• Les définitions et les notions essentielles du droit constitutionnel pour trouver et comprendre le mot juste.

  • la ve république est aujourd'hui en crise.
    avec la concentration absolue du pouvoir d'etat et l'affaiblissement de la démocratie représentative, l'idée même d'une responsabilité des dirigeants a disparu. le débat politique se réduit à de simples stratégies d'image pour les " présidentiables ". bastien françois dénonce cette situation, interroge le citoyen et plaide en faveur d'un renouvellement politique.

  •  Physicien de formation, François Bastien a enseigné dans de nombreux domaines : mathématiques, électricité, optique, thermodynamique, physique des vibrations, physique des capteurs, acoustique des solides, informatique, électronique numérique et électrotechnique. Il a tenu un blog où se sont regroupées certaines interrogations sur les sciences exactes. Son livre présente donc des réflexions sur la recherche scientifique. Un changement d´échelle de la communauté scientifique entraîne nécessairement un bouleversement. L´auteur tend à sortir de la doctrine « hors de l´école point de salut » qui freine la promotion sociale, en proposant par exemple un Musée de la Science inconnue. Il invite également à lutter contre les effets de la multiplication des publications scientifiques, en faisant naître des journaux de critiques scientifiques comme il en existe pour la littérature. Par ailleurs, la prise en compte des limites de la science, d´un point de vue philosophique et pratique, est discutée.

  • Sous la forme d'un dialogue qui passe en revue les principales interrogations que soulève la Constitution européenne, dans un langage accessible à tous, voici l'instrument indispensable qui permettra à chacun de se forger une opinion informée et de comprendre enfin la Constitution européenne.

  • Au cours de ces trente dernières années, les travaux de sociologie politique se sont multipliés, les approches se sont diversifiées et enrichies. C'est ce renouvellement dont ce livre rend compte, sans négliger tout ce que la sociologie politique doit aux pères fondateurs de la sociologie (Tocqueville, Marx, Weber, Durkheim.) et à des travaux anciens aujourd'hui consacrés. Cet ouvrage donne ainsi à voir l'élargissement des champs de recherche (par exemple, l'émergence de nouvelles formes d'action militante, l'apparition de mobilisations transnationales, les transformation des modes de gouvernement.), sans négliger pour autant les grands domaines classiques de la sociologie politique (la sociologie des institutions, la participation électorale, l'analyse des politiques publiques, les organisations politiques, les pratiques de participation) dont il présente les nouveaux courants d'analyse, nationaux et internationaux. Les lecteurs y trouveront enfin une réflexion de fond et originale sur plusieurs notions clés permettant de comprendre les fondements des processus politique : la domination et la légitimation, l'institutionnalisation, la politisation et la décision.

  • Les cartes postales montrant Mézières et Charleville avant 1914 sont nombreuses et permettent à Jean-François Saint-Bastien de vous proposer cette publication. L'auteur vous emmène de rue en venelle, de place en place sur les rives de la Meuse. L'amateur de vieilles pierres sera sans doute ému de retrouver les bâtiments détruits lors des deux conflits mondiaux. Au centre de ce théâtre urbain, les Macériens et les Carolopolitains vivent et évoluent dans le temps et dans l'espace. On sent poindre la modernité d'un XXe siècle naissant. C'est une jolie rencontre qui a rendu cette édition possible, rencontre d'un homme et d'une incroyable collection conservée à la bibliothèque de Rethel.
    L'auteur a mis ses connaissances au service de la collectivité et vous invite à rêver, à vous imprégner des images et à en lire les commentaires pour redécouvrir le Mézières et le Charleville d'autrefois.

