Livres illustrés / Enfance (+ de 3 ans)

  • Le bal des animaux est un livre/cd de onze chansons écrites et composées par Alain Rosenfeld, illustrées par Moniri M'Bae et éditées par Zébulo éditions, pour les enfants de l'école maternelle et de l'école primaire.

    Chaque chanson raconte un animal de la Réunion dans une langue française de qualité, aisément compréhensible dans son sens général et émaillée de mots parfois moins usités ou plus complexes.
    Les musiques : bossa, java, tango, berceuse, rock., sont toutes de styles différents et permettent de découvrir des genres musicaux, des pays ou des danses aujourd'hui peu présentés au public général (donc aux enfants).

    Les illustrations, riches en détails tirés du texte, servent de support à la compréhension mais surtout d'espace de rêve, un chien y joue du saxophone et une souris des maracas. C'est l'occasion d'y découvrir graphiquement les instruments présents dans le CD et bien sûr de lire les textes.

    Les ouvertures proposées par cet ouvrage sont nombreuses; les animaux « pays » sont un bon prétexte aux sciences de la nature ou de l'environnement et une bonne occasion de créations graphiques ou aux travaux manuels.
    C'est aussi l'opportunité de faire découvrir aux nouveaux arrivants sur l'île certains des animaux qui nous entourent et pour certains, emblématiques de la Réunion.

    Mais avant tout ce sont des chansons que l'on peut chanter sur les quatre instrumentaux présents à la fin du CD et bien sûr danser !

  • Les adaptations, phénomène ancien qui fait florès de nos jours, sont l'objet de ce numéro.
    Les logiques commerciales encouragent la polyexploitation des oeuvres et les supports, nombreux et diversifiés, la stimulent. Plusieurs articles étudiant les rapports qu'entretiennent les adaptations avec l'oeuvre source (les classiques de la littérature en bande dessinée, les autoadaptations d'illustrateurs), les liens entre les auteurs et les oeuvres dont ils s'emparent (entretien avec Jean-Luc Fromental).

    Vous découvrirez des analyses plus ciblées (cinq adaptations du Tour d'écrou d'Henry James, l'adaptation cinématographique de L'Invention de Hugo Cabret, celle d'Ernest et Célestine), permettant de s'interroger sur les notions de trahison et de création, et des rapports inédits entre les différents supports (la musique et l'album, par exemple).

    La couverture originale pop-up a été créée par l'auteur-illustrateur-designer papier Gérard Lo Monaco, dont Joëlle Jolivet dresse un portrait multiforme. Le «World of images» vous proposera une vue d'ensemble de la littérature jeunesse chinoise.

    Nina Aulagnier, lauréate du dix-septième concours dont la consigne était »Prenez un héros, détachez-le de son environnement habituel, et transposez-le dans un univers appartenant à un autre héros», vous offrira un premier livre très malin : Tirer les fils du héros.

  • Mesdames et Messieurs, Le second numéro de l'année est emplumé !
    Georges prend de la hauteur et vous propose : une his-toire longue de Jérémie Fischer avec de grands oiseaux d'une galaxie lointaine, la recette fameuse des boules Nescuicui de Panpi & Gorri, l'histoire vraie des pigeons voyageurs et l'ultime épisode de Mystère et confiture de griotte !
    Dans la partie Jeux, vous rencontrerez une bande de volatiles volubiles (illustrée par Wassim Boutaleb), des hirondelles en migration (par Henri Lemahieu), des bi-pèdes qui cassent la graine (par Gwé), l'histoire sans fin du phénix (par Fanny Blanc) et des espèces à protéger (par Anne Hemstege).
    Et pour finir, des rubriques-à-brac à vous clouer le bec ! Georges ira à la rencontre d'un fauconnier, vous initiera à l'espagnol, vous présentera le vilain Pingouin de Batman, le défi. Il vous ouvrira ensuite les portes de son atelier pour fabriquer un awalé et sortira ses tubes à essais pour décortiquer des oeufs !

  • Le numéro 20, consacré aux Nouvelles perspectives, célèbre les dix ans de notre publication. À cette occasion, une interview de Claude Ponti, un concours en forme de poster, une « timide réapparition » d'Hélène Riff et autres contributions d'exception viennent renforcer notre programmation habituelle.

