• Métonymies, anacoluthes, oxymorons, euphémismes, litotes, métaphores... L'étude des figures de style permet de mieux comprendre le sens et la forme des énoncés, de déceler certains codages et travestissements conventionnels de l'expression. Elle a un large champ d'application, qui va de la rhétorique à la poésie et la littérature en passant par l'étymologie, la grammaire, la psychologie du langage ou encore la communication.
    Cet ouvrage propose une classification originale, claire et logique, illustrée par des exemples tirés d'oeuvres littéraires, du journalisme, du discours politique, du langage courant, ou inventés par l'auteur pour présenter et expliquer les principales figures de style.

  • Le règne d'Élisabeth 1re (1559-1603) a donné son nom à une période souvent considérée comme un âge d'or. L'expression n'est pas usurpée. Sous l'autorité de cette reine mythique, la Renaissance a connu son plus bel épanouissement, et pas seulement dans le domaine des arts. Point alors l'aube de ce qui deviendra plus tard l'Empire britannique. En plus de son intérêt historique, le tableau dressé ici de la civilisation élisabéthaine révèle des traits pittoresques, dramatiques ou inattendus.

  • Métonymies, anacoluthes, oxymorons, euphémismes, litotes, métaphores.
    L'étude des figures de style permet de mieux comprendre le sens et la forme des énoncés, de déceler certains codages et travestissements conventionnels de l'expression. Son champ d'application est large, qui va de la rhétorique à la poésie et à la littérature en passant par l'étymologie, la grammaire, la psychologie du langage ou encore la communication.
    Cet ouvrage propose une classification originale, claire et logique, illustrée par des exemples tirés d'oeuvres littéraires, du journalisme, du discours politique, du langage courant, ou inventés par l'auteur pour présenter et expliquer les principales figures de style.

  • Guillaume le Conquérant

    Henri Suhamy

    • Ellipses
    • 18 Novembre 2014
  • Ouvrage, entièrement rédigé en anglais, consacré à la nouvelle ?uvre inscrite au programme de l?agrégation externe d?anglais (session 2013)

  • William Shakespeare demeure le dramaturge le plus célèbre, le plus joué et le plus lu dans le monde.
    Le plus commenté aussi : quinze publications par jour sont relatives à l'auteur d'Hamlet ! Des revues savantes de plusieurs pays lui sont intégralement consacrées. Pourtant cet univers théâtral, d'une richesse inégalée, où vivent quelque neuf cents personnages animés de toutes les passions humaines, conserve ses ambiguïtés et ses énigmes, sources d'interprétations multiples et souvent contradictoires.
    Le présent ouvrage, dû à l'un des meilleurs spécialistes de la littérature anglaise, propose une initiation à Shakespeare, rigoureuse et objective, intégrant l'apport des plus récentes recherches. Une première partie résume ce que nous savons de l'homme et de l'acteur, de la genèse et de la datation de ses oeuvres. Celles-ci sont ensuite abordées par genre : poèmes, drames historiques, tragédies, comédies....
    Chacune fait l'objet d'une analyse particulière, l'ensemble étant précédé d'un important chapitre sur le théâtre élisabéthain, ses origines, ses formes, son esthétique. L'étudiant, le lecteur ou le spectateur désireux d'approfondir sa connaissance du théâtre de Shakespeare trouvera ici un guide indispensable et clair indiquant à chaque étape les principales pistes d'interprétation et de réflexion.

  • À l'instar d'Ulysse, du roi Arthur, de Tristan et Iseult, de Faust, de Don Quichotte, de Don Juan, de Carmen et de beaucoup d'autres, trois personnages shakespeariens ont acquis au cours des âges le statut de mythes : personnages fictifs, ayant connu des fortunes diverses et gagné une place de choix dans la culture universelle, ils semblent assumer une existence pérenne, indépendante de leur premier inventeur ou de leur principal divulgateur, et de l'ouvrage dans lequel ils semblaient devoir rester enfermés.
    Hamlet, Lear et Macbeth ont également des liens avec l'Histoire, étant censés avoir existé et joué un rôle dans leurs pays respectifs, à savoir le Danemark, la Bretagne antique et l'Écosse. En réalité seul le roi Macbeth a une existence avérée, les deux autres appartiennent à la légende plus qu'à l'Histoire, mais les deux pièces où ils apparaissent ne manquent pas de substance historique et politique.
    Le but de ce livre a d'abord été d'exposer ce qu'étaient Hamlet, Lear et Macbeth avant d'être pris en main par Shakespeare, puis ce que cet auteur en a fait, et ce qu'ils sont devenus depuis, sur la scène, sur les écrans, en musique, en peinture, sous la plume des éditeurs, des traducteurs, des adaptateurs, et des commentateurs qui font tourner ce qu'on appelle l'industrie Shakespeare. Mais l'auteur ne s'est pas privé d'intervenir lui-même dans le débat et dans la recherche interprétative.

  • Depuis ses origines indirectes, qui remontent à l'Antiquité, et ses origines directes, qui datent du Moyen Âge en Italie, la légende de Roméo et Juliette ne cesse de produire des versions de toutes sortes. La trame narrative ou dramatique change constamment, tout en gardant l'essentiel, et tous les arts sont concernés, la littérature en vers ou en prose, le théâtre, bien entendu, parlé ou chanté, la musique, la peinture, la gravure, la sculpture, la bande dessinée, le cinéma et la télévision. Malgré cette prolifération, la tragédie de Shakespeare reste au centre de l'histoire de cette histoire, et elle fait l'objet d'une analyse qui se veut détaillée et approfondie.
    En dehors des considérations sur la pièce de Shakespeare qui nécessairement lui servent de leitmotiv, le présent ouvrage ne se contente pas de traiter la question sous forme de catalogue ou d'inventaire. La légende elle-même et ces diverses versions suscitent toutes sortes de réfl exions, voire de rêveries, comme dirait Montaigne, et l'auteur n'a pas hésité à soumettre les siennes aux personnes qui voudront bien le lire.

