Littérature traduite

  • O

    Miki Liukkonen

    O est l'aventure sur 7 jours de 100 personnages souffrant tous d'une psychose dans un jeu calibre´ d'entreme^lements ou` apparaissent une multitude de digressions, de souvenirs, d'anecdotes et d'histoires mises en abyme.

    O raconte l'histoire d'une e´quipe de natation qui se pre´pare pour les jeux Olympiques, d'une entreprise qui conc¸oit des toboggans dans une de´marche artistique, d'un homme qui voue un culte aux aubergines, d'un cirque de ne´vrose´s. Tous sont amene´s a` se croiser et a` se rencontrer.

    O s'interroge sur ce que signifie le quotidien dans notre socie´te´, et comment on peut y (sur)vivre. Miki Liukkonen peint sur une toile outrageusement grande des gens ordinaires et des e´ve´nements (extraordinaires).

  • Éloge de la folie

    Erasme

    En 1542, six ans après sa mort, celui qui était considéré comme le prince de la République des lettres est décrété par les théologiens de la Sorbonne " fol, insensé, injurieux à Dieu, à Jésus-Christ, à la Vierge, aux Saints, aux ordonnances de l'Église, aux cérémonies ecclésiastiques, aux théologiens, aux ordres mendiants ". Sous couvert de faire parler la Folie, Érasme se livre à une brillante satire sociale. L'ironie devient mordante quand le grand humaniste passe en revue les comportements et les prétentions sociales des corporations. Homme de la synthèse entre christianisme et philosophie païenne, Érasme réalise le difficile équilibre entre foi et savoir.
    Force du trait, subtilité dans l'ironie, habileté tactique. Même s'il s'en défend, le libelle est politique et révèle un regard généreux sur l'homme et sur la condition humaine. Érasme effectue un travail paradoxal : il s'efforce, à l'aide de la raison, de faire discourir la Folie. Folie dont tout être de raison est finalement doté. Qu'est-ce que la folie ? " Une dispensatrice de bonheur ", semble-t-il répondre. L'impact de ce livre sur la société a été considérable, le lecteur y ayant toujours trouvé un miroir. L'oeuvre révèle les artifices et les faux-semblants des idéologies, et réaffirme le libre arbitre de l'homme. Érasme ouvre la voie à La Bruyère, à Molière, à Voltaire et à tant d'auteurs caustiques. Il fait dire à la Folie :
    " N'oubliez pas que c'est la Folie qui vous parlait, et qu'elle vous parlait en femme ! " Tel est l'habile travestissement par lequel le grand humaniste se protégea des foudres de l'Inquisition.

  • La France et la poésie, premières amours de Stefan Zweig. Dès 1900, le jeune poète des Cordes d'argent traduit des vers de Baudelaire et Rimbaud, alors mal connus dans les pays de langue allemande - à peine mieux que Verlaine, disparu en 1896. Zweig a 18 ans lorsqu'il écrit à l'éditeur français du poète pour l'autoriser à traduire les Confessions. Dès son premier séjour à Paris, en 1902, il se fera un devoir d'absorber un verre d'absinthe au café Vachette, où Verlaine avait ses habitudes, puis d'acquérir pour sa collection d'autographes un manuscrit du poète : ce seront les Fêtes galantes, acquises en 1913.
    Zweig n'a jamais rien tant aimé que sortir un poète de son « obscurité apparente ». À la demande de l'éditeur berlinois Schuster und Löffler, il compose une monographie sur le poète français. Le luxueux petit ouvrage, suivi de traductions de poèmes parmi les plus emblématiques de Verlaine, paraîtra en novembre 1904 dans la collection « Die Dichtung » (« La Poésie »), illustré de documents inédits reproduits dans la présente édition.
    Il est étonnant que ce Verlaine, « gage d'amour et d'admiration », n'ait jamais été traduit en français. Plus surprenant encore, si l'on songe qu'il s'agit là du premier essai biographique de Zweig, genre auquel il consacrera dans l'entre-deux-guerres la monumentale série des Bâtisseurs de l'esprit et lui vaudra ses plus grands succès.
    Plus qu'une curiosité, le Verlaine de Zweig est le premier acte littéraire d'un grand écrivain européen, paru la même année que sa première oeuvre de fiction, L'Amour d'Erika Ewald. Il se complète, dans la présente édition, de « La Vie de Paul Verlaine », récit purement biographique paru en 1922, en guise d'introduction à l'édition allemande des oeuvres complètes du poète. On trouvera également une traduction de son texte intitulé « Arthur Rimbaud ».

