Rouergue

  • Dans Konnichiwa, Martin ! un petit Français reçoit un matin une lettre venue du Japon, dans le cadre d'un échange de correspondants entre écoles. Elle commence par « Konnichiwa » et se termine par « Hikaru », au milieu : tout un tas de symboles impossibles à comprendre sauf peut-être les petits smileys à la fin de chaque phrase. À travers cette lettre que Martin ne peut pas déchiffrer, le garçon s'évade, rêve et part à la rencontre de ce pays si loin du sien et qu'il ne connaît pas.
    Mais surtout il nous embarque avec lui dans ses découvertes : le mont Fuji, Tokyo, les futons et le poisson cru !
    Dans Salut, Hikaru ! une élève japonaise rédige une lettre à un correspondant français, Martin. Pour l'aider, elle fait appel à sa grand-mère qui connaît bien ce pays et l'aime beaucoup. Mais comment écrire à quelqu'un qui est si loin et si différent ? Tout lui semble si étrange. par exemple : « Est-ce que les Français s'embrassent pour se saluer parce que leurs lettres se touchent pour s'exprimer ? » Elle aussi voit ses pensées s'évader vers ce pays à l'aide d'un vieil album photos, sous ses yeux : boulangeries, terrasses de café, croissants et le fromage !

empty