• À l'aube de ses quatre-vingts ans, David Hockney a recherché pour la première fois la tranquillité à la campagne, un lieu où observer le coucher du soleil et le changement des saisons, un endroit où tenir à distance la folie du monde. Ainsi, lorsque la Covid-19 et le confinement ont frappé, cela n'a pas changé grand-chose à la vie à La Grande Cour, la ferme normande plusieurs fois centenaire où Hockney avait installé son atelier un an auparavant.

    On ne reporte pas le printemps est un manifeste qui célèbre la capacité de l'art à divertir et à inspirer. Il s'appuie sur une multitude de conversations et de correspondances inédites entre David Hockney et le critique d'art Martin Gayford, son ami et collaborateur de longue date. Leurs échanges sont illustrés par une sélection de peintures et de dessins inédits réalisés par l'artiste sur son iPad en Normandie, en lien avec des oeuvres de Van Gogh, Monet, Brueghel et d'autres encore.

    Constamment poussé à aller de l'avant par son enthousiasme contagieux et son sens de l'émerveillement, à contre-courant depuis toujours, mais très populaire depuis soixante ans, Hockney ne se préoccupe pas de l'opinion des critiques. Totalement absorbé par son environnement et les thèmes qui le fascinent depuis des décennies: la lumière, la couleur, l'espace, la perception, l'eau, les arbres, il a beaucoup à nous apprendre, non seulement sur notre façon de voir... mais aussi sur notre façon de vivre.

  • David Hockney : a year in Normandie Nouv.

    Catalogue de l'exposition.

  • Van Gogh : coffret l'essentiel Nouv.

    Ce coffret réunit l'essentiel de l'oeuvre de Vincent Van Gogh. Derrière la légende de l'artiste maudit se tient un peintre formé auprès de maîtres hollandais, qui séjourne à Anvers, débarque à Paris rejoindre son frère Theo, part à Arles chercher l'éblouissement de la couleur, passe par Saint-Rémy pour enfin vivre une dernière période à Auvers-sur- Oise. Un peintre qui témoigne d'une culture littéraire et artistique immense, travaille sans relâche, s'attaquant à tous les sujets, de la nature morte à l'autoportrait. En un peu moins de dix ans d'une activité intense et déterminée, Van Gogh laisse près de neuf cents peintures et une correspondance d'une richesse inouïe.

  • Fantastique Gustave Doré Nouv.

    Rêver et faire rêver.
    Une rétrospective inédite des plus belles estampes et des plus grands tableaux de Gustave Doré choisis parmi son oeuvre de plus de 10 000 illustrations, commentés par Alix Paré, historienne de l'art et conférencière, et Valérie Sueur-Hermel, conservateur à la Bibliothèque nationale de France.

    « Gustave Doré est un artiste complet : dessinateur, graveur, peintre et sculpteur. Son génie dans l'illustration littéraire lui vaut d'être passé dans l'inconscient collectif, d'avoir influencé le cinéma, l'animation, la bande-dessinée et la publicité. Il est l'un des plus doués mais aussi des plus prolifiques dessinateurs du XIXe siècle. (...) Doré a touché à tout : à la caricature des hommes de son temps, au reportage de guerre, à la fable, à la poésie, au romanesque mais aussi à l'allégorie et au paysage. Il a livré des caricatures comiques et des images sérieuses, des visions épiques et des vues contemplatives, il a observé le réel tout en étant virtuose dans la fantaisie. Il nous semblait nécessaire de partager ce foisonnement et de révéler cette diversité. » Extrait de l'Avant-propos « On appelle ça illustrer un ouvrage : moi, je prétends que c'est le refaire. Au lieu d'un chef-d'oeuvre, l'esprit humain en compte deux. ».
    Émile Zola, à propos des illustrations de Gustave Doré pour Don Quichotte

