Elyzad

  • Une femme qui devient folle. C'est ce qu'entreprend de raconter Samia pendant ses longues vacances d'enseignante. Mais on ne sort pas indemne d'une telle entreprise. A force de s'obstiner à écrire l'histoire d'un être que la déraison éloigne peu à peu des lieux communs, voilà que le propos se défait, les histoires se défont : celle de la folle à propos de laquelle les mots manquent à la narratrice, mais surtout... la sienne propre.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ouatann

    Azza Filali

    Tunisie 2008, ciel bleu, âmes grises. Pègre et politique ont scellé leurs épousailles, l'affairisme tient le haut du pavé. Non loin de Bizerte, un village qui se meurt en silence où des jeunes embarquent pour l'Italie, les soirs sans lune.
    Dans une maison, au bout d'une corniche déserte, deux hommes et une femme se trouvent réunis : Rached, jeune fonctionnaire cupide et désinvolte, Naceur, ingénieur dont la vie, un jour, bascula, et Michkat, avocate en quête de repères.
    Tous trois soudés par un même désir, celui d'un avenir qui se fait attendre. La vie patine. À la jointure entre ciel et mer, le bonheur danse, insaisissable. Vivre, vivre... mais comment ?
    Un roman puissant qui nous donne à lire une Tunisie rarement décrite. Un tableau d'une société pré-révolutionnaire où le dénuement des uns, le luxe effréné des autres et l'atrophie programmée des valeurs citoyennes ont privé les êtres d'une dimension essentielle : le bonheur du pays partagé.

  • A l'image des pointes sèches, griffant le métal et créant des formes à l'insoutenable finesse, ces textes, resserrés sur des éclairs de vies, s'essaient à rendre, en peu de mots, les moments qui nous traversent et nous façonnent. Situations sans fard ni apprêts, issues du quotidien le plus banal. Histoires courtes, esquissant, en un détail, l'essentiel d'une âme. Car, en définitive, qui sommes-nous ? Sous la couche des apparences, couve une lave tiède, où cordialité et tendresse le disputent souvent à l'aversion, voire aux instincts les plus sanguinaires ;
    Tout cela croque un bestiaire humain, trop humain, où une mouche, au fond d'une tasse de café, une étreinte dans un aéroport, peuvent suffire à raconter une vie.

empty