    La décennie écoulée donnera lieu à quelques bilans sur la création dans les domaines de l'album narratif ou de la bande dessinée, mais surtout nous avons souhaité nous projeter dans l'avenir, avec des zooms sur des talents que nous jugeons prometteurs : Adrien Parlange, Junko Nakamura, Gabriel Schémoul ou encore Marine Rivoal et Jérémie Fischer. Quant à la couverture, elle est signée de Loïc Gaume, autre auteur de talent, récemment primé à Bologne pour Contes au carré.

  • Sur le chemin qui doit les mener à l'école, Frantz et Vieux Os croisent Vava. Dès lors, Vieux Os sait ce que signifie « mourir d'amour ». Un cortège funèbre entraîne les deux garçons jusqu'au cimetière, où règne une joyeuse atmosphère. Au terme de cette journée initiatique, où il découvre le destin que les dieux lui ont tracé, Vieux Os est habité par de nouvelles certitudes. Dans cet Haïti de l'enfance de Dany Laferrière, la mort est un papillon qui se pose sur les yeux de ceux qui aiment, et l'amour assure la survie de ceux qui meurent.

  • Quand Inya arrive à l'école, Lilo et ses amis ont du mal à la reconnaître. Elle qui d'habitude aime bien s'habiller en « fille », avec jupe, ballerines et couleur rose, a opté ce matin pour un look bien différent : jeans, basket, sweat ample et casquette. À la récré, les commentaires fusent et Inya s'énerve. Pourquoi n'aurait-elle pas le choix de s'habiller autrement, sans que cela soit l'objet de commentaires ? Y aurait-il des vêtements pour filles et d'autres pour garçons ? Ghani est d'accord avec elle. Il lui dit qu'il faut toujours être fière de qui on est, fille ou garçon. Il propose à Inya et Sol une séquence de yoga pour ressentir combien elles sont de belles personnes. Très vite, les garçons les rejoignent ! Cette séquence de yoga t'aidera à te sentir plus forte et plus confiante, pour prendre les décisions qui te tiennent à coeur sans tenir compte des commentaires des autres et savoir réagir avec fermeté aux propos dévalorisants.

  • Le n° 8 explore la question du temps dans l'album et la bande dessinée.
    Comment l'image fixe, même séquentielle, même organisée au sein d'un support, réussit-elle à représenter, à exprimer, à suggérer le temps ?
    Les réponses sont diverses, et sont d'abord à rechercher dans la forme pure, dans l'impact du graphisme sur l'impression de temps qu'il peut susciter, notamment par l'usage de la couleur directe, sans cerner les formes, à la manière d'un Blexbolex qui signe la couverture de ce numéro.

    À rechercher aussi dans la capacité du livre à tronquer l'ordonnance spatio-temporelle, comme dans la bande dessinée de science-fiction, ou au contraire à mimer son implacable logique via ses cadrans et autres instruments de mesure.
    D'autres réponses fructueuses sont apportées par l'étude du temps du livre confronté au temps de la lecture, développées par Patrick Borione et par Yann Fastier.

    Autant de pistes pour un numéro qui en revient toujours à l'émotion du lecteur, comme nous le montrent aussi bien une interview de Beatrice Alemagna, que l'étude de quatre albums contemporains qui lient le temps à la mort ou celle des albums de Enzo et Iela Mari qui le relient, eux, à la vie.

  • Il y a de cela très, très longtemps, vivaient au Japon de nombreux dragons. Certains étaient gentils et aidaient les hommes dans leur vie quotidienne. D'autres, en revanche, étaient cruels et sanguinaires. Le dragon Enoshima faisait malheureusement partie de la deuxième catégorie... Comment les habitants pouvaient-il faire pour ne plus avoir peur de lui ? Tirée d'une légende shinto-japonaise, la légende d'Enoshima saura ravir les amoureux des dragons. Le CD audio présente des légendes sur les dragons et d'utiles infos sur le Japon, le tout en musique traditionnelle japonaise.