  • A la Belle Epoque, la TSF n'en est encore qu'à ses balbutiements et la chanson est un vecteur de diffusion à part entière. Elle traite de tous les sujets du quotidien. Sa diffusion se fait oralement dans les cafés, les théâtres, ou tout simplement dans la rue. Les partitions sont imprimées par des éditeurs et parfois vendues directement par les chanteurs eux-mêmes. La Grande Guerre va offrir d'autres sujets aux compositeurs. On estime à environ 30 000 le nombre de chansons écrites au front ou à l'arrière par des auteurs déjà renommés ou d'illustres inconnus. Certaines sont des créations, avec une musique originale, mais beaucoup sont écrites sur un air déjà fredonné par tous. Avec plus de 130 chansons au texte intégralement reproduit, Jean-François Saint-Bastien retrace la vie des poilus et de ceux de l'arrière durant la première guerre mondiale. Humoristiques, dramatiques, poétiques, propagandistes, contestataires, ces chants commentés par l'auteur vous replongeront dans l'univers des tranchées. Jean-François Saint-Bastien signe ici son troisième ouvrage consacré à la première guerre mondiale. Après Les Animaux dans la Grande Guerre et S'écrire pendant la Grande Guerre, il a choisi un nouvel angle pour traiter du conflit. Chanteur et musicien amateur, passionné d'histoire, il réussit à nous faire partager ses différentes passions dans cette nouvelle rétrospective illustrée.

  • "Durant la Grande Guerre, la correspondance était souvent le seul lien qu'avaient les soldats avec leurs proches. Les lettres apportaient des nouvelles mais étaient aussi une échappatoire sur le front comme à l'arrière. Les colis, quant à eux, répondaient aux besoins fondamentaux des Poilus, des prisonniers ou des habitants des zones occupées. Dès le début du conflit, l'envoi et la réception des lettres et des colis s'impose comme un enjeu de défense nationale, participant du maintien du moral des troupes et de l'arrière. À tel point que le fonctionnement obsolète et inefficace de la Poste aux Armées souleva un tollé de la population en 1914 et amena l'État à revoir rapidement son organisation..."

  • En matière de journée mondiale, les sujets sont vastes : société, fléaux, sexe, alimentation, éducation, communication, guerre et religion... des plus sérieux voire difficiles, aux plus légers voire carrément superficiels. Mais ces commémorations quotidiennes, que racontent-elles du monde actuel ?
    Les journées mondiales sont un point de départ idéal pour raconter le monde en graphiques : 1 jour, 1 data. Karen Bastien et François Prosper se sont attelés à dénicher au quotidien le chiffre qui raconterait autrement cette « journée de ». Un calendrier éternel d'un nouveau genre, un pas de côté éditorial et graphique.
    Où l'on apprend que la foudre est 3 fois plus meurtrière que les ouragans (Journée de la protection civile), le meilleur coup au Scrabble rapporte 1797 points (Journée du Scrabble), 42 % des entreprises françaises n'ont pas de site Internet (Journée internationale des geeks), 2 Françaises sur 3 portent un maillot une pièce (Journée du bikini), 8 Bibles sur 10 vendues dans le monde sont achetées aux États-Unis (Journée de la Bible).

  • Banquier central européen conduisant la politique monétaire, juge constitutionnel tranchant les hard cases de la démocratie, agence de régulation organisant la protection des données numériques ou la prévention des risques sanitaires, ou encore déontologue veillant à la probité publique des dirigeants politiques : depuis les années 1990, nos démocraties sont de plus en plus traversées par des acteurs qui tirent leur légitimité de leur extériorité revendiquée, voire de leur critique des carences de la politique représentative des élus et des gouvernants.
    Cet ouvrage interroge l'étonnante ubiquité sociale de ce registre de « l'indépendance » qui s'est imposé comme une technologie politique tout terrain. En s'appuyant sur des contributions tirées de la sociologie, du droit, et de la science politique, il propose tout à la fois un inventaire et un cadre d'analyse historique et comparé de cette politique de l'indépendance qui redéfinit aujourd'hui les acteurs, les types de compétence, mais aussi les conditions d'exercice du pouvoir dans nos démocraties.

