• L'histoire tragique des amants de Vérone, devenus des figures mythiques de l'amour et de la jeunesse en lutte contre l'absurdité des conflits familiaux.
    Notions littéraires : les didascalies initiales et le prologue, la structure d'une intrigue théâtrale, les genres théâtraux et leurs registres, les mythesHistoire des arts : l'architecture du théâtre élisabéthain, l'héritage artistique du Moyen Age, les réécritures musicales de l'oeuvre Repères élèves : frise historique et culturelle du XVIe au XVIIe siècle, lexique, notes de vocabulaire, méthode
    OEuvre du rabat : Frederic Leighton

  • Edition enrichie (Notes, commentaires, repères chronologiques)
    À la cour d'Athènes, Hermia en appelle à la clémence de son père Égée qui veut lui imposer comme mari Démétrius, alors qu'elle aime Lysandre. Pour échapper à son sort, elle se réfugie dans la forêt, bientôt suivie par les autres protagonistes. Là, Obéron, roi des elfes, qui vient de se quereller avec sa femme Titania, fait appel au malicieux lutin Puck et à ses philtres d'amour. De nombreuses aventures amoureuses vont alors se croiser, se faire et se défaire, au gré des sortilèges et des intrigues, mêlant monde classique et monde légendaire.
    Cette comédie à la fantaisie débridée se double d'une saveur parodique et satirique  : les amours heureuses sont-elles possibles sans enchantement  ? Avec Le Songe d'une nuit d'été, Shakespeare donne libre cours à une incroyable liberté d'imagination qui continue à fasciner le public moderne.
     
    Traduction de François-Victor Hugo.
    Édition établie et annotée par Yves Florenne.

  • Édition enrichie d'Yves Bonnefoy comportant une préface et un dossier sur l'oeuvre. HAMLET Voici l'heure sinistre de la nuit, L'heure des tombes qui s'ouvrent, celle où l'enfer Souffle au-dehors sa peste sur le monde. Maintenant je pourrais boire le sang chaud Et faire ce travail funeste que le jour Frissonnerait de voir... Mais, paix ! D'abord ma mère. Oh, n'oublie pas, mon coeur, qui elle est. Que jamais Une âme de Néron ne hante ta vigueur! Sois féroce mais non dénaturé. Mes mots seuls la poignarderont ; c'est en cela Que mon âme et ma voix seront hypocrites ; Mon âme! aussi cinglantes soient mes paroles, Ne consens pas à les marquer du sceau des actes! (Acte III, scène II).

  • Macbeth

    William Shakespeare

    Trois sorcières ont prédit à Macbeth qu´il deviendrait roi d´Écosse. Pour que son destin se réalise, il assassine le souverain en place ; mais parce qu´il a tué, il devra tuer encore et les morts ne le laisseront pas en paix. Sa femme, lady Macbeth, qui a armé son bras, paiera de sa raison son ambition monstrueuse. Récit tragique de la soif du pouvoir et de la folie des hommes, Macbeth, créée pour la première fois en 1606, est « la vision la plus mûre et la plus profonde du Mal chez Shakespeare ». « La vie n´est qu´un fantôme errant, un pauvre comédien qui se pavane et s´agite durant son heure sur la scène et qu´ensuite on n´entend plus ; c´est une histoire dite par un idiot, pleine de fracas et de furie, et qui ne signifie rien. » Traduction de François-Victor Hugo

  • Le roi Lear Nouv.

    « Il faut retraduire tout Shakespeare, avec courage, orgueil et patience. Rendre à ce théâtre génial sa violence et sa rapidité, y mettre tout le savoir-faire possible, ne reculer devant aucun procédé. [...] Écouter la langue et la voix françaises, respecter leur manière particulière. Et porter enfin la plus affectueuse attention à l'ordre des mots. L'ordre des mots ! Mon beau souci. »Jacques Drillon fait précéder sa traduction de la célèbre tragédie Le Roi Lear par une étude pertinente et incisive sur la pratique des traductions shakespeariennes. Il s'appuie sur de nombreux exemples de travaux (de François-Victor Hugo, Jean-Louis Curtis, Jean-Michel Déprats et bien d'autres encore) pour éclairer les maladresses ou les préciosités des traductions shakespeariennes au fil des époques. Il insiste ainsi sur la nécessité de ne pas traduire « au plus près » des mots attribués au dramaturge, et de ne pas se défaire de la complexité de la langue française. Il faut en effet traduire l'oeuvre en gardant en mémoire le but de la pièce : comment la représenter ? Jacques Drillon nous livre ainsi un Roi Lear clair et proprice à la représentation.

