Sciences humaines & sociales

  • De la faculté des sciences à l'Université Montpellier 2, les sciences et techniques en mouvement par Noémie Aumasson-Miralles, Flore César et Nicolas Chevassus-au-Louis Sous la direction de Luc Gomel Les auteurs de cet ouvrage ont voulu retracer l'histoire passionnante de cette institution née au début du XIXe siècle.
    Quand en 1809 Napoléon Ier réforme le système éducatif national, les facultés des sciences voient le jour dans plusieurs grandes villes de France. C'est tout naturellement qu'une telle institution est implantée à Montpellier, ville scientifique et universitaire depuis le Moyen-âge. Calquée sur le modèle universitaire napoléonien, la faculté des sciences de Montpellier présente néanmoins quelques singularités. Dès les premiers cours en 1810, les disciplines de mathématiques, physique, chimie, astronomie, botanique et zoologie y sont enseignées mais Montpellier est la seule ville de province à se voir doter en plus d'une chaire de minéralogie.
    Depuis sa création, de nombreux professeurs ne cessent de s'illustrer dans ces différents domaines scientifiques à l'instar du botaniste Charles Flahault, de l'astronome Edouard Roche, du physicien Jacques Curie ou encore du chimiste Marcel Godechot.
    De ce passé prestigieux subsistent des documents d'archives et des collections de recherche et d'enseignement, témoins précieux pour reconstituer le passé de la faculté des sciences de Montpellier. Ainsi, registres d'inscription, de délibérations du conseil de la faculté et catalogues de collections servent de guide au travers des méandres de cette histoire tandis que spécimens et instruments témoignent de l'importance des cours illustrés et des travaux pratiques.
    Accessible à tous, cet ouvrage richement illustré s'adresse au simple curieux comme au passionné d'histoire en mettant en lumière les recherches historiques et la collecte de la mémoire vivante effectuées par les auteurs.

empty