Ligaran

  • Notre-Dame de Paris

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "La jeune fille se jeta sur lui comme une tigresse furieuse, et le poussa sur les marches de l'escalier avec une force surnaturelle. - Va-t'en, monstre ! va-t'en, assassin ! laisse-moi mourir ! Que notre sang à tous deux te fasse au front une tache éternelle ! Etre à toi, prêtre ! jamais ! jamais ! Rien ne nous réunira, pas même l'enfer ! Va, maudit ! jamais !"

  • Notre-Dame de Paris

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "- Où suis-je ? dit le poète terrifié. - Dans la Cour des Miracles, répondit un quatrième spectre qui les avait accostés. - Sur mon âme, reprit Gringoire, je vois bien les aveugles qui regardent et les boiteux qui courent, mais où est le Sauveur ? Ils répondirent par un éclat de rire sinistre."

  • Quatrevingt-treize

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Dans les derniers jours de mai 1793, un des bataillons parisiens amenés en Bretagne par Santerre fouillait le redoutable bois de la Saudraie en Astillé. On n'était pas plus de trois cents, car le bataillon était décimé par cette rude guerre. C'était l'époque où, après l'Argonne, Jemmapes et Valmy, du premier bataillon de Paris, qui était de six cents volontaires, il restait vingt-sept hommes, du deuxième trente-trois, et du troisième cinquante-sept."

  • Ruy Blas

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 4 Février 2015

    Extrait :
    "RUY BLAS, survenant. Bon appétit, messieurs ! Tous se retournent. Silence de surprise et d'inquiétude. Ruy Blas se couvre, croise les bras, et poursuit en les regardant en face. O ministres intègres ! Conseillers vertueux ! Voilà votre façon De servir, serviteurs qui pillez la maison ! Donc vous n'avez pas honte et vous choisissez l'heure, L'heure sombre où l'Espagne agonisante pleure !"

  • Bug-Jargal

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Hors de lui, il détache de sa ceinture le fouet armé de lanières ferrées qu'il portait dans ses promenades, et lève le bras pour en frapper le nègre tombé à genoux. Le fouet ne retomba pas. Je n'oublierai jamais ce moment. Une main puissante arrêta subitement la main du colon. Un noir (c'était celui-là même que je cherchais !) lui cria en français : - Punis-moi, car je viens de t'offenser ; mais ne fais rien à mon frère, qui n'a touché qu'à ton rosier !"

  • Claude Gueux

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Voyez Claude Gueux. Cerveau bien fait, coeur bien fait, sans nul doute. Mais le sort le met dans une société si mal faite, qu'il finit par voler : la société le met dans une prison si mal faite, qu'il finit par tuer. Qui est réellement coupable ? Est-ce lui ? Est-ce nous ?"

  • Hernani

    Victor Hugo

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Oh ! par pitié pour toi, fuis !
    - Tu me crois, peut-être, Un homme comme sont tous les autres, un être Intelligent, qui court droit au but qu'il rêva. Détrompe-toi. Je suis une force qui va !"

  • Han d'Islande

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "- Voilà où conduit l'amour, voisin Niels, cette pauvre Guth Stersen ne serait point là étendue sur cette grande pierre noire, comme une étoile de mer oubliée par la marée, si elle n'avait jamais songé qu'à reclouer la barque ou à raccommoder les filets de son père, notre vieux camarade. Que saint Usulph le pêcheur le console dans son affliction !"

  • L'Homme qui rit

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Ursus et Homo étaient liés d'une amitié étroite. Ursus était un homme, Homo était un loup. Leurs humeurs s'étaient convenues. C'était l'homme qui avait baptisé le loup."

  • Extrait :
    "LA CONSCIENCE - Lorsque avec ses enfants vêtus de peaux de bêtes, Echevelé, livide au milieu des tempêtes, Caïn se fut enfui de devant Jéhovah, Comme le soir tombait, l'homme sombre arriva."

  • Extrait :
    "LA TROMPETTE DU JUGEMENT - Je vis dans la nuée un clairon monstrueux. Et ce clairon semblait, au seuil profond des cieux, Calme, attendre le souffle immense de l'archange."

  • Extrait :
    "Ceux qui jugent et qui condamnent disent la peine de mort nécessaire. D'abord, parce qu'il importe de retrancher de la communauté sociale un membre qui lui a déjà nui et qui pourrait lui nuire encore. S'il ne s'agissait que de cela, la prison perpétuelle suffirait. A quoi bon la mort vous objectez qu'on peut s'échapper d'une prison ? Faites mieux votre ronde, si vous ne croyez pas à la solidité des barreaux de fer, comment osez-vous avoir des ménageries ?"

