• Le Guide pratique des médicaments est devenu au fil des éditions une référence pour tous les étudiants et professionnels qui participent à la prescription et à la distribution des médicaments, ainsi qu'à la surveillance des malades. Son contenu, actualisé chaque année, respecte les principes qui doivent guider la prescription et le bon usage des médicaments. Son format poche le rend facile à compulser, en consultation, à l'officine ou à l'hôpital.
    Ces dernières années, de nombreuses molécules ont été retirées du marché et les précautions d'emploi ont été renforcées. Des schémas thérapeutiques sont présentés au début de chaque chapitre avec quelques conduites à tenir en situation d'urgence. L'ensemble des molécules référencées a été mis à jour : les médicaments sont cités sous leur dénomination commune internationale (DCI) et sous les noms commerciaux, avec leur modalité de dispensation en France et leur taux de remboursement.
    Les génériques sont signalés par le sigle G accolé à la DCI, le sigle BS signale les biosimilaires. Les nouveaux médicaments sont présentés dans chaque discipline à côté des traitements comparables. La liste des médicaments ayant obtenu un niveau I ou II d'ASMR depuis 2014 est fournie dans les informations réglementaires. Les médicaments retirés du marché sont signalés en fin d'ouvrage. Les pansements, d'une part, et la nutrition artificielle, d'autre part, font l'objet d'un développement spécifique.
    Les valeurs biologiques usuelles et les principaux taux plasmatiques des médicaments sont répertoriés en fin d'ouvrage. Des recommandations pour les enfants et les patients à risque ont été introduites dans un chapitre spécial, ainsi que des informations sur la iatrogénie courante.

  • En parfaite conformité avec le programme du DFASM (diplôme de formation approfondie en sciences médicales) et avec les Épreuves classantes nationales (ECNi), cet ouvrage rassemble les connaissances fondamentales en matière de Médecine légale et Médecine du travail..
    Ce livre est séparé en deux grandes sections :
    - une partie Connaissances, qui aborde tous les items relevant de ces deux disciplines, en présentant les 7 items de Médecine légale, puis les 8 items de Médecine du travail. Chaque chapitre commence systématiquement par un rappel des objectifs pédagogiques, puis développe la thématique, étayée de points clés, notions à retenir, tableaux et figures ;
    - une partie Entraînement, véritable outil d'autoévaluation, qui permet de s'exercer aux dossiers progressifs et aux questions isolées.

  • En parfaite conformité avec le programme du DFASM (diplôme de formation approfondie en sciences médicales) et avec les Épreuves classantes nationales (ECNi), cet ouvrage rassemble les connaissances fondamentales en matière de nutrition. Cette discipline est cependant transversale et renvoie également à d'autres spécialités.
    Ce livre est séparé en deux grandes sections : - une partie Connaissances traite les items des UE relevant de la spécialité de nutrition, soit les UE 2, 3 et 8. Chaque item fait l'objet d'un chapitre comprenant un rappel des objectifs pédagogiques et nationaux, un plan systématique et un encadré « Points clés » résumant les éléments essentiels. Le texte est accompagné de tableaux et d'illustrations qui enrichissent le propos ;
    - une partie Entraînement, véritable outil d'autoévaluation, permet de s'exercer aux dossiers progressifs et aux questions isolées.

    Cette nouvelle édition propose une mise à jour complète de l'ouvrage. Un tableau rappelant la hiérarchisation des connaissances proposé par le CEN se trouve au début de chaque chapitre, et les étudiants pourront identifier facilement les différents rangs de connaissances (A, B ou C) au fil du texte grâce à des balises.

