• Le principe de l'intention paradoxale est simple : apprendre à souhaiter ce qui fait peur, ce qui bloque puissamment l'angoisse, à condition d'être entièrement tourné vers ce désir paradoxal. Souhaiter sa peur est paradoxal, illogique, et nécessite un apprentissage. Ce livre constitue un véritable parcours pour vous soigner si vous souffrez de l'un de ces troubles.

  • La psychopathologie périnatale concerne toutes les difficultés liées à l'arrivée (ou non) d'un enfant dans une famille, depuis le désir d'enfant jusqu'aux deux ou trois premières années de celui-ci, en passant par la conception, la grossesse, la naissance, les premiers mois et les premières relations parents-enfants.
    Cet aide-mémoire a pour objectif de transmettre un savoir à la fois spécialisé et accessible à tous les professionnels concernés par ce champ. Il s'agit non seulement d'acquérir ou de consolider les connaissances dans ce domaine, mais de pouvoir les mettre en pratique. Avec Apter, Binet, Boige, Candilis-Huisman, Chatroussat, Chavagnat , Conversy, De Wailly, Dugnat , Ecochard, Garet, Gaugue, Glatigny Dallay, Granier-Deferre, Guedeney, Josse, Missonnier, Moyse, Nanzer, Nezelof, Omay, Palacio Espasa, Pernel, Rainelli, Sazerat, Scelles , Souchaud, Sutter-Dallay, Vallerent

  • Des professionnels confrontés sur le terrain au déni de grossesse explorent les différents enjeux de ce symptôme et offrent un panorama complet du sujet.
    Les auteurs de cet ouvrage ont tous rencontré ces gestations particulières, qui, loin s'en faut, ne se résument pas aux cas exceptionnels de « néonaticides » faisant l'objet de procès largement médiatisés. Ils font part de leurs découvertes pour nous aider à comprendre ce symptôme déroutant et à accompagner ces femmes qui, parfois jusqu'à la naissance, dénient leur grossesse.

  • L'accès à la maternité peut réveiller une douleur indicible chez les femmes qui ont subi des violences sexuelles dans leur enfance. Cette douleur perturbe fréquemment la relation mère-enfant. Cet ouvrage prouve la nécessité d'un accompagnement psycho-ostétrical de la grossesse; les violences sexuelles dont il faudra apprendre à soulager les effets parfois désastreux n'ont pas seulement une forte morbidité chez les personnes qui les subissent, elles ont également un impact sur les générations suivantes.

  • L'homme sait désormais instrumentaliser sa propre création : donner des enfants à des couples stériles, donner naissance à des enfants en bonne santé au sein de familles touchées par de graves maladies génétiques. Parallèlement, la perspective d'une médecine régénérative s'ouvreet suscite les espoirs les plus fous grâce à la création de lignées de cellules souches à partir d'embryons surnuméraires qui permettraient des greffes inédites dans l'histoire de la médecine. Mais cette société procréatique n'est peut-être pas aussi idyllique qu'on le croit. Une telle éthique révolutionnaire de la procréation humaine serait-elle au service de la société ou bien risquerait-elle de mener à la destruction de l'humanité ? Refusant de prendre pour acquis les dogmes et les croyances de la société procréatique, Benoît Bayle, psychiatre et philosophe, propose une troisième voie qui postule avant tout la dignité de l'embryon humain.

  • Sollicitées par un nombre croissant de couples, les techniques de procréation médicale assistée (PMA) se sont banalisées, ouvrant aujourd'hui un véritable débat sur le statut de l'embryon humain, dans lequel psychologues et psychiatres sont amenés à jouer un rôle crucial.
    En effet, comment nier l'impact des modalités de conception de l'être humain sur son propre devenir psychologique ? Dans cet ouvrage, Benoît Bayle aborde en détail les différentes problématiques liées à cette question. Exposant tout d'abord la progression des recherches effectuées dans la connaissance des processus conceptionnels, du développement embryonnaire, puis par la suite des moyens de pallier à l'infertilité, auteur resitue la place de l'individu à naître dans ce contexte conceptionnel qu'il qualifie de véritable " révolution ".
    Enfants de la PMA, conçus de couples stériles, d'un père déjà mort au moment de la fécondation, ou encore d'une mère ménopausée, tous ces cas sont abordés à l'aide de nombreuses observations cliniques qui viennent illustrer le propos. L'auteur introduit alors la notion d'" être-conçu ", mettant en avant l'importance du lien entre conception et développement psychologique futur de l'individu conçu. Ainsi, dépassant les préoccupations liées aux nouvelles techniques de fécondation, sont abordées différentes scènes conceptionnelles, comme celles de l'enfant de remplacement, l'enfant issu d'un viol, l'enfant de mère schizophrène ou encore celui ayant fait l'objet d'un déni de grossesse.
    L'objet de ce livre est justement de démontrer que, au-delà du phénomène de société que constitue l'expansion des techniques de procréation assistée, se situe un autre débat dans lequel la psychopathologie de la conception humaine occupe une place considérable. Cet ouvrage s'adresse aux psychiatres et aux psychologues, mais aussi aux gynécologues-obstétriciens, aux sages-femmes et aux pédiatres, ainsi qu'à toute personne concernée par les problèmes actuels en bioéthique.

  • La conception et le déroulement de la grossesse marquent-ils le développement psychologique de l'enfant ? L'auteur propose une lecture inédite de la conception humaine et de la période prénatale. Il entend comprendre la place qu'occupent la conception et la période prénatale dans le développement mental de l'être humain et envisage ainsi la grossesse comme une période constitutive du développement psychique de l'enfant à naître. Au fil de sa recherche, il élabore notamment la notion d'"identité conceptionnelle" et pose un nouveau regard sur la gestation psychique.

