• Gargantua

    François Rabelais

    Peut-on être sérieux et drôle à la fois ? Quelle « substantifique moelle » se cache sous la fantaisie des apparences ? Publié en 1534, deux ans après Pantagruel, Gargantua, qui narre la vie « très horrifique » d'un géant né par l'oreille de sa mère et inventeur du torchecul, est aussitôt interdit. Mais, par-delà la satire, le récit se colore d'humanisme : quelles méthodes d'enseignement adopter pour former l'habile homme ? Quelles doivent être les vertus du prince chrétien, en particulier en temps de guerre ? Puisé aux bonnes sources, le savoir est une gourmandise, tandis que les appétits guerriers, rendus vils et grotesques, sont balayés par une fin utopique.
    Si rire est encore « le propre de l'homme », la langue du XVIe siècle ne nous est plus familière. La présente édition accompagne le texte de Rabelais d'une translation en français moderne, afin que tout lecteur puisse s'y plonger avec l'agilité de Gargantua quand il « nageait en eau profonde, à l'endroit, à l'envers, de côté, de tout le corps, des seuls pieds, une main en l'air tenant un livre ».
    Dossier :
    1. Utopies et perfections de l'éducation humaniste
    2. Idéaux humanistes sur la guerre et la paix

  • Le lit de Procuste, les fourches caudines, un talon d'Achille, une pomme de discorde... Ces expressions ont une origine - vous ignorez laquelle ?
    Si vous êtes béotiens en la matière, il est temps de prendre des mesures draconiennes ! Il n'y a pas loin du

  • Barba non facit philosophumLa barbe ne fait pas le philosopheAssurément, glisser ici ou là une phrase en grec ou en latin est le signe d'une personne cultivée !
    Piochez parmi les 150 citations de ce livre, classées selon une quinzaine de thèmes, pour enrichir vos écrits, relever le niveau de vos conversations en famille et entre amis ou pimenter vos soirées mondaines. Vous serez ainsi toujours sûrs d'avoir le dernier mot !

  • Sages, souvent téméraires, ces douze « femmes savantes » ont pour point commun leur engagement en faveur des lettres anciennes. Héroïnes du latin et du grec, elles ont préféré aux travaux d'aiguille les travaux de plume. Dans cette galerie de portraits qui court de la Renaissance à nos jours, chacune et chacun fera la connaissance, entre autres, de Perrette Bade, d'Anne Dacier ou de Catherine Desroche, partagera le courage et l'acharnement de Juliette Ernst ou de Julie Favre, l'originalité et l'éclectisme de Marie Delcourt, la liberté de Mme du Châtelet et s'imprégnera de l'humanisme tourmenté de Marguerite Yourcenar ainsi que de l'idéale clarté de Jacqueline de Romilly. Poussées dans l'ombre, toutes ont pourtant joué un rôle vital dans le progrès et la transmission de nos humanités. Femmes de leur temps et femmes d'exception, dotées d'un esprit aussi aiguisé que passionné, elles nous racontent également en creux l'histoire de la condition féminine où il a été si peu naturel d'être reconnue pour ses qualités intellectuelles. Des femmes savantes il est agréable d'en rire, il l'est bien davantage de les rencontrer.

  • Le latin facile

    Julien Soulié

    • First
    • 13 Septembre 2018

    Le latin enfin à votre portée !
    Ce petit livre permettra aux débutants d'apprendre les bases de la grammaire latine et le vocabulaire courant, pour commencer en douceur l'apprentissage de cette langue qui est au fondement de la nôtre.

  • Découvre le nouveau voyage de Jeanne, François, Louis et Bushmills à travers le temps ! Les trois cousins et leur chien sont projetés en 177 au temps de sainte Blandine. Alors que les chrétiens sont arrêtés et persécutés par les Romains, ils font la connaissance d'un jeune esclave, Matheus, et d'une famille de chrétiens qui se cachent. Vont-ils réussir à sauver leurs nouveaux amis ?Une formidable aventure dans la ville de Lyon, à l'époque romaine !

  • Mordicus : mordre le latin à belles dents, le latin qui se joue en classe pour offrir aux adolescents des armes intellectuelles. Mordicus : montrer les dents, en se battant, patiemment et ardemment, contre les préjugés, contre les idéologies, contre les contraintes budgétaires, contre l'uniformisation de l'éducation et de la culture, contre tant des forces qui égarent notre époque, pour que chacun comprenne que le latin tranchera au vif la formation du monde de demain. Dans ces pages passionnées, touchantes, drôles, vous verrez le latin comme vous ne l'avez peut-être jamais vu et, que vous l'ayez ou non étudié, vous aurez sûrement envie d'en (re)faire demain. Pour demain.

