Flammarion

  • Le foyer d'Orgon ne connaît qu'un seul maître : Tartuffe. Vêtu de sombre et la mine sévère, l'homme s'est attiré les faveurs du chef de famille : il est l'unique confident de ses secrets, toutes ses actions sont portées aux nues. Pour se l'attacher plus encore, Orgon va jusqu'à lui offrir sa fille en mariage... Mais sous les traits du dévot se cache un habile imposteur, mélange de séduction fatale et d'impunité morale, plus intéressé par la fortune et l'épouse de son hôte que par le salut de son prochain.
    Depuis la création de la pièce en 1669 - après deux interdictions -, cette âme noire n'en finit pas de prendre au piège de son épais mystère les générations successives de lecteurs et de spectateurs.
    o Biographie de Molière ;
    o Microlectures ;
    o Groupements de textes :
    - la condamnation de l'hypocrisie au XVIIe siècle ;
    - réception critique et jugement du Tartuffe au fil des siècles ;
    o Cahier photos :
    - l'imposture en décors ;
    - étude des mises en scène ;
    o Écrits d'appropriation ;
    o Vers le bac :
    - exercices de grammaire ;
    - sujets de dissertation.

    1 autre édition :

  • Alceste hait la terre entière. Personne ne trouve grâce à ses yeux, pas même la légère et coquette Célimène dont il est amoureux. Il voudrait la changer, qu'elle ne vive que pour lui et selon son humeur, en dehors de ce monde de courtisans qu'il exècre. La jalousie le guide mais aussi une certaine idée de la vertu... Dans les salons mondains, il veut voir triompher la sincérité là où les petits marquis ne sont que complaisance et hypocrisie.
    Si Alceste frise le ridicule et fait rire de lui, la pièce de Molière n'en est pas moins une critique éloquente des moeurs de la cour, et ce qui semblait au départ une pure comédie de caractère se révèle bientôt une satire sociale impitoyable.

    L'édition :
    o Qui est qui ? (rubrique BD)
    o Microlectures
    o Groupements de textes :
    - réception critique et aléas de l'interprétation du Misanthrope
    - mondanité, solitude et misanthropie à travers les siècles
    o Culture artistique :
    - histoire des arts : cahier photos couleur
    - un livre, un film : Grands Rôles (Samuel Doux)
    o Éducation aux médias et à l'information (EMI).

    1 autre édition :

  • Arnolphe s'est modelé une femme à sa convenance : il a élevé Agnès, une jeune orpheline, loin du monde et l'a écartée de tout savoir. La sachant gardée par deux domestiques aussi naïfs qu'elle, il espère bien l'épouser à son retour. Bref, il a tout prévu.
    Tout ? Sauf l'arrivée du jeune Horace, dont Agnès s'est éprise en son absence. La jeune fille parviendra-t-elle à s'affranchir de l'autorité de son tuteur ?
    L'édition :
    Qui est qui ? (rubrique BD)
    Questionnaires de lecture
    Groupements de textes :
    l'instruction des jeunes filles au XVIIe siècle
    aux sources de la pièce
    de L'École des maris à La Critique de L'École des femmes
    Culture artistique :
    histoire des arts
    cahier photos sur les mises en scène de la pièce.

  • Riche bourgeois, M. Jourdain ne rêve que d'une chose : devenir gentilhomme. Et quels ne sont pas ses efforts pour y parvenir ! Cours de danse, de chant, d'armes et de philosophie : tout est bon pour acquérir les manières d'un noble. Hélas ! l'élève multiplie les maladresses et les balourdises. L'extravagance de M. Jourdain atteint son comble quand il refuse la main de sa fille à l'homme qu'elle aime, sous prétexte que celui-ci n'appartient pas à la haute société. Cette fois, c'en est trop, son entourage est bien décidé à lui faire recouvrer la raison...

    + Étude de l'oeuvre :
    o questionnaires de lecture
    o vocabulaire d'analyse du théâtre
    o les ressorts du comique
    o les mises en scène du Bourgeois gentilhomme
    />
    + Groupements de textes :
    o les « gens de qualité » et le culte du paraître
    o Molière et ses influences

    + Histoire des arts :
    o les vanités à travers les âges
    o un livre, un film : Ridicule de Patrice Leconte.

