Nirvana

  • Ce livre montre comment la mutation survenue dans le passage de l'habitat « traditionnel » à l'habitat « moderne » a fait du logement un support de marquage du statu social. Basé sur une recherche engagée sur des partiques de l'habiter, il aide à déterminer les usages différenciés du logement et leurs significations par rapport aus différents catégories sociales.

  • Ferjani mène sa critique systématique sur un double front : le culturalisme autochtone d'un côté, et l'essentialisme orientaliste de l'autre. Car les deux affichent une irrésistible fascination pour les mots et catégories aux dépens des faits et des enjeux. Ce volume regroupe un ensemble de textes publiés séparément ou/et donnés sous la forme de communications à des occasions diverses. Ils ont en commun d'avoir pour objet les problèmes épistémologiques que posent l'approche des faits islamiques et l'étude comparée des religions.

  • L'ouvrage collectif Cités et architectures de Tunisie, fruit de la collaboration d'auteurs éminents reconnus ou de jeunes chercheurs dans le domaine se penche sur l'histoire architecturale et urbaine de la Tunisie moderne et contemporaine des XIXème et XXème siècles.
    Le livre se présente comme un ouvrage de référence aux contributions originales approfondies permettant au lecteur averti mais aussi à un public plus large d'appréhender l'histoire des savoirs architecturaux et urbains Tunisiens dans leurs interrelations aux sociétés et aux acteurs qui les mettent en oeuvre.
    Ainsi les diverses contributions dialoguent et se répondent entre elles. Elles proposent une panoplie de thèmes et de questions examinées à la lumière des méthodes de l'histoire architecturale et urbaine.

  • Au delà de sa dimension proprement ethnographique et scientifique, Magie et Sacre de l'Odeur pourrait être lu comme une succession d'images olfactives décrivant la vie de la femme tunisienne traditionnelle, en dépeignant avec des odeurs d'encens, de la naissance à la mort, les moments insignes de son existence.
    Finalement, le mérite de cette étude serait d'avoir montré, d'une part comment dans une poignée d'encens, farrago en apparence hétéroclite et dérisoire, et dans quelques mots et gestes étranges et subreptices, se reflète en réalité l'infini, et d'autre part que, du point de vue magico-religieux, le quotidien n'est pas si ordinaire que cela, mais un extraordinaire chaque jour renouvelé. Il s'agit des résultats d'une recherche ethnopsychologique portant sur les odeurs rituelles et les rites olfactifs en Tunisie, sur leurs significations et leurs symboles, relatifs aux différentes situations de la vie quotidienne des gens, notammene des femmes; évén ements ordinaires/extraordinaires, néfastes/fastes, profanes/ sacrés de leur existence, depuis la naissance jusqu' à la mort ; observations effectuées au cours des trente dernières années (1982 - 2014), et recueillies, dans les régions du Nord au Sud du pays, pricipalement auprès des femmes;Ce sont des traditions osmologiques et thuraires à multiples fonctions, domestique(désodorisante), corporelle(déodorante), esthétique et sexuelle( "pour plaire"), préventive et thérapeutique, funéraire, eschatologique et mystique , et plus généralement religieuse et magico-apotropaîques, censées attirer le Bien et repousser le mal ; pratiques rituelles plusieurs fois millénaites qui, dépassant le cadre local, relèvent du patrimoine culturel immatériel de l'humanité, et dont beaucoup d'éléments_du fait de leur immatérialité et de l' oralité de leur transmission, de mère à fille(s)_ont disparu, ou sont en voie de l'être. Cette ouvrage permettrait donc, du moins je l'espère, sinon d'en assurer une totale et complète sauvegarde, du moins de garder une trace écrite de ces traditions orales fragiles, ménacèes de disparition. Le livre MAGIE ET SACRE DE L'ODEUR, très dense, compte environ 300 pages, quelques illustrations et figures, une riche bibliographie d,e plusieurs centaines de références, et en Annexe notamment la liste des noms (en français, latin et arabe vernaculaire) de quelque 100 substances( végétales, animales et minérales), répertoriées au cours de l'enquête, entant dans la composition de nombreus systèmes d'encens (dont certains en comportent jusqu'à 40 ), et des rites complexes, verbaux et non- verbaux, qui les accompagnent, fidèlement décrits et interprétés.

