• «Les victoires démocratiques restent toujours imparfaites et provisoires, et c'est leur force que de rappeler combien l'histoire est incertaine, l'humanité fragile.»Vincent DuclertFace à tant d'impuissance pour agir et penser aujourd'hui face à l'antisémitisme, il n'est pas vain de rappeler à la France, à l'Europe, le meilleur de ce qu'elles ont été dans le passé, afin de demeurer capables encore d'édifier des sociétés démocratiques. Ces récits de combats héroïques réinsufflent à la raison démocratique un supplément d'âme. Il ne suffit pas d'invoquer la démocratie pour la défendre. On doit «croire» en elle et trouver, dans cette croyance de raison, le courage de se battre pour elle.En 1910, Charles Péguy écrit dans Notre jeunesse que l'affaire Dreyfus «ne finira jamais». Plus elle est finie, explique-t-il, «plus elle prouve».

    En stock

    Ajouter au panier
  • La France de 1870 à 1914 entame un temps de la politique qui se confond largement avec la promesse républicaine. Après une décennie marquée par la guerre étrangère et inté-rieure, la domination des monarchistes et des combats pour la liberté, une dynamique démocratique s'instaure dans la jeune IIIe République. Elle ne se limite pas à la vie des ins-titutions, à la pratique gouvernementale ou à l'exercice du suffrage. Des questions nouvelles sont posées aux Français, qui s'en emparent et imaginent leur République. Les oppositions nationalistes et même antisémites restent toujours vives et menacent à plusieurs reprises, comme durant la crise boulangiste et l'affaire Dreyfus, ce processus fondamental de démocratisation qui irrigue une société tout entière. Bornée à l'origine par la guerre de 1870 et la Commune et à la fin par le conflit européen de 1914, la France de 1870 à 1914 est parvenue à s'extraire de ces engrenages, inaugurant une « Belle Époque » qu'avait préparée une riche « fin de siècle ». L'ouverture au monde - que ne résumait pas une colonisation impériale et destructrice -, l'expérience politique et sociale, les engagements démocratiques, les audaces artistiques, la découverte des espaces et des temps fondent une histoire à écrire et décrire ici. Elle est constitutive du présent et de l'avenir.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Le 22 décembre 1894, un procès d'État condamne un capitaine juif, alsacien, innocent de toute charge, pour crime de « haute trahison » (en faveur de l'Allemagne). S'ouvre, deux ans plus tard, une crise majeure de la République. Le régime est menacé par l'effondrement de la justice, l'impunité de l'armée, la violence des nationalistes, la peur des républicains.
    Mais l'engagement pour Dreyfus, la défense des droits de l'homme et du citoyen, la lutte contre l'antisémitisme et le nationalisme entraînent un sursaut civique de la société. Le 12 juillet 1906, un arrêt solennel de la Cour de cassation réhabilite l'officier. L'Affaire inaugure un âge démocratique porté par l'engagement des intellectuels, les expériences dreyfusistes, la reconnaissance de nouvelles libertés comme celles d'association et de conscience (au fondement de la laïcité), la solidarité pour les opprimés de par le monde.
    Ces mutations si décisives pour la Belle Époque demeurent d'actualité, face à la raison d'État, au viol de la justice et à l'abandon des persécutés. Pour retrouver le sens des valeurs dans des sociétés traversées par le racisme, l'antisémitisme et les passions identitaires ?

