Histoire du monde

  • Les coutumes d'Alsace

    Anselme Laugel

    • Communication presse edition
    • 27 Mars 2015

    La tradition, les usages ou les coutumes de notre terroir alsacien, nos aïeux se les sont transmis durant des siècles d'une génération à l'autre par voie orale. Les récits, les chants, les danses ou les croyances, mais aussi les rites ou les savoir-faire ont ainsi traversé les siècles. Hélas, la modernité a cassé la chaîne de la transmission orale des traditions locales.
    Ce livre d'Anselme Laugel nous dévoile la science du savoir populaire en nous rapportant des éléments religieux ou mythiques, mais aussi et surtout des éléments de la vie quotidienne de nos grands-parents. Ses pages nous livrent la vie simple de nos grands-pères et arrière-grands-pères, elles nous font redécouvrir notre culture alsacienne.
    Le livre est agrémenté de remarquables planches de Charles Spindler.

  • Les légendes de Corse

    Jean Pierre Albertin

    • Communication presse edition
    • 6 Avril 2016
  • Almanach de la Drôme - Ardèche

    , ,

    • Communication presse edition
    • 20 Septembre 2017

    Le printemps offre généreusement ses sourires, aux rafales hargneuses succèdent la brise légère. Alors s'offrent à vous, encore tapies sous un coussin de mousse douce, violettes, pâquerettes, pervenches, primevères... exhalant dans l'air leurs délicates senteurs. Les campagnes revivent, les terrasses des cafés aussi... Les portes s'ouvrent, les cours aussi... Les jupes raccourcissent, les genoux se dévoilent...
    Puis c'est l'azur ensoleillé de l'été quelquefois parsemé de nuages et de brumes. Il porte en lui les promesses d'une chaleur bénéfique, de farniente, de vacances, d'horizons nouveaux. Abordez des villages situés au bout, tout au bout des chemins ombragés de tilleuls, serpentant sur une colline ou longeant une petite rivière.
    Une journée d'automne, c'est la lumière si particulière qui joue avec les bruns, les jaunes des feuilles et des fougères et les mauves des bruyères. C'est cette odeur si particulière de bois mort humide et d'herbe mouillée. C'est aussi ce cri si prenant d'un cerf en rut... Vous entrerez dans ces magnifiques forêts ou dans un chemin de campagne pour faire une cueillette de fruits ou de baies sauvages, pour une recherche de cèpes tête noire, de girolles orangées, d'amanites des césars, de pieds de moutons, de trompettes de la mort... et de châtaignes.
    Souvenez-vous, la douceur persistante du temps avait provoqué des bouleversements dans l'éveil de la nature.
    C'est ainsi que nous avions cueilli des jonquilles épanouies, fin janvier ! Les pommiers du Japon avaient mêlé leurs fleurs rouges au jaune des forsythias. Les jardiniers s'étaient plaints du manque de gelées, très utiles pour tuer « la vermine «, jamais inquiétée par le froid.
    Au fil des quatre saisons parcourez l'almanach pour votre plaisir, On y parle de pluie, on y parle de beau temps. On y retrouve cette nostalgie positive qui se dégage des récits, des contes, des légendes, des histoires, des personnages, des recettes... L'âme du terroir en quelque sorte !
    Gérard Bardon

  • Les contes du terroir Berrichon

    Louis Boule

    • Communication presse edition
    • 22 Février 2016

    Au début du XXe siècle, la vie et la perception des choses étaient bien différentes de celles que nous connaissons aujourd'hui. Ce recueil de contes de Louis Boulé nous restitue les campagnes d'il y a 100 ans, avec authenticité. L'auteur s'est appliqué à peindre les Berrichons tels qu'ils étaient dans la réalité, sans déformation, sans charge et sans idéalisme excessif. Des gens simples, dans le cours de leur vie, des gens singulièrement attachants. Un peu énigmatique l'histoire du petit joueur de vielle ? De quoi et comment est-il mort ? Il faut aussi admirer l'histoire des deux loups garous .
    Ce livre a obtenu en 1909 le Prix Montyon de l'Académie française.