    Édition présentée par Olivier Philipponnat, préface de Guy Gofette et traduit de l'allemand par Corinna Gepner.

  • Comment naît l'amour est un recueil de dix nouvelles évoquant des petits riens du quotidien et des bribes de conversations entendues à l'aéroport, à la plage ou dans le taxi. Raija Siekkinen aborde avec élégance et justesse la complexité des relations familiales amicales ou amoureuses. Au fil des nouvelles, elle dévoile la demande en mariage d'un jeune homme à sa fiancée, la folie d'un père, une jeune femme avouant à demi-mot le viol dont elle a été victime, la séparation d'un couple aux apparences modèle ou le deuil d'une femme suite au décès accidentel de son conjoint.

    Raija Siekkinen emploie un ton cynique et mélancolique pour décrire la fragilité de nos émotions. Ce recueil est ainsi une succession d'événements, d'arrêts sur image et d'instants de vie immortalisés par le biais de l'écriture.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Robert Johnson (1911-1938) aurait vendu son a^me au diable, au bord d'une route, en e´change de son don pour la musique. Ainsi est ne´e la le´gende du blues, le fondateur du « club des 27 ». Assassine´ a` l'a^ge de 27 ans, sa vie e´tait reste´e jusqu'a` pre´sent me´connue.

    Johnson a enregistre´ seulement 29 morceaux, pour- tant il influencera de nombreuses stars dont Bob Dylan, Keith Richards, Eric Clapton ou Jimi Hendrix.

    Depuis plus de 50 ans, les auteurs ont interviewe´ ses proches avant leur disparition, analyse´ les archives et l'ensemble des documents qui lui ont e´te´ consacre´s. Ainsi, ils reviennent sur ses sessions d'enregistrement et les moments cle´s de sa vie : son mariage, son se´jour a` Memphis, sa rencontre avec Ike Zimmerman ou encore les circonstances exactes de son de´ce`s.

    Cette biographie de´finitive s'e´loigne donc pour la premie`re fois des mythes et des le´gendes pour se consacrer a` la vie re´elle de Robert Johnson.

  • Richard brautigan, alors âgé de 21 ans, s'apprête à quitter eugene, dans l'oregon, pour san francisco.
    Peu avant son départ, il rend visite à edna webster, la mère de son seul lecteur et aussi de sa première petite amie. il tend une liasse de feuilles et lui dit : " quand je serai riche et célèbre, edna, ce sera ta sécurité sociale. " du haut de ses 21 ans, brautigan sait déjà ce qu'il veut : mettre l'imagination au pouvoir, et des ailes aux mots de tous les jours. un alchimiste du verbe est né, un génie précoce qui fait ses gammes avec ce qu'il faut de confiance en soi et d'ingénuité.
    Le tout explose comme un feu d'artifice à l'aube. 36 ans plus tard, en 1992, soit huit ans après la disparition de l'auteur, edna webster montre enfin le manuscrit à un libraire qui n'en croit pas ses yeux.

  • Avant la première guerre mondiale, à Boston. Trois jeunes errent dans les rues, soucieux du sens à donner à leur destin.
    Fanshaw étudie aux Beaux-Arts : à travers les livres, la Renaissance italienne exerce sur lui une fascination extrême. Wenny rompt avec le confort bourgeois de sa famille : il ne supporte plus de brader sa vie d'un bar à l'autre et aspire à une vie dangereuse faite de voyages. Nan Cibel côtoie les jeunes filles de son orchestre : elle souhaite s'élever au-dessus des rumeurs puritaines de son entourage.
    Mais ce trio ne peut résister à sa propre attraction. Un matin, Nan Cibel tourne en dérision la déclaration d'amour de Wenny. Convaincu que sa vie est ratée, celui-ci se suicide au bord du lac de son université. Fanshaw et Nan Cibel se reconstruisent, envisagent même de se fiancer. Mais la guerre, la Grande, est déclarée.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Antigone a` Molenbeek est une re´e´criture du ce´le`bre mythe de cette jeune femme, fille d'oedipe et de Jocaste, qui tenta jusqu'a` la mort d'enterrer son fre`re, Polynice. Transpose´e dans l'actualite´ politique contemporaine, cette figure du de´vouement s'incarne dans une soeur dont le fre`re a commis un attentat suicide a` la bombe.