  • À une époque où l'indépendance des femmes était radicalement proscrite par les normes sociales, Georgia O'Keeffe fait figure de liberté. Elle se déplace à sa guise d'une côte à l'autre des États-Unis, choisissant ses foyers entre l'activité débordante de New York avec son mari Alfred Stieglitz et l'autonomie réconfortante plus solitaire du Nouveau-Mexique. Elle met un point d'honneur à produire de l'art où qu'elle soit. Elle transforme les espaces et les objets que d'autres pensent connaître en chefs-d'oeuvre de lignes et de couleurs. Elle affirmait que regarder l'un de ses tableaux c'était voir comme elle voyait, et non de quelle manière elle vivait. Les aquarelles et les peintures de Georgia O'Keeffe, les photographies des plus grands artistes qui l'ont entourée tout au long de sa vie ainsi que les images d'archives de ses amis et de sa famille provenant du Georgia O'Keeffe Museum font la richesse de cette biographie.

  • Turner : coffret l'essentiel Nouv.

    Ce coffret réunit l'essentiel de l'oeuvre de Turner, l'un des plus grands artistes romantiques, aquarelliste de génie, maître du paysage historique et pionnier des recherches sur la lumière. Turner est tout cela à la fois, et son ambition est immense. Reconnu très tôt par la Royal Academy de Londres, il voyage dans l'Europe entière, de Venise aux Alpes et à la Normandie. Insatiable, il diversifie ses inspirations et ses techniques. Tempêtes et naufrages, dévastations et incendies, lutte des éléments ou de forces supérieures, précipices et perspectives infinies, éblouissements jusqu'à l'aveuglement sont de ses sujets. Celui qu'on surnomme le peintre de la lumière n'a cessé par ses oeuvres d'approcher l'insaisissable.

  • Journal 1894-1909 : édition de Charlotte Hellman Nouv.

    Lorsque Paul Signac (1863-1935) commence son Journal, en 1894, il est installé à Saint-Tropez, petit village découvert après la mort de Georges Seurat, fondateur du néo-impressionnisme, dont il veut poursuivre l'héritage. Alors qu'il est à un "tournant" de sa carrière et que l'art qu'il défend est peu considéré, la France subit une vague d'attentats anarchistes. Lui-même proche de certains des accusés du "procès des Trente", il est amené à parler presque autant de politique que de peinture.Il en sera ainsi tout au long de son Journal, au cours duquel se succèdent les crises que traverse une Ill? République encore jeune, en particulier l'affaire Dreyfus, en toile de fond des combats intellectuels et picturaux de Signac.Héraut du néo-impressionnisme, l'artiste était aussi un théoricien d'art respecté et un homme engagé. Tenté par la carrière d'écrivain dans sa jeunesse, il ne mâche ni ses mots ni sa pensée. Même lorsqu'il réfléchit sur l'histoire de l'art et sur la peinture, ses propos demeurent accessibles au grand public, qui découvre au fil des pages un homme aussi sportif qu'intellectuel, maniant la barre de son bateau avec la même exigence que pour son pinceau et sa plume.

  • Bosch : coffret l'essentiel Nouv.

    Ce coffret réunit l'essentiel de l'oeuvre de Bosch, l'un des artistes majeurs du XVe siècle néerlandais. Peintre de culture humaniste, il travaille pour une clientèle aristocratique et princière, concevant des triptyques visionnaires et fantastiques, tel Le Jardin des délices, l'une de ses créations les plus célèbres. Ce sont souvent des figurations terribles de ce qui attend les pécheurs voués à l'Enfer. Ce sont des allégories morales destinées à instruire le chrétien et à l'aider dans sa piété, sa méditation et ses prières. Ces immenses retables nous fascinent encore, peuplés de bienheureux lovés dans des fruits, de damnés torturés, de monstres mi hommes mi-animaux et autres créatures diaboliques. Un univers foisonnant dont l'exploration reste infinie.