  • Le folklore bourguignon

    , ,

    • Communication presse edition
    • 24 Février 2016

    Le terme de folklore est un mot que la langue française a emprunté à l'anglais et qui désigne aujourd'hui les traditions et les usages populaires. C'est la science qui nous permet de savoir comment vivaient les grands-parents de nos grands-parents : Comment ils se mariaient, comment ils accueillaient leur premier enfant, comment ils travaillaient, comment ils mourraient. C'est grâce à ces « folkloristes » de la fin du XIXe et du début du XXe siècle que ces traditions, essentiellement orales, ont été portées à l'écrit et ont pu survivre jusqu'à nous. En effet, l'exode rural, la mondialisation et l'uniformisation culturelle font que l'on vit maintenant de la même façon dans toute la France et même dans toute l'Europe. Il n'y a plus beaucoup de traditions régionales. La France avait encore une culture plurielle il y a 100 ans, mais elle a oublié des pans entiers de ce patrimoine.

  • Les Légendes foréziennes

    ,

    • Communication presse edition
    • 6 Avril 2016

    Nos légendes populaires partent en générale d'une histoire vraie, vieille de centaines ou de milliers d'années. La légende fait référence à un lieu, à un objet, à un personnage. Elle était racontée le soir à la veillée, de bouche-à-oreille et de génération en génération. Au fil du temps, la légende est devenue un mythe, elle a perdu en précision, mais elle a gagné en fantaisie. En Forez, elle a pu naître d'une source, d'une forêt, d'un chevalier. Elle a rencontré des êtres fantastiques, des fées, des sorciers ou des rebouteurs. Nos légendes foréziennes sont un élément essentiel de notre culture locale. En effet, les légendes nourrissent profondément l'imaginaire de gens qui vivent dans notre terroir. Elles sont probablement l'élément le plus ancien qui forge notre culture régionale. Les légendes du Forez sont notre imaginaire commun. A l'heure de la mondialisation et de la « culture unique », il est important de retrouver les mythes qui font notre identité régionale.
    Le livre rassemble les légendes du Forez parmi les plus authentiques. On y retrouve bien entendu de nombreux textes de Frédéric Noëlas (1830-1888), ce Roannais était un poète et un artiste féru de légendes. On signalera un remarquable avant-propos du folkloriste M. Blanchardon tiré d'extraits d'une conférence donnée en 1912.

  • Les Légendes vendéennes

    Henri Bourgeois

    • Communication presse edition
    • 6 Avril 2016

    Nos légendes populaires partent en générale d'une histoire vraie, vieille de centaines ou de milliers d'années. La légende fait référence à un lieu, à un objet, à un personnage. Elle était racontée le soir à la veillée, de bouche-à-oreille et de génération en génération. Au fil du temps, la légende est devenue un mythe, elle a perdu en précision, mais elle a gagné en fantaisie. En Vendée, elle a pu naître d'une source, d'une forêt, d'un chevalier. Elle a rencontré des être fantastiques, des fées, des sorciers ou des rebouteurs. Nos légendes vendéennes sont un élément essentiel de notre culture locale. En effet, les légendes nourrissent profondément l'imaginaire de gens qui vivent dans notre terroir. Elles sont probablement l'élément le plus ancien qui forge notre culture régionale.
    Les légendes vendéennes sont notre imaginaire commun. A l'heure de la mondialisation et de la « culture unique », il est important de retrouver les mythes qui font notre identité régionale.

  • Almanach du Maine (2017)

    ,

    • Communication presse edition
    • 1 Septembre 2016

    Depuis presque 25 ans, l'Almanach de CPE restitue la tradition des vieux almanachs de notre terroir que nos arrières grands-parents ont connu dans leur jeunesse. Cette publication annuelle, contient l'agenda de l'année, ce qui fait que de nombreux lecteurs le conservent à porté de la main « près du téléphone ». Mais l'Almanach, c'est aussi un livre qui offre une compilation d'informations en tout genre agrémentées d'illustrations, de dictons, de « trucs et astuces », de légendes locales, de recettes de cuisines puisées dans des carnets de recettes de ménagères qui vivaient dans notre région au début du XXe siècle, lors de l'avènement de notre gastronomie régionale. Comme il l'était pour nos arrières grands-parents, l'almanach c'est essentiellement le livre du peuple, celui qui est accessible à tous, utile à chacun et agréable pour tout le monde. Au rythme d'une page par jour, le lecteur parcoure l'Almanach tout au long de l'année pour y puiser des références au passé, sur la vie paysanne, sur l'histoire. Les lecteurs disent souvent « qu'ils ont l'impression de retrouver un bout de leur jeunesse en se plongeant dans cette lecture ». Ancré dans notre terroir, l'Almanach nous rappelle d'où l'on vient pour se construire dans un contexte de mondialisation et de perte de repères.