    Stefan Hertmans de´voile la complexite´ des sentiments de cette Antigone moderne, livre´e au me´pris, empe^che´e, elle aussi, de rendre les derniers hommages a` son fre`re. Bien loin d'en faire un cas d'e´tude, l'auteur re´ve`le nos contradictions face a` un sujet a` la fois politique, social, et humain avant tout.

  • Empoisonné par un mari jaloux à l'âge de vingt-sept ans, soupçonné d'avoir vendu son âme au diable contre des dons musicaux exceptionnels, Robert Johnson est devenu un véritable mythe. A tel point que la légende aurait pu éclipser le génie du guitariste. Pourtant, des fins fonds du Mississippi, Robert Johnson a joué un rôle essentiel dans l'histoire de la musique, influençant des générations de bluesmen et de rockers, de Muddy Waters jusqu'aux Rolling Stones. Dans cette ode lumineuse au " King of the Delta Blues ", Peter Guralnick éclaire l'homme autant que la légende. Il évoque avec subtilité le lieu et le temps qui les ont engendrés. Au travers d'entretiens avec des contemporains de Johnson - tels Johnny Shines et Robert Lockwood -, ce récit restitue avec poésie l'univers et l'art d'un musicien dont l'oeuvre, fulgurante, n'en finit pas de fasciner.

  • « Une femme a` la tombe´e du soir, quelque part dans le Westhoek, un coin d'Europe occidentale. Elle est bien habille´e, d'a^ge moyen, elle marche vers nous avec difficulte´, comme si elle traversait un champ laboure´. Elle ne porte pas de chaussures. Les traces de ses pas brouillent le dessin des sillons, le paysage est gris comme la pierre et plat comme une table d'autopsie ».

    Cette femme qui s'avance est la me`re d'un jeune homme coupable d'avoir commis une tuerie de masse sur un quai de me´tro. Gaz est le plaidoyer de cette me`re damne´e, un monologue vertigineux ou` l'amour et la souffrance s'extraient de l'innommable.

  • Entre villes

    Stefan Hertmans

    Entre villes nous mène au coeur de l'existence humaine en milieu urbain. De la périphérie où Stefan Hertmans s'installe pour porter un regard sur les gens et les villes, il découvre une archéologie de rues et de visages. Qu'il s'intéresse à des cités marginales comme Trieste, Dresde et Bratislava, ou à des cités de premier plan telles que Vienne, Marseille, Sydney ou Amsterdam, Stefan Hertmans ne cesse d'évoquer le sentiment d'être à l'étranger et de perdre une partie de soi pour mieux la retrouver. Mêlant récits de voyages et considérations philosophiques, il confirme que tout périple est un voyage autour de sa chambre.

    Ajouter au panier
    En stock
  • John, compositeur new-yorkais anarchiste, Chris, fermier du Middle West et Fuselli, employé à San Francisco, sont jetés dans la Grande Guerre par l'armée américaine. Dans l'attente d'un assaut probable, dans l'antichambre de la mort, les occupations sont tristes : le jeu de cartes, l'alcool, les françaises qu'on voudrait trousser... Entre dialogues crus et descriptions au style soutenu, l'auteur questionne à chaque page. Au coeur des tranchées, les petites saletés se camouflent sous les grandes vertus. Dos Passos décrit ici le conflit de l'homme face à la guerre, de l'Amérique face aux moeurs françaises. De ces luttes et de cette répétition du monotone, émerge l'universalité de la condition humaine, mais à travers ses penchants pour l'alcool, le sexe, l'ego, l'ambition...