    En stock

    Ajouter au panier
  • La France de 1870 à 1914 entame un temps de la politique qui se confond largement avec la République.
    Après une première décennie marquée par la guerre étrangère et intérieure, la domination des monarchistes et des combats pour la liberté, celle-ci s'affirme comme une possibilité de démocratiser le pouvoir et la société. La dynamique politique qui s'instaure à partir de 1878 dans la jeune IIIe République ne se limite pas en effet à la vie des institutions, à la pratique gouvernementale ou à l'exercice du suffrage.
    Des questions nouvelles sont posées aux Français qui s'en emparent et imaginent leur République. Les ambiguïtés des républicains n'en demeurent pas moins fortes comme le montre la tentation de répression des mouvements sociaux, des avant-gardes intellectuelles ou des luttes civiques. Les oppositions nationalistes et même antisémites, restent elles aussi toujours vives et menacent à plusieurs reprises, comme durant la crise boulangiste et pendant l'affaire Dreyfus, ce processus fondamental de démocratisation qui irrigue une société, un pays, des univers, et que restituent discours, articles et oeuvres d'art.
    La République imaginée raconte et explique ce moment politique de la France qui, par sa richesse, sa profondeur et sa complexité, constitue un volet essentiel de la France contemporaine et de sa modernité sociale autant que culturelle. Bornée pourtant à l'origine par la guerre de 1870 et la Commune et à la fin par le conflit européen déclenché en 1914, la France de 1870 à 1914 est parvenue à s'extraire de ces engrenages, inaugurant une "Belle Epoque " qu'avait préparée une riche "fin de siècle".
    L'ouverture au monde - que ne résumait pas une colonisation impériale et destructrice - l'expérience politique, les engagements démocratiques, les expériences sociales, la découverte des espaces et des temps fondent une histoire à écrire et décrire ici. Elle est constitutive du présent et de l'avenir.

  • « Êtes-vous un intellectuel de gauche ?
    - Je ne suis pas sûr d'être un intellectuel... Quant au reste, je suis pour la gauche, malgré moi et malgré elle. ».
    (Entretien du 14 décembre 1959, Albert Camus avec François Meyer, université d'Aix en Provence.).

    Albert Camus est mort dans un accident de voiture le 4 janvier 1960. Il y a tout juste 60 ans. Il a été de son vivant méprisé, haï même, pour avoir combattu tous les totalitarismes, pour avoir défendu une position réconciliatrice face à la guerre d'Algérie, pour avoir écrit L'Homme révolté. Il s'est tenu dans une position morale face à l'histoire tout en demeurant un homme de théâtre et un romancier exigeant.

    Aujourd'hui il est reconnu, célébré souvent, toujours discuté pour sa solidarité en faveur de ses soeurs et frères algériens et sa critique permanente d'une gauche complaisante avec la violence d'État. Personnalité complexe et entière, Camus n'a pas transigé sur l'essentiel, le choix de la liberté et le devoir de vérité, lui imposant alors l'épreuve de la solitude et l'incompréhension de ses contemporains, ne comptant plus que sur le soutien de ses amis et celui des femmes qu'il aimait.

    Pour mieux comprendre Camus, Vincent Duclert ouvre des archives familiales, notamment le récit de la toute dernière intervention publique de Camus (citée ici) qu'a menée son propre grand-oncle, François Meyer. Vincent Duclert revisite enfin les pays dont Camus a su donner une âme autant qu'un destin, celui de la liberté, de la vérité et du courage. Fondé sur la relecture de ses écrits notamment politiques, ce livre se veut hommage réfléchi à une pensée française autant qu'internationale, qui demeure de notre temps.

  • Le 7 avril 2021, la France a commémoré le 27e anniversaire du génocide des Tutsi. En cent jours, cet événement tragique, que la communauté internationale n'a pas su empêcher, faisait près d'un million de victimes.Conformément à l'engagement du Président de la République en 2018, une Commission d'étude dirigée par Vincent Duclert a consulté l'ensemble des fonds d'archives françaises relatifs à la période pré-génocidaire et à celle du génocide lui-même et a rédigé un rapport en toute impartialité grâce à un accès à titre exceptionnel, personnel et confidentiel aux documents secret-défense.Cette démarche souhaite ainsi réunir les conditions de l'expression d'une vérité historique et consacre la place du génocide des Tutsi dans la mémoire collective française.