  • Almanach des Provencaux et comté de Nice

    ,

    • Communication presse edition
    • 20 Septembre 2017

    Le printemps offre généreusement ses sourires, aux rafales hargneuses succèdent la brise légère. Alors s'offrent à vous, encore tapies sous un coussin de mousse douce, violettes, pâquerettes, pervenches, primevères... exhalant dans l'air leurs délicates senteurs. Les campagnes revivent, les terrasses des cafés aussi... Les portes s'ouvrent, les cours aussi... Les jupes raccourcissent, les genoux se dévoilent...
    Puis c'est l'azur ensoleillé de l'été quelquefois parsemé de nuages et de brumes. Il porte en lui les promesses d'une chaleur bénéfique, de farniente, de vacances, d'horizons nouveaux. Abordez des villages situés au bout, tout au bout des chemins ombragés de tilleuls, serpentant sur une colline ou longeant une petite rivière.
    Une journée d'automne, c'est la lumière si particulière qui joue avec les bruns, les jaunes des feuilles et des fougères et les mauves des bruyères. C'est cette odeur si particulière de bois mort humide et d'herbe mouillée. C'est aussi ce cri si prenant d'un cerf en rut... Vous entrerez dans ces magnifiques forêts ou dans un chemin de campagne pour faire une cueillette de fruits ou de baies sauvages, pour une recherche de cèpes tête noire, de girolles orangées, d'amanites des césars, de pieds de moutons, de trompettes de la mort... et de châtaignes.
    Souvenez-vous, la douceur persistante du temps avait provoqué des bouleversements dans l'éveil de la nature.
    C'est ainsi que nous avions cueilli des jonquilles épanouies, fin janvier ! Les pommiers du Japon avaient mêlé leurs fleurs rouges au jaune des forsythias. Les jardiniers s'étaient plaints du manque de gelées, très utiles pour tuer « la vermine «, jamais inquiétée par le froid.
    Au fil des quatre saisons parcourez l'almanach pour votre plaisir, On y parle de pluie, on y parle de beau temps. On y retrouve cette nostalgie positive qui se dégage des récits, des contes, des légendes, des histoires, des personnages, des recettes... L'âme du terroir en quelque sorte !
    Gérard Bardon

  • Sologne ; les petits métiers d'antan

    Gérard Bardon

    • Communication presse edition
    • 6 Avril 2016

    Caillouteux, rémouleurs, chasseurs de vipères, maréchal-ferrant, charbonnier, caïffa, tueux de cochon, bouilleur de cru, ramasseurs de sangsues, balaitier, etc. autant de petits métiers quasiment oubliés. En ce temps-là, les fermières fabriquaient leurs produits laitiers et vendaient oeufs et volailles, aussi les fromagers et les volaillers, étaient-ils attendus dans toutes leurs tournées de villages. On comptait également sur le maquignon pour acheter le gros bétail et sur le marchand de cochons pour se procurer un ou deux porcelets à engraisser. Un artisan-cordier, également matelassier, tenait encore boutique. Le chiffonnier local parcourait les villages avec sa mule ou sa voiture à chiens, puis, plus tard, à bicyclette, en criant « marchand de peau. peau de lapin. », comme le père Pénard de Ligny-le-Ribault.
    Le tailleur de pierres fabriquaient bacs, croix, entourages de portes et fenêtres, garnitures de cheminées. La carte postale, cette ressource documentaire sans prix, a sauvé la mémoire des vieux métiers de l'oubli du temps qui passe. Sans ces photographies jaunies en effet, rien n'aurait survécu de cet âge d'or de l'atelier, de la boutique, des foires et marchés.
    Ce sont ces derniers que nous allons évoquer dans ce livre, en souvenir de nos anciens et de tous ces travailleurs qui, dans leur époque, ont fait vivre et avancer notre Sologne.