  • Le roman Fromage se terminait sur les bonnes résolutions de Laarmans : rester auprès de ses enfants et de sa «chère épouse» et, surtout, plus d'entreprises fromagères délirantes. Le Feu follet est l'itinéraire de ce héros qui guide, dans Anvers, pendant une nuit, trois marins afghans débarqués du Daily Castle à la recherche d'une femme : Maria Van Dam. Laarmans avait prévu de rentrer chez lui, ce soir-là profiter de sa famille près du feu. Mais son esprit d'initiative, lui fait rejoindre ce trio énigmatique qui erre dans la ville. Leur périple est rythmé par des rencontres avec des personnages fantasques et impétueux, qui leur donnent l'occasion de distiller des maximes et des réflexions déroutantes sur Dieu, la boisson et es voyages, Ces quatre compagnons d'une nuit poursuivent la faible lueur de cette Maria Van Dam, s'en approchent, s'en éloignent, et en viennent, comme le lecteur, à douter de son existence même. Ils se sépareront là où ils se sont rencontrés, sur un quai, chacun regagnant son lit et ses voyages, réels ou imaginaires

  • Graham, un Anglais vivant à Londres en 1897, prend des somnifères et tombe dans un coma profond. Il se réveille en 2100 et découvre un monde bouleversé, dans lequel il est devenu un homme puissant, détenant une grande partie des richesses du monde. Mais très vite, ce nouveau monde, plus inégalitaire que jamais, le dégoûte, au point de faire front avec des ouvriers révolutionnaire, désireux de renverser l'ordre économique mondial.

  • Frans Laarmans, modeste employé à Anvers, se retrouve représentant d'une entreprise hollandaise de fromages, avec 10 000 boules d'édam stockées dans sa cave ! Bien vite, les désillusions s'accumulent...
    Cette satire particulièrement savoureuse du monde des affaires est aussi une évocation brillante des années 1930.

    Willem Elsschot observe avec un mélange de compassion et de férocité les faiblesses du genre humain.

  • Pour toute une génération éprise de liberté, San Francisco, dominée par le quartier d'Haight-Ashbury, représente entre 1965 et 1970 le pôle d'attraction suprême. C'est le jardin délirant où s'épanouissent les fleurons du rock d'alors, du Grateful Dead à Janis Joplin, en passant par Jefferson Airplane, Quicksilver et Blue Cheer. Se fondant sur une documentation d'une grande richesse, Barney Hoskyns retrace avec vigueur et précision non seulement l'aventure collective d'une scène musicale et les trajectoires individuelles de ses acteurs, mais l'histoire d'une ville où se sont cristallisées, au cours d'un long Summer of Love, la plupart des expériences sociales et culturelles des années 1960. Son San Francisco invite à décrypter, en musique, les liens entre le courant beat et le mouvement hippie, le dérèglement des sens et l'usage des plaisirs, la contestation et l'émergence d'une contre-culture défiant le monde des adultes, jusqu'à la perversion finale, par la drogue, le radicalisme politique, la violence des gangs et les convoitises de l'industrie musicale.

  • Cette anthologie bilingue est un panorama des divers courants qui ont agité le mouvement moderniste, non seulement de la poésie syrienne, mais de la poésie arabe dans son ensemble, du début du XXe siècle à nos jours. La Syrie, en tant que pays, est en train de disparaître. Mais la poésie n'est pas inscrite dans un temps ou un lieu. Elle n'est pas de circonstance. N'est-ce pas dans les oeuvres des poètes syriens, qui ont pris la poésie comme un dialogue incessant entre soi et le monde, que se dessine le visage de la Syrie ?

  • Stone Free : Jimi Hendrix, de Londres à Monterey, est le premier livre à s'intéresser exclusivement à la période la plus heureuse et la plus prolifique de la vie de l'artiste. À ses débuts, en 1966, il n'avait rien d'un musicien accompli, neuf mois plus tard, il est une icône du Swinging London ; puis l'une des stars les plus importanres à participer au festival international de Monterey.