  • Agenda japonais 2022

    Collectif

    • Scala
    • 19 Août 2021

    Invitant à vivre à l'heure japonaise, cet agenda présente toutes les fêtes et les jours fériés du Japon. Ces événements qui ponctuent l'année sont les reflets de la culture de l'Archipel. Les Japonais sont en effet très sensibles au passage du temps et à ses manifestations : saisons, floraisons, phénomènes météorologiques. Les mois et les jours sont écrits en français et en japonais. Chaque semaine est illustrée par une estampe ou une peinture.
    Les jours fériés et les vacances scolaires, en plus du Japon et de la France, sont indiqués pour la Belgique, la Suisse et le Québec.

  • En quête d'une hypothétique origine de l'art comme nombre de ses contemporains, Paul Klee a porté son regard sur la création «des enfants, des fous et des primitifs». L'exposition «Paul Klee. entre-mondes» renoue le dialogue entre des oeuvres réalisées à différentes périodes de sa carrière et un ensemble d'objets et de documents issus de sa collection personnelle.

  • Van Eyck - Une révolution optique resitue un moment unique dans l'histoire de l'art occidental.
    Si la technique inégalée de Jan van Eyck, ses connaissances scientifiques approfondies et ses capacités d'observation incomparables ont suscité l'admiration de ses contemporains, elles se sont également révélées décisives pour le développement des arts visuels.
    Grâce aux résultats spectaculaires de la campagne de restauration du Retable de l'Agneau mystique, nous pouvons admirer aujourd'hui le polyptyque, mais aussi l'ensemble de l'oeuvre de Jan van Eyck, avec un tout nouveau regard.
    Cette campagne menée à Gand même au sein du Museum voor Schone Kunsten a constitué une opportunité extraordinaire pour organiser la plus grande exposition de tous les temps consacrée à Van Eyck, tout en l'accompagnant du présent ouvrage.
    Ce livre richement illustré replace l'oeuvre de Jan van Eyck dans son contexte historique et artistique, tout en faisant apparaître les multiples interactions avec les autres arts de son temps. Il combine de manière très innovante les informations les plus récentes sur l'oeuvre de l'artiste, repoussant les frontières de l'étude scientifique de ce maître absolu de l'art occidental.

  • Lautrec, c'est la légende de Montmartre, le peintre du Moulin Rouge. Mais c'est aussi un petit homme foutraque, issu d'une famille de la haute noblesse de province, atteint d'une maladie génétique qui interrompt sa croissance. Fasciné par les cabarets, les théâtres et les prostituées, il peindra des hommes et des femmes toute sa vie. Alcoolique, rongé par la syphilis, il meurt à trente-six ans en laissant une oeuvre foisonnante et inclassable.
    En mettant en scène l'obsession d'Henri de Toulouse-Lautrec pour la peinture, celle qui montre les êtres humains dans ce qu'ils ont de plus brut et de plus vivant, Matthieu Mégevand s'éloigne des représentations habituelles pour dresser le portrait de l'artiste en voyant, et de l'homme en possédé.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Cette biographie sur Georgia O'Keeffe est publiée à l'occasion d'une exposition rétrospective organisée par le Centre Pompidou du 08 septembre au 6 décembre 2021, qui, pour la première fois en France, célèbre cette artiste unique, à l'oeuvre inclassable. « Sentir l'Amérique, vivre l'Amérique, aimer l'Amérique », tel est le mantra de celle qui dans sa peinture a donné à ce continent sa propre voix. Georgia O'Keeffe pourrait être l'héroïne d'un roman d'aventures ou d'un western, tant elle a épousé la geste du Nouveau Monde. Et c'est comme un roman que se lit le récit de Marie Garraut, qui retrace avec la rigueur de l'historienne la trajectoire de cette écologiste avant l'heure, farouche incarnation de la femme émancipée et artiste dont l'oeuvre n'a cessé de se renouveler tout au long du xxe siècle.Fille d'immigrés, née dans le Wisconsin, Georgia O'Keeffe (1887- 1986) fait ses premiers pas de peintre à succès dans le New York des années 1920, où sa relation amoureuse avec le photographe et galeriste Alfred Stieglitz défraie la chronique. Sa peinture de fleurs, moderne et proprement américaine, bouleverse alors le monde de l'art. En quête de grands espaces, O'Keeffe rompt avec la ville et fait le choix du Nouveau- Mexique, sa terre d'élection, pour y peindre l'essence même de ce pays : ciels ardents, paysages de plateaux et de canyons, signes d'une présence animale immémoriale ou traces de spiritualité hispanique et amérindienne. La maîtrise de sa vie et le contrôle constant de son image - elle a été photographiée par les plus grands artistes de son temps - ont mené paradoxalement Georgia O'Keeffe vers un formidable espace de liberté. Clos ou ouverts, petits ou immenses, en ville ou au coeur de la nature, l'artiste a su construire des « lieux à elle » qui furent autant de terrains de réflexion et de création.