  • Révolution, fuite du dictateur, dissolution du parti destourien, élections libres, islamisme au pouvoir, assassinats politiques, terrorisme islamiste, manifestations, négociations, alternance au pouvoir, recompositions politiques, tout cela et plus en cinq ans, depuis le déclenchement de l'insurrection en Tunisie. De l'enchantement révolutionnaire, le peuple passe au désenchantement, de l'euphorie à l'apathie.

    La réflexion contenue dans cette contribution part de ce constat. Elle est motivée par les tentatives hégémoniques de l'islam politique qui a profité de l'avènement de la révolution dans l'histoire nationale pour essayer de renverser les équilibres sociaux établis. Les assassinats abjects prémédités de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi ont ouvert un chapitre nouveau dans l'histoire de la Tunisie, empreint de terreur, de violences et d'attentats dont les derniers ont ensanglanté à plusieurs reprises l'année 2015. Ces actes sont une preuve supplémentaire de la tentation fasciste des mouvements islamistes que cet essai tentera d'analyser.

    Ce livre se veut une réflexion sur les éléments profonds constitutifs du devenir même du Tunisien, de la tunisianité. Il propose également une contribution humble et personnelle en vue de consolider le processus de mise en oeuvre des valeurs et principes du vivre-ensemble pour assurer l'irréversibilité des libertés conquises et permettre au peuple, dans toutes ses composantes, une vie digne et libérée de tous les despotismes et des différentes formes d'intégrisme.

  • Goulag et démocratie

    Mohamed Talbi

    • Nirvana
    • 1 Janvier 2011

    « Je suis un historien, je ne suis pas un passeur de pommade ». Le grand penseur et historien tunisien, Mohamed Talbi a tenu, d´emblée, à nous avertir : il ne faut pas compter sur lui pour faire dans la nuance, ni pour user de circonlocutions s´agissant d´un régime « qui a fait de la Tunisie un goulag ». Son réquisitoire contre Ben Ali et le Changement « maudit» sera d´autant plus implacable qu´il sera solidement argumenté. L´ouvrage, achevé en septembre 2007, à mi-chemin entre l´autobiographie et le livre d´histoire, intitulé « Goulag et Démocratie » sera refusé par toutes les grandes maisons d´édition étrangères comme le Seuil, Albin Michel, Fayard, Plon, ce qui en dit long sur la conspiration du silence dont a bénéficié Ben Ali pendant 23 ans. De guerre lasse, M. Talbi le lancera sur internet sous le titre. « Le rap dans la musique moderne » avant d´être effacé par qui vous imaginez. L´auteur dut attendre le départ de Ben Ali pour le publier en février « à compte d´auteur ».

  • Comme la Chine s'est réveillée hier pour devenir une grande puissance, le monde arabe est en quête d'un renouveau, devenu plus que jamais inéluctable et dont la rue en est le détonateur historique. Ce livre aborde la question épineuse de la perception des pratiques du pouvoir, dans le monde arabo-musulman, de la part des gouvernants et des gouvernés. L'auteur de ce livre, de nationalité algérienne, est journaliste, écrivain, formateur et conférencier. Il a écrit plusieurs ouvrages en géopolitique et géostratégie.

  • Ce livre est un voyage à l'intérieur même d'une famille tunisoise, dont l'intimité transparaît avec beaucoup de pudeur mais avec suffisamment de données pour en faire à la fois une source et une étude sur la vie quotidienne à Tunis en un temps fort de l'histoire nationale tunisienne. Témoignage de qualité, mais aussi oeuvre respectant les obligations du métier d'historien, cet ouvrage permet de mieux connaître la contribution de la femme tunisienne à la lutte de libération nationale. Alia Baccar est Docteur d'Etat ès-Lettres françaises (Paris III-Sorbonne-Nouvelle). Elle est Présidente de l'Association Tunisienne des Membres dans l'Ordre des Palmes Académiques, Membre du Conseil d'Administration du Centre International de Rencontres sur le XVIIe siècle et Sociétaire de l'Association des Écrivains de Langue Française.

