Gwen Catala

  • En décidant de regrouper et de publier, en 1925 et en 1932, une partie de sa production critique sous le titre The Common Reader , Virginia Woolf rompt une tradition consistant à s'adresser à un public restreint de critiques littéraires et autres universitaires, auquel le titre d' essai, souvent pompeux, renvoie irrémédiablement à une frange de la population lettrée, exact opposé de ce que l'immense auteur souhaitait. De ce travail critique, réalisé en grande partie sur commande et publié dans la presse, Virginia Woolf désirait qu'il s'adressât plutôt au lecteur commun , afin que chacun puisse, à sa guise, lire entre les lignes, et s'extraire du filtre journalistique en vigueur. Ce faisant, Virginia Woolf attribue au genre de l'essai une place importante dans le cheminement vers la modernité, tout en lui conférant une valeur démocratique. Avec cette parution inédite, l'éditeur et le traducteur ont choisi de s'attarder sur les critiques les plus percutantes, enthousiasmantes et même étonnantes d'une Virginia Woolf au sommet de son art, le tout, à un tarif accessible et bien entendu, en édition bilingue anglais-français. En ressortent des écrits vifs et piquants, pour notre plus grand bonheur.

  • « J'aime souvent les femmes. J'aime leur anticonformisme. J'aime leur comple tude. J'aime leur anonymat... » Nouvelle traduction de l'essai qui bouleversa toute la condition fe minine a l'e chelle de son sie cle, pre sente e et annote e par le traducteur Jean-Yves Cotte .

  • Joseph conrad

    Virginia Woolf

    Lorsque l'une des plus grandes essayistes de son temps met en lumière son activité de critique au sein d'un ouvrage s'intéressant à des romanciers, des poètes, dramaturges et essayistes  célèbres aussi bien qu'à des écrivains, diaristes ou biographes obscurs, voire oubliés, cela donne un objet littéraire absolument unique, relevant autant de la  critique, du mémoire, de la biographie ou de la fiction. C'est tour à tour avec  humour, intimité et une extrême clarté que ces courts textes  informels et ouverts forment The Common Reader : First Series (1925) & Second Series (1932).Sur une idée du traducteur Jean-Yves Cotté, spécialiste de Virginia Woolf, plusieurs de ces textes vous sont proposés sous un format inédit, bilingue, confrontant la voix incomparable de Woolf et sa transposition moderne dans une traduction menée de main de maître.C'est étonnant, incontournable, donc indispensable !

  • En décidant de regrouper et de publier, en 1925 et en 1932, une partie de sa production critique sous le titre The Common Reader , Virginia Woolf rompt une tradition consistant à s'adresser à un public restreint de critiques littéraires et autres universitaires, auquel le titre d' essai, souvent pompeux, renvoie irrémédiablement à une frange de la population lettrée, exact opposé de ce que l'immense auteur souhaitait. De ce travail critique, réalisé en grande partie sur commande et publié dans la presse, Virginia Woolf désirait qu'il s'adressât plutôt au lecteur commun , afin que chacun puisse, à sa guise, lire entre les lignes, et s'extraire du filtre journalistique en vigueur. Ce faisant, Virginia Woolf attribue au genre de l'essai une place importante dans le cheminement vers la modernité, tout en lui conférant une valeur démocratique. Avec cette parution inédite, l'éditeur et le traducteur ont choisi de s'attarder sur les critiques les plus percutantes, enthousiasmantes et même étonnantes d'une Virginia Woolf au sommet de son art, le tout, à un tarif accessible et bien entendu, en édition bilingue anglais-français. En ressortent des écrits vifs et piquants, pour notre plus grand bonheur.

  • En décidant de regrouper et de publier, en 1925 et en 1932, une partie de sa production critique sous le titre The Common Reader , Virginia Woolf rompt une tradition consistant à s'adresser à un public restreint de critiques littéraires et autres universitaires, auquel le titre d' essai, souvent pompeux, renvoie irrémédiablement à une frange de la population lettrée, exact opposé de ce que l'immense auteur souhaitait. De ce travail critique, réalisé en grande partie sur commande et publié dans la presse, Virginia Woolf désirait qu'il s'adressât plutôt au lecteur commun , afin que chacun puisse, à sa guise, lire entre les lignes, et s'extraire du filtre journalistique en vigueur. Ce faisant, Virginia Woolf attribue au genre de l'essai une place importante dans le cheminement vers la modernité, tout en lui conférant une valeur démocratique. Avec cette parution inédite, l'éditeur et le traducteur ont choisi de s'attarder sur les critiques les plus percutantes, enthousiasmantes et même étonnantes d'une Virginia Woolf au sommet de son art, le tout, à un tarif accessible et bien entendu, en édition bilingue anglais-français. En ressortent des écrits vifs et piquants, pour notre plus grand bonheur.