  • Ilya Répine, 1844-1930

    Collectif

    La grande rétrospective organisée par le Petit Palais, en partenariat avec la Galerie nationale Trétiakov de Moscou et le Musée russe de Saint-Pétersbourg, est l'occasion de faire paraître cette première monographie consacrée à Ilya Répine (1844-1930). Considéré comme le peintre russe le plus célèbre du XIXe siècle, l'artiste est généralement associé au courant réaliste. Témoin de tous les bouleversements de la Russie du XIXe siècle, Répine s'intéresse à la vie culturelle de son temps (littérature, musique, sciences...) et se montre particulièrement attentif aux profondes mutations que connaît son pays. Le catalogue met en lumière la diversité des sujets et des thèmes développés par l'artiste au cours de sa vie (tableaux de genre et d'histoire, portraits et peintures religieuses) et révèle la puissance d'un peintre à l'image de son art : passionnel et outrancier.

  • «Dans ses cinquante années de peinture, Picabia a constamment évité de s'attacher à une formule quelconque ou de porter un insigne. On pourrait l'appeler le plus grand représentant de la liberté en art, non seulement à l'encontre de l'esclavage des académies, mais aussi contre la soumission à quelque dogme que ce soit.»Ces remarques de Marcel Duchamp soulignent la dimension profondément libertaire de celui qui aimait se qualifier d'«artiste en tous genres».Ce parcours chaotique, contradictoire, fait d'allers et retours permanents entre abstraction et figuration, géométrie et biomorphisme, onirisme et réalisme, ne saurait être appréhendé de façon simplement formelle. Il demeure difficile d'identifier un style ou une manière Picabia. Ce qu'une approche biographique nous permet a contrariode comprendre, c'est précisément une certaine constance dans l'attitude. Ce fils de famille «né sans mère», aux goûts de luxe particulièrement prononcés et à la vie psychique et conjugale agitée, n'est en effet pas à une contradiction près. Francis Picabia n'abhorre rien tant que l'idéal de pureté et d'intransigeance qu'il voit poindre chez ses amis dadaïstes et même chez André Breton.Picabia aime trop la vie pour se laisser enfermer dans une croyance ou une certitude, fussent-elles d'avant-garde. Jusqu'à sa mort, notre «Funny-Guy» restera fidèle à cet état d'esprit, qui renvoie plus à une manière de vivre qu'à un programme strictement artistique.Ce qui pourrait passer pour une suite de reniements et de régressions n'est en fait qu'une manière de dire oui à la vie, à ses errements et à ses contradictions. Francis Picabia est l'artiste qui fait son miel de cette «mort de l'art» tant de fois proclamée au cours du XX? siècle. «Parce que je suis le seul qui, après la mort de l'Art, n'en ai pas hérité; tous les artistes qui suivent son cortège et se promènent à travers le monde figuraient sur son testament; moi, il m'a déshérité, mais il m'a ainsi laissé libre de dire tout ce qui me passe par la tête et de faire ce qu'il me plaît.»B.M.

