Langue française

  • Une histoire d'amour dans un des lieux les plus outragés de la planète par l'intolérance religieuse, la guerre perpétuelle, la tyrannie meurtrière : le Proche-Orient.

    Tout commence quand se présente, à la frontière entre Turquie et Syrie, un étrange candidat au Jihâd, français et converti, du nom de Tammouz. Qui est-il, cet avatar du diable, aimé des chats et fâché avec son Patron?

    Parti à la recherche de la femme qu'il a follement aimée , il rencontre sur sa route Zayélé, adepte d'une vieille religion minoritaire, mais aussi Adams, pilote de drone, engagé avec le Kurde Ferhat dans les forces démocratiques syriennes qui se battent contre Daesch, ou encore Houda et Yassir, l'apprentie artiste et son amant, tous les deux en fuite... Des personnages authentiques, attachants et surprenants qui, dans une Syrie devenue folle, devront choisir entre conscience et survie.

    Confronté aux violences qui secouent la Syrie, Anouar Benmalek n'a peur de rien et, d'une plume acérée, nous livre, avec L'Amour au temps des scélérats, un grand roman d'amour et d'aventure, intense, efficace, tragique, drôle et universel.

    Mathématicien, auteur d'une quinzaine de livres, plusieurs fois primé, traduit dans une dizaine de langues, le romancier franco-algérien Anouar Benmalek est considéré comme « l'écrivain algérien le plus talentueux depuis Kateb Yacine ».

    Depuis 2015, il n'a plus publié jusqu'à sa rencontre avec Emmanuelle Collas autour de la guerre en Syrie, de la littérature et de l'édition.

  • Anouar Benmalek Les Amants désunis Une vieille dame erre dans Alger. Elle cherche la tombe de ses enfants, Mehdi et Mériem, égorgés voilà quarante ans, parce que le FLN soupçonnait leur père d'avoir trahi. Après la tragédie, elle est retournée vivre en Suisse, son pays, en essayant d'oublier.
    Aujourd'hui elle veut renouer avec ce passé, et revoir Nassreddine, l'homme qu'elle a aimé, le père des deux enfants. Jallal, le petit marchand sans famille, accepte de lui servir de guide. Mais ils tombent aux mains des combattants d'Allah.
    Nassreddine parviendra-t-il à la rejoindre avant que son destin ne soit tranché par la lame d'un couteau ? La même violence bestiale va-t-elle resurgir quarante ans après ? C'est la question d'Anna et celle de tout ce roman, salué comme une révélation de la jeune littérature algérienne, et couronné par le prix Rachid Mimouni 1999.

    Une fresque blessée dont la beauté défie tous les instincts de mort.
    Jean-Noël Pancrazi, Le Monde.

    Anouar Benmalek a écrit là un roman remarquable et bouleversant. Il nous donne à voir la vie quotidienne de ses compatriotes pris dans l'engrenage de la vengeance, des règlements de comptes, du désespoir, et qui réussissent malgré tout à survivre à l'horreur.
    Régine Deforges, L'Humanité.

  • En Algérie, la fille d'Aziz, un employé de zoo, disparaît. Croyant d'abord qu'elle a été enlevée par des islamistes radicaux, ce dernier réalise, au fur et à mesure des coups de fil qu'il reçoit du ravisseur, que ce n'est pas lui qui est visé, mais Mathieu, le beau-père de sa femme, un Français qui, durant la guerre, fit partie des DOP, les Détachements opérationnels de protection.

  • Queensland, nord-est de l'Australie, décembre 1918. Une odeur de printemps salé.. Kader, bouleversé regarde le corps défait de sa femme Lislei, mourante. D'étranges dieux ont présidé à leur rencontre. En 1870, Lislei, l'Alsacienne, est emportée dans la tourmente sanglante de la Commune tandis que Kader, l'Algérien, est fait prisonnier au cours de la révolte des tribus sahariennes contre les colons français. Tous deux sont déportés en Nouvelle-Calédonie et réussissent à s'évader sur le même rafiot se dirigeant vers l'Australie. A son bord, ligoté, gémit un drôle de petit garçon : Tridarir. Dernier représentant des aborigènes de Tasmanie décimés par les colons australiens, l'orphelin courageux tente de retrouver les mythiques Sentiers des Rêves de son peuple Roman d'aventures et d'amour à couper le souffle, L'Enfant du peuple ancien entraîne le lecteur aux confins d'une humanité très lointaine, nourrie de rêves magiques et fondateurs ... Ce voyage initiatique, conjugué à une traversée délicieusement romanesque de l'Histoire, confirme l'humanisme désarmant d'Anouar Benmalek.