  • L'échographie est désormais présente dans de nombreux services durgences ou de réanimation, dans des services de médecine polyvalente, dans les cabinets de ville Elle est devenue le prolongement du stéthoscope : le médecin interroge, examine les patients et pratique une échographie dans la foulée.
    Très utile en première intention dans une multitude de pathologies, léchographie a lavantage dêtre non irradiant pour le patient, davoir un « faible » coût, et dêtre transportable.
    Lobjectif de cet ouvrage est de permettre au non radiologue de passer à un niveau de connaissance confirmé sur l'échographie.
    Selon le principe de Pareto (80 /20), ce livre donne au lecteur les 20 % dinformations sur léchographie qui vont lui permettre de réaliser plus de 80% des échographies.
    Il propose uniquement les informations pertinentes et les pathologies fréquentes pour pouvoir pratiquer une échographie sur des points utiles.
    Des rappels danatomie et décho-anatomie aident à la visualisation du « normal » pour détecter la pathologie.
    Le découpage se fait ensuite par région anatomique. Des exemples de compte rendu type sont donnés à chaque chapitre.

  • Protocoles mapar

    Collectif

    • Mapar
    • 20 Juin 2019

    Une vision exhaustive de la spécialité : le " livre de recettes " de la profession Nouvelle édition très largement mise à jour et enrichie de nouveaux protocoles Un format poche pratique pour une consultation rapide et synthétique. Voici la nouvelle édition 2019 du Guide des Protocoles du MAPAR. Le Guide des Protocoles du MAPAR est écrit par les médecins du Département d'Anesthésie-Réanimation de Bicêtre.
    Son contenu couvre l'ensemble de la spécialité et décrit de façon simple et lisible les bonnes pratiques d'anesthésie et de réanimation. Sa révision régulière, tous les trois ans, est complètement justifiée compte tenu de la rapidité de changement des connaissances médicales, dont la " demi-vie " est estimée aujourd'hui à moins de trois ans. Ainsi, de nombreux changements ont été introduits, certaines stratégies ou pratiques étant parfois totalement nouvelles, parfois seulement différentes de celles traitées dans l'édition de 2016.
    Cette nouvelle édition assure donc une pratique sûre et en accord avec les bonnes règles. De format pratique pour tenir dans la poche, sa structure est restée la même, riche de schémas, photos, tableaux et algorithmes, pour accéder facilement et rapidement à l'information recherchée.

  • Ce livre de synthèse traite de l'évaluation analytique des muscles de la face, du tronc et des membres, et des bilans musculaires en cas de pathologies du système nerveux central. Ce recueil d'évaluations des affections neurologiques et/ou neuromusculaires permet aux professionnels de la rééducation/ réadaptation et aux médecins de déterminer les thérapeutiques appropriées. La huitième édition de L'évaluation clinique de la fonction musculaire comprend : - l'actualisation des données dans toutes les parties ou chapitres de l'ouvrage (face, tronc, membres, adulte/enfant) ; - une évaluation enrichie dans les pathologies d'origine centrale, grâce de nouvelles méthodes scientifiques d'investigation ; - des notions d'évaluation musculaire chez le nourrisson et des stades d'évolution motrice du petit enfant jusqu'à l'âge de trois ans ; - de nouvelles coupes anatomiques afin d'aider le lecteur pour le repérage des muscles et leur palpation manuelle ; - des planches schématisées de l'innervation, des territoires sensitifs et zones métamériques ; - les points moteurs ; - une nomenclature élargie des termes anatomiques dans des tableaux synthétiques permettant une recherche facilitée des équivalences entre les classifications française nouvelle, française ancienne, latine et anglo-saxonne.
    La présentation claire et didactique concourt à faciliter la consultation d'un livre riche en informations qui fait référence en son domaine.

  • Convoquant expérience personnelle, arguments scientifiques et histoire culturelle, l'essayiste Eula Bliss se lance dans une brillante enquête sur la vaccination.

    La question de la vaccination se pose dès la naissance : faut-il faire vacciner ses enfants, contre quelles maladies et à quel rythme?
    Lorsque Eula Biss, une Américaine d'une trentaine d'années, donne naissance à un fils, elle se rend compte que ce débat est animé par des voix aussi discordantes que passionnées dans leurs arguments :
    Médecins, mères, médias ont un avis tranché sur la question. Elle, non. Elle décide de mener sa propre enquête. Elle s'interroge pour comprendre pourquoi la vaccination continue d'effrayer.

