Langue française

  • "Il arrive que l'amour et la mort soient un seul mot pour deux personnages."
    Tristan est chargé d'accompagner Iseut auprès du roi Marc, auquel elle est promise. Mais en chemin le chevalier et sa protégée absorbent par erreur un philtre magique destiné à sceller l'amour des futurs mariés. Désormais unis par un sentiment que rien ne peut éteindre, ils sont condamnés à une vie de secrets, sur laquelle plane la menace du déshonneur et de la mort...
    Récit d'une passion fatale, l'histoire de Tristan et Iseut nous plonge au coeur du monde médiéval et de ses péripéties chevaleresques.
    o Objet d'étude : Héros, héroïnes et héroïsmes ;
    o Dossier pédagogique conçu conformément aux programmes ;
    o Prolongement : Origines et postérité d'un mythe.
    Classe de cinquième.

  • Pour apaiser le courroux du sultan Schahriar, son mari, et différer la mort certaine à laquelle il l'a promise, l'ingénieuse Scheherazade peuple leurs nuits de récits enchanteurs. De son imagination naissent des êtres fabuleux qui, pour se tirer d'une situation délicate, racontent à leur tour une histoire.
    Et le lecteur de plonger dans l'univers fascinant des contes, frissonnant aux côtés des personnages devant les nombreux dangers qui les guettent. Gare au malveillant génie, prêt à assouvir sa vengeance sitôt libéré du vase qui l'emprisonne Quant à ce sympathique marchand qui s'invite à votre table, n'est-ce pas un poignard affûté qui brille à sa ceinture ?
    Une sélection d'épisodes savoureux qui ont fait la renommée des Mille et Une Nuits à travers les continents et les époques.
    L'ÉDITION découvrir, comprendre, explorer
    Galland, l'orientaliste
    La postérité des Mille et Une Nuits
    Parcours de lecture
    Groupement de textes la fortune des contes
    Culture artistique cahier photos couleur : les contes illustrés un livre, un film : à la découverte du Voleur de Bagdad de Tim Whelan, Michael Powell et Ludwig Berger
    Ecrire un conte oriental (EMI)

  • Renart a faim d'anguilles, de jambon ou d'andouilles, mais rien ne le régale plus que de duper les autres : des paysans, le chat Tibert, le loup Isengrin et même le roi Noble le lion. Renart le hors-la-loi, Renart le rusé, Renart le diabolique se transforme au gré de son imagination en pèlerin, jongleur, teinturier, médecin ou cadavre Mieux qu'un récit d'historien, les roublardises de Renart nous parlent d'un temps où les rois s'employaient à asservir leurs vassaux insoumis, où les chevaliers partaient en croisade et où les animaux partageaient l'aventure humaine. Cette édition réunit un choix d'épisodes significatifs et savoureux du Roman de Renart, ordonnés de manière à offrir une histoire divertissante et cohérente. L'ÉDITION : découvrir, comprendre, explorer questionnaire de lecture le Roman de Renart en version originale groupements de textes les figures du rusé en littérature quatre versions de la fable « Le Corbeau et le Renard » culture artistique cahier photos : histoire des arts Un livre, un film : Fantastic Mr. Fox de Wes Anderson Renart sur le web !

    6 Autres éditions :

  • Transformé par son amitié avec Enkidou, l'homme sauvage, Gilgamesh, roi tyrannique, se lance dans un périlleux voyage en quête de l'immortalité. Le récit de ses exploits est le plus ancien texte de l'humanité.
    Titre recommandé par le ministère de l'Éducation nationale en classe de 6e et 5e.

    1 autre édition :

  • Gilgamesh

    Anonyme

    Gilgamesh est le roi d'Uruk, une cité de l'antique Mésopotamie. Humain pour un tiers, divin aux deux tiers, tyrannique et fanfaron, le souverain est terrifié par une chose : sa propre mort. Accompagné de son fidèle ami Enkidu, prêt à affronter le monstrueux Humbaba, il décide de se lancer dans un périlleux voyage, en quête de l'immortalité.
    L'une des premières épopées de l'histoire, contenant en germe des épisodes mythologiques et religieux fondateurs, Gilgamesh est aussi un formidable hymne à l'humanité et à l'amitié.

