Arts et spectacles

  • "Cap vers le large à la découverte de la vie inédite du gouf de Capbreton.
    Résultat de plusieurs années de travail et de plongée en apnée dans les eaux bleues de la baie de Biscaye l'auteur, Lilian Haristoy, nous transporte dans un monde méconnue mais si proche de nous.
    Ce livre de photographies inédites nous dévoile un écosystème d'une richesse incroyable et surprenante de beauté, des thons rouge aux orques en passant par les dauphins ou encore les poissons lune ce voyage en mer éblouissant témoigne des trésors du gouf de Capbreton.
    Cet écosystème est en perpétuel mouvement au fil des saisons, la plupart des espèces sont migratrices comme les oiseaux marins, les thons ou certains cétacés. Les paysages marins, les ambiances aussi changent, la vie sauvage se donne en spectacle pour notre plus grand bonheur. Ce canyon sous-marin et ses courants peuvent accueillir certaines espèces animales insoupçonnables dont certaines arrivent tout droit des mers chaudes.
    Cet ouvrage est l'occasion d'offrir au public un regard nouveau sur l'océan et lui permettre de s'approprier le gouf de Capbreton en levant les yeux vers l'horizon et vers ce patrimoine naturel exceptionnel. Ce canyon sous-marin mérite le respect et la valorisation au même titre que nos montagnes pyrénéennes que nous admirons quotidiennement."

  • L'histoire de 50 objets iconiques du Pays Basque recueille une série d'objets illustrant la capacité d'innovation de ce territoire aux sept provinces. Aperçu d'un patrimoine matériel et immatériel précieux que, d'après les auteurs, on n'a pas su mettre en valeur.

  • "La danse populaire est un art vivant. À ce titre, elle ne cesse de se modifier, de « changer » comme disent les témoins. On aurait tort de vouloir y chercher de nos jours la copie fidèle de ce qui existait « de tout temps ». On n'arrête pas le temps ! Les témoignages ne sont que de circonstance ; les dires sont fondés sur la mémoire, ses déviances et ses exagérations. Il faut se résoudre à écouter « la tradition », c'est-à-dire ce que racontent les acteurs, eux qui vivent cet art, et transcrire humblement leurs propos. Tel fut mon parti pris : les dires des témoins furent privilégiés, mes opinions étant parfaitement accessoires, j'ai évité de les mettre en avant.
    Cette étude est consacrée à l'école Elgoyhen et Bürgübürü de Tardets. Elle fait figure d'Académie de danse, au sein de ces écoles majeures du siècle dernier, dans cette Soule où la danse a toujours fait partie du mode de vie.
    "

  • Les linteaux basques

    ,

    • Elkar
    • 10 Octobre 2017

    "La maison est le fondement de l'identité basque traditionnelle, chaque personne est connue par la maison d'où elle est issue. Cette place fait qu'au-delà de l'enveloppe de pierre, la maison est un corps juridique, politique, social, religieux, et cela se marque par le linteau, cette pierre posée sur la porte d'entrée et qui sert de véritable carte d'identité affichée aux yeux de tous. Ces pierres, comme tant d'autres éléments de la culture basque, passent pour « emblématiques » et « pittoresques » mais sont en réalité mal connues. Elles nécessitaient un ouvrage alliant esthétique photographique et fond rigoureux mais adapté au grand public.
    Les spécialistes : Ce livre est le parfait équilibre entre le travail de l'un des meilleurs - et des plus célèbres - photographes du Pays Basque nord (Kepa Etxandi) et le texte du plus fameux ethnographe local, fondateur de l'association Lauburu (Mikel Duvert).
    "