  • Alfred Dreyfus

    Vincent Duclert

    • Pluriel
    • 25 Mai 2016

    Des milliers de livres existent sur « l'Affaire » à laquelle Alfred Dreyfus a donné son nom, mais nul historien n'a jamais écrit sa biographie dans le siècle qui s'écoula, de sa solennelle réhabilitation en 1906 au centenaire de 2006. Quel rôle cette figure, longtemps tenue pour insignifiante voire indigne des valeurs dreyfusardes, a-t-elle joué dans le combat reconnu des droits de l'homme contre la raison d'État ?
    Assumant l'énorme documentation produite par l'événement, accédant à des manuscrits et des archives inédits, cette biographie historique démontre comment un officier français, un républicain, un intellectuel, a rendu possible un tel combat et a façonné son héritage démocratique, participant de plain-pied à la bataille dreyfusarde et à la démocratisation de la République.
    Un devoir d'histoire porte l'écriture l'ouvrage qui restitue l'engagement d'un homme contre les ténèbres de l'arbitraire politique et de la violence raciale, au nom des valeurs de vérité et de justice qui étaient la France selon lui. Dans un xxie siècle qui voit renaître un antisémitisme qu'on croyait disparu et s'affirmer d'implacables tyrannies politiques, l'histoire d'Alfred Dreyfus est plus que jamais décisive.

  • L'étranger est notre voisin, notre enseignant ou notre collègue de travail. Nous avons des amis qui parlent une autre langue, des amours qui viennent d'ailleurs, des rencontres avec l'Autre qui ont marqué nos vies. Mais dans les périodes les plus sombres de l'Histoire, l'étranger cristallise les haines et les peurs. Exilés, indigènes, Juifs, réfugiés, rares sont les peuples qui n'ont pas été qualifiés d'« étrangers ». Quel statut, quel accueil, la France leur a-t-elle accordé ? Comment sont-ils perçus depuis les premiers mythes jusqu'à nos jours ?
    D'Homère à Jacques Prévert, d'Aristote à Hannah Arendt, d'Émile Zola à Albert Camus, les textes (poèmes, discours politiques, extraits de romans, textes de lois...) de cette anthologie inédite, réunis et présentés par l'historien Vincent Duclert, retracent l'histoire de cette notion pour mieux en comprendre les enjeux au xxie siècle.

  • Jaurès contemporain

    Vincent Duclert

    • Privat
    • 18 Octobre 2018

    Jaurès est « contemporain » des rêves de liberté et des violences de l'histoire, en son temps comme au nôtre. Ce message résonne fortement aujourd'hui en politique, particulièrement chez les socialistes qui se reconnaissentencore dans l'héritage jaurésien.
    Réfléchir sur Jaurès, c'est imaginer l'avenir et s'en donner les moyens de penser et d'action.
    Ce livre rassemble les textes inédits d'historiens, chercheurs, spécialistes de la FondationJean-Jaurès et de la Ligue de l'Enseignement.

  • En réponse au communiqué du ministère de la Culture du 12 septembre 2010 précisant les axes du futur établissement devant faire office de musée central pour l'histoire de France, fédérant neuf musées nationaux d'histoire à caractère spécialisé, Isabelle Backouche et Vincent Duclert ont pris l'initiative de constituer, le 20 octobre 2010, un groupe de travail indépendant afin de dénoncer le projet présidentiel et de proposer un contre-projet historien. Reprenant les expériences des différents acteurs (historiens, conservateurs, archivistes, etc.), ce rapport, avant tout constructif, vise à fédérer autour de lui un large mouvement d'opinion.

  • Un idéal intellectuel et social à reconquérir.
    -Un débat indispensable dans un contexte d'élection présidentielle.
    -Un appel au sursaut politique.

  • La Turquie constitue une grave question pour l'Europe qui révèle avec elle ses peurs, ses doutes, ses rejets. L'image de ce pays auprès des Européens se réduit généralement à celle d'une nation prisonnière de la violence d'État ou menacée par le risque islamiste. Et si la Turquie pouvait au contraire parler le langage politique auquel l'Europe aspire ?
    Contre la tradition d'ignorance qui pèse sur ce pays, cet essai d'historien veut saisir le débat public d'une réalité méconnue et pourtant décisive. De nombreux intellectuels turcs mènent en effet d'importants combats démocratiques.
    Dans les années 2000, cette mobilisation n'a cessé de grandir. Défendant des valeurs de liberté et une exigence de vérité, écrivains, artistes, juristes ou journalistes se dressent contre la tyrannie d'État aussi bien que contre l'intolérance religieuse.
    Oui, l'Europe a besoin des intellectuels turcs, et pas seulement pour l'éclairer sur la Turquie. Ils rappellent aux Européens l'importance des engagements civiques, le besoin de politique dans les sociétés, le devoir de s'opposer au nationalisme par la raison critique et la souveraineté des citoyens. Ils rappellent à l'Europe son histoire, tout simplement. C'est-à-dire son avenir.