  • « C'est ici la demeure du seigneur Sindbad, qui a parcouru toutes les mers que le soleil éclaire. »
    Alors que le pauvre Hindbad se plaint à Allah des injustices d'un monde qui permet aux riches de vivre avec largesse tandis qu'il doit travailler d'arrache-pied pour nourrir sa famille, le seigneur du palais au pied duquel il se repose l'entend. Il s'agit du riche Sindbad, dont la fortune est légendaire. Il invite Hindbad à sa table et lui conte les mille aventures qui ont fait sa richesse.
    Combien de dangers, de tempêtes et de monstres a-t-il su braver ? Combien de terres inconnues a-t-il parcourues ? C'est ce que découvre le lecteur, émerveillé par le récit de ces péripéties
    extraordinaires.
    o Objet d'étude : Récits d'aventures
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Lecture comparative d'images
    Classe de sixième.

    1 autre édition :

  • Russe Coran (Le)

    Anonyme

    C'est vers l'an 610 de notre ère que Mahomet, retiré dans une grotte du mont Hira, a vécu la Révélation. L'archange Gabriel se manifeste à lui et lui ordonne de «réciter». De ce verbe vient le mot Coran, qui signifie «récitation», «lecture». La Parole de Dieu est «dictée» au Prophète en arabe, langue à la fois riche et complexe dont la musique et les sonorités font sens.
    La traduction de Jean Grosjean se distingue par le soin extrême apporté au style ainsi que par la fidélité au sens ; en outre, elle restitue le souffle poétique du Coran dans sa beauté sacrale.

    2 Autres éditions :

  • Roman de Renart

    Anonyme

    Pour un bon plat d'anguilles ou d'andouilles, Renart est prêt à tout. Habile stratège, il imagine mille ruses pour duper son monde. Le coq Chantecler, Tiecelin le corbeau, le loup Ysengrin - son pire ennemi -, et même Noble le lion, son roi, en font les frais. Beau parleur déguisé en chevalier, en médecin ou en sorcier, il parvient toujours à ses fins. Jusqu'au jour où les autres animaux, lassés de ses mauvais coups, décident de lui tendre un piège...
    Dans le Roman de Renart, les animaux sont le reflet des hommes. À travers les joyeuses aventures du malin goupil se dessine une véritable satire de la société du Moyen Âge.

    o Objet d'étude : Résister au plus fort : ruses, mensonges et masques
    o Dossier pédagogique : Cinq fiches pour saisir les enjeux de l'oeuvre
    o Prolongement : Le renard, une figure de la ruse (corpus de textes)

    Classe de 6e.

  • « Il passa au travers des arbrisseaux, et il aperçut la porte qu'ils cachaient. Il se présenta devant, et dit : Sésame, ouvre-toi !, et dans l'instant la porte s'ouvrit toute grande. »
    Un pauvre bûcheron nommé Ali Baba surprend par hasard une bande de voleurs venus déposer leur butin dans une grotte magique. Pour y entrer et accéder à des montagnes de trésors, il suffit de prononcer : « Sésame, ouvre-toi ! ». Ali Baba s'introduit dans la grotte, prend tout ce qu'il peut, et s'empresse de partager sa découverte avec sa famille...
    Débute alors une aventure parsemée d'embûches qui font la saveur de ce conte, l'un des plus connus des Mille et Une Nuits.
    Ali Baba et les quarante voleurs est suivi d'Histoire du cheval enchanté.
    o Objets d'étude : Récits d'aventures - Résister au plus fort : ruses, mensonges et masques
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Imaginer la couverture d'un livre (EMI)
    Classe de sixième.