  • Othello

    William Shakespeare

    « Oh ! prenez garde, monseigneur, à la jalousie !
    C'est le monstre aux yeux verts qui produit l'aliment dont il se nourrit ! »

    Général de Venise, Othello est un homme heureux : il a épousé la belle et vertueuse Desdémona. Mais son bonheur est fragile... Jaloux, le perfide Iago tente de séduire Desdémona qui le repousse. Pour se venger, il persuade Othello qu'elle a pour amant l'honnête Cassio,
    distillant le mensonge à la façon d'un venin.
    Tragédie captivante, magistralement construite, Othello est sans doute l'une des plus belles expressions littéraires de la jalousie.

  • Au retour du mariage de la princesse Claribel avec le roi de Tunis, le vaisseau du roi de Naples, Alonso, qu´accompagne son fils Ferdinand, est pris dans une tempête et s´échoue sur une île habitée par un monstre, Caliban, et par un esprit aérien, Ariel. L´ancien duc de Milan, Prospéro, naguère évincé du trône par son frère Antonio, y vit depuis douze ans : or c´est lui qui a magiquement provoqué la tempête... Si La Tempête, dernière pièce de Shakespeare écrite en 1611, est une comédie, sa dimension comique reste discrète, et cette oeuvre singulière semble surtout l´équivalent d´un « masque de cour », spectacle total aux ballets bien réglés, avec chants et musique, où domine l´art de l´enchanteur. Et l´enchanteur est ici l´omniprésent Prospéro, qui a mis à son service Caliban et Ariel. Chassé du pouvoir, il exerce sa vengeance, mais ne refuse pas la main de sa fille à Ferdinand.

  • Classics Illustrated Comic Books: Romeo and Juliet. "O Romeo, Romeo! Wherefore Art Thou Romeo?" Shakespeare's tragic tale of romance unfolds in Verona, Italy, where two noble families are bitterly feuding; the Montagues and the Capulets. Romeo, a Montague, and Juliet, a Capulet, are the star-crossed lovers who rise above the feuding and pronounce their love for each other.Optimized for Kindle devices and featuring Panel Zoom facility.From its beginnings in the 1940's to today, Classics Illustrated continues to encourage a love of reading and adventure in youthful minds through beautifully-illustrated comic book adaptations of the world's most beloved stories by the world's greatest authors.A collection of Classics Illustrated books is an inviting start to any young person's library.

  • Noble Orsino, Vous me donnez des noms que je refuse, Je n'ai rien d'un voleur ou d'un pirate Même si, je l'avoue, je l'ai prouvé, Je fus votre ennemi. Si je suis là, C'est attiré par un pouvoir magique :

    Cet ingrat, ce garçon à vos côtés, De la bouche écumante des tempêtes Je l'ai sauvé ; il n'avait plus d'espoir ;

    En lui rendant la vie, c'est mon amour Que je lui ai offert, sans restriction, En me vouant à lui.

  • "Shakespeare, c'est la fertilité, la force, l'exubérance, la mamelle gonflée, la coupe écumante, la cuve à plein bord, la sève par excès, la lave en torrent, les germes en tourbillons, la vaste pluie de vie, tout par milliers, tout par millions, nulle réticence, nulle ligature, nulle économie, la prodigalité insensée et tranquille du créateur. À ceux qui tâtent le fond de leur poche, l'inépuisable semble en démence. A-t-il bientôt fini ? jamais. Shakespeare est le semeur d'éblouissements."
    Victor Hugo

  • The bitter, deformed brother of the King is secretly plotting to seize the throne of England. Charming and duplicitous, powerfully eloquent and viciously cruel, he is prepared to go to any lengths to achieve his goal - and, in his skilful manipulation of events and people, Richard is a chilling incarnation of the lure of evil and the temptation of power.

  • Cette édition bilingue des Sonnets de Shakespeare est traduite, présentée et annotée par l'un des plus grands spécialistes de la période élisabéthaine, Robert Ellrodt, auteur notamment de l'édition des poèmes de Keats et de Shelley pour l'Imprimerie nationale.