  • En décidant de regrouper et de publier, en 1925 et en 1932, une partie de sa production critique sous le titre The Common Reader , Virginia Woolf rompt une tradition consistant à s'adresser à un public restreint de critiques littéraires et autres universitaires, auquel le titre d' essai, souvent pompeux, renvoie irrémédiablement à une frange de la population lettrée, exact opposé de ce que l'immense auteur souhaitait. De ce travail critique, réalisé en grande partie sur commande et publié dans la presse, Virginia Woolf désirait qu'il s'adressât plutôt au lecteur commun , afin que chacun puisse, à sa guise, lire entre les lignes, et s'extraire du filtre journalistique en vigueur. Ce faisant, Virginia Woolf attribue au genre de l'essai une place importante dans le cheminement vers la modernité, tout en lui conférant une valeur démocratique. Avec cette parution inédite, l'éditeur et le traducteur ont choisi de s'attarder sur les critiques les plus percutantes, enthousiasmantes et même étonnantes d'une Virginia Woolf au sommet de son art, le tout, à un tarif accessible et bien entendu, en édition bilingue anglais-français. En ressortent des écrits vifs et piquants, pour notre plus grand bonheur.

  • En décidant de regrouper et de publier, en 1925 et en 1932, une partie de sa production critique sous le titre The Common Reader , Virginia Woolf rompt une tradition consistant à s'adresser à un public restreint de critiques littéraires et autres universitaires, auquel le titre d' essai, souvent pompeux, renvoie irrémédiablement à une frange de la population lettrée, exact opposé de ce que l'immense auteur souhaitait. De ce travail critique, réalisé en grande partie sur commande et publié dans la presse, Virginia Woolf désirait qu'il s'adressât plutôt au lecteur commun , afin que chacun puisse, à sa guise, lire entre les lignes, et s'extraire du filtre journalistique en vigueur. Ce faisant, Virginia Woolf attribue au genre de l'essai une place importante dans le cheminement vers la modernité, tout en lui conférant une valeur démocratique. Avec cette parution inédite, l'éditeur et le traducteur ont choisi de s'attarder sur les critiques les plus percutantes, enthousiasmantes et même étonnantes d'une Virginia Woolf au sommet de son art, le tout, à un tarif accessible et bien entendu, en édition bilingue anglais-français. En ressortent des écrits vifs et piquants, pour notre plus grand bonheur.

  • En décidant de regrouper et de publier, en 1925 et en 1932, une partie de sa production critique sous le titre The Common Reader , Virginia Woolf rompt une tradition consistant à s'adresser à un public restreint de critiques littéraires et autres universitaires, auquel le titre d' essai, souvent pompeux, renvoie irrémédiablement à une frange de la population lettrée, exact opposé de ce que l'immense auteur souhaitait. De ce travail critique, réalisé en grande partie sur commande et publié dans la presse, Virginia Woolf désirait qu'il s'adressât plutôt au lecteur commun , afin que chacun puisse, à sa guise, lire entre les lignes, et s'extraire du filtre journalistique en vigueur. Ce faisant, Virginia Woolf attribue au genre de l'essai une place importante dans le cheminement vers la modernité, tout en lui conférant une valeur démocratique. Avec cette parution inédite, l'éditeur et le traducteur ont choisi de s'attarder sur les critiques les plus percutantes, enthousiasmantes et même étonnantes d'une Virginia Woolf au sommet de son art, le tout, à un tarif accessible et bien entendu, en édition bilingue anglais-français. En ressortent des écrits vifs et piquants, pour notre plus grand bonheur.

  • Les influences philosophiques qui marquèrent Virginia Woolf et son oeuvre sont liées en grande partie aux philosophes qu'elle étudia et rencontra. Bien que le plus proche fut son père, Leslie Stephen, d'autres ont joué un rôle majeur, au travers de l'informelle communauté d'artistes et d'intellectuels du Bloomsbury Club, puis, dès 1920, du Memoir Club, où les rencontres se concentraient autour du même thème : la mémoire. Au travers de trois essais que sont Moi, Snob ? /Am I a Snob?, Le Bloomsbury du temps passé/Old Bloomsbury et 22 Hyde Park Gate, Jean-Yves Cotté, qui consacre une grande partie de son travail de traducteur à Virginia Woolf, apporte une voix nouvelle à ces textes critiques qui, loin de l'image, fausse, d'une femme déprimée, voire morbide, sont truculents d'ironie, démontrant une personnalité drôle et acerbe douée d'une vivacité d'esprit qui frôle, par instants, la jouissance. Quel bonheur de redécouvrir ces trois textes dans une édition bilingue de qualité et, dans toute notre contemporanéité, de s'étonner de réflexions toujours aussi actuelles : pourquoi se raconter quand on n'a rien vécu et souvent rien à dire ? N'est-ce pas, déjà, un peu snob ?

  • Jane austen

    Virginia Woolf

    Lorsque l'une des plus grandes essayistes de son temps met en lumière son activité de critique au sein d'un ouvrage s'intéressant à des romanciers, des poètes, dramaturges et essayistes  célèbres aussi bien qu'à des écrivains, diaristes ou biographes obscurs, voire oubliés, cela donne un objet littéraire absolument unique, relevant autant de la  critique, du mémoire, de la biographie ou de la fiction. C'est tour à tour avec  humour, intimité et une extrême clarté que ces courts textes  informels et ouverts forment The Common Reader : First Series (1925) & Second Series (1932).Sur une idée du traducteur Jean-Yves Cotté, spécialiste de Virginia Woolf, plusieurs de ces textes vous sont proposés sous un format inédit, bilingue, confrontant la voix incomparable de Woolf et sa transposition moderne dans une traduction menée de main de maître.C'est étonnant, incontournable, donc indispensable !

empty