Langue française


  • au début du xxie siècle, un cinquième de la population de la planète se rattache à la religion musulmane selon des modalités qui varient considérablement d'une région à l'autre.
    peut-on réduire l'islam/islam (religion et civilisation) a un
    ensemble de traits qui le caractériserait en tous temps et en tous lieux ? une approche historique et géographique s'impose pour comprendre les processus sociaux, politiques et culturels qui sont à l'oeuvre dans le monde, au sein des différentes populations musulmanes. de la prophétie muhammadienne au califat ottoman, des guerriers nomades du désert aux marchands-navigateurs de
    l'océan indien, du coeur de la péninsule arabique aux périphéries " occidentales ", de la centralité du pèlerinage à la mecque à l'infinie variété des pèlerinages locaux, de l'héritage des savoirs médiévaux à la chaîne de télévision qatariote al-jazira, des souks traditionnels au système bancaire " islamique ", des règles de l'hospitalité au terrorisme d'al-qâ'ida, cette synthèse explore toutes les composantes de la religion et des cultures musulmanes.
    même si les populations musulmanes, comme bien d'autres, traversent aujourd'hui des épreuves diverses, économiques, sociales ou politiques, faut-il craindre pour autant le choc des
    civilisations annoncé par samuel huntington ?.

  • Au début des années 1970, Raymond Marcellin, alors ministre de l'Intérieur, s'inquiète de la radicalisation politique d'une partie du clergé catholique. Dans les rangs de l'extrême-gauche ou engagés au coeur des luttes sociales et anti-impérialistes, de jeunes prêtres apportent le soutien de Dieu à l'élan révolutionnaire.
    Cet ouvrage analyse les conditions de cette politisation à travers l'histoire des religieux dominicains de la province de France. À partir du dépouillement d'archives inédites, ce sont toutes les controverses sur l'adaptation de la vie religieuse aux évolutions de la société française qui se trouvent retracées depuis les années 1940 jusqu'à la fin des années 1970. De l'arrêt des prêtres ouvriers en 1954 à la guerre d'Algérie, du concile Vatican II à mai 68, les jeunes générations de dominicains se sont progressivement détachées de la forme de vie conventuelle et contemplative. Le retrait du monde dans l'asile des couvents est apparu de moins en moins comme un mode de vie pertinent. La province dominicaine de France entre alors dans une crise profonde.
    Cet ouvrage renouvelle les approches de la crise du catholicisme dans la société française en montrant qu'elle a pour trame un conflit profond sur l'engagement nécessaire pour mener une vie évangéliquement vraie. Il apporte également un éclairage neuf sur l'histoire politique et sociale des Trente Glorieuses.

  • La géopolitique, au XXe siècle, a tenté de mettre en place de grands systèmes d'interprétation du monde, liés aux facteurs politiques, économiques et sociaux. Le XXIe siècle s'ouvre sur un coup de théâtre : il ne semble plus possible de comprendre le monde sans prendre en compte des aspects beaucoup moins quantifiables. Il s'agit du retour d'anciens « moteurs du monde » qu'on croyait grippés ou relégués en pièces de musée : les civilisations et les religions. Pourtant, les aspects religieux n'apparaissent jamais seuls en matière de géopolitique. Ils se mêlent aux éléments politiques, sociaux, économiques et surtout territoriaux.
    Le présent ouvrage se propose de lire les grandes dynamiques mondiales et de voir comment les religions les portent ou sont portées par elles. Davantage qu'un catalogue des géopolitiques de chacune d'entre elles, on verra quels sont les liens entre religions et identités, religions et territoires, religions et économie, religions et mondialisation. Davantage qu'un inventaire des conflits présentant une dimension religieuse, on s'attachera à montrer quelles logiques sont à l'oeuvre. On verra ainsi comment, en tentant de mettre en place des lois éternelles dans le monde d'aujourd'hui, les croyants contribuent à créer le monde de demain.

empty