  • On ne résume guère cette pièce, qui est d'une extrême complication, digne des pastorales baroques et maniéristes. Une cour entière est réfugiée en forêt autour de son roi exilé, Frédéric.
    C'est alors la peinture des intrigues amoureuses avec masques et changements de sexe, mélancoliques et passionnés, sages et bouffons, jusqu'au rétablissement final de chacun dans ses droits.

  • Amoureux de Portia, belle et riche héritière, Bassanio, gentilhomme désargenté, s'efforce d'obtenir sa main. Pour l'aider, son ami Antonio marchand chrétien, emprunte une somme de 3000 ducats à l'usurier juif Shylock qui lui demande, en cas de non remboursement de la dette, une livre de sa chair. Le jour de l'échéance, la dette n'étant pas réglée, Shylock exige l'exécution de la clause. Mais l'habileté de Portia, déguisée en « docteur de droit civil», confond l'usurier retors et sauve Antonio Shylock, ridiculisé, spolié et trahi par sa fille qui a rejoint le camp des Chrétiens, s'en va seul tandis que les jeunes gens, loin des tracas du commerce et du fracas des procès, s'abandonnent à la félicité, aux sons - joyeux et graves à la fois - d'une musique qui évoque non seulement l'harmonie terrestre retrouvée mais aussi l'harmonie céleste dont elle est l'écho.

  • "Divinité de l'enfer! Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d'abord sous des dehors célestes, comme je fais en ce moment. [...] C'est ainsi que je changerai sa vertu en glu, et que de sa bonté je ferai le filet qui les enserrera tous..."

    Tels les mots que le perfide Iago se murmure à lui-même, ces tragédies de Shakespeare sont une plongée dans le mal absolu. Trois destins brisés d'hommes autrefois grandioses, trois histoires lamentables au coeur de la folie et de l'effroi. Jamais la jalousie ne fut mieux étudiée que celle du Maure vénitien Othello, jamais le désespoir d'un père n'eut de visage plus navrant que celui du roi Lear, jamais l'ambition criminelle ne fut tant gorgée d'horreurs que celle de Macbeth.

  • « Il faut que César meure... oui, Rome enfin l'exige.
    Je n'ai point, je l'avoue, à me plaindre de lui ;
    Et la cause publique est tout ce qui m'anime.
    Il prétend être roi !... Mais quoi ! le diadème
    Change-t-il, après tout, la nature de l'homme ?
    Oui, le brillant soleil fait croître les serpents.
    Pensons-y : nous allons l'armer d'un dard funeste,
    Dont il peut nous piquer sitôt qu'il le voudra.
    Le trône et la vertu sont rarement ensemble.
    Mais, quoi ! je n'ai point vu que César jusqu'ici
    Ait à ses passions accordé trop d'empire.
    N'importe... on sait assez quelle est l'ambition.
    L'échelle des grandeurs à ses yeux se présente ;
    Elle y monte en cachant son front aux spectateurs ;
    Et quand elle est au haut, alors elle se montre ;
    Alors, jusques au ciel élevant ses regards,
    D'un coup d'oeil méprisant sa vanité dédaigne
    Les premiers échelons qui firent sa grandeur.
    C'est ce que peut César : il le faut prévenir.
    Oui, c'est là son destin, c'est là son caractère ;
    C'est un oeuf de serpent, qui, s'il était couvé,
    Serait aussi méchant que tous ceux de sa race.
    Il le faut dans sa coque écraser sans pitié. »
    BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • Les gens heureux n'ont pas d'histoire. Léonte, roi de Sicile, ne devrait donc pas en avoir. Hermione, sa femme bien-aimée, attend leur deuxième enfant, et son ami le plus cher, le roi de Bohême Polixène, accepte de prolonger une visite qui dure depuis déjà neuf mois : légèreté d'un trio qu'unissent l'amour et l'amitié. Et pourtant, il suffira d'un rien, d'une fêlure catastrophique, pour tout dévaster...
    Voici un conte qui commence par où les autres se terminent : première surprise d'une longue série, dans cette pièce qui est le seul de ses chefs-d'oeuvre où Shakespeare cache quelque chose à son public. Fort d'une inspiration renouvelée, le poète embarque les spectateurs dans un voyage fantastique à travers le temps et l'espace, jusqu'à une apothéose magistrale où sa fantaisie, sa puissance et son humanité font - littéralement - merveille.