  • Dans son dernier discours au Collège des Bernardins, Emmanuel Macron a encouragé les catholiques à participer aux débats publics. C'est une fonction clef d'une revue d'idées comme Etudes d'y contribuer. A travers cette nouvelle collection des Essentiels, nous traiterons des sujets sensibles de l'actualité pour entrer dans le débat public et faire entendre nos arguments auprès d'un public plus large que celui des revues. Nous commençons par deux sujets sensibles de société sur lesquels les chrétiens sont attendus  : les migrants et la bioéthique.
    Pour chaque livre, nous sélectionnons 3 articles clefs pour comprendre une question en les remettant en perspective par une préface introductive  ; un grand entretien avec une personnalité  ; une conclusion méditative sur les enjeux ; une chronologie et un lexique pour retenir les dates et les mots importants  ; une bibliographie sélective pour aller plus loin. Nous proposons ainsi un véritable outil de réflexion et de travail, utile pour les étudiants ou tout citoyen voulant se faire une idée claire sur une question d'actualité.

  • Du repérage au diagnostic, de la difficulté à l'accompagnement, les questions autour des troubles spécifiques de l'apprentissage sont très souvent posées par les parents, les professionnels et les enseignants. Les répercussions sont nombreuses, notamment sur le bien-être de l'enfant et de la famille. Ces troubles appelés communément « troubles dys » peuvent concerner une ou plusieurs fonctions cognitives : le langage oral, le langage écrit, les fonctions gestuelles, le calcul ou encore l'attention et les fonctions exécutives. Les données actuelles dans les domaines médicaux, pédagogiques et dans les recherches en neurosciences doivent permettre d'apporter des réponses aux nombreuses questions posées. Comment penser l'école ? D'une façon générale, comment mobiliser, impliquer, impulser une dynamique collective autour de difficultés liées à l'école ?
    Avec un langage simple, parents, professionnels de la santé et du monde de l'éducation, tous devraient pouvoir se retrouver dans cet écrit.

  • Ce précis, entièrement revu et mis à jour, propose aux étudiants infirmiers et aux professionnels oeuvrant dans différents contextes de soins chroniques et de handicap (à l'hôpital, domicile, réadaptation, établissement pour personnes âgées) : -des connaissances théoriques actualisées nécessaires à la compréhension de la complexité de la situation de chronicité et de handicap -des pistes et des outils concrets pour l'accompagnement de la personne malade et de ses proches -des exemples de recherches actuelles -des illustrations par des situations de soins dans différents contextes chroniques -des perspectives pour assurer le travail en interdisciplinarité et la continuité des soins.
    Les auteures de ce précis sont des infirmières spécialistes de la chronicité et des soins de longue durée. Elles exercent aujourd'hui en tant que professeures à la Haute Ecole de santé de Fribourg (Suisse) et ont développé leurs compétences professionnelles autour de l'accompagnement de personnes atteintes de maladie chronique et en situation de handicap. Elles enseignent les différents aspects de ces thématiques à des étudiants infirmiers en formation initiale ou à des professionnels en formation continue ou dans différents contextes de soins chroniques.

  • « Maladie de la soif » ou « maladie du sucre », le diabète connaît depuis quelques décennies un développement quasi-épidémique. Il toucherait ainsi en 2025 plus de 6% de la population mondiale, essentiellement affectée par le diabète de type 2 lié aux modifications du mode de vie.

    Enjeu majeur de santé publique, la lutte contre cette maladie chronique requiert du diabétique qu'il s'approprie sa maladie et, en premier lieu, se débarrasse des idées reçues qui l'accompagent : », « Le diabète est héréditaire », « Le diabétique est au régime à vie », « Les diabétiques doivent manger sans sucre », « Le diabète peut rendre aveugle »...