  • Fondée en 1941 par Paul Angoulvent, traduite en 40 langues, diffusée pour les éditions françaises à plus de 160 millions d'exemplaires, la collection " Que sais-je ? ", est aujourd'hui l'une des plus grandes bases de données internationales construite, pour le grand public, par des spécialistes.
    La politique d'auteurs, la régularité des rééditions, l'ouverture aux nouvelles disciplines et aux nouveaux savoirs, l'universailité des sujets traités et le pluralisme des approches constituent un réseau d'informations et de connaissance bien adapté aux exigences de la culture contemporaine.

  • Cet ouvrage collectif, qui fait suite au fascicule intitulé première leçon sur the tragedy of king lear, est composé de 20 articles, à savoir 16 essais et 4 exercices, plus six plans d'exposés, rédigés les uns en français, les autres en anglais, chacun portant sur un sujet différent, quoique groupés par centres d'intérêt.
    L'ensemble a été conçu comme une présentation critique et pédagogique de cette pièce de shakespeare, qui occupe une place particulière dans la prestigieuse série des quatre grandes tragédies légendaires de son auteur, car elle semble être à la fois la plus antique et la plus moderne de toutes, rappelant aussi bien le théâtre grec que le drame moderne. les auteurs, qui connaissent les derniers états de la critique sur cette oeuvre, ont rédigé des analyses à la fois personnelles et sérieusement étayées sur le texte, sur la connaissance du contexte historique, peu après l'avènement en angleterre du premier des stuarts, ainsi que sur les notions les plus actuelles en matière de critique littéraire et théâtrale.
    Ils n'ont pas oublié que ce livre s'adresse aussi et en priorité à des étudiant(e)s et candidat(e)s aux concours de l'agrégation et du c. a. p. e. s. d'anglais. c'est pourquoi il se termine par quatre exercices d'application, deux compositions françaises et deux commentaires de textes en anglais, suivis des plans d'exposés mentionnés plus haut, ainsi que d'une bibliographie. la destination pédagogique de l'ouvrage, qui porte sur une des oeuvres les plus impressionnantes et profondes de shakespeare, n'implique aucune condescendance ni superficialité, mais au contraire une exigence de rigueur et de clarté.

  • Cet ouvrage, entièrement rédigé en anglais, contient une présentation critique et pédagogique de the tragedy of king lear, de shakespeare.
    Bien qu'il s'agisse d'une " première leçon ", le but n'a pas été de fournir au public des renseignements purement factuels, concernant l'établissement du texte, l'histoire littéraire, ou l'histoire tout court, encore que certains éléments relevant de ces domaines soient présents dans le texte, lorsque cela fut jugé nécessaire. the tragedy of king lear occupe une place particulière dans la série des quatre grandes tragédies légendaires de shakespeare.
    L'action se passe dans la bretagne antique, comme le tout premier drame élisabéthain, gorboduc, représenté en 1561, avec lequel il présente des affinités, mais il ne s'agit pas d'un drame historique, et bien que le surnaturel n'intervienne pas, cette oeuvre est une des plus mythiques du répertoire, des plus intimidantes aussi. l'auteur s'est efforcé d'ouvrir des pistes méthodologiques, d'expliquer des notions qui, bien que couramment utilisées, celle de tragédie par exemple, imposent de constantes remises en question, d'éclairer certaines difficultés de cette pièce difficile, tumultueuse, grandiose et poignante, parfois bouffonne, pittoresque et familière.
    Une place importante a été réservée aux questions de forme et à l'écriture dans tous ses aspects. l'ouvrage a donc été conçu afin de permettre au public des spectateurs ou des lecteurs de pénétrer dans l'oeuvre, et aux étudiants de se préparer aux travaux d'analyse et de synthèse qu'on attend d'eux.

  • Métonymies, anacoluthes, oxymorons, euphémismes, litotes, métaphores. L'étude des figures de style permet de mieux comprendre le sens et la forme des énoncés, de déceler certains codages et travestissements conventionnels de l'expression. Elle a un large champ d'application, qui va de la rhétorique à la poésie et la littérature en passant par l'étymologie, la grammaire, la psychologie du langage ou encore la communication.
    Cet ouvrage propose une classification originale, claire et logique, illustrée par des exemples tirés d'oeuvres littéraires, du journalisme, du discours politique, du langage courant, ou inventés par l'auteur pour présenter et expliquer les principales figures de style.

  • Henri viii

    Henri Suhamy

    • Rocher
    • 5 Mars 1998

    La royauté britannique fascine le public depuis longtemps déjà.
    Henri VIII Tudor, contemporain de François Ier et de Charles Quint, de Luther et de Calvin, a régné, de 1509 à 1547, sur un pays qui n'avait pas encore dans le monde l'importance qu'il a acquise par la suite - en partie grâce à lui et en un temps où il n'y avait pas de journaux, pas de photographes indiscrets, ni de télévision. Pourtant, la vie publique et privée de ce roi (époux successif de six femmes et inventeur de l'anglicanisme) faisait dans toute l'Europe un des principaux sujets de conversation.
    Quatre siècles et demi après sa mort, ce personnage haut en couleur fait encore parler de lui.

empty