humanité, partant d'histoires vécues, pour mieux se connaître et dénouer les situations de crise dans le couple.

  • Les hommes sont comme les arbres, on les croit éternels et immuables...
    Jusqu'à ce qu'une tempête vienne à souffler.
    Comme les forêts françaises, Philippe Vigand a souffert de vents dévastateurs. Ils ne l'ont pas projeté à l'extérieur mais l'ont enfermé au fond de lui-même. Locked-in syndrom. Depuis, il est invalide et muet. Mais les esprits de la forêt sont toujours en lui et il les fait chanter. Promeneur condamné à ]'immobilité, il découvre, insatiable, la magie d'une nature dont rien n'arrête le mouvement.
    Philippe Vigand nous fait partager sa passion, à travers de courts récits, sobres et émouvants.
    Mêlant passé et présent, ils apparaissent comme les fragments d'un bonheur permanent dans une vie coupée en deux.

empty