• Quoi de commun entre le club de football d'Anderlecht et la semaine du bon langage ? Entre Quick et Flupke et le chocolat Côte d'Or ? Entre les « navetteurs » et la monarchie ? Une même question: y a-til une culture propre à la Belgique ? On en débat depuis près de deux siècles, et, sur ce thème, croyants et iconoclastes se déchirent. C'est que la culture est pensée trop souvent comme une essence. Le présent essai entend plutôt l'aborder comme un effet de discours : comment le propos sur la « culture belge » est-il construit ? Dans sa quête, l'auteur se donne les armes de l'anthropologie et de la sémiotique, mais aussi et surtout celles d'une ironie à la fois implacable et complice. Le ton de ce petit livre évoque irrésistiblement celui des Mythologies de Roland Barthes.

  • L'écriture a bouleversé le destin de l'humanité et a affecté sa manière de penser le monde et d'agir sur lui. Car elle n'est pas seulement une technique permettant de fixer une parole qui, sans elle, serait volatile : elle est aussi une recréation originale des langues qu'on lui confie et un art de l'espace, comme la peinture ou l'architecture.
    On trouvera ici l'esquisse d'une théorie générale des écritures, dont l'originalité est de se fonder sur des concepts à la fois linguistiques et sémiotiques.

    Jean-Marie Klinkenberg est professeur émérite de l'Université de Liège, où il a enseigné les sciences du langage, et spécialement la sémiotique et la sociolinguistique. Docteur honoris causa de plusieurs universités, il est membre de l'Académie royale de Belgique.

  • Les langues romanes continuent aujourd'hui le latin des anciens Romains.
    Les plus connues d'entre elles sont le français, l'italien, l'espagnol, le portugais ; mais l'éventail qu'elles constituent est d'une étonnante variété. Avec leurs soeurs germaniques, ces langues ont littéralement façonné la culture européenne. Elles ont aussi connu de par le monde une fortune peu commune. Richement illustré d'exemples neufs, le présent ouvrage a l'ambition d'être accessible à ceux et à celles qui s'intéressent à la vie des cultures d'hier et d'aujourd'hui, et spécialement à ceux qui abordent pour la première fois l'étude des sciences du langage.
    Décrivant l'histoire qui a abouti au grand ensemble des idiomes romans, il le fait à la fois de l'intérieur et de l'extérieur : quelles transformations a vécu le latin, alors qu'il venait " à pied du fond des âges " ? Quels grands événements ont marqué ses descendants ? L'ouvrage fournit aussi une somme d'indispensables informations sur des faits contemporains : où parle-t-on les langues néo-latines ? Qui les pratique ? Quelles sont leurs grandes caractéristiques ? Comment évoluent-elles, et quel est leur avenir ? Chemin faisant, il indique les problèmes de méthode que pose l'étude de ces thèmes, et fournit les instruments pour les aborder.
    Ce livre donne à voir que, toujours plurielles, les langues connaissent une grande diversité : des notions comme dialecte, sociolecte, créole, langue standard, langue véhiculaire, etc. y sont donc à l'honneur. Il rappelle par ailleurs qu'elles sont le bien d'hommes et de femmes s'inscrivant dans le quotidien d'une histoire et d'une société ; il accorde donc une grande importance aux affrontements qui, au cours des âges, se sont exprimés et s'expriment par le langage.

  • À notre époque où règne la mondialisation, nos sociétés sont de plus en plus multiculturelles et plurilingues. Pour communiquer efficacement, il est donc essentiel d'apprendre à connaitre la langue ainsi que la culture de l'Autre. Les professionnels de l'éducation se posent de nombreuses questions sur les meilleures méthodes et stratégies à mettre en place pour l'enseignement d'une langue étrangère telle que le français.
    Comment enseigner la langue française à des apprenants allophones aux profils parfois très divers ? Comment articuler connaissance et pratique de la langue lors de l'apprentissage ? Comment motiver les apprenants et prendre en compte leurs spécificités dans l'élaboration des cours ? Comment évalue-t-on la maitrise d'une langue ? Peut-on vraiment enseigner une culture ?
    Dans cet ouvrage, des experts du FLE mettent en avant de nombreux enjeux essentiels liés à l'enseignement du français langue étrangère. Ils proposent une approche générale et dynamique du sujet, abordant plus de 50 questions. Leurs réponses, à la fois concises et complètes, s'adressent non seulement aux enseignants, mais également à un public non spécialiste.

  • La littérature belge, ce n'est pas qu'un palmarès où apparaissent Maeterlinck, Verhaeren, Michaux, Simenon et Hergé, ou encore Pierre Mertens, Jean-Philippe Toussaint et Amélie Nothomb.
    Ces auteurs s'inscrivent dans une histoire. Pas seulement celle de la littérature française, mais aussi celle d'une communauté francophone périphérique qui n'a cessé de poser la question de son identité culturelle dans une Belgique en constante mutation depuis 175 ans. Ce précis permet de comprendre cette histoire singulière et plurielle à la fois, et introduit à une lecture informée des oeuvres qui la jalonnent.

  • Durant les années 1970, la vie culturelle connaît à Liège une ébullition extraordinaire. Du Conservatoire à la RTB-Liège, du Cirque divers aux Grignoux et à l'Université, on voit des institutions, des groupes improvisés, des animateurs polariser cette effervescence. Des créateurs apparaissent - Pousseur, Charlier, Lizène, les Dardenne, Delcuvellerie, Houben... - qui déjà marquent l'époque de leur empreinte. Collectif, le présent ouvrage se veut une histoire vivante de cet épisode foisonnant. Il relie celui-ci aux événements sociaux qui ont préparé ou marqué les années en cause. La décennie 1970 s'inscrit à Liège dans la mouvance des grèves de 1960 en Belgique, dans celle de Mai 68 et dans un mouvement de luttes auquel artistes et intellectuels furent associés. Cette décennie peut paraître lointaine. Mais son héritage n'a pas fini d'enrichir la vie culturelle d'aujourd'hui. Ce sont aussi ces transmissions que l'ouvrage interroge.

empty