  • Trente ans après les premières lois de décentralisation, la démocratie locale est au plus mal. Sous la tutelle financière d'un État désormais impuissant, les collectivités locales forment un millefeuille administratif opaque et coûteux, gouverné par des barons locaux souvent cumulards.
    Les auteurs proposent une VIe République des territoires, qui redéfinit de fond en comble la démocratie locale ainsi que l'organisation de l'État, pour réinventer le lien entre les citoyens et la politique. Il s'agit également de coupler les enjeux démocratiques et économiques au moment où les collectivités sont devenues l'acteur essentiel de la relocalisation de l'emploi et de l'accompagnement de l'innovation.
    Décentralisation, démocratisation, réinvestissement des territoires sont les sujets de ce livre. ­Suppression du département, renforcement des Régions et des intercommunalités, mise en place d'une véritable fiscalité locale à la mesure de leurs nouvelles compétences, transformation du Sénat en chambre des Régions, séparation des pouvoirs dans les collectivités locales, mise en place d'une nouvelle gouvernance fondée sur le principe de responsabilité, association systématique des citoyens à la décision publique?: autant de points que les auteurs versent au débat qui va bientôt s'ouvrir au Parlement, en s'appuyant sur les expériences réussies de nos voisins européens.

  • Né en 1958 d'une crise politique dont la guerre d'algérie est le révélateur dramatique, le régime de la ve république rompt ostensiblement avec la tradition parlementaire.
    Désormais, l'autonomie et l'efficacité du pouvoir exécutif priment sur la confrontation et la délibération des représentants élus. en articulant les données du droit constitutionnel et les acquis de la sociologie politique, ce livre analyse les principales caractéristiques et les transformations de la ve république: l'implantation progressive de la haute fonction publique au coeur du pouvoir politique, le déséquilibre démocratique qui résulte de l'abaissement du rôle du parlement et de la prééminence présidentielle au sein de l'exécutif, l'émergence d'une justice constitutionnelle et la signification d'une juridicisation de la vie politique.
    Il permet de comprendre également pourquoi la question des institutions est aujourd'hui au coeur des débats politiques.

  • Dans ce petit livre, règles et exemples de calcul seront présentés dans les trois premières parties - nombres, géométrie, algèbre - et les applications dans la quatrième, qui sera développée autour de nombreux exemples concrets de la vie quotidienne.

  • Après avoir publié un premier livre tout à fait remarquable sur Mézières et Charleville, Jean-François Saint-Bastien s'intéresse ici aux vallées de la Meuse et de la Semoy, deux des lieux les plus connus et les plus visités du département des Ardennes. Au fil des pages, vous découvrirez en images les villages nichés dans ces deux belles vallées, leurs activités agricoles ancestrales mais aussi le traditionnel travail du métal réalisé dans les célèbres « boutiques ». Mais le voyage ne s'arrête pas là car l'auteur évoque également la modernité du XXe siècle naissant avec des usines de plus en plus vastes, le développement du chemin de fer et de l'automobile, sans oublier la naissance du tourisme local due à l'implantation de nombreux hôtels et restaurants. Une société nouvelle apparaît devant vos yeux, il suffit de regarder attentivement les quelque 200 cartes postales anciennes présentées dans cet ouvrage pour vous en convaincre.

  • « Des poux, des rats, des barbelés, des puces, des grenades, des bombes, des trous d'obus, des cadavres, du sang, de l'eau-de-vie, des souris, des chats, des gaz, des canons, de la boue, des balles, des tirs de mortier, du feu, de l'acier, c'est ça, la guerre ! L'oeuvre du diable ! » Otto Dix, peintre et soldat de la Grande Guerre.
    Dans cette funeste énumération, on trouve quelques animaux, des nuisibles surtout, mais il y en avait bien d'autres sur le front. Ainsi, chevaux, chiens et pigeons avaient un rôle militaire. Présents aux côtés des soldats, ils assumaient des tâches logistiques ou de transmission.
    Dans cet ouvrage très illustré et très documenté, Jean-François Saint- Bastien déniche les bêtes et bestioles de tout poil qui furent les amies ou les ennemies du soldat. Vous y apprendrez que l'équivalent de la Croix-Rouge existait pour les chevaux et que les chiens aussi étaient réquisitionnés pour l'effort de guerre. Vous découvrirez des héros à quatre pattes et des sauveteurs ailés, ou encore des recettes miracles utilisées pour se débarrasser de la vermine...
    L'auteur décortique également la symbolique animale utilisée dans la propagande et nous montre comment les soldats rendaient hommage à leurs compagnons d'infortune.
    Il livre ici une approche originale et inédite de la première guerre mondiale.