  • L'humour, la malice et la satire sont au coeur de ces poèmes populaires érotiques composés à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle au Japon, pour fixer dans l'instant, à la façon d'un Boccace ou d'un La Fontaine, un travers, un mouvement d'humeur ou un jeu de mots. La source principale d'observation est la vie sexuelle de tous les jours, celle des moines, de la vie conjugale, des courtisanes, des veuves ou des domestiques, sans oublier les espiègles pratiques des dames du palais. Dans l'ombre des monastères, des maisons de thé, des palais ou de l'alcôve familiale, hommes et femmes se donnent en spectacle pour le divertissement de nos poètes indiscrets et notre plus grand plaisir. Puisse le lecteur parcourir ces poèmes illustrés dans le même esprit.

  • La collection Lettres gothiques se propose d'ouvrir au public le plus large un accès à la fois direct, aisé et sûr, à la littérature du Moyen Age.
    Un accès direct en mettant sous les yeux du lecteur le texte original, un accès aisé grâce à la traduction en français moderne proposée en regard, à l'introduction et à des notes nombreuses. Un accès sûr grâce au soin dont font l'objet la présentation du texte et son commentaire. La collection Lettres gothiques offre ainsi un panorama représentatif de l'ensemble de la littérature médiévale.La Chanson de Roland est le premier grand texte littéraire français, celui qui a fixé pour toujours dans les mémoires la mort de Roland à Roncevaux. Composée, telle que nous la connaissons, à la fin du xie siècle, c'est la plus ancienne, la plus illustre et la plus belle des chansons de geste, ces poèmes épiques chantés qui situent tous leur action trois siècles en arrière, à l'époque carolingienne, sous le règne de Charlemagne ou de son fils. La Chanson de Roland est un poème d'une âpre grandeur, dense et profond, jouant avec une sobre puissance de ses résonances et de ses échos. L'édition et la traduction qu'en donne ici Ian Short sont l'une et l'autre nouvelles. 

  • Les mots de l'auteur lui-même résume à eux seuls la portée de cet ouvrage : "Je crois que ma vie sexuelle pendant mon enfance a été assez extraordinaire par son intensité et que peu de gens ont des souvenirs aussi précis et aussi complets que les miens touchant les premières impressions sexuelles. J'ai tâché d'être le plus exact possible et cela donne peut-être quelque valeur à mon récit." Ces aveux ont été rédigés en français en 1912.

  • Eiríkr le Rouge, condamné au bannissement à la suite des meurtres de Eyjólfr la Fiente et de Hrafn le Duelliste, met les voiles et part à la découverte du Groenland. Leifr, fils d'Eiríkr et de Thjódhildr, part du Groenland vers la Norvège mais son bateau est détourné vers les Hébrides ... Quant à Thorfinnr Karlsefni, fils de Thórdr Tête-de-Cheval, il part explorer le Vínland, contrée lointaine de Terre-Neuve...

    Le nom d'Eiríkr le Rouge évoque l'aventure, la bravoure, la magie des Vikings et les découvertes de contrées sauvages du Grand Nord...

  • 'Sézame, ouvre-toi!' Grâce à cette formule magique, Ali Baba découvre un fabuleux trésor caché au fond d'une grotte de la forêt.
    Le voilà riche, lui, le pauvre bûcheron! Mais les quarante voleurs qui possèdent ce butin ont bien l'intention de récupérer leur bien... Morgiane, la fidèle servante d'Ali Baba, parviendra-t-elle à déjouer le piège qu'ils vont tendre à son maître?

    L'un des plus célèbres contes des 'Mille et Une Nuits'.

  • Genre littéraire initialement associé à l'oraison funèbre, l'éloge n'est ici dédié à Rien. Oui bien est-il rédigé pour Rien. Ne glorifiant que le Rien, cet ouvrage défie le ton grave et solennel, cultive à plaisir les paradoxes. En ne chantant les louanges de Rien, l'auteur célèbre tout et Rien. Ce panégyrique pour le moins flatteur à l'adresse du vide et de l'absence offre l'occasion d'un morceau remarquable de rhétorique : Rien est la plus belle des oeuvres poétiques, parce qu'est-ce qui est plus beau que l'Iliade ? Rien. Saisissant éloge du néant, réflexion métaphysique digne des plus grands philosophes pessimistes, déconstruction de la logique dans la lignée d'Agrippa et de Rabelais, Éloge de rien s'ouvre sur une dédicace sarcastique À Personne, petit chef d'oeuvre d'humour noir.