  • Le titre de cet ouvrage est un appel, celui lancé par des enfants de mères schizophrènes, devenus adolescents ou adultes, dialoguant sur le net, à l'occasion de forums de discussions. « Ma mère est schizophrène ! » dit leur souffrance, mais aussi l'importance d'un soin pensé dès la grossesse et la naissance, dans la continuité, au fil du développement de l'enfant. En effet, la schizophrénie touche près de 1 % de la population, c'est dire l'importance de cette maladie dont on sait l'épreuve qu'elle constitue pour celles et ceux qui en supportent le joug, chroniquement. Pour soigner cette affection, les progrès thérapeutiques ont été considérables depuis la mise au point des premiers médicaments neuroleptiques, voici près de cinquante ans. Mais ces progrès scientifiques ne dispensent en rien du travail d'accompagnement et de soutien psychologique, social et éducatif, surtout lorsque l'enfant paraît et que la femme schizophrène devient mère... Un véritable travail d'orfèvre doit alors être mis en oeuvre pour accompagner ces femmes et ces enfants, afin de les préserver, l'un et l'autre, d'une pathologie qui impose, sinon, ses effets dévastateurs et aliénants. Benoît Bayle est psychiatre des hôpitaux et docteur en philosophie.

  • Certains troubles du développement psychologique émergent-ils dès la conception ? Comment les repérer dès la grossesse, chez l'enfant ou à l'âge adulte ? Pouvons-nous expliquer leur survenue, mais aussi les prévenir ou les traiter ? Permettent-ils de mieux comprendre la grossesse ordinaire ? Pour l'auteur, l'embryon humain possède, dès sa conception, une identité qui ne se limite pas au seul plan biologique, mais se définit dans l'ensemble des registres humains.
    La grossesse représente la première période du développement psychologique de l'être humain conçu. A partir de cette hypothèse, il aborde de façon très complète des sujets divers rassemblés autour du fil conducteur de la conception humaine et de la grossesse : enfant de remplacement, problématique du deuil, traumatisme sexuel, déni, maladie mentale... Il apporte également des réponses inédites aux nombreuses interrogations ou inquiétudes, suscitées par les nouvelles techniques de fécondation.
    Au cours de cet itinéraire, il recueille l'expérience de nombreux cliniciens, rapporte ou discute les commentaires psychopathologiques, propose ses propres études de cas, échafaude quelques concepts psychopathologiques originaux comme la survivance péri conception nette. Sa principale préoccupation est de rassembler au fil de cette lecture un corpus clinique qui nous permette de mieux comprendre la conception humaine et la place qu'elle occupe dans le développement psychologique, en particulier au cours de la période prénatale.
    Cette approche intéresse tous les âges de la vie, depuis l'embryon humain jusqu'à l'adulte, puisqu'une psychopathologie conceptionnelle peut s'exprimer à travers le temps, concernant aussi bien la femme enceinte, le nourrisson, l'enfant, l'adolescent ou l'adulte. Aux cliniciens de savoir l'identifier à partir des repères proposés.

  • L'ouvrage aborde un large éventail de situations à risque psychotraumatique autour de la naissance : allant de l'hémorragie lors de l'accouchement, aux violences conjugales, aux traumatismes de la migration au réveil de traumatismes du passé... Il ouvre des perspectives cliniques et d'accompagnements.

    Cet ouvrage à plusieurs voix, soutenu par la Société Marcé francophone, fait le point sur les situations variées à potentiel psychotraumatique qui surgissent à l'aube de la vie et dont l'impact est parfois déterminant sur la vie de l'enfant et de ses parents. Sont abordées la clinique du traumatisme psychique, ses diverses mises en perspective possibles autour de la naissance et de l'accès au devenir parent, ses interprétations, notamment psychanalytiques. Un large éventail de situations à risque psychotraumatique, allant de l'hémorragie de la délivrance aux violences conjugales ou aux traumatismes psychiques résultant de la migration, ouvre sur les perspectives thérapeutiques.

  • Perdre un jumeau à l'aube de la vie est une épreuve douloureuse, souvent ignorée par les proches et la société. Cet ouvrage cherche à comprendre les enjeux de ce deuil singulier. Comment l'accompagner et trouver le ton juste, sans rendre obsédante la présence du jumeau mort au jumeau vivant, ni banaliser ou nier sa perte ?
    La perte périnatale d'un enfant jumeau constitue une crise violente, aux facettes multiples et complexes. Parfois, la douleur reste encore vive des années plus tard. Pour les familles comme pour les professionnels qui les accompagnent, il s'agit de relever le véritable défi d'affronter la douleur de la perte et de s'occuper du bébé survivant. Ce sujet est ici traité de façon vivante à travers le récit autobiographique d'une jumelle qui a perdu sa sour à la naissance ; le portait « thérapeutique » d'une autre jumelle ; un entretien avec des parents confrontés à ce deuil particulier, une étude psychologique approfondie.
    Béatrice Asfaux a perdu sa soeur jumelle peu après la naissance. Titulaire d'un DEA de philosophie, l'écriture lui a permis de partir à la quête d'un sens et d'une possible renaissance...
    Benoît Bayle est psychiatre des hôpitaux au centre hospitalier Henri-Ey de Bonneval (28), responsable d'un centre médico-psychologique adulte à Chartres et d'une unité de psychologie périnatale à Châteaudun. Également titulaire d'un doctorat de philosophie, il préside le comité d'éthique de cet établissement.

empty