Fayard

  • Le rapt

    Anouar Benmalek

    • Fayard
    • 26 Août 2009

    Follement épris de sa femme, Aziz n'en est pas moins un homme détaché et caustique. Seul moyen qu' il ait trouvé pour se préserver des tensions et des violences qui agitent l'Algérie. Mais lorsque sa fille de quatorze ans est enlevée, il comprend que l'ironie ne lui sera plus d'aucun secours.

    Entré en contact avec la famille, un étrange ravisseur menace sa victime des pires atrocités si la police est prévenue. De toute façon, qui aurait envie de s'en remettre aux autorités algériennes? Aziz ne peut compter que sur lui-même. Et sur Mathieu, le beau-père de sa femme. Mais ce Français au lourd passé sera-t-il une providence ou l'artisan du malheur? Pourquoi est-il demeuré en Algérie après l'indépendance? Qu'a-t-il fait pendant la guerre? Et quel est ce grand tabou de l'histoire de l'Algérie qui scelle jusqu'à présent toutes les lèvres?

    Avec ce thriller de la vengeance et de l'amour, Anouar Benmalek impose à ses héros de choisir entre le mal et le moindre mal, entre leur survie et celle de leur conscience.

    Traduit en dix langues, Anouar Benmalek est l'auteur, entre autres, des Amants désunis (Calmann-Lévy) et de L'Enfant du peuple ancien (Pauvert), plusieurs fois primés. Chez Fayard, il a récemment publié Ô MarIa.

  • De la généalogie de sa mère, née des amours d´une trapéziste suisse et d´un Marocain lui-même fils d´une esclave mauritanienne ; de l´histoire de son père, passionné de théâtre, qui s´enfuit de Constantine où il ne pourrait jamais devenir comédien vers un Maroc où finalement il devint professeur ; de leur rencontre: elle à sa fenêtre, lui dans la rue, se regardant, ne disant rien, mais s´aimant déjà ; de tout cela, Anouar Benmalek envisageait de tirer une de ces vastes sagas familiales qui font s´embrasser les siècles et s´épouser les pays. Mais sa mère vient de mourir. Et c´est un autre récit que l´amour filial lui impose d´écrire. Récit plus intime, même s´il est traversé par des personnages extraordinaires comme cet ancêtre bavarois, Juif peut-être, constructeur de synagogues, cet autre, Suisse, choisissant d´être Allemand à un mauvais moment du siècle dernier, ou cette tante, Algérienne, que la passion claquemure dans la folie. Récit plus poignant également. L´écrivain y retrouve, en retraçant la vie de celle à qui il doit la sienne, les thèmes qui hantent son oeuvre: la misère des origines, le racisme, l´intolérance, et le combat que livrent, malgré l´absurdité de l´existence, l´espérance et la bonté pour se ménager une petite place dans l´histoire des hommes. Car l´histoire est là, et la saga aussi : plus fiévreuse, plus intense, plus émouvante que celle qu´aurait pu imaginer un écrivain qui ne se serait pas souvenu être né du ventre d´une femme. Et finalement les siècles s´embrassent quand même, et les pays s´épousent, dans l´évidence que l´amour maternel est universel.

  • «Ali-Ahmed avec sa nouvelle amie. Ils passent devant un lac.

    - Tiens, regarde les larmes que tu as versées pour la précédente.

    Ali-Ahmed s'approche du bord, enlève une chaussure, une chaussette, puis y trempe un pied.

    - Brr. c'est froid.

    Il se déshabille complètement et plonge à l'eau. Il fait quelques brasses.

    - A la réflexion, c'est bon. Tu viens oe

    Il sourit.

    Alors son amie se met à pleurer et à ses pieds se forme une mare qui devient bientôt un lac.»

empty