  • Depuis les attentats des 7 et 9 janvier 2015, l'Espace de réflexion éthique de la région Île-de-France, que dirige l'auteur, a initié au plan national une réflexion sur les « Valeurs de la République, du soin et de l'accompagnement » afin de mieux comprendre comment contribuer à ce besoin de démocratie, à cette exigence de sollicitude et de fraternité qui s'exprime aujourd'hui au vif de notre société. Il assume ainsi, dans son domaine de compétence, une éthique impliquée, engagée et partagée au service des valeurs de la cité.
    L'engagement et la responsabilité pris dans les multiples domaines de compétences que recouvrent les pratiques du soin et de l'accompagnement témoignent d'une attention portée aux droits de la personne. Cette sollicitude s'avère d'autant plus exigeante en situation de vulnérabilités.
    Les professionnels et les bénévoles associatifs intervenant dans les champs du sanitaire et du médico-social incarnent des valeurs de sollicitude, de solidarité, de justice et d'inclusion. Leur souci du bien commun renforce le lien social. Ils sont ainsi représentatifs, dans l'exercice de leurs missions, d'autres formes d'engagements dont on saisit davantage la signification et l'importance dans les circonstances extrêmes qui menacent la sécurité publique. Ils partagent un même sens du bien commun où servir l'autre s'impose comme une valeur de société, que ce soit dans les champs de l'éducation, de la justice, de la défense, de l'économie ou de la communication.
    Quelles sont les valeurs constitutives du soin et de l'accompagnement ?
    Que représentent-elles dans la vie démocratique ? Qu'en est-il aujourd'hui de la notion du care tellement sollicitée dans les discours et pourtant si peu intégrée dans les choix politiques ? En quoi l'engagement soignant peut-il contribuer à l'urgence d'une concertation nationale visant à repenser, voire « restaurer », notre projet de société ? Telles seront quelques-unes des questions traitées. Au-delà d'enjeux politiques évidents dans le contexte actuel de fragilisation de notre démocratie, la démarche que propose ce livre vise également à susciter (ou du moins à aviver) une dynamique de réflexion devenue indispensable à l'heure où les évolutions biomédicales, la médicalisation souvent par défaut de questions de société, les normes sociales et les modes de vie actuels pourraient nous inciter à nous désapproprier de la culture du soin et à déserter le champ des valeurs.

  • Les définitions des états de conscience altérée font consensus dans le monde médical, mais la manière de découvrir les traces de la conscience dans les tréfonds du cerveau a évolué grâce aux techniques d'imagerie. La révolution a commencé en 2006 quand le neurologue britannique Adrian Owen a montré pour la première fois l'existence d'une conscience chez une patiente plongée depuis cinq mois en état végétatif. Lorsque les chercheurs lui ont demandé de s'imaginer en train de jouer au tennis, l'IRM a détecté une activité cérébrale similaire à celle d'un sujet sain. Adrian Owen a ainsi mis en évidence que 15 à 20 % des patients en état végétatif, dont on suppose qu'ils ne sont plus conscients, sont en réalité parfaitement lucides et vivent une expérience incroyable : leur esprit reste intact dans un corps et un cerveau endommagés.
    Ce livre est le récit de son parcours, de ses recherches sur cette « zone d'ombre », cette frontière entre la vie et la mort, et des techniques novatrices qu'il a mises au point pour communiquer avec ces patients, à travers les histoires poignantes de ces rencontres.

  • "Une « Live Surgery » est une chirurgie en direct. Ainsi, pendant un congrès de chirurgie, une opération est retransmise sur grand écran. Tout en opérant, le chirurgien répond aux questions de la salle. Les opérations chirurgicales ont toujours attiré un public avide de sensations fortes et inspiré de nombreux artistes. Aujourd'hui, des sociétés savantes ferment les yeux sur la « Live Surgery », malgré des complications voire des morts en direct. Cet essai a pour but de lancer une alerte sur les risques encourus par les patients au cours d'une telle pratique. Faut-il interdire ou règlementer la « Live Surgery »?"

  • "Cette étude a pour but de comprendre comment des compagnies pharmaceutiques génériques orchestrent et promeuvent la stratégie d'innovation dans leur portefeuille de produit, en assurant la création de valeur en vue d'une présence durable sur le marché."