  • Vieux Os aime jouer avec les fourmis.
    Passer l'après-midi sur le balcon avec sa grand-mère, Da. Regarder vivre les habitants de Petit-Goâve. Mais ce qu'il aime le plus, c'est Vava dans sa robe jaune. Cela lui donne la fièvre, encore plus que la bicyclette rouge qu'il désire tant. Quand on a aimé Vava à dix ans, cela dure... toute une vie ! Le texte de Dany Laferrière, puisé à même le magnifique récit L'Odeur du café, est plein de vie, de vraie vie.
    Les illustrations de Frédéric Normandin impressionnent et émeuvent. Les couleurs sont d'une telle authenticité que l'on n'est pas loin de sentir, au détour d'une page, l'odeur de la terre mouillée et des Flamboyants en fleurs !

  • Pikin bubu

    ,

    • Rymanay
    • 10 Novembre 2017

    Ouvrage pédagogique en français et businenge tongo accompagné d'un livret pédagogique.

  • Ce matin, papa prépare un gâteau au chocolat très spécial. C'est ainsi que Charlotte découvre qu'elle porte le même nom qu'un dessert. Inspirée par les effluves de chocolat qui se dégagent du four, la fillette s'amuse à inventer un genre de charlotte pour chacune des humeurs qui l'habitent. Le père et la fille poursuivent ensemble ce joyeux délire gastronomique, lorsqu'une odeur de brûlé s'échappe de la cuisine.Les vrais gourmands ne seront pas déçus : la recette du gâteau est donnée à la fin de l'album.

  • Le voeu de Zelda

    ,

    lu par NANA LYS

    Bonjour, je m'appelle Zelda ! J'ai 8 ans, ne suis pas une petite fille comme les autres, car j'ai des pouvoirs magiques ! Dans mon journal, je fais le voeu de bonheur partout dans le monde, et souhaite de tout mon coeur que beaucoup d'autres petites Zelda feront le même voeu que moi pour toujours et sur notre belle terre !

  • Dans un pays où règne le silence, un saltimbanque accompagné d'une oie réveille les mots qui suscitent les histoires.
    « Bicyclette » rappelle une histoire au petit garçon qui la raconte alors à une dame. Elle est étonnée par tout ce qu'il racont et dit savoir faire. un vieil homme qui passe par là se remémore à son tour tout ce qu'il faisait et savait, même les formules contre la peur.
    La peur c'est aussi le jeu que sait interpréter le saltimbanque. Un jeu où les animaux ont un rôle. et qui suscitent encore une histoire.
    De fil en aiguille, chacun se rend compte de tous les récit qu'il porte en lui et qu'un seul mot suffit pour les éveiller...
    L'album Bâti sur le modèle de la cascade d'histoires, ou de la ribambelle, l'ouvra-ge est poétique et laisse une grande place à l'imaginaire.
    Il est accompagné d'un jeu de l'oie, dont le principe est simple : sur cha-que case un mot, celui qui raconte une histoire avec ce mot pour point de départ peut avancer, celui qui ne peut le faire reste sur place.
    Fourni avec un dé à jouer et un plateau en carton.

    Album finaliste du prix international Hans Christian Andersen 201.

  • Un bateau transportant une cargaison de jouets de matières premières destinés aux ateliers du Père Noël est sur le point de sombrer au milieu du 7ème continent.... Les Biomax parviendront-ils à secourir l'équipage et sa cargaison de jouets ? L'occasion d'apprendre comment les océans sont pollués et comment nous pouvons les protéger.

  • Nikou tente de finir sa maison, son bateau ou encore sa fusée en jouant avec des formes géométriques, mais rien ne fonctionne. Un album trilingue -français, créole de Martinique, anglais- pour découvrir les formes, avec des jeux, des informations et une chanson, également trilingue, avec sa partition.

  • 1, 2, 3 ! Et c'est parti pour une visite inédite du Palais Fesch, guidée par une comptine qui cherche à résoudre un mystère.
    Au fil des pages, des personnages de 17 tableaux, s'interrogent, s'interpellent, s'échappent de l'image pour explorer de nouvelles pistes !
    On suit un perroquet rouge du 17e siècle, un lion couché dans les nuages, le cygne de Léda peint par le célèbre Véronèse.
    Que d'animaux dans ces tableaux ! Un véritable petit zoo !
    Retrouve-les dans ce livret et si tu visites le Palais Fesch, tu pourras aussi t'amuser à les chercher. Seront-ils là ? Parfois un peu cachés par des peintres farceurs, ou contraire, mis en valeur ? Mystère, mystère !

empty