  • Pottoka

    Claude Coste

    • Elkar
    • 20 Juin 2012
  • Kantuketan ; l'univers du chant basque

    Collectif

    • Elkar
    • 30 Octobre 2002

    L'action devait étonner par son originalité, elle surprit aussi par son ampleur.
    L'idée de l'Institut Culturel Basque était a priori d'une grande simplicité : " le chant basque " fédère un ensemble d'activités disparates, pourquoi ne pas les faire jouer ensemble ? Le charisme de Pantxoa Etchegoin fit le reste et tous se sentirent concernés, enseignants et artistes, instrumentistes et choristes, enfants explorateurs et compositeurs de renom, tous spécialistes de musique traditionnelle ou virtuoses de l'écriture contemporaine, enragés de trash metal ou surfeurs sur mélismes basa...
    Inaugurée au printemps 2001 à l'Espace Carré-Bonnat de Bayonne, une exposition présentant " l'univers du chant basque " accompagna cette vaste mobilisation.
    Aujourd'hui, elle poursuit sa route européenne et transatlantique. Ce livre polyphonique en est la face cachée. De là sa spécificité : il ne s'agit pas d'un catalogue d'exposition, mais d'un exposé des arguments qui ont servi à sa préparation.
    Il examine la façon dont une communauté humaine fait exister " le chant basque " depuis l'oeuvre inaugurale de Juan Ignacio de Iztueta (1767-1745). Ce parcours nous mène des efforts de caractérisation formelle (Denis Laborde) à la formation des premiers recueils (Jon Bagües), des stéréotypes du chanteur basque dans l'opéra (Natalie Morel Borotra) à la question politique du chant engagé (Xabier Itzaina), de la religion (Jean-Jacques Castéret et Patricia Heinegger) à la danse (Xabier Itzaina) et à l'hybridation des répertoires dans la diaspora (Joseba Etxarri).
    Il nous offre aussi de précieux instruments de travail : l'enquête sur la pratique du chant choral en Iparralde réalisée par l'institut de sondage SIADECO ; l'inventaire des recueils conservés à la Biblioteka Eresbil d'Errenteria.
    S'ouvre ainsi un champ ouvert pour des études renouvelées qui nous font considérer que " le chant basque " tire moins ses caractéristiques d'hypothétiques propriétés structurelles que de la façon dont chanteurs et audience entrent en relation.
    Ainsi chaque chant décline-t-il une manière d'être, dans cette région d'Europe où, entre le papier glacé des revues de kiosque et les lois d'exception qui la gouvernent, une communauté humaine s'obstine à inventer du lien social.

  • En Pays fiasque, des artistes de la parole chantent en improvisant des poèmes versifiés, rimés, rythmés sur un thème imposé.
    Ce sont des bertsulari, littéralement des " faiseurs de strophes ". Pour les adolescents qui fréquentent les écoles d'improvisation, ce tour de magie est un jeu d'adresse dans lequel ils entendent bien exceller. Ils élaborent pour cela de savantes stratégies de mémoire qui font d'eux des cousins de Quintilien ou de Cicéron, de Giordano Bruno ou de Raymond Lulle... Car, en réalité, cet art d'improvisation est un art de la mémoire.
    Mais la mémoire ne fait pas tout, ni la virtuosité computationnelle. Car l'improvisation ne se résume pas à l'exploit individuel d'un improvisateur seul en scène. Les outils de l'action située et l'analyse du rapport entre planification et engagement dans l'action nous font apercevoir qu'elle est au contraire une création collective. Ici, le public joue un rôle cardinal. Faut-il voir dans cet apparent paradoxe les raisons du succès du genre ?.
    Car l'art des bertsulari est en plein essor. Ses acteurs deviennent des professionnels, ouvrent des écoles et, dans cette région agitée de l'Europe, érigent l'improvisation poétique en emblème d'une identité revendiquée. C'est dans le mouvement qui, sous les auspices du folklore, érigea des pratiques ordinaires en marqueurs d'une " culture basque " que cet art devint une pratique culturel-le, promue en spectacle et mise au concours.
    Commencée en 1935, la série chaotique des championnats du Pays Basque va dans ce livre nous conduire à Saint-Sébastien le dimanche 17 décembre 1989, jour de finale. Cette finale entérine la fin d'une histoire et inaugure une ère nouvelle, marquée par un rajeunissement spectaculaire de ces magiciens du verbe et par la virtuosité de jeunes femmes qui relèguent les champions d'hier au rang d'illustres prédécesseurs.
    De quoi rassurer tous ceux qui, à longueur d'une vie, auront tenu à faire de ce jeu incessant avec la fragilité de l'instant qu'est l'improvisation poétique l'un des opérateurs de continuité d'une société humaine

  • Haizeen Meneko

    Auguxtin Alkhat

    • Elkar
    • 24 Février 2015

    Après la sortie de son disque d'une grande originalité de 6 morceaux intitulé IHES EGIN en mars 2013, et à l'issue de son passage dans le studios d'Elkar pour une session d'enregistrement l'année dernière, ce printemps verra le jour le premier album long d'Aguxtin Alkhat, le chanteur originaire de Hélette en Basse Navarre, sous le label ELKAR.
    C'est directement au sein du giron familial qu'Aguxtin a connu cette force de la tradition, particulièrement grâce à son père Ernest. Bien que son langage musical se pose surtout sur une base pop rock, dans le fond, il est le fruit de la tradition de chant lyrique du Pays Basque Nord, dans son mode de composition de chansons tout aussi empreintes de beauté que de proximité, pour nous faire la démonstration de sa personnalité et de son style si particuliers.

empty