  • L'Avare

    Molière

    « Il faut manger pour vivre, et non pas vivre pour manger », telle est la devise d'Harpagon. Point d'excès en sa maison : il veille à la dépense et compte ses écus. Avare impénitent, il préfère encore son or au bonheur de ses enfants. C'est décidé : il mariera son fils à une riche veuve et donnera sa fille à un vieillard qui accepte de l'épouser sans dot. Dès lors, ruse et détermination suffiront-elles à déjouer les plans de l'horrible barbon ? Face à l'appât du gain, les liens familiaux sont mis à rude épreuve dans une comédie riche en coups de bâton, surprises et quiproquos.

    1 autre édition :

  • Les femmes savantes

    Molière

    Entichées de Trissotin, poète de pacotille, Philaminte, Armande et Bélise se complaisent dans les joies de l'esprit. Elles discutent de grammaire, d'astronomie, de métaphysique et de morale. Elles vantent à l'excès l'exercice de la raison au détriment du corps. Elles exhibent leurs connaissances des auteurs en vogue, dérogeant en tout point aux règles de l'honnêteté. Et sont finalement bien incapables de déceler le véritable dessein de Trissotin : mettre la main sur la fortune familiale.
    Créée en 1672 alors que Molière est au sommet de sa gloire, la pièce n'a rien perdu de son piquant. Car si les femmes grammairiennes ou astronomes ne prêtent plus à rire, la répétition systématique des dernières théories à la mode reste risible. Raillant l'étroitesse de vue des pédantes, Les Femmes savantes expriment en creux des valeurs profondément modernes : celles du jugement individuel, du plaisir et des droits du corps.

    Dossier :
    1. La première réception de la pièce
    2. Femmes savantes, femmes pédantes dans la littérature galante du XVIIe siècle
    3. Descartes au pays des pédantes
    4. Le tournant «féministe» dans les mises en scène des Femmes savantes.

  • Le malade imaginaire

    Molière

    Argan se croit malade. Pour conjurer sa peur de la mort, il fait de la médecine sa religion et son divertissement. Molière, lui, ne croyait pas à la médecine : il croyait au théâtre. Mort d'une fluxion de poitrine le 17 février 1673, au soir de la quatrième représentation, il quitte la scène avec un spectacle total, un manifeste pour la jeunesse, un dernier hommage à la force de vérité du théâtre, une ultime pirouette d'acteur.
    On ne saura jamais quelle forme définitive il aurait donnée à la version publiée de sa pièce. La confrontation des versions parues en 1675 et en 1682, que nous donnons à lire dans cette édition, invite à porter un regard nouveau sur cette oeuvre patrimoniale, dont la postérité a fait le testament dramatique de Molière. Elle permet aussi d'entrer dans la fabrique d'un texte résolument vivant - qui garde encore sa part d'ombre.

    1. Molière et la médecine
    2. Héritage moliéresque et opéra dans le théâtre musical
    3. Prologues à la gloire du roi
    4. La mort de Molière, entre mythe et réalité
    5. Deux mises en scène

    2 Autres éditions :

  • Argan se plaît à croire qu'il est gravement malade et cherche à s'entourer de médecins et d'apothicaires... au point de vouloir marier sa fille Angélique à un docteur ! Quant à Béline, la seconde femme d'Argan, elle fait mine de prendre soin de son mari, espérant secrètement sa mort pour hériter de son argent.
    Heureusement, Béralde, le frère d'Argan, et Toinette, l'impertinente servante au grand coeur, veillent et mettent tout en oeuvre pour que le vieil homme retrouve la raison.

    + Étude de l'oeuvre
    o explications de textes
    o points de grammaire

    + Parcours : « Spectacle et comédie »
    o le personnage caché dans la comédie
    o le théâtre dans le théâtre
    />
    + Cahier photos

    + Sujets de bac

  • «Un grand seigneur méchant homme est une terrible chose» - séducteur incorrigible, libre penseur, fils indigne et escroc patenté, Dom Juan a tout du héros redoutable et fascinant, sublime et amoral.
    La société exige de lui des engagements qu'il refuse de contracter ; les autorités le harcèlent pour qu'il se conforme à ses devoirs : quels autres partis s'offrent à lui pour continuer d'y déroger en paix, sinon la dissimulation et la feinte?
    Insaisissable Protée, personnage énigmatique, Dom Juan n'en finit pas de nous surprendre et la pièce de Molière de nous subjuguer.

    L'édition :
    o Qui est qui? (Rubrique BD)
    o Biographie de Molière
    o Parcours de lecture
    o Groupements de textes :
    - les réécritures du mythe
    /> - le thème moral de l'hypocrisie chez Molière
    o Culture artistique :
    - cahier photos : les mises en scène de la pièce ; le mythe dans les arts
    - un livre, un film : Dom Juan ou le Festin de pierre (Marcel Bluwal)
    o Éducation aux médias et à l'information (EMI).