  • Face à la défiance généralisée qui affecte le système politique, il est urgent de refonder notre pacte démocratique pour affronter les défi s inédits du gouvernement du XXIe siècle. C'est ce projet que l'on nomme 6e République.
    Que recouvre exactement l'idée d'une 6e République ?
    Faut-il diminuer les pouvoirs du président de la République ? Quelles nouvelles compétences donner au Parlement ? Comment instaurer une démocratie plus ouverte à la participation citoyenne ? Comment restaurer le principe de la responsabilité politique ? Comment introduire la préoccupation du long terme et des générations futures dans nos institutions ?
    Comment établir cette 6eRépublique ?
    Bastien François répond à ces questions avec le souci de donner les principales clés historiques et politiques du débat qui s'ouvre sur la réforme de la démocratie en France.

    Auteur Professeur de science politique à l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne et militant écologiste, Bastien François a été l'un des fondateurs de la Convention pour la 6eRépublique (C6R).ins/Alternatives économiques).

  • Comment mener une action culturelle inclusive ? Pour répondre à cette question, les auteurs dressent un panorama des politiques destinées à favoriser l'accès à la culture des personnes en situation de handicap.
    L'ouvrage permet de comprendre les enjeux de ces politiques à travers une présentation des différentes formes de handicap, de l'évolution du cadre législatif et de l'organisation du secteur culture-handicap aux échelles nationale et locale.
    Destiné aux agents des collectivités locales, aux élus locaux ainsi qu'aux responsables de structures culturelles et associatives du secteur culture-handicap, il donne les clés permettant de se familiariser avec les problématiques d'accessibilité et propose des outils afin d'élaborer localement les réponses les plus pertinentes aux enjeux de l'inclusion.
    On trouvera pour cela un inventaire des principaux partenaires institutionnels et associatifs à mobiliser, une revue des bonnes pratiques par secteur culturel (patrimoine et musées, spectacle vivant, arts plastiques, lecture publique, cinéma, musique, jeux vidéo et usages numériques) et une présentation des aides techniques disponibles dans le cadre d'une politique d'accessibilité culturelle en direction des personnes en situation de handicap.

  • La réforme constitutionnelle de juillet 2008 est assurément la plus importante depuis les débuts de la v` république : trente-cinq articles de la constitution ont été modifiés, trois ont été réécrits in extenso, neuf ont été ajoutés.
    Autrement dit, près de la moitié de la constitution a été remaniée. au point que nombre de commentateurs ont pu parler d'une constitution sarkozy. le projet de nicolas sarkozy avait la belle simplicité de l'architecture romane. " moderniser " nos institutions se déclinait en trois chantiers : responsabiliser le pouvoir présidentiel, renforcer le parlement et donner de nouveaux droits aux citoyens. alors que la nouvelle constitution commence à être appliquée, qu'en est-il réellement ? bastien françois analyse, article par article, le nouveau texte de la constitution, en décortique les subtilités, juge la réforme à l'aune de ses ambitions et interroge sa véritable nature : trompe-l'oeil, simple adaptation ou mise en place d'un nouveau régime ?.

  • "La défiance s'installe en France et entre les Français.
    Nous ne sommes plus capables de traiter les problèmes que la Nation doit surmonter, d'affronter les périls économiques et sociaux, de faire vivre les valeurs qui sont les nôtres. Parce que nous assistons à une sourde et lente décomposition du système politique, menacé par le poison du discrédit. Reconstruire la démocratie, réconcilier les Français avec leur système politique, faire correspondre davantage les choix politiques et la classe dirigeante qui les porte aux aspirations profondes de notre pays : la 6e République recherche l'harmonie entre les actes et les discours, la 6e République est une république résolument moderne ! C'est la république telle que Pierre Mendès France l'avait rêvée." A. M. et B. E. On trouvera ici le texte complet et commenté de la constitution pour une nouvelle république. Le document fondateur à partir duquel le débat public devra nécessairement s'organiser.

empty