  • Les contes populaires de normandie

    Collectif

    • Communication presse edition
    • 3 Février 2016

    Le conte populaire est un conte oral traditionnel et communautaire. Il a longtemps régi la création et la circulation des histoires. C'est en fait la littérature de nos ancêtres, qui a présidé les veillées de nos campagnes depuis la nuit des temps jusqu'aux années 1950. Il a aujourd'hui presque disparu. Fort heureusement, depuis la fin du XIXe siècle, quelques érudits passionnés de notre folklore ont pris soin de transcrire ces contes, ce qui leur a permis de venir jusqu'à nous, malgré le profond bouleversement de nos sociétés rurales qui a rompu la transmission séculaire de ces contes par le bouche-à-oreille. Tout au long de ces pages, vous découvrirez ces récits authentiques qui faisaient le charme des veillées d'autrefois et l'âme des campagnes : les contes animaliers, les récits sur le diable, tantôt dupé, tantôt triomphant et réellement terrifiant, ou encore les aventures merveilleuses et féeriques, de celles qu'on racontait volontiers aux enfants...
    Avant d'être un haut lieu de la littérature française, la Normandie a été le terreau d'une foisonnante littérature orale.
    C'est celle-ci que rapporte ce livre.

  • Le folklore limousin

    Johannes Plantadis

    • Communication presse edition
    • 3 Février 2016

    Le terme de folklore est un mot que la langue française a emprunté à l'anglais et qui désigne aujourd'hui les traditions et les usages populaires. C'est la science qui nous permet de savoir comment vivaient les grands-parents de nos grands-parents : Comment ils se mariaient, comment ils accueillaient leur premier enfant, comment ils travaillaient, comment ils mourraient. C'est grâce à ces « folkloristes » de la fin du XIXe et du début du XXe siècle que ces traditions, essentiellement orales, ont été portées à l'écrit et ont pu survivre jusqu'à nous. En effet, l'exode rural, la mondialisation et l'uniformisation culturelle font que l'on vit maintenant de la même façon dans toute la France et même dans toute l'Europe. Il n'y a plus beaucoup de traditions régionales. La France avait encore une culture plurielle il y a 100 ans, mais elle a oublié des pans entiers de ce patrimoine.

  • Le folklore lorrain

    , ,

    • Communication presse edition
    • 6 Avril 2016

    Le terme de folklore est un mot que la langue française a emprunté à l'anglais et qui désigne aujourd'hui les traditions et les usages populaires. C'est la science qui nous permet de savoir comment vivaient les grands-parents de nos grands-parents : Comment ils se mariaient, comment ils accueillaient leur premier enfant, comment ils travaillaient, comment ils mourraient. C'est grâce à ces « folkloristes » de la fin du XIXe et du début du XXe siècle que ces traditions, essentiellement orales, ont été portées à l'écrit et ont pu survivre jusqu'à nous. En effet, l'exode rural, la mondialisation et l'uniformisation culturelle font que l'on vit maintenant de la même façon dans toute la France et même dans toute l'Europe. Il n'y a plus beaucoup de traditions régionales. La France avait encore une culture plurielle il y a 100 ans, mais elle a oublié des pans entiers de ce patrimoine.

  • Les légendes bretonnes

    Collectif

    • Communication presse edition
    • 6 Avril 2016

    Nos légendes populaires partent en générale d'une histoire vraie, vieille de centaines ou de milliers d'années. La légende fait référence à un lieu, à un objet, à un personnage. Elle était racontée le soir à la veillée, de bouche-à-oreille et de génération en génération. Au fil du temps, la légende est devenue un mythe, elle a perdu en précision, mais elle a gagné en fantaisie. En Bretagne, plus qu'ailleurs, elle a pu naître d'une source, d'une forêt, d'un chevalier. Elle a rencontré des être fantastiques, des fées, des sorciers ou des rebouteurs. Nos légendes sont un élément essentiel de notre culture bretonne. En effet, les légendes nourrissent profondément l'imaginaire de gens qui vivent dans notre terre. Elles sont probablement l'élément le plus ancien qui forge notre culture. Les légendes bretonnes sont notre imaginaire commun. A l'heure de la mondialisation et de la « culture unique », il est important de retrouver les mythes qui font notre identité.