  • Un ouvrage de référence à l'heure de la Réforme des collègesEn ces temps troubles pour les Humanités,
    Le grec ancien pour les Nuls vient rappeler la grandeur de notre patrimoine culturel et linguistique.
    Vous découvrirez ou réviserez la grammaire, la conjugaison, le vocabulaire le plus simplement du monde, tout en évitant les pièges tendus par l'intonation, la syntaxe et, surtout, les déclinaisons. Et vous pratiquerez thèmes et versions pour votre plus grand plaisir !

  • Pour découvrir ou redécouvrir les grandes oeuvres de l'Antiquité qui ont façonné notre culture, un guide « de poche » s'imposait. La vie et l'oeuvre, accompagnées d'un extrait significatif, de plus de cent auteurs grecs et latins sont ainsi présentés pour permettre au lecteur des « Classiques en poche » de parcourir l'extraordinaire fonds de la littérature gréco-latine.

  • Toute la vie de saint Benoît, en 164 vignettes illustrées pour les enfants.

  • Vous faites preuve d'une curiosité insatiable ? Vous aimez faire bénéficier vos amis de vos découvertes surprenantes, de vos anecdotes décalées ? Vous pressentez toute la richesse de la culture catholique, sans en détenir toutes les clés ? Bienheureux êtes-vous !Grâce à ce nouvel ouvrage poursuivant l'exploration jubilatoire entreprise dans les Antisèches cathos pour ceux qui ont séché le caté, Edmond Prochain vous expliquera la méthode à suivre pour être canonisé, comment saint Thomas d'Aquin a inspiré Michel Audiard, comment l'enfer s'est retrouvé au Vatican, d'où viennent le boeuf et l'âne de la crèche - mais aussi quelle est l'origine du « capuccino » et quel est le lien entre un prédicateur et un pot de chambre - bref, nourrira votre érudition joyeusement superflue pour vous aider à briller de mille feux !

  • Ils sont hommes politiques, savants, professeurs, écrivains. Ils partagent une conviction simple : leur vie eût été bien différente s'ils n'avaient pas été nourris par le monde antique. Ils ne pensent pas que c'était mieux avant ; ils sont convaincus que, riches de ce passé, il est possible que ce soit mieux demain. Et, chacun à sa manière, ils témoignent de la chance culturelle que sont nos Anciens, pour, au fond, apprendre à vivre debout. Ce volume est né à l'initiative d'Antiquité-Avenir, réseau regroupant 38 associations, dont la mission est de promouvoir et de valoriser la connaissance de l'Antiquité.
    Avec les contributions de : Marianne Bastid-Bruguière, Nicolas Baverez, Frédéric Boyer, Françoise Briquel Chatonnet, Pierre Brunel, Jean Canavaggio, Jean-Pierre Chevènement, Xavier Darcos, Michel Deguy, Paul Demont, Jean-Paul Demoule, Pierre Ducrey, Michael Edwards, Maha El-Khalil Chalabi, Thierry Grillet, Francis Joannès, Pierre Judet de la Combe, Denis Knoepfler, Pierre Laurens, Bernard Legras, Dario Mantovani, Yves Meyer, Claudia Moatti, Thomas Pavel, Christian Prigent, Maurice Sartre, Pauline Schmitt-Pantel, Alain Schnapp, Monique Trédé, Arnaud Zucker.

  • L'ordre ou la liberté ? L'ordre et la liberté : la liturgie est une affaire de lois, de règles, de rubriques, mais le code n'existe que pour être vécu. Une méthode libératrice.
    Alors que la majorité des clercs et des fidèles ont vécu la réforme liturgique comme la délivrance d'un carcan normatif, et que la liturgie semblait avoir trouvé un mode paisible de régulation, des attitudes plus contrastées, voire de véritables oppositions, sont apparues ces dernières années. Le rapport aux normes en liturgie devenait désormais problématique en France, et il était temps de tout remettre à plat. Cet ouvrage collectif montre ainsi que les normes supposées ou mises en oeuvre par les livres liturgiques réformés requièrent un véritable sens théologique et pastoral du rituel. Il propose des repères pratiques et une réflexion de fond pour que son lecteur retrouve un rapport aux normes cohérent avec l'esprit de la réforme liturgique de Vatican II. Pédagogique et clair, il souhaite aider à la formation des personnes au service de la liturgie.