    L'Éloge de rien a paru anonymement, mais on sait qu'il est l'oeuvre d'un certain Louis Coquelet, né à Péronne en 1676 et mort à Paris en 1754. On lui doit également un Éloge de quelque chose dédié à quelqu'un, une Critique de la charlatanerie, un Éloge de la goutte et un autre des Femmes méchantes.

  • Une jeune femme bien avertie délivre ici à sa cousine, nettement plus innocente, ses instructions sur l'érotisme. Publié anonymement au XVIIe siècle, l'ouvrage est d'une écriture classique : aussi, ne se fourvoie-t-il pas et remplit parfaitement son office. Sous la forme efficace du dialogue, les choses sont dites crûment, sans détours ni manières. Adressée aux "belles et curieuses demoiselles", cette apologie de la luxure est immédiatement saisie et confisquée lors de sa sortie, en 1655. L'ouvrage a subsisté grâce aux nombreuses contrefaçons hollandaises qui circulèrent vers 1667. Une incitation salutaire à la débauche. À lire sans pudeur par les curieux aussi bien que par les amateurs de volupté.

  • La farce de maître Pathelin

    Anonyme

    Cette pièce anonyme qui connut un succès immense dès sa création propose, sur le thème du trompeur trompé, une série d'éblouissantes variations. Elle décrit un XVe siècle où l'argent fausse les rapports sociaux, où la parole appartient au plus fort, mais où s'épanouit aussi une verve joyeuse et piquante.

  • Sous couvert de l'anonymat, un homme de quarante-trois ans décrit sa vie de travesti. Marié et père de famille, il n'est pas, prévient-il, homosexuel. Mais il éprouve une véritable passion pour le travestissement. C'est à l'âge de sept ou huit ans qu'il essaie pour la première fois l'une des culottes de sa mère et en ressent du plaisir. L'expérience se reproduit à treize ans avec celle de sa cousine ; il a cette fois une érection. Son intérêt pour les dessous féminins va croissant. Ses pulsions narcissiques et masochistes se développent. Quand il se retrouve seul, il enfile bas, gaine, culotte et manteau et s'admire dans un miroir. Il acquiert sa propre lingerie. D'abord amusée, son épouse se montre ensuite hostile à ses jeux, ce qui le pousse à avoir des aventures avec d'autres femmes. Parfois, l'auteur interpelle son lecteur, le prie de ne pas le juger. Ce qui ne saurait se produire : l'auteur décrit par le menu et avec une telle franchise les émois sexuels que lui procure sa passion du travestissement que le lecteur ne peut qu'en être troublé. La sincérité de la première personne du singulier fait de cette confession sans fard achevée en 1956 un témoignage exceptionnel, celui d'une mise à nu sur une sexualité non pas pathologique mais singulière et loin d'être rare.

  • Huon, né à Bordeaux, serait-il maudit ?
    Alors qu'il vient de faire allégeance à Charlemagne, il tue, sans connaître son identité, le fils chéri de l'empereur. Exilé en Egypte, il parvient à revenir au Royaume de France, mais il y est trahi par son frère Gérard, à qui il avait pourtant sauvé la vie. Seule la douce et belle Esclarmonde lui apporte un peu de réconfort au cours d'une vie bien trépidante. Amie rencontrée au fil de périlleuses aventures où des automates tueurs ne s'effacent que devant des géants monstrueux, la jeune femme est ensorcelée par Auberon, petit roi de féérie dont l'exigeante affection protège le chevalier.
    Composée entre 1260 et 1268 en ancien français, cette chanson de geste brille d'un éclat singulier parmi les écrits médiévaux. En effet, grâce à Aubéron, le merveilleux, voire le fantastique, y occupe une large place.
    On tient ce roman comme étant l'un des textes narratifs les plus aboutis du Moyen Âge, et, en lisant cette oeuvre, on se remémore Shakespeare, qui mettra en scène quelque trois siècles plus tard le personnage d'Auberon dans Le songe d'une nuit d'été.