    Ce livre retrace l'ascencion fulgurante de ce génie incontestable de la musique du XXe siècle. Jas Obrecht offre des détails inédits sur Jimi Hendrix, ses rencontres, ses compositions ou encore ses enregistrements en studio. Acteur de la naissance du Flower Power, grâce à une compilation foisonnante de témoignages, d'articles parus dans le monde entier, l'auteur met aussi en lumière le rôle du musicien dans cette révolution sociale des années 1970.

  • L'avenir n'est plus ce qu'il était est publié aux États-Unis le 28 avril 1966. Deux jours plus tard, son auteur, Richard Farina, meurt dans un accident de moto. C'est son unique roman, devenu depuis un classique, un livre culte. Il met en scène Gnossos Pappadopoulis, héros déjanté et génial, errant sur un campus universitaire où gronde la révolte ; nous sommes en 1958. Pappadopoulis est assoiffé de tout : mescaline, alcool, filles, art et sciences, prière et vérité. Il est en même temps fasciné par la mort, qu'il taquine tous les jours et qu'il ira chercher jusqu'à Cuba, sous couvert d'expédition révolutionnaire. Accidenté, rugueux, truffé d'images tour à tour grotesques et sublimes, L'avenir n'est plus ce qu'il était est un bijou noir aux accents fortement autobiographiques. Et derrière l'énergie créatrice et suicidaire du héros se dessine un magnifique portrait corrosif et drôle : celui de l'esprit, de la folie et de la liberté des sixties.

  • Décombres flamboyants

    Tom Lanoye

    Gide´on Rottier intervient quand les autres capitulent. Incendie ? Suicide ? Attentat terroriste ? Et c'est ce be`gue qu'on appelle pour nettoyer les lieux du drame... Son existence solitaire bascule lorsque son patron engage Youssef. Une amitie´ nai^t entre les deux hommes et Gide´on de´cide d'accueillir ce demandeur d'asile, puis sa femme et ses enfants, chez lui. De´marre alors une e´trange mais heureuse vie de famille.

    Mais lorsque deux terroristes commettent un attentat meurtrier dans la Gare centrale d'Anvers et que Youssef disparai^t, dans la maison de Gide´on, comme dans tout le pays, c'est le de´but du ravage.

    Tom Lanoye prouve encore une fois qu'il sait frapper la` ou` c¸a fait mal. Avec ce nouveau roman, il e´carte les failles, comme autant de plaies be´antes, d'un monde qui se veut libe´ral mais qui se renferme sur lui-me^me. Au fur et a` mesure des pages, avec une force narratrice implacable, Tom Lanoye montre que l'ide´alisme ne peut pas re´sister a` l'injustice et a` la folie, dans un monde qui se de´sinte`gre.

  • Hipsters

    Norman Mailer

    Le hipster n'est pas un nouveau phénomène de société : il était là dès les années 1950 !
    Extrait de The White Negro: Superficial Reflections on the Hipster (1957), ce texte inédit en français dresse un portrait des premiers hipsters blancs, qui se sont appropriés les codes culturels et les recherches existentialistes de la condition Noire.

  • En tant que cofondateur des Beach Boys au début des sixties, Brian Wilson a créé l'une des musiques populaires les plus innovantes et intemporelles jamais enregistrées. Avec des harmonies vocales complexes et des compositions audacieuses, qui exploraient les joies les plus transcendantes et les peines les plus profondes, des chansons comme « In my Room », « God Only Knows » ont élargi les possibilités de l'écriture pop.

    À la dérive dans les années 1970, en raison de la maladie mentale, des drogues et de la fortune capricieuse du groupe, Wilson se consacre avant tout au studio.

    Cette autobiographie révèle comme jamais auparavant l'homme devenu un artiste hypnotisant, forcé de composer avec sa personnalité complexe, et qui a enfin terminé les légendaires Smile Sessions, devenues symbole de son génie et de son instabilité.

    Pour la première fois, Brian Wilson revient sur les sources de son inspiration créatrice et sur ses luttes. Qu'il parle de son enfance, de son groupe ou de ses démons intérieurs, son histoire éclaire de manière inoubliable l'homme derrière la musique.

empty