  • "Il s'agit d'une introduction épistémologique au traitement médical, essayant de montrer à la lumière des concepts philosophiques, biologiques et scientifiques actuels, les limites de ce traitement du point de vue mécaniste sur lequel sont fondées les bases physiopathologiques des prescriptions et stochastique, synonyme d'aléatoire, évaluant les traitements par une approche empirique. Ces limites traduisent en fait celles de la connaissance humaine. En tenant compte de ces données, la notion d'EBM ou médecine factuelle, ainsi que la notion de preuve scientifique de l'efficacité d'un remède ont été discutées."

  • « Quand la trisomie vaudra de l'or, le ventre des femmes ne leur appartiendra plus » La pression médiatique en faveur d'un nouvel eugénisme Eté 2014 : à l'occasion de la journée mondiale de la trisomie 21, la fondation Jérôme Lejeune contribue à la réalisation d'une vidéo qui présente le témoignage de jeunes adultes trisomiques de tous les pays et de toutes les langues : ils disent leur bonheur de vivre.
    La vidéo vue 6.7 millions de fois, primée à Cannes, gratifiée de plusieurs Lions d'Or au Festival international de la Créativité est un succès incontestable.
    Jusqu'à cette injonction, quelques mois plus tard, du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel faite aux chaînes de télévision de cesser sa diffusion. Jean-Marie Le Méné est invité, ensuite, sur France Inter dans l'émission « La Tête au carré » qui porte, ce jour-là, sur l'utilité du test anténatal de la trisomie 21. Jean-Didier Vincent, neurobiologiste, professeur de médecine, plaide pour la suppression systématique des trisomiques en des termes très clairs : « Mais pourquoi conserver les trisomiques qui sont quand même un poison dans une famille ? » En Commission spéciale, lors de la révision de la dernière loi de bioéthique, le député Olivier Dussopt s'écrie : « Mais pourquoi il en reste encore 4 % ? » Comment le test devint une fantastique. « opportunité de marché ». L'hôpital américain de Paris a été un des tous premiers à proposer en France un dépistage anténatal de la trisomie révolutionnaire : révélant directement l'ADN du foetus dans le sang maternel, il est non invasif et ne comporte plus aucune incertitude. Voici son histoire.
    En décembre 2007, Sequenom, société californienne, est la première à propager le test révolutionnaire et à s'enrichir de manière significative. Son PDG évoque « un mal nécessaire » et conquiert un marché international du dépistage de la trisomie. En faisant de l'Allemagne libérale le cheval de Troie de sa pénétration en Europe et de la France libertaire sa plage de débarquement, Sequenom est stratège. La biotech gagne sur tous les tableaux.
    Quand l'éthique s'efface devant le « consensus » Jean-Marie Le Méné scrute le discours officiel des différents partenaires. Un discours étrangement uniforme.
    Si une controverse juridique a bien eu lieu en Allemagne, soucieuse de ne pas renouer avec l'image eugéniste associée au régime nazi, il n'en est pas de même en France.
    Il existe sur la question du dépistage et de sa conséquence immédiate - l'interruption volontaire de grossesse - une sorte de consensus général, un ordre si bien établi en faveur de cette décision que les couples concernés en arrivent à ne même plus se poser de question. On décide pour eux.
    Quant aux centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal qui sont les autorités collégiales censées autoriser ou refuser les IVG, force est de constater qu'elles les autorisent «systématiquement ». Le monde médical s'exonère de sa pratique d'un eugénisme collectif en se défaussant sur une prétendue multitude de demandes d'eugénisme individuel à satisfaire qu'elle a, en réalité, pleinement suscitées. La terrible pression sociale qui accompagne l'opération de dépistage est telle qu'elle déteint sur les victimes.
    Les associations de parents de trisomiques en arrivent à développer un invraisembable syndrôme de Stockolm.
    La vraie question : choisir.
    Qu'en est-il désormais de la défense du plus faible qui faisait jadis toute la vocation de la médecine mais défi nissait également notre équilibre social empreint d'humanisme ? Comment en est-on arrivé à considérer la trisomie comme une maladie alors que le trisomique, dûment accueilli et éduqué, peut tout à fait vivre en société et n'est jamais un danger pour autrui ? Comment enfin la décision de garder ou non un enfant trisomique est-elle désormais sortie du champ de l'arbitrage familial pour relever exclusivement de la prérogative médicale ?
    Comment, enfin et surtout, la médecine s'est-elle désormais donnée pour mission de tuer à outrance ?

