• Associer les salariés à l'entreprise grâce à l'épargne entreprise (intéressement, participation, PEE, épargne retraite) est une décision fondamentale et concrète pour convaincre les salariés de s'engager. Cette décision implique d'abord le chef d'entreprise qui doit être convaincu de l'efficacité de ces dispositifs. Les travaux de recherche académiques montrent en effet que ces dispositifs stimulent la motivation des salariés, les performances économiques et sociales des entreprises et rendent les entreprises plus résilientes en temps de crise. Cet ouvrage a d'abord vocation à décrire et à expliquer des dispositifs d'épargne salariale et de retraite réputés complexes en des termes simples pour faciliter leur compréhension et promouvoir leur développement. Il concerne aussi bien les salariés que leurs représentants et les dirigeants d'entreprise qui les mettent en oeuvre. Les dispositions récentes de la loi simplifient et allègent les dispositifs et facilitent leur mise en oeuvre. L'ouvrage a également vocation à convaincre les chefs d'entreprise et les représentants du personnel de l'intérêt et de l'importance d'associer plus étroitement les salariés à la vie de leur entreprise. La participation financière des salariés recèle un potentiel de transformation de l'entreprise sous-estimé. Une originalité de l'ouvrage est d'associer les connaissances académiques et l'expérience de terrain d'un universitaire et d'un consultant.

  • Ce livre rassemble quelques poésies choisies et propose au lecteur des regards intérieurs en faisant appel à l´imaginaire. Les thèmes abordent des évidences universelles. La lecture de ce livre convoque autant la réflexion que l´émotion. Le mot fait côtoyer la rigueur et la beauté. Le lecteur est emmené dans un face à face rapide avec lui même, de manière originale. Ce qui rend cet écrit singulier, ce qui lui donne sa force et sa profondeur, est que ses lignes procèdent d´un regard émerveillé sur l´existence. L´anodin provoque l´interrogation, qui devient curiosité et mène à l´admiration. Tout sert de prétexte pour arriver, par un raccourci ou un détour, droit à soi, aux autres et au vaste monde. Un questionnement jamais satisfait accompagne l´émerveillement. C´est sans doute un écrit spirituel, dans la définition la plus large de ce mot. Il refuse d´aborder la vision du monde sans avoir pris de la hauteur.

  • Le thème central qui parcourt tout l'écrit est l'épreuve chronique. Diagnostiqué parkinsonien à l'âge de 44 ans, je présente dans ce livre un récit intérieur et un ensemble de réflexions en rapport avec l'épreuve ; non celle qui est passagère, mais celle qui devient blessure, qui s'installe et oblige à une réinterprétation de son existence.
    Ce livre exprime la brutalité d'un destin dans lequel il faut s'adapter, progressivement, au mieux. Il propose des pistes pour rester sur le plateau de la normalité, loin du fossé d'un découragement excessif.
    Ces pages veulent interpeller tous les éprouvés, et cherchent à décrire les agressions émotives, à partager les questions que soulève l'épreuve, les bouleversements de l'esprit, ceux que l'on doit gérer lorsqu'une crise majeure fait irruption dans une vie linéaire et la renverse en partie, en lui dérobant ses issues. Elles précisent le défi majeur qu'une telle épreuve oblige, et interrogent le lecteur sur la qualité de vie qui est sienne.
    Ce livre est un recueil de pensées incarnées et rédigées, des notes rassemblées avec cohérence. Les idées qu'il aborde sont nées dans un regard ouvert sur la philosophie et la psychologie de la souffrance. Il soigne le sérieux de l'analyse, s'avoue dans la conviction passionnée, mais n'a pas pour but la polémique.
    L'intellect se mélange à l'émotion pour enfanter l'idée : rigueur et poésie, analyse et extase, minutie du détail et vision qui touche l'infini, tout sert la description intérieure.
    La pensée qui court et préside ces pages exprime l'obstination de rester éveillé dans la narcose de la souffrance. La personne éprouvée est convoquée à refuser de glisser dans un espace victimaire, à réviser sa relation avec elle-même dans l'épreuve qui la touche.
    Le plan s'articule ainsi : la première partie présente la souffrance, la deuxième cherche à répondre, souvent vainement, au sens de l'épreuve par une série de réflexions, la troisième globalise ce qui précède et termine l'écrit par un partage plus lyrique, poétique, allégorique. Chacun des grands titres se divise en sous-titres qui sous-entendent ce qui va suivre.