  • Contes et légendes du maine

    ,

    • Communication presse edition
    • 6 Avril 2016

    Les contes et les légendes sont des récits traditionnels et communautaire. Ils ont longtemps régi la création et la circulation des histoires. C'est en fait la littérature de nos ancêtres, les contes et légendes ont présidé les veillées de nos campagnes depuis la nuit des temps jusqu'aux années 1950. Ils ont aujourd'hui presque disparu. Fort heureusement, depuis le XIXe siècle, quelques érudits passionnés de notre folklore ont pris soin de transcrire ces contes, ces légendes ce qui leur a permis de venir jusqu'à nous malgré le profond bouleversement de nos sociétés rurales, qui a rompu la transmission séculaire de ces contes par le bouche-à-oreille.

  • Les pyrénées et leurs legendes

    Collectif

    • Communication presse edition
    • 3 Février 2016

    Publié pour la première fois vers 1894, par un écrivain bordelais qui avait préféré rester anonyme, cet ouvrage est destiné, selon les propres mots de son auteur, « à faire connaître sous leurs nuances familières nos Pyrénées françaises », et à être « le guide du touriste pendant le jour, puis le soir, l'excursion achevée, son délassement ».
    Au lecteur et au voyageur d'aujourd'hui, Les Pyrénées et leurs légendes offrira en plus un aperçu historique haut en couleur, non seulement sur le tourisme montagnard tel qu'il se pratiquait à la fin du XIXe siècle, avec ses descriptions non dénuées d'humour des mondains venus de Paris ou d'Angleterre afin de se lancer à l'assaut des pics ou de prendre les eaux, mais aussi sur les populations locales basques, béarnaises et bigorraises, tant dans les villages reculés que dans les grandes stations thermales ou balnéaires. De Lourdes à Fontarabie, depuis les monts de Bigorre jusqu'à la côte basque, c'est donc à une longue marche à travers les départements des Hautes-Pyrénées et des Pyrénées- Atlantiques que vous invite ce guide où la belle plume de l'auteur, tout en vous donnant à contempler la splendeur des paysages et des sites naturels pyrénéens, vous conte l'histoire de cette contrée, de ses villes et de ses châteaux.

  • Franche Comté ; la tradition tout au long de l'année

    Charles Beauquier

    • Communication presse edition
    • 19 Octobre 2012
  • Folklore de la Beauce et du Perche

    Félix Chapiseau

    • Communication presse edition
    • 19 Avril 2013

    Ce livre, écrit il y a plus de 100 ans, est un trésor pour la conservation du folklore beauceron et percheron. Sans lui, nombre de nos traditions, essentiellement orales, auraient été totalement oubliées à l'occasion des profonds bouleversements qui ont modifié nos campagnes durant le XXe siècle. Cet ouvrage nous enseigne bien des choses sur les usages de nos arrières grands-parents beaucerons et percherons, qui vivaient dans un monde résolument différent de celui de notre modernité. La musique beauceronne traditionnelle était une musique calme et douce, les chants traitaient des sujets de la vie quotidienne rurale, du travail, de l'amour. Les instruments en étaient la vielle et la musette. Le costume était composé par la biaude, cette blouse de travail du paysan qui portait aussi des guêtres et des bas blancs en coton. Les femmes portaient des coiffes pour les grandes occasions. Ce sont nos origines, celles de nos traditions, que nous fait découvrir ce livre.

  • Nos ancêtres lozériens ; coutumes et traditions

    Louis Hugon

    • Communication presse edition
    • 27 Avril 2012

    La chanson populaire, dans son sens traditionnel est celle qui a été faite par le peuple, pour le peuple. Sans entrer dans des définitions complexes, c'est celle que l'on jouait dans nos anciennes fêtes populaires à la fin du XIXe et dans la première moitié du XXe siècle.

  • Folklore bourbonnais

    Francis Perot

    • Communication presse edition
    • 4 Novembre 2011

    Ce livre rédigé au début du XXe siècle est l'inventaire des productions collectives et des coutumes des habitants du Bourbonnais, émanant des gens qui vivent chez nous depuis des générations et se les ont transmises d'une génération à l'autre par voie orale.
    Pour dresser ce remarquable inventaire, présenté comme un glossaire, Francis Pérot est allé puiser dans les contes, les récits, les chants, les musiques, les danses ou les croyances. Il est allé visiter les rites et les savoir-faire de nos campagnes du Bourbonnais.

empty