  • L'avenir de l'histoire

    Vincent Duclert

    Pourquoi faire de l'histoire ? Quelle est la place de cette discipline dans le monde contemporain ? Qu'apporte-t-elle de spécifique dans la réflexion sur les sociétés, la politique et la culture ? L'historien peut-il accepter que le politique légifère sur des terrains qu'il veut garder libres pour la recherche et où la vérité n'est jamais aussi simple et unvique quene l'imagine le politiquement correct du moment ? Solidement argumenté, illustré de nombreuses réféences à ces cas cocnrets, cet essai d'un des historiens les plus en vue de la génération montante défend avec brio la fonction critique de l'histoire et montrer quels sont les grands chantiers que doti aujourd'hui affronter la discipline. 

  • La première biographie du principal protagoniste de l'affaire Dreyfus

  • un récit de ';l'affaire'; à partir des témoignages et des réactions des contemporains, afin d'en saisir au mieux le climat et les enjeux.

  • Le colonel Emile Mayer est un personnage peu connu du grand public, mais son rôle dans l'histoire de France est essentiel. Capitaine à 28 ans, il est passionné par la stratégie militaire, prend parti pour Dreyfus et est exclu de l'armée. Rendu à la vie civile, il aide Jaurès à concevoir sa pensée sur l'armée nouvelle. A la réhabilitation du capitaine Dreyfus en 1906, justice lui est rendue

  • Vincent Duclert reconstitue les événements qui ont eu lieu au jardin du Gezi, à Istanbul, en juin 2013. Initialement mené par des écologistes et des riverains qui s'opposaient à la destruction du parc, le mouvement a rapidement pris de l'ampleur. Des centaines de milliers de manifestants ont fait entendre leur voix, luttant pour la diversité, la fraternité et la tolérance.

  • En 1915, un événement l'extermination des Arméniens ottomans fait basculer le monde dans l'ère des tyrannies et des crimes de masse. Le traité de Lausanne signé avec la Turquie, huit ans plus tard, scelle la disparition de l'Arménie plurimillénaire, à l'exception de la Petite République des régions russes, soumise à la terreur stalinienne. Parmi les Alliés, la France porte une lourde responsabilité dans le premier génocide du XXe siècle et l'abandon des survivants.
    Critiques d'une telle politique impériale, des savants, des écrivains, des intellectuels, des parlementaires et diplomates français, des hommes de foi, rejoints par leurs homologues belges et suisses, choisissent de défendre un devoir d'humanité. Dès la fin du XIXe siècle, ils s'engagent contre l'injustice des grands massacres qui se répètent dans l'Empire ottoman. À la suite de Séverine, Jaurès ou Anatole France, une majorité de dreyfusards se mobilisent. La solidarité devient une cause morale et politique majeure, débouchant sur la formation d'un large « parti arménophile ».
    Dans cette étude passionnante, Vincent Duclert révèle l'histoire française de ce génocide tombé dans l'oubli. Il faudra attendre le 29 janvier 2001 pour que le Parlement, retrouvant la mémoire de ses engagements pour les Arméniens, adopte une loi de reconnaissance, tandis qu'intellectuels et historiens réinvestissent le champ de la connaissance du premier génocide.
    Historien à l'École des hautes études en sciences sociales (CESPRA), Vincent Duclert est venu à l'étude du génocide des Arméniens par l'affaire Dreyfus, Jean Jaurès et la recherche sur les engagements démocratiques dont il est l'un des spécialistes.
     

  • La cause de Dreyfus fut celle de la démocratie.

    En face d'un cas exemplaire de persécution d'un Français rejeté comme « étranger » parce que juif, déclaré coupable avant d'avoir été jugé, des élites intellectuelles nombreuses et puissantes s'engagèrent pour un homme et une idée. Ils furent, comme le capitaine Dreyfus, l'honneur de la France.