  • Cet ouvrage est un recueil d'articles de presse écrits par l'auteur dans différents journaux tunisiens. Ces articles portent sur la situation politique tunisienne et sur le déficit démocratique de la Tunisie de l'après-indépendance, tant sous le régime de Bourguiba que sous celui de Ben Ali, deux régimes autoritaires successifs affirmés. La démocratie a été souhaitée, notamment avec insistance depuis les années 1970, par les démocrates, la classe moyenne, les élites, les étudiants et les militants politiques. Elle avait des chances d'accompagner la modernité tunisienne, l'effort de scolarisation, de développement, l'élargissement d'une classe moyenne. Mais elle a été malmenée par deux pouvoirs successifs, portés par la personnalisation du pouvoir.

  • Le présent ouvrage rassemble des textes poétiques qui expriment tous cette «inextinguible soif d'aimer» du poète qui les lie intimement, tel le fil reliant entre eux, de bout en bout, les grains d'un chapelet, et qui donne précisément tout son sens au contenu de ce recueil.

  • Tunis nostalgie

    Taher El Meligi

    • Nirvana
    • 1 Mars 2016

    Tahar Melligi nous propose de traverser plus d'un demi-siècle à partir d'institutions et de figures artistiques plus populaires les unes que les autres. De la Rachidia, bastion de la musique tunisienne qui a revivifié le patrimoine musical sous la direction d'un Khmaies Ternane ou d'un Abdelaziz Laroui dont le verbe acerbe a ciselé le comportement du tunisien pendant des décennies et de tous ces autres « monuments » qui ont marqué l'histoire de la Tunisie contemporaine.

  • Depuis la révolution de 2011/2010, de nombreuses questions se posent aussi bien pour les Tunisiens que pour les observateurs avertis : pourquoi la Tunisie est le seul pays, dudit « printemps arabe », à avoir « réussi » sa « révolution » ? Pour quelles raisons le processus révolutionnaire n'a pas dégénéré en violence, malgré les assassinats politiques et le développement du terrorisme ? Dans quelle mesure le compromis constitue un rempart contre la violence ? Est-il pertinent de parler d'« exception tunisienne » ?
    En réunissant les meilleurs spécialistes en la matière, cet ouvrage collectif a l'ambition de développer une réflexion sociohistorique transversale et comparative à partir du prisme de l'idée-force de compromis. Le champ d'investigation est centré sur la société tunisienne, mais un regard comparatif sur d'autres expériences nationales de compromis permet d'alimenter le débat. D'où l'intérêt porté à des pays occidentaux - Allemagne, Belgique, Italie et Etats-Unis - mais aussi à d'autres pays arabes - Algérie, Liban, notamment.

  • Ce livre est entièrement et fondamentalement axé sur l'abolition de la chariâ parce qu'elle est de fabrication humaine, et n'oblige personne.
    Il est par contre totalement et fondamentalement basé sur le retour au Livre De Dieu qui est seul obligeant. Le Coran n'excommunie nullement celui qui rejette la chariâ, car elle est fourvoiement et elle n'existe pas dans Le Coran. En outre Le Coran n'est pas en contradiction avec la contemporanéité avec toutes ses exigences, étant lui-même contemporanéité permanente tant que l'homme existe.
    Dans Son Livre Dieu ne s'adresse pas à un genre particulier, ni à une génération particulière, mais Il interpelle l'Homme là où il est, en tout temps.

  • Au printemps 2016, une enquête de terrain sur les sentiments d'injustice chez les jeunes a eu lieu, parallèlement à d'autres régions, dans la ville de Kébili et ses alentours. Cette enquête orientée vers une problématique plus générale ne pouvait pas prendre pour objet, de manière spécifique, les sentiments d'injustice liés aux formes de discrimination raciale observée dans la région. C'est ainsi que le projet d'un travail plus ciblé sur le vécu de la discrimination raciale auprès de la population noire de la région a vu le jour grâce à l'heureuse initiative de l'Association Nachaz avec l'idée d'élargir l'espace d'investigation et le prisme d'observation à d'autres lieux où le même problème se pose.