  • Une monographie complète sur Gustave Caillebotte (1848-1894), rIchement illustrée de près de 300 reproductions. Le peintre de la vie moderne, tel que Baudelaire le rêve en 1846, n'est-ce pas lui ? N'est-ce pas Gustave Caillebotte (1848-1894) qui, trente ans plus tard, comblera cette attente ? Ce livre est né de cette interrogation et de ce qu'elle implique dans la relecture en cours de notre modernité.
    D'abord relégué aux marges de l'impressionnisme, Caillebotte s'est vu revaloriser de manière éclatante depuis les années 1970. Artiste singulier, poète méthodique du Paris d'Haussmann, grand observateur du jeu amoureux, héros du yachting, fou de fleurs et de jardins, capable de tout peindre par horreur des redites, il joua un rôle crucial à d'autres titres. Collectionneur précoce des impressionnistes, il fut aussi l'organisateur de leurs expositions à partir de 1877.
    Lorsque Les Raboteurs de parquet, refusés au Salon, firent sensation en 1876 à la deuxième exposition impressionniste, Caillebotte n'était pas le complet débutant qu'on voyait en lui. Au lendemain de la guerre franco-prussienne, il s'était formé auprès de Léon Bonnat, tout en fréquentant l'italien Giuseppe de Nittis, l'un et l'autre l'ayant mis sur la voie d'un réalisme sévère. S'ensuivit l'inscription à l'école des Beaux-Arts du jeune homme appelé, en somme, à faire carrière dans le sillage de ses mentors. Au contraire, Caillebotte montre une grande indépendance. Il se débarrasse vite de la théâtralité de Bonnat et du pittoresque de De Nittis. Ne reste que la puissance naturaliste, une énergie qu'il met au service d'un pays qui se reconstruit, d'un Paris qui se redessine.
    L'historiographie récente ne dissimule pas sa préférence pour le Caillebotte le plus sujet, dit-on, au malaise existentiel, qu'il procède de son individualité ou de sa classe. Les tensions inhérentes à la plupart de ses chefs-d'oeuvre croisent ainsi la psychologie des profondeurs et la sociabilité des élites. On parle volontiers d'un besoin d'élucidation, de maîtrise, en prise avec l'angoisse même de l'assumer ou la crainte de ne pas y parvenir. Mais il faut voir au-delà. La peinture de Caillebotte témoigne d'une puissance jusque dans ses oeuvres les plus troubles. Son art oscille entre les extrêmes, sans jamais céder à l'euphorie banale d'un certain impressionnisme ni, à l'inverse, s'abandonner complaisamment au mal-être des années 1880. La tension qui plane sur l'ensemble de l'oeuvre demande à être reformulée. Elle nous livre l'une des clés de celui qui fut le vrai peintre de la vie et de la ville modernes.

  • Pierre Bonnard, les couleurs de la lumière Nouv.

    Exposition monographique organisée par le musée de Grenoble du 30 octobre 2021 au 30 janvier 2022 en partenariat avec le musée d'Orsay.
    Le musée de Grenoble s'est distingué très tôt par l'audace de sa politique d'acquisition d'oeuvres modernes et contemporaines et par une programmation mettant en avant les avant-gardes et les artistes novateurs. Dès 1920, le musée obtint le dépôt d'un tableau de Bonnard, La Femme au chien,. Les premières acquisitions du musée eurent lieu en 1933 avec deux chefs-d'oeuvre des années de la maturité du peintre, Intérieur blanc de 1932 et Nature morte jaune et rouge de 1931.
    Aucune exposition cependant n'avait encore été consacrée au musée de Grenoble à cet artiste considéré comme l'un des maîtres français de la modernité. Pierre Bonnard, les couleurs de la lumière viendra combler cette lacune.
    C'est la première fois qu'une exposition Bonnard sera construite sur ce concept essentiel chez ce peintre.
    Bonnard ne cherchait pas à reproduire la réalité du monde mais à traduire les éléments fugitifs qui la traversent. C'est la raison pour laquelle il ne peignait pas directement sur le motif comme le firent les impressionnistes, mais de mémoire dans son atelier, en se fondant sur des notes et des esquisses.
    Cette approche permettra de montrer les variations et les constantes de sa peinture à travers des thèmes représentatifs des différentes périodes de sa création.