  • "Cette étude rend compte de l exécution du Projet ""Santé de la reproduction des jeunes et des adolescents et prévention du VIH et des IST à l université de Kinshasa"". C est une enquête qui répond aux préoccupations des objectifs du millénaire pour le développement. Ce livre cherche à ""mesurer le changement intervenu dans les connaissances, attitudes et pratiques des étudiants depuis la mise en oeuvre du projet""."

  • Version courte : « Éviter toute souffrance et de ne pas prolonger inutilement sa vie » récapitule désormais dans une prescription lapidaire nos devoirs d'humanité à l'égard d'une personne atteinte d'une affection grave et incurable. Au terme de notre vie, n'attendons-nous de la société que l'acte d'une mort par compassion, d'une mort sous sédation, d'une mort médicalisée ?

    Version longue : Emmanuel Hirsch est l'un des meilleurs spécialistes des questions d'éthique médicale, notamment celles que suscitent les réalités de la fin de vie. En 2013, il a présenté les premiers temps de la concertation nationale sur la fin de vie lancée par François Hollande le 17 juillet 2012, dans le livre L'Euthanasie par compassion ? Manifeste pour une fin de vie dans la dignité (Érès). En 2014 son investigation s'est poursuivie dans Fin de vie. Le choix de l'euthanasie ? (Le Cherche midi). Ce nouvel ouvrage intervient quelques mois après le vote de la loi créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie. Se refusant aux postures ou aux positions incantatoires, il propose une analyse critique des évolutions des conceptions, des attitudes et des pratiques dans le contexte de la mort médicalisée.

  • "Ce n'est pas une surprise : l'être humain est une unité psycho-corporelle. Dans ce livre, Marc Tocquet décrit cette méthode thérapeutique, ses concepts spécifiques, sa pratique originale et l'illustre de nombreuses descriptions cliniques. Nous voyons notamment comment le travail thérapeutique au coeur des situations, la façon d'appréhender ce que la personne a vécu dans ces moments, mais aussi ce qu'elle n'y a pas vécu, ouvre vers une transformation thérapeutique durable. - "

  • "Chacun de nous dort six à neuf heures par nuit. Chacun de nous rêve 90 à 120 minutes par nuit. Chacun de nous a un jour rencontré des problèmes pour bien dormir. Mais que sait-on du sommeil ? Ce livre raconte le sommeil et sa pathologie. Il évite l'écueil de la thérapeutique, mais décrit les méthodes « douces » et comportementales. Épaulé par une bibliographie scientifique, l'auteur s'appuie sur son expérience de médecin chercheur itinérant qui utilise les moyens du laboratoire de sommeil moderne. - "

  • Au 5e siècle avant J.C., Hippocrate avait déjà formulé une "ordonnance" extrêmement efficace et universelle : seuls "le toucher, le remède, la parole" peuvent véritablement guérir. Aujourd'hui, alors que les progrès technologiques dans les domaines diagnostiques, thérapeutiques et pharmacologiques sont considérables, on constate paradoxalement une détérioration de la relation médecin-patient due à l'hyperspécialisation, aux ryhmes de travail stressants, aux lourdeurs bureaucratiques, aux contraintes économiques et au manque de formation aux aspects relationnels de la profession médicale.
    Or, la relation médecin-patient est fondamentale et c'est l'une des interactions humaines les plus complexes et les plus particulières, en cela qu'elle conduit deux personnes, souvent étrangères l'une à l'autre, à partager des informations personnelles, à entrer en contact physique dans des situations qui impliquent de la souffrance, en présupposant sincérité, honnêteté intellectuelle, recours à un langage commun et création d'accords thérapeutiques.
    Pour rétablir la qualité de cette relation, les deux auteures cherchent à comprendre en profondeur les raisons du mal-être actuel et à trouver les stratégies les plus efficaces pour y remédier en rappelant que soigner, c'est s'occuper autant de la personne que de la maladie.

empty