  • La question de l'apostasie est l'un des sujets de divergence qui continuent à semer le désarroi au niveau de l'intellect aussi bien individuel que collectif. C'est un sujet qui a été posé avec acuité ces dernières années suite à de nombreux événements. Le premier de ces événements se rapporte au procès de Mahmud Muhammad Tãha, le dirigeant des « frères républicains » et son exécution par pendaison . Le deuxième événement est la célèbre opinion consultative (fatwa) prononcée par Khumaïny selon laquelle il rend licite l'effusion du sang de Salmãn Rushdy à la suite de la publication de son livre « les versets sataniques ». Les voix commencèrent à s'élever ici et là au sein de la culture islamique essayant de présenter des lectures différentes de la problématique de l'apostasie et appelant au respect du droit de la liberté du dogme qui n'englobe pas uniquement la liberté de croyance ou de non croyance, mais elle implique aussi le droit de changer de dogme. Mais ces efforts se heurtent aussitôt à la rigidité des fondamentalistes radicaux, leur fanatisme et leur sollicitude pour monopoliser la compétence d'énoncer « la vérité », leur appel incessant à la nécessité « d'appliquer la peine prescrite de l'apostasie ». Et c'est ici où réside le danger qui guette les libertés les plus sacrées : la liberté de conviction, la liberté de pensée et la liberté d'expression.

  • Michel De Certeau considère que le discours du mysticisme religieux relève de ce que l'on ne saurait dire mais il est aussi du champ de ce que l'on ne saurait taire. C'est dans ce cadre que s'inscrit ce livre qui se veut une tentative de dire ce qui ne se dit point, tentative dont le point de départ est l'impuissance de le taire. Dans ce livre nous souhaitons nous intéresser à l'un des aspects du discours religieux en interrogeant les dits (ahãdith) du Messager par l'examen de leurs dimensions psychiques et spirituelles. Mais ce faisant nous n'aspirons pas à établir la biographie du Messager et ses dits car il en est qui sont plus compétents et plus aptes que nous pour entreprendre ce genre de travail. Notre lecture de quelques dits (ahãdith) ou versets du Coran ne prétend guère déterminer des sens visés par Dieu Le Tout Puissant et le Messager - bénédictions et salut sur lui - car nous reconnaissons la perte du sens originel de l'énonciation. Nous souhaitons seulement matérialiser la vocation de l'homme en déclarant notre énonciation et en la projetant sur une autre énonciation. (par l'auteure de «Désir», ed Nirvana - 2012)

  • Bref séjour au paradis

    Azza Filali

    • Nirvana
    • 20 Février 2021

    Un séisme gigantesque qui bouleverse la planète. Un quinquagénaire, amateur d´intrigues policières, qui entreprend d´élucider le meurtre de sa voisine. Une enquête obstinée qui le conduit, malgré lui, vers une autre « affaire » : sa propre vie. Un étrange procès où il est à la fois juge et accusé. Une sentence qu´il prononce lui-même, et qui conjugue paix et assentiment : « j´ai été, je suis et tout est bien ».

  • Habiter Djerba

    Hichem Yacoub

    • Nirvana
    • 1 Décembre 2015

    L'héritage architectural djerbien, élaboré patiemment à travers les siècles par les djerbiens eux-mêmes, fait partie intégrante de l'identité culturelle de l'île des Lotophages. Ce legs singulier a permis aux habitants de Djerba de se forger un mode de vie unique en son genre et a engendré presque une «culture djerbienne» propre.

  • Ancien ministre de Bourguiba, Farhat Dachraoui donne l'image de celui-ci et de son oeuvre, durant son « règne » de trois décennies.
    Image du premier Président de la première République Tunisienne, exerçant tel un monarque de droit divin, un pouvoir absolu de despote éclairé, auréolé de son titre de « Combattant Suprême » du mouvement de libération nationale.
    Tout d'abord, l'auteur s'est attaché, dans une première partie à montrer comment le pouvoir bourguibien a été solidement assis trois décennies durant, sur un parti unique, le « Néo-Destour » (nouveau parti libéral constitutionnel), baptisé la première décennie à peine écoulée, en « Parti Socialiste Destourien » (PSD) Dans la seconde partie qui traite du rapport parti unique-syndicat unique, il a tenté de démêler l'écheveau des relations complexes et souvent conflictuelles entre le Néo-Destour-PSD et l'Organisation syndicale nationale unique, l'Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT).