  • Michelangeo Merisi, mieux connu sous le nom de Caravage, est l'un des artistes les plus révolutionnaires et vénérés de tous les temps. Son style fulgurant a défié les canons académiques de l'époque en décrivant le monde dans toute sa complexité et, par là, dans ses aspects les plus humbles et crus. Fidèle à l'immuable principe de réalité, pour lui tout avait une importance égale, y compris l'obscurité. Il inaugura ainsi une nouvelle vision de la peinture, qui avec lui deviendra moderne. Une sélection rigoureuse et linéaire de ses peintures permet de suivre ses années de formation et son arrivée à Rome, les grandes commandes publiques qu'il reçut, jusqu'au moment crucial de son exil. C'est dans cette perspective historique et culturelle qu'apparaît l'extraordinaire oeuvre du génie italien, donnant vie à une peinture née à un moment de l'histoire, mais qui relève en même temps de l'art intemporel.

  • Bosch par le détail

    Till-Holger Borchert

    • Hazan
    • 29 Septembre 2021

    Indice ou symbole, visible et lisible, le détail, pour Bosch, est toujours surprise et presque appel au spectateur. Ce livre nous offre justement une série surprenante de gros plans tirés de ses chefs-d'oeuvre. Organisés par thèmes, toujours révélateurs, les détails orchestrent une vision du monde toujours actuelle et offrent une leçon magistrale de peinture par l'un des génies du premier XVIe siècle.

  • Née en novembre 1887 dans le Wisconsin, Georgia O'Keeffe étudie à l'Institut d'art de Chicago et à la Ligue des étudiants en art de New York. Figure incontournable du cercle d'Alfred Stieglitz, éminent photographe et galeriste new-yorkais dont elle sera la muse et la compagne, elle est au centre de l'effervescence de l'art américain au début du XXe siècle.
    Tout au long du siècle, elle dessine en pionnière une voie qui lui est propre, entre figuration et abstraction, modernisme et primitivisme, végétal et minéral, nature et architecture. Ses vues urbaines, ses fleurs, ses paysages hypnotiques - rives sylvestres de Lake George, plaines et canyons du Texas, panoramas désertiques du Nouveau-Mexique ...-, ses squelettes et os d'animaux, souvent en gros plan, forment des motifs récurrents qui s'inscrivent dans un courant biomorphique et subjectif en rupture avec l'abstraction géométrique.
    À travers cette monographie de référence, Citadelles & Mazenod invite ses lecteurs à célébrer l'originalité et la singularité d'une artiste visionnaire, en présentant un panorama iconographique d'une ampleur sans précédent.

  • L'affaire Arnolfini ; enquête sur un tableau de Van Eyck Nouv.

    Le portrait dit des Époux Arnolfini a été peint par Jan Van Eyck en 1434 : énigmatique, étrangement beau, sans précédent ni équivalent dans l'histoire de la peinture... Cet ouvrage offre un voyage au coeur de ce tableau, qui aimante par sa composition souveraine et suscite l'admiration par sa facture. Touche après touche, l'auteur décrypte les leurres et symboles semés par l'artiste sur sa toile, à l'image d'un roman policier à énigmes. Alors le tableau prend corps, son histoire se tisse de manière évidente et les personnages qui nous regardent dans cette scène immuable prennent vie devant nous...

empty