• Boule de Juif

    Foulek Ringelheim

    • Genese
    • 19 Février 2021

    « Entre ma quatrième et ma septième année, j'avais séjourné comme passager clandestin dans un orphelinat catholique, confit dans l'adoration plus ou moins feinte de la Sainte Vierge et du sublime fruit de ses saintes entrailles. Après la guerre, ma mère, ayant échappé de justesse à la déportation, m'avait récupéré et replongé illico dans un judaïsme viscéral, linguistique, culinaire et occasionnellement liturgique.
    Né juif, converti au catholicisme par nécessité, reconverti d'autorité à mon état premier. Deux fois renégat, j'étais prêt à une troisième abjuration. » Foulek Ringelheim raconte avec un humour mordant - qui n'est pas sans rappeler Philip Roth - l'histoire émouvante d'un petit garçon tourmenté par sa judéité. Dans les quartiers pauvres du Liège d'aprèsguerre, il découvre la littérature, fait les quatre cents coups avec les gamins du voisinage et tente de percer les mystères de la féminité.
    « Un portait inoubliable d'une mère juive qui ne parle que le yiddish et de son fils débordé par son amour.
    Une épopée tendre et burlesque. L'histoire d'une libération. » Jacques Sojcher

  • Abram Potz, vieillard de 86 ans au corps décati mais à la réplique toujours cinglante, traîne sa décrépitude dans les rues de Paris, et s'enivre de la répulsion qu'il provoque auprès des jeunes. Claudiquant dans le crépuscule de sa vie, il décide de s'offrir une résurrection en tant que doyen des tueurs en série : pour tromper la mort, il va la propager. Hors d'atteinte de la justice des hommes de par son âge, Potz verse la cigüe au petit bonheur, comme il peut, ici à un touriste, là à un amour de jeunesse brisé. Il se prend à rêver d'un procès aux allures de cérémonie des adieux, où il dénoncerait la gérontophobie rampante de la société et réaffirmerait les droits de l'homme vieux.

  • Edmond Picard a été l'une des personnalités belges les plus considérables de la seconde moitié du XIXe et du début du XXe siècle. Né en 1836, mort en 1924, il a occupé le devant de la scène dans tous les domaines de l'activité sociale, intellectuelle et politique. Avocat à la Cour d'appel de Bruxelles et à la Cour de cassation, bâtonnier, professeur de droit, écrivain, dramaturge, sénateur, journaliste, il a reçu tous les honneurs. Les milieux judiciaires ont continué à célébrer, mais avec une étrange discrétion, la mémoire du « grand jurisconsulte ».
    Cette figure illustre est entourée d'une zone d'ombre qui dissimule l'essentiel. Edmond Picard a été le plus furieux antisémite de son époque, une sorte de Drumont belge. Il a propagé, avec une ferveur inlassable, les théories raciales qui constitueront le fondement du nazisme. Élu sénateur socialiste, il a exalté un nationalisme mystique, celui-là même qui nourrira les fascismes européens du XXe siècle. Il s'est affirmé socialiste national avant que d'autres n'inversent l'ordre des termes.
    C'est cette imposture que cet essai veut démasquer. Non pas pour le vain plaisir de briser une idole oubliée, mais parce que l'évolution intellectuelle et morale de ce personnage peut aider à comprendre comment est né l'antisémitisme racial qui a conduit où l'on sait.

empty