  • Découvrez lun florilège d'expressions cocasses tout droit venues de l'antiquité !
    Qu'elles soient directement héritées de la langue latine, comme Alea jacta est, Carpe diem, ou qu'elles empruntent à la culture antique ses référénces et ses héros, comme être riche comme Crésus, vivre un amour platonique, les expressions latines et grecques peuplent encore nos conversations et contribuent à la richesse de la langue française.
    Entreprenez un passionnant voyage dans le temps avec Marie-Dominique Porée, qui vous livrera l'origine et l'histoire de ces expressions pittoresques, ad libitum ! (avec plaisir !)

  • Le Médecin malgré lui
    Le Bourgeois gentilhomme
    Le Malade imaginaire
    Trois pièces de théâtre de Molière qui mettent en scène des personnages caricaturaux et, à travers eux, les défauts de la société de l'époque. Médecins, bourgeois, ducs et paysans y sont critiqués avec humour et malice.

  • Nous parlons latin sans le savoir... C'est pourquoi ce livre rassemble la plupart des citations latines aujourd'hui passées dans le langage courant : pour chacune de ces expressions, il propose une traduction moderne, suivie d'un commentaire qui en raconte l'histoire et la replace dans son contexte historique et culturel. C'est ainsi que l'on croise César, Cicéron, Horace et bien d'autres. La dernière partie de l'ouvrage est consacrée aux locutions juridiques. Facile d'accès et riche en informations, ce guide est une véritable introduction au monde antique en même temps qu'il aide à comprendre le monde qui nous entoure.

    Plus de 300 citations - Une traduction moderne - Des explications vivantes

  • Une langue orpheline

    Bernard Cerquiglini

    • Minuit
    • 18 Octobre 2018

    On a longtemps cherché pour la langue française des origines les plus nobles, justifiant sa grandeur. Découvrir qu'elle provenait d'un latin populaire mêlé de gaulois et de germanique, qu'elle était la moins latine des langues romanes fut un chagrin.
    On sut toutefois compenser ce manque initial en édifiant un idiome comparable à la latinité enfuie : orthographe savante, lexique refait, grammaire réglée, fonction sociale éminente. C'est pourquoi le français, admirable latin de désespoir, est aussi la plus monumentale des langues romanes.
    On sut enfin donner à la langue nationale une origine, autochtone, enfin gratifiante. Le parler de l'Île-de-France, dialecte élégant et pur, aurait eu depuis toujours la faveur des écrivains, la protection des princes ; il aurait été la source incomparable de l'idiome irriguant la France et le monde. À la fin du XIXe siècle, la science républicaine changea cette légende en savoir positif, offrant au pays meurtri la raison d'admirer son langage et de le répandre.
    Une langue orpheline est ainsi devenue l'exemple universel de la perfection naturelle que confortent les artistes et les doctes, ainsi que l'identité d'une nation, et sa passion la plus vertueuse.

    Cet ouvrage est paru en 2007.

  • Il fut un temps où l'on pensait que le mot grec crocodeilos venait de crocos (safran), et de deilos (peureux), ce qui faisait du crocodile l'animal qui a peur du safran : grâce à un savoir erroné, on retenait trois mots d'un coup et chacun, comme le jeune Montaigne, lisait couramment le latin. Aujourd'hui, les sciences du langage ont fait des progrès vertigineux, mais les lecteurs sont devenus fort rares. Pour combler ce fossé entre les spécialistes, de plus en plus savants et les sympathisants, de plus en plus désarmés, on a voulu, ce qu'on n'avait pas encore fait, retracer à grands traits l'histoire de la linguistique et, à travers elle, les principales étapes de cette autre formidable aventure collective qu'a été la constitution et le devenir d'une grande langue de civilisation. D'abord l'héritage indo-européen, pressenti dès le XVIIIe siècle qui découvre le sanscrit et invente un nouveau récit des origines ; puis l'enrichissement : le travail de la langue sur elle-même par préfixation, suffixation et composition ; mais aussi la polysémie, qui relève de la sémantique et distingue dans le mot une multiplicité de sens ; enfin l'évolution qui conduit aux langues romanes et en particulier au français, où le latin se lit encore par transparence. Ce sont ainsi non point une, mais plusieurs petites leçons de vocabulaire en gradation, illustrées par d'abondantes listes, où l'on pourra piocher et à l'occasion s'instruire ou se divertir : mille termes usuels, tellement justifiés, tellement évidents qu'on les retiendra comme par surcroît et sans peine. Pierre Laurens, professeur émérite à la Sorbonne, membre de l'Institut, est l'auteur de nombreux ouvrages couvrant deux millénaires, de la littérature grecque alexandrine à la littérature latine classique et à la littérature latine de la Renaissance.