    Anthologie des textes et correspondances du monde dreyfusard, cette étude présente et ordonne de très nombreux documents inédits - ou seulement publiés à l'époque de l'événement -, confiant la parole aux grands acteurs de l'époque, tels Léon Blum, Jean Jaurès, Charles Péguy ou Élie Halévy, qui se mobilisèrent afin que justice soit rendue. Éclairant les moments clés de ce « tournant dans l'histoire de l'humanité » par une démarche documentaire et critique, Vincent Duclert redonne corps et vie aux voix des dreyfusards, particulièrement les avant-gardes intellectuelles et savantes, ces citoyens capables d'action, porteurs de souveraineté, dressés devant la raison d'État et fiers d'être français.

  • Les grandes figures de la pensée et de la politique en France, d'Edgard Quinet à Pierre Mendès France, sont aussi les auteurs de grands livres sur la République. Jaurès appartient à cette tradition mais on l'ignore car aucune « République » n'est signée de son nom. Il a pourtant écrit un tel livre, au fil des textes (articles, conférences, discours, récits) qui ont saisi à bras-le-corps la philosophie, l'histoire et la politique de la République. Ce ne sont pas seulement des réflexions, mais véritablement une pensée en acte puisque Jaurès a été, de son vivant et dans la postérité, l'un des acteurs d'une République soucieuse des libertés publiques et de la question sociale, confrontée à la démocratie nécessaire et au socialisme des possibles, ouverte sur les personnes, les cultures et le monde. Dès son entrée en politique au début des années 1880, Jaurès s'affirme comme un républicain exigeant, pour qui la justice sociale et l'égalité civique sont des principes fondateurs : ils sont la base de ses combats. Lorsqu'il rejoint le socialisme et le transforme en humanisme, Jaurès reste fidèle à la République qui lui permet d'être patriote sans être nationaliste. Son rejet des lois liberticides auxquelles consentent bien des républicains, son combat en faveur de la justice dans l'affaire Dreyfus, sa lutte contre la violence instituée dans la société, son appel à dominer la guerre qui vient dessinent une haute morale de la République qui n'a pas pourtant débouché sur l'écriture d'un traité pour les contemporains et la postérité. L'intensité des engagements de Jaurès ne lui a pas donné le temps nécessaire pour composer un tel livre qui existe pourtant.

  • Depuis plusieurs mois, il se dit que l'identité française serait exclusivement nationale. Et depuis le 31 mai 2007, un ministère se consacre à l'Immigration, à l'Intégration, à l'Identité nationale et au Codéveloppement. Pourtant, c'est aussi une identité démocratique que la France s'est donnée au cours des siècles. Non pas exclusive de la nation, mais la nourrissant de ses valeurs politiques de liberté, de tolérance et de justice. Voici une défense et illustration de la démocratie à la française, qui fait entendre la voix de ceux qui en ont été les inspirateurs ou les maîtres d'oeuvre : de Michelet à de Gaulle, d'Olympe de Gouges à Simone Weil, de Victor Hugo à Aragon, de Zola à Éluard, de Péguy à Jean Moulin, de Rousseau à Clemenceau, de Mauriac à Mendès France... Une plongée salutaire dans les textes fondateurs d'une identité aujourd'hui contestée.

  • L'avenir se nourrit d'histoire. La gauche française l'a oublié. Pourquoi la gauche, aujourd'hui, n'incarne-t-elle plus grand-chose ? Comment se fait-il qu'elle ne se présente plus en héraut de la justice ou des droits de l'homme ? Où sont passés ses combats pour les grandes causes ? Pour Vincent Duclert, la réponse à ces questions est simple : la gauche s'est coupée de son histoire et les socialistes n'ont plus de mémoire. Pis : c'est le refus de sa propre histoire qui définit le socialisme depuis cinquante ans... Revisitant les grands moments de l'épopée socialiste de l'affaire Dreyfus à Jaurès, de Mendès France à Michel Rocard, Vincent Duclert montre comment la gauche a peu à peu délaissé, voire enterré son histoire (la guerre d'Algérie et Mai 68 notamment) pour se fourvoyer dans le libéralisme.

empty