  • "La place de l'homme dans les milieux naturels en Afrique et sa responsabilité dans les phénomènes de dégradation de l'environnement ou comment harmoniser le développement des hommes au sein d un environnement naturel dont ls principaux équilibres sont respectés ?"

  • Les chiffres communiqués par la Commission européenne sont éloquents : huit millions d'Européens habitent en dehors de leurs pays d'origine.
    Deux millions et demi de propriétés appartiennent à des personnes qui résident dans des Etats différents du lieu de situation de ces biens. Chaque année, ce ne sont pas moins de 450 000 dévolutions successorales transfrontières qui concernent des ressortissants des Etats membres de l'Union européenne. La valeur moyenne de ces successions serait d'environ le double de celle d'une succession moyenne, i.e.
    274 000 euros. La valeur globale de ces successions serait supérieure à 123 milliards d'euros. La diversité des systèmes de conflit de juridictions et de conflits de lois au sein des pays européens a justifié, aux yeux du Parlement européen, une harmonisation de cette matière à l'échelon européen. Une proposition de Règlement du Parlement européen et du Conseil, relatif à la compétence, la loi applicable, la reconnaissance et l'exécution des décisions et des actes authentiques en matière de successions et à la création d'un certificat successoral européen, a été adoptée par la Commission le 14 octobre 2009.
    Cet ouvrage qui reproduit les actes d'un colloque qui s'est tenu à la Faculté de droit de Nancy, le 18 mars 2011, réunissant universitaires et praticiens, poursuit un double objectif : participer à l'exigence de la diffusion des savoirs et contribuer à renouveler les discussions fondamentales que suscite l'adoption d'un tel texte, appelé à devenir le droit commun des successions internationales des Etats membres de l'Union européenne.

  • Cet ouvrage s'adresse aux étudiants, aux enseignants et praticiens en soins infirmiers, ainsi qu'à tout professionnel cherchant à mieux comprendre les enjeux contemporains qui se nouent autour de la problématique du soin. Il traite de trois questions essentielles : la façon dont les corps des soignants et des soignés sont construits et investis ; l'inégalité des attentes et des anticipations selon le genre des soignants et des soignés ; ainsi que la socialisation à l'identité et aux pratiques professionnelles.

  • Comme tous les événements sont réputés arriver soit par hasard, soit « pas par hasard », on comprend que rien ne saurait échapper à un prétendu « traité de hasardologie ». Voilà pourquoi, le lecteur trouvera ici pêle-mêle des considérations sur l'astrologie, la mécanique quantique, les scores du football et les blagues de Coluche.
    Ce "traité" relie des idées élémentaires et intuitives à des connaissances plus savantes dispersées dans bien des livres, mais rarement réunies dans un ouvrage de vulgarisation. Puisqu'il s'adresse à un large public, les mathématiques n'y sont qu'exceptionnellement tolérées et toujours à titre facultatif.

  • René Girard et ses thèses radicales hantent le paysage intellectuel mondial. Cependant, du fait de la position marginale de leur auteur (décentré par rapport à ses propres études de chartiste, par sa position critique post-freudienne et post-lévi-straussienne, par sa position géographique et professionnelle américaine), ces fantômes peinent à prendre corps dans la recherche universitaire littéraire de notre pays.
    Depuis quelque temps, toutefois, Girard jouit enfin en France d'une certaine reconnaissance, et des penseurs de premier plan n'hésitent plus à dire l'influence qu'il a pu exercer sur eux et sur leurs travaux.
    Lecteurs anciens et passionnés de son oeuvre, H. Heckmann et N. Lenoir ont décidé de passer outre à l'étrange désintérêt que cet auteur, « médiéviste renégat », manifeste lui-même pour la littérature française du Moyen Âge et ont invité leurs collègues à tester ses hypothèses anthropologiques sur des échantillons variés de la littérature narrative des xiie et xiiie siècles. Publiant avec son autorisation l'adaptation scientifique d'un de ses deux articles sur le sujet et nonobstant la difficulté théorique que présente une telle entreprise, ils en proposent ici les premiers résultats.

  • Dans un monde nommé Talaméa dans lequel règne la magie, un chevalier-mage, Caine Turambor, soldat d'élite du Royaume Magique de Valador, doit faire face à une terrible crise : Ol'âsch, autoproclamé Souverain Sombre, seigneur d'Intûnëcat, s'est éveillé à nouveau et menace de conquérir le monde.
    Complots et trahisons vont mener Caine à la fuite et à la recherche d'aide dans une quête épique où il va apprendre à se connaître et se découvrir.

empty