    1 autre édition :

  • Gorgibus entend bien marier sa fille Magdelon et sa nièce Cathos. Mais aucun prétendant ne trouve grâce aux yeux de ces deux précieuses, qui rêvent d'aventures galantes et romanesques. Leurs soupirants éconduits, La Grange et Du Croisy, décident alors de leur jouer un tour pour leur donner une bonne leçon
    En mettant en scène les extravagances des deux jeunes filles, Molière compose une comédie savoureuse tout en dénonçant les ridicules excès de la préciosité et des faux-semblants.
    L'ÉDITION découvrir, comprendre, explorer
    Parcours de lecture
    Le comique de Molière
    Groupements de textes
    Genres et formes de la littérature galante
    L'échange des rôles au théâtre
    Culture artistique
    Cahier photos : portraits de lectrices ; les mises en scène de la pièce
    Un livre, un film : Ridicule de Patrice Leconte (1996) NOUVEAU !
    Education aux médias (EMI) NOUVEAU !

  • Arnolphe croit avoir trouvé le moyen imparable de se marier sans être trompé : il prendra pour femme sa pupille, Agnès, qu'il a élevée dans l'ignorance la plus complète des choses de la vie. Mais lorsque la jeune ingénue rencontre Horace, les projets du barbon se trouvent mis à mal...
    Dans L'École des femmes, qui fut l'un de ses plus grands succès, Molière s'interroge sur la place des femmes au sein d'une société régentée par les hommes. À sa création en 1662, la pièce fit scandale : on reprocha au dramaturge son immoralité. C'est pour répondre à ses détracteurs qu'il donna La Critique de l'École des femmes. En mettant en scène, dans cette comédie en un acte, un salon où des mondains discutent de la pièce incriminée, Molière offre une magistrale défense et illustration de son théâtre.

    Dossier :
    1. La querelle de L'École des femmes
    2. La précaution inutile : un sujet et ses réécritures
    3. La question féminine
    4. Récit, comédie, tragédie : d'un genre à l'autre
    5. Mettre en scène L'École des femmes.

  • L'histoire de George Dandin est celle d'un mariage mal assorti : un riche paysan, qui veut devenir gentilhomme, épouse la fille d'un couple d'aristocrates, Angélique de Sotenville. Insatisfaite de cette union imposée, cette dernière ne cesse de lui rappeler ses origines et de se jouer de lui. George Dandin aura-t-il raison des ruses de sa femme ?
    À travers cette pièce grinçante, à mi-chemin entre la farce et la comédie de moeurs, Molière fait une peinture savoureuse du mariage et de la société de son temps.
    o Qui est qui ? (rubrique BD) ;
    o Étude du genre comique : farces et comédies ;
    o Lecture comparée : George Dandin et La Jalousie du Barbouillé ;
    o Cahier photos :
    /> - aux origines de George Dandin ;
    - une farce et une comédie de moeurs ;
    - mettre en scène George Dandin aujourd'hui.

  • Lucile aime Valère et en est aimée. Mais son père veut la marier à un autre. La jeune femme joue la malade, espérant trouver un docteur complaisant qui lui conseille de s'installer au grand air ; là, son amant pourra la rejoindre. C'est Sganarelle, serviteur de Valère, qui devient médecin malgré lui...
    Un homme croit son épouse volage et lui ferme sa porte. Rusée, la jeune femme parvient à inverser la situation...
    Mari cocufié, valet fripon, médecin pédant... Voici deux courtes pièces qui mettent en scène les plus grands rôles du théâtre de Molière.

  • « Il n'y a point de pires sourds que ceux qui ne veulent point entendre ! » Sganarelle, dans L'Amour médecin, nie l'évidence : si sa fille Lucinde est malade, c'est parce qu'elle désire se marier et qu'il s'y oppose obstinément. Aucun médecin au monde ne pourrait guérir la jeune femme. Sauf un... Heureusement que Lisette, l'habile servante, a plus d'un tour dans son sac pour aider sa maîtresse !
    Dans Le Sicilien ou l'Amour peintre, Adraste peut lui aussi compter sur son valet. Il aime la belle Isidore et doit redoubler d'efforts pour la soustraire à celui qui veut l'épouser.
    Jaloux trompé, valet fripon et médecin pédant : ces deux comédies-ballets mettent en scène les plus grands rôles du théâtre de Molière.

empty