  • Le présent ouvrage est le produit final d'une enquête de terrain, lancée en novembre 2014 et achevée en juillet 2015, et qui a permis de recueillir des données de première main auprès des parties prenantes engagées dans le Dialogue national, à travers 26 interviews conduites avec des leaders et responsables de partis politiques, des représentants du Quartet, les médiateurs du dialogue (UGTT, UTICA, l'Ordre des Avocats et LTDH) et des figures de la vie politique qui ont participé au Dialogue national ou qui l'ont observé de l'extérieur.

    Ces données ont été enrichies par les résultats de quatre Focus groups (entretiens collectifs), organisés à Tunis, Bizerte, Sfax et Douz, tendant à recueillir des informations sur les perceptions du Dialogue national à partir d'un échantillon restreint composé de 32 personnes représentant l'opinion publique à travers différentes régions du pays aussi bien du nord que du sud.

  • Bourguiba, le retour ?

    Collectif

    Bourguiba a été un homme de réflexion, mais il a été surtout un homme d'action, preuve, le premier journal qu'il a publié porte ce nom : l'Action.
    Certes, Bourguiba n'a pas été seul à mener cette lutte, bien d'autres l'accompagnaient, l'histoire l'a suffisamment montré, mais il a incarné de la manière la plus illustre et la plus éclatante les hommes et les femmes de sa génération.
    De ce point de vue, l'oeuvre de Bourguiba se défend d'elle même ; elle est bien inscrite dans la durée et son message a été bien reçu, même s'il a fallu des éclaireurs pour le rappeler.
    L'empreinte de son oeuvre est là, sensible et visible dans le statut de la femme tunisienne, dans le modèle de société que nous avons construit, dans l'Etat tunisien et les valeurs de son régime républicain, dans son Islam qui a fini par avoir raison de tous les fanatismes. L'édifice a bien résisté malgré les convulsions et secousses des dernières années.
    Des historiens et intellectuels d'horizons divers se sont réunis pour revisiter cette histoire si lointaine et si présente et pour prendre la distance nécessaire au discernement et à la lecture objective.

  • Représentations figurées, décors géométriques et floraux d'un artisanat d'art qui a connu une vogue de longue durée, les mosaïques présentées dans ce livre sont réparties dans différents musées et sites archéologiques. En se référant à une riche illustration, l'ébauche d'une synthèse est proposée

  • A partir des archives triées par sa fille Leïla, mises en forme et en page, Hichem Abdessamad et Fathi Ben Haj Yahia ont rédigé un ouvrage bilingue (77 pages en français et 35 pages en arabe) et illustré qui permet de faire un premier survol des « multiples vies » que Georges Adda a eues : flashs sur des moments familiaux à différentes époques, débuts dans le mouvement communiste, séjours en prison (septembre 1935-mai 1936 ; mars 1952-novembre 1952 dans les camps de concentration de Rémada, Ben Guerdane, Zaârour ; condamné en mai 1953 à 2 ans de prison, libéré en août 1954), articles rédigés pour les journaux (At-Tali'â, Ech-chaâb, Le Temps, Le Maghreb, Réalités, At-tariq al jadid...), entretiens, interventions prononcées au cours de rencontres scientifiques, coups de gueule contre l'emprisonnement forcé de Bourguiba (il adresse une lettre ouverte à Ben Ali en novembre 1997), appels répétés à un Etat de droit.

  • Ce livre aspire à fouiller dans les dimensions spirituelles et psychiques profondes des cinq piliers de l'Islam. L'excès d'intérêt accordé à la dimension cultuelle ainsi que la renonciation aux significations philosophiques et spirituelles des cultes de l'Islam expliquent la dislocation de la relation entre le culte et l'éthique dans de nombreuses sociétés islamiques modernes. Certains fraudent dans les examens, d'autres délivrent de faux certificats médicaux ; un troisième gare sa voiture dans des emplacements interdits etc... Par ce livre nous aspirons à rappeler que les piliers de l'Islam sont bien plus profonds que de simples applications automatiques d'actes particuliers, et qu'ils s'ouvre sur des dimensions spirituelles et des significations lumineuses qui sont une guidance pour le musulman sur sa voie vers Allah Le Très Haut.

empty