    Anouar Benmalek est né à Casablanca en 1956. Il a été l'un des fondateurs, après les émeutes d'octobre 1988, du Comité algérien contre la torture. En 1998, il a obtenu le Prix Rachid Mimouni pour son roman Les Amants désunis (Calmann-Lévy, 1997). Il est considéré comme l'un des écrivains essentiels de l'Algérie d'aujourd'hui.

  • Dans cet entretien avec le journaliste Youcef Merahi, Anouar Benmalek analyse, s'émerveille, s'indigne, dénonce, se souvient, révèle et raconte sa vie et son prolongement naturel : l'écriture.Mais si l'écriture est sa « raison de vivre », son pays, l'Algérie, occupe une place importante dans ces entretiens. Peu adepte de la langue de bois, Anouar Benmalek ne mâche pas ses mots lorsqu'il parle du régime, de l'armée ou de la religion. Ce qui lui vaut nombre d'inimitiés, mais il en faut plus pour le faire taire...

  • L'homme à la cape et au chapeau à large bord était si souriant, si joyeux de l'avoir découverte en débouchant de son buisson, qu'elle n'eut d'abord pas peur [...]. mais sa salive sécha instantanément dans sa bouche quand elle aperçut l'épée, puis la dizaine d'individus hérissés d'arquebuses qui accompagnaient l'homme au sourire éclatant.
    « maría, crie maintenant, maría... après, il sera trop tard... je t'en prie... ils vont vous tuer tous... » la voix, dans la tête de l'adolescente, supplia en vain [...].
    C'étaient eux. finalement, ils les avaient retrouvés.
    A. b.
    Le roman d'une andalouse prise dans l'expulsion des morisques, chrétienne et musulmane, dans l'espagne du siècle d'or ravagée par la soif de pureté. une déchirante histoire d'amour et de liberté.

  • Chronique de l'Algérie amère :
    - « Art de visionnaire » (Le Monde) - « Un Faulkner méditerranéen » (L'Express) - « Un imaginaire romanesque exceptionnel » (Le Magazine Littéraire) - « L'un des tons les plus étranges et les plus originaux » (Le Point) - « Une impitoyable ampleur romanesque » (Les Lettres Françaises) - « Benmalek picks up where Camus left off » (Harvard Review) - « L'écrivain algérien le plus talentueux depuis Kateb Yacine » (El Watan) - « Au niveau de Joseph Conrad » (Mohamed Dib) - « Une indéniable aura, l'intransigeance sourcilleuse des hommes libres » (Radio Orient)

  • Quand est-ce que tout cela s'est réellement passé ? Je veux dire : quand est-ce que, dans mon pays, une partie de mes concitoyens a estimé que le meurtre d'autres concitoyens était devenu « normal », sinon « moral » ?
    Quand est-ce que mon pays, l'Algérie, de solidaire qu'il était, de rétif à l'humiliation parce que si longtemps humilié, de joyeux avec son humour grinçant n'épargnant personne et surtout pas les puissants, comment ce pays que je croyais connaître est-il devenu le lieu où de tels massacres ont pu être commis sans provoquer un seul soulèvement de citoyens déferlant dans les rues et clamant :
    « Assez, nous ne voulons plus de cette horreur qui supplicie nos bébés, nos femmes, nos vieillards, nos chanteurs, nos penseurs. Nous ne voulons plus de l'assassinat érigé en offrande à Dieu. Nous ne voulons plus de l'ignominie et de la flétrissure, qui nous défigurent en tant qu'individus et en tant que nation » oe A. B.

    Anouar Benmalek est né en 1956. Il a été l'un des fondateurs, après les émeutes d'octobre 1988, du Comité algérien contre la torture. Il a déjà publié Les Amants désunis (Calmann Levy, 1997), prix Rachid Mimouni, L'Enfant du peuple ancien (Pauvert, 2000) prix RFO et prix RTBF, et L'Amour Loup (réédité chez Pauvert en 2000).

  • «Ali-Ahmed avec sa nouvelle amie. Ils passent devant un lac.

    - Tiens, regarde les larmes que tu as versées pour la précédente.

    Ali-Ahmed s'approche du bord, enlève une chaussure, une chaussette, puis y trempe un pied.

    - Brr. c'est froid.

    Il se déshabille complètement et plonge à l'eau. Il fait quelques brasses.

    - A la réflexion, c'est bon. Tu viens oe

    Il sourit.

    Alors son amie se met à pleurer et à ses pieds se forme une mare qui devient bientôt un lac.»

empty