• Ce n'est pas la moindre qualité des Anglais que de savoir se moquer d'eux-mêmes. Cette disposition à l'humour qui les caractérise engendre parfois l'apparition d'un objet insolite dont la démesure comique sidère. Avec Augustus Carp, écrit sous couvert d'anonymat par un digne médecin de la cour, on tient une de ces exceptions qui provoquent l'hilarité universelle. Le héros et narrateur de ce livre, outre son profil de goinfre, possède les plus remarquables qualités qu'on espère d'un hypocrite complet : ignorance colossale, avarice, puritanisme, paranoïa procédurière, délation instinctive et on en passe. Parodiant avec génie le genre autobiographique, ce roman peint le portrait d'une famille où l'imbécillité est un étendard dans lequel on ne cesse de se prendre les pieds.

    />

    Sir Henry Howarth Bashford (1880-1961) était d'abord le médecin de la couronne britannique, anobli par George VI. On lui doit quelques livres spécialisés et des recueils de poésie. Ce n'est qu'après sa mort que sa fille reconnut qu'il était l'auteur d'un livre parfaitement excentrique paru en 1924 : Augustus Carp, Esq., by Himself: Being the Autobiography of a Really Good Man. Il a fallu attendre quatre-vingts ans pour le lire en français grâce à son traducteur Éric Wessberge.

  • James Miranda Barry fut médecin militaire, chirurgien avant-gardiste, inspecteur général des hôpitaux de Sa Majesté et... l'un des plus grands imposteurs de tous les temps.

    Au moment de sa mort en 1865, au terme d'une carrière de plus de quarante ans au sein de l'armée britannique, James Miranda Barry n'a pas eu droit aux honneurs dus à son rang. Les autorités militaires ont plutôt jugé bon de l'enterrer à la sauvette, dans un coin reculé d'un cimetière quelconque. Car le scandale qui éclata à sa mort était d'une telle ampleur, qu'il devint la principale raison pour laquelle Barry passerait à l'histoire, reléguant dans l'ombre presque tout ce que le médecin avait mis tant d'efforts et d'années à accomplir.
    />
    Dans chacune des colonies où on l'avait posté, James Barry avait fait tout en son pouvoir pour améliorer les conditions de vie et les soins de ses patients. Il avait forgé sa réputation sur une pratique nouvelle et moderne de la médecine, par sa spécialisation dans les domaines de la chirurgie, des maladies tropicales, de l'obstétrique, du traitement de la lèpre et des maladies vénériennes. Sur trois continents, Barry a imposé des nouvelles conditions sanitaires, des méthodes révolutionnaires de quarantaine, des diètes alimentaires, ainsi que des traitements efficaces contre les plus terribles maladies connues à l'époque. Sans contredit, les réformes de James Barry ont sauvé des milliers de vies à travers le monde.

    Mais pourquoi a-t-on profané ainsi la mémoire d'un brillant médecin, dont les accomplissements n'avaient d'égal que la controverse dont Barry aura été l'auteur presque tout au long de sa vie? Sylvie Ouellette retrace ici la vie et la carrière d'un être humain hors de l'ordinaire, qui n'était absolument pas ce que ses contemporains auraient pu croire.

  • Le Médecin malgré lui
    Le Bourgeois gentilhomme
    Le Malade imaginaire
    Trois pièces de théâtre de Molière qui mettent en scène des personnages caricaturaux et, à travers eux, les défauts de la société de l'époque. Médecins, bourgeois, ducs et paysans y sont critiqués avec humour et malice.

  • e premier dictionnaire des noms difficiles à porter !
    L'Evêque Cauchon qui fit brûler Jeanne d'Arc, le gendarme Merda qui tira sur Robespierre, ont fait rire des générations d'écoliers. En puisant dans l'histoire de France et du monde, Bruno Fuligni est allé à la recherche des noms propres à consonance comique, sans oublier les noms adaptés à une qualité ou un métier, ou " aptonymes " : le docteur Bizard, le franc-maçon Laloge, l'anticlérical Legros-Dévôt, l'évêque Lucifer, le colonel Dominé...
    De l'empereur Mongku au peintre Labitte, en passant par le député Chion-Ducollet, le sénateur Pèdebidou, Mgr Lanusse ou le poète Troccon, tous ces personnages ont réellement existé. Certains ont même été censurés des manuels scolaires, comme le chevalier de La Crotte ou le physicien William Prout, grand spécialiste des gaz.
    Un livre pour se cultiver tout en ricanant.

  • Ubu Roi

    Alfred Jarry

    • Neobook
    • 6 Novembre 2014

    Le personnage d'Ubu, né d'une pièce créée par des lycéens, est devenu le symbole universel de l'absurdité du pouvoir, du despotisme, de la cruauté. Jarry en montre le ridicule, lui oppose l'arme que les faibles gardent face aux tyrans, la formidable liberté intérieure que donne le rire. Le sens du comique et de l'humour change le tyran en marionnette, en ballon gonflé d'air.

  • Pour le développement de l'Afrique, nous n'avons plus besoin des maréchaux, des généraux, des empereurs, des colonels, des capitaines, des commandants, des lieutenants, des poètes, des savants, des économises, des anthropologues, des ecclésiastiques, des rebelles et des fils adoptifs, mais des hommes frères et des femmes soeurs qui prennent à coeurs les insuffisances et les soucis tant de leurs peuples que de leurs patries. Fini la démagogie politique, fini les aventures gouvernementales africains, et voilà une Afrique belle et glorieuse à l'avantage de tous les Africains !

    En ce qui me concerne, j'ai souligné qu'il existe trois formes d'Africains en Afrique, parmi lesquels : Le Noir, le Nègre et l'Africain. Sur ce, l'un des trois est sans doute celui qui vit pour développer le culte du ridicule...Alors, entre le Noir, le Nègre et l'Africain, l'un des trois est bien celui qui vit pour développer le culte du ridicule dans le continent...

  • Le Fantôme de Canterville

    Oscar Wilde

    • Neobook
    • 15 Janvier 2014

    Les mésaventures cocasses d'un odieux fantôme anglais déstabilisé par la famille d'américains sceptiques devenue propriétaire du château qu'il hante depuis trois siècles.
    Oscar Wilde s'amuse, pour notre plus grand plaisir, du choc culturel entre conformisme anglais et réalisme américain.
    Un merveilleux conte raffiné, plein d'humour dont l'écoute séduira les jeunes et les adultes.

  • Émilie reconnaît l'homme de sa vie en Thomas Saint-Louis. Le hic? Il ignore même qu'elle existe. Pire, dès qu'il apparaît, elle perd tous ses moyens et devient aussi loquace qu'un géranium. Pour remédier à ces incidents botaniques, sa meilleure amie Marisol multiplie les stratégies. Camouflage, interrogatoire musclé et hypnose seront-ils suffisants pour aider Émilie à conquérir Thomas?

empty