  • Les Travailleurs de la mer

    Victor Hugo

    • Ligaran
    • 26 Janvier 2015

    "Les Travailleurs de la mer", roman de Victor Hugo publié en 1866, a été écrit à Hauteville House durant son exil à Guernesey. L'intrigue se passe sur la petite île anglo-saxonne où Hugo trace une fresque sociale et poignante de la petite communauté portuaire, ballotée par la modernisation et les évènements historiques.

  • Les Misérables

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "La réduction de l'univers à un seul être, la dilatation d'un seul être jusqu'à Dieu, voilà l'amour. L'amour, c'est la salutation des anges aux astres. Comme l'âme est triste quand elle est triste par l'amour ! Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde !"

  • Les Misérables

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Ce petit être est joyeux. Il ne mange pas tous les jours et il va au spectacle, si bon lui semble, tous les soirs. Il n'a pas de chemise sur le corps, pas de souliers aux pieds, pas de toit sur la tête ; il est comme les mouches du ciel qui n'ont rien de tout cela."

  • Les Misérables

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait : "Cosette était maigre et blême. Elle avait près de huit ans, on lui en eût donné à peine six. Ses grands yeux enfoncés dans une sorte d'ombre profonde étaient presque éteints à force d'avoir pleuré. Les coins de sa bouche avaient cette courbe de l'angoisse habituelle, qu'on observe chez les condamnés et chez les malades désespérés."

  • Les Misérables

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Elle n'eut pas un mouvement de surprise, ni un mouvement de joie ; elle était la joie même. Cette simple question : «Et Cosette ?» fut faite avec une foi si profonde, avec tant de certitude, avec une absence si complète d'inquiétude et de doute, qu'il ne trouva pas une parole."

  • Les Misérables

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Jean Valjean prit Javert par la martingale comme on prendrait une bête de somme par la bricole, et, l'entraînant après lui, sortit du cabaret, lentement, car Javert, entravé aux jambes, ne pouvait faire que de très petits pas. Jean Valjean avait le pistolet au poing."

  • Les Contemplations

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Moi, je parlais tout bas. C'est l'heure solennelle Où l'âme aime à chanter son hymne le plus doux. Voyant la nuit si pure et vous voyant si belle, J'ai dit aux astres d'or : Versez le ciel sur elle ! Et j'ai dit à vos yeux : Versez l'amour sur nous !"

  • Les Contemplations

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Les mots, bien ou mal nés, vivaient parqués en castes ; Les uns, nobles, hantant les Phèdres, les Jocastes, Les Méropes, ayant le décorum pour loi, Et montant à Versailles aux carrosses du roi ; Les autres, tas de gueux, drôles patibulaires, Habitant les patois ;"

  • Napoléon II

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 19 Juin 2015

    Extrait : "I - Mille huit cent onze ! - Ô temps où des peuples sans nombre Attendaient prosternés sous un nuage sombre Que le ciel eût dit oui ! Sentaient trembler sous eux les états centenaires, Et regardaient le Louvre entouré de tonnerres, Comme un Mont-Sinaï ! Courbés comme un cheval qui sent venir son maître, Ils se disaient ente eux : - Quelqu'un de grand va naître ! L'immense empire attend un héritier demain. Qu'est -ce que le Seigneur va donner à cet homme..." À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de qualité de grands livres de la littérature classique mais également des livres rares en partenariat avec la BNF. Beaucoup de soins sont apportés à ces versions ebook pour éviter les fautes que l'on trouve trop souvent dans des versions numériques de ces textes. LIGARAN propose des grands classiques dans les domaines suivants : o Livres rares o Livres libertins o Livres d'Histoire o Poésies o Première guerre mondiale o Jeunesse o Policier

  • Napoléon le Petit

    Victor Hugo; Ligaran

    • Ligaran
    • 22 Février 2016

    Extrait : "Le jeudi 20 décembre 1848, l'Assemblée constituante, entourée en ce moment-là d'un imposant déploiement de troupes, étant en séance, à la suite d'un rapport du représentant Waldeck Rousseau, fait au nom de la commission chargée de dépouiller le scrutin pour l'élection à la présidence de la République, rapport où l'on avait remarqué cette phrase qui en résumait toute la pensée : « C'est le sceau de son inviolable puissance que la nation, par cette admirable..." À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN : Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants : o Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin. o Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.

empty