  • La drogue fut, pour l'anonyme auteur de ces Rêveries, le parfait moyen d'échapper à la société marchande. Ce témoignage atypique, jamais misérabiliste ni prosélyte, est, par ailleurs, écrit dans une langue magnifique.

    Texte anonyme

  • Les Dirty Comics, également nommés Tijuana Bibles, car beaucoup étaient fabriqués clandestinement au Mexique, portent bien leur nom. Ils sont vraiment sales et très comiques. Il sagit de petites bandes dessinées pornographiques, le plus souvent de 8 pages, qui mettent en scène les vedettes dHollywood ou de la politique dans les situations les plus scabreuses et que lon vendait sous le manteau aux États-Unis dans les années 30 et 40. Ce présent volume constitue une anthologie qui rassemble les meilleures histoires mettant en scène les stars hollywoodiennes et les héros de bandes dessinées de lépoque.

  • À trop martyriser Jacquinot, sa femme se retrouve victime d'une méchante mésaventure. Jenin, lui, cherche désespérément à connaître son père, tandis que le bateleur trouve son bonheur à divertir ses semblables grâce aux tours de son malicieux valet.
    Ces trois tableaux de la vie quotidienne au Moyen Âge, pleins de joie et d'éclats de rire, mettent en scène des personnages aussi truculents que stratèges, prêts à bien des ruses pour arriver à leurs fins.
    L'édition :
    Le théâtre au Moyen Âge : farce, sotie et moralité
    Microlectures
    Exercices de vocabulaire
    Groupement de textes : la scène de ménage au théâtre
    Culture artistique :
    cahier photos : histoire des arts
    un livre, un film : à la découverte de La Folie des grandeurs (Gérard Oury)
    La farce 2.0

  • Le récit commence le jour où le sultan Schahriar découvre l'infidélité de son épouse : après l'avoir faite exécuter, il décide d'épouser une nouvelle femme chaque nuit et de la faire condamner à mort au lever du jour pour être sûr de ne plus jamais être trompé. Schahrazade devient ainsi l'épouse du sultan, et, pour sauver sa vie, lui raconte tous les soirs de captivantes histoires.

  • André Gide s'est toujours intéressé à la traduction de grands auteurs. Son oeuvre de traducteur va de Conrad à Tagore, de Pouchkine à Shakespeare. Il tenait que, pour devenir écrivain, il fallait avoir traduit des auteurs étrangers. Son entreprise la plus étrange est sans doute celle qui concerne Arden de Faversham, tragédie anonyme de 1592 tirée d'un fait divers aussi réel que les noms des personnages, et qui fut attribuée à tous les grands auteurs élisabéthains, Shakespeare en tête.
    Pourquoi une pièce anonyme ou apocryphe plutôt qu'un autre Shakespeare? André Gide souligne à plusieurs reprises le caractère très 'curieux' de l'oeuvre et y voit une parodie de drame bourgeois : un notable est assassiné par l'amant de sa femme et par celle-ci, qui emploient des tueurs à gages. C'est la première tragédie familiale anglaise, les caractères sont brutaux et puissants, la pièce montre une grande connaissance du coeur humain.
    Dans sa traduction, André Gide déploie des qualités de concision, de fermeté, d'élégance et de clarté. Il allège, condense, clarifie et,
    surtout, il a le sens du théâtre et s'adapte à l'avance à la scène. Ses metteurs en scène préférés, un Copeau, un Barrault, n'ont qu'à
    s'emparer de son texte, à défaut d'Artaud, qui y avait d'abord songé.

empty