  • « Les premiers chrétiens étaient contemporains de Jésus », « Paul est le fondateur du christianisme », « La langue des premiers chrétiens est le latin », « Les premiers chrétiens méprisaient le corps et la sexualité », « Les premiers chrétiens étaient pauvres », « Le christianisme a causé la chute de l'Empire romain » ... Les auteurs nous convient ici à un voyage aux origines de la chrétienté et analysent les nombreux clichés qui ont fait florès au cours des siècles.

  • Equilibre, libellule et niveau dérivent du latin libra, objet qui sert à peser - et non de liber, le livre, même si les deux mots se ressemblent. Ce livre a été écrit dans une recherche de pesées, d'équivalences, de résonnances, dans la disposition de phrases, de courts paragraphes de prose, de vers, entre plusieurs notions, perceptions, sensations : celles liées à l'objet de papier en train de s'élaborer, au paysage ou contexte présent autour de l'écriture, et enfin à un état mental mouvant parallèle à l'attention ; les trois explorés, étudiés, vécus...

  • Homme de la Renaissance, Pascasius décrit, en médecin et en philosophe, la passion qui anime le joueur pathologique, la perte de liberté dont il souffre et les raisons pour lesquelles il s'enferre dans la dépendance, tout en accompagnant son analyse de remèdes libératoires. Sa conception de la trajectoire addictive est proche de notre sensibilité contemporaine, tant dans son raisonnement que dans ses applications cliniques. La découverte de son texte permet ainsi de confirmer que les jeux d'argent et de hasard sont une des sources les plus anciennes de ce que nous appelons aujourd'hui « dépendance ».Traduire et publier un texte médical datant de 1561 et rédigé en latin semblera peut-être étrange à certains, mais l'attrait de ce texte paraîtra toutefois évident à tous les lecteurs intéressés, à quelque chef que ce soit, par le phénomène des conduites de dépendance. On peut même aller jusqu'à affirmer que le traité Du jeu de Pascasius marque le nouvel acte de naissance desmaladies addictives.

  • Sentiments, humour, frissons, policier, histoire vécue... Les 10 histoires de ce livre abordent tous ces genres ! Autour du thème de l'Antiquité, voici de quoi s'embarquer dans d'extraordinaires aventures, aux côtés de héros qui ne manquent pas d'audace. Les auteurs : Marie Bertherat, Patrick Cappelli, Barbara Castello et Pascal Deloche, Jacques Daniel, Giorda, Johan Heliot, Katherine Quenot, Emmanuel Viau.

  • Augustine a 12 ans. Pendant l'été 1892, elle part en vacances chez son oncle dans la campagne limousine. Le même jour, un étrange personnage arrive en ville, un excentrique parisien nommé Joséphin Péladan. Augustine retrouve son cousin Anthime. Ensemble, ils explorent la région, riche de lieux de légendes et de cultes païens. Très vite, une inquiétante nouvelle se répand : des enfants de paysans disparaissent mystérieusement la nuit... Les gendarmes sont sur le qui-vive. La peur s'empare des villageois. Persuadés de la culpabilité de l'obscur Péladan, les deux adolescents décident de le suivre en haut du mont Gargan, là où se trouve une source miraculeuse...Illustration de couverture : Matthieu Bonhomme

  • Sacrement de l'amour, la sainte Eucharistie est le don que Jésus Christ fait de lui-même, nous révélant l'amour infini de Dieu pour tout homme. Dans cet admirable Sacrement se manifeste l'amour « le plus grand », celui qui pousse « à donner sa vie pour ses amis » (Jn 15, 13). En effet, Jésus « les aima jusqu'au bout » (Jn 13, 1). Par cette expression, l'Évangile introduit le geste d'humilité infinie accompli par Jésus : avant de mourir pour nous sur la croix, se nouant un linge à la ceinture, il lave les pieds de ses disciples. De la même manière, dans le Sacrement de l'Eucharistie, Jésus continue de nous aimer « jusqu'au bout », jusqu'au don de son corps et de son sang. Quel émerveillement dut saisir le coeur des disciples face aux gestes et aux paroles du Seigneur au cours de la Cène ! Quelle merveille doit susciter aussi dans notre coeur le Mystère eucharistique !
    Benedictus PP XVI

empty