  • Catharina refuse haut et fort de se soumettre à l'autorité de son père et au carcan de la société, s'attirant ainsi les foudres de toute la ville de Padoue. Sa jeune soeur, la douce et docile Bianca, est entourée d'une foule de prétendants. Mais leur père est intraitable, il ne mariera la cadette que lorsque l'aînée aura trouvé un époux. Les galants redoublent alors de stratagèmes pour parvenir à leurs fins. Quand l'audacieux Petruchio décide d'apprivoiser la jeune « mégère », cette virevoltante comédie prend un tournant inattendu.

  • « Dans la belle Vérone où se tient notre scène », Roméo et Juliette s'aiment follement dès le premier regard. Il est un Montaigu, elle une Capulet, deux familles qui se vouent une haine ancestrale. Shakespeare met en scène l'histoire de ces amants maudits, symboles d'une jeunesse en révolte contre l'ordre établi. Une tragédie devenue un mythe intemporel.
    DOSSIER : PASSIONS TRAGIQUES PAR MARINA HICK
    - Biographie de l'auteur, histoire de l'oeuvre
    - Contexte historique
    - Guide de lecture
    - Analyse de l'oeuvre
    Prolongements interdisciplinaires :
    HISTOIRE DES ARTS | HISTOIRE
    Exercices écrits et oraux, groupement de textes, glossaire

  • Quatre aristocrates s'engagent-ils à étudier trois ans sans voir femme qui vive? Le hasard voudra que leur serment à peine scellé, quatre beautés se présentent au palais. La galanterie commande qu'elles y soient reçues avec empressement mais le serment contraint à les 'loger aux champs'. Une quadruple intrigue amoureuse pourrait toutefois se nouer : au premier regard, les quatre aristocrates oublient études et serment pour ne plus penser qu'aux sonnets qui déclareront leur amour à ces dames. Les entrées et sorties entre 'cour' et 'jardin' au théâtre permettent à ces sonnets précieux, confiés à des rustres incapables de les lire mais empressés à les transmettre, de circuler entre diverses mains. Ces imbroglios de commedia dell'arte ne suffiraient pas à empêcher l'intrigue amoureuse d'aboutir si l'ironie vengeresse des quatre dames, éconduites avant que d'être aimées, ne veillait à ce que toute peine d'amour soit d'avance perdue.

  • Roméo aimait Rosaline. Lysandre aimait Hermia et Démétrius Héléna. Tout à coup, comme en dansant, les hommes changent de cavalières. Juliette apparaît à Roméo et leurs lèvres se joignent au milieu du bal.
    Une nuit d'été, un lutin effleure les paupières d'un homme endormi, à son réveil il en aime une autre.
    Illumination pour Roméo et Juliette, illusion pour les amants du Songe, l'amour est fou. Shakespeare en chante la douce et terrible folie, l'enchantement quand il donne l'amour de la vie, le désespoir quand il l'anéantit et appelle la mort.
    Truculence et humour, fantaisie, charme et poésie, Shakespeare parle toutes les langues d'un monde universel. Roméo et Juliette sont le symbole de l'amour parfait et l'on voudrait que l'alouette n'ait jamais chanté après le rossignol.
    Edition d'Yves Florenne. 

  • Il s'agit là, rapprochant les deux langues, de traverser une fois encore ce texte qui se donne comme essentiellement fardé, costumé, d'aventures romaines, médiévales ou renaissantes, mais dont la lettre, quand on l'ouvre, renvoie inlassablement aux mêmes apories et aux mêmes vertiges.

    Cette pièce est une histoire d'amour et de guerre où les deux thèmes entrecroisés sont indémêlables, nourris, permis l'un par l'autre.
    C'est l'histoire d'un sujet - antoine- entre son autre lui-même - octave - et son autre elle-même : cléopâtre. c'est l'histoire d'une déchirure " au seuil de l'automne du corps ", comme dit bonnefoy.
    Pour entreprendre une nouvelle traduction d'antoine et cléopâtre, daniel mesguich ne s'autorise que du seul fait qu'il est homme de théâtre et shakespeare un écrivain pour le présent infiniment renouvelé de la scène - il écrit pour la représentation.
    Le texte anglais, lui, restera, terre d'accueil de tous les présents à venir - mises en scène ou traductions.

empty