Histoire du monde

  • À Arusha, capitale de la Tanzanie, devant le Tribunal Pénal International pour le Rwanda, le procès des événements rwandais qui ont conduit au génocide des Tutsis touche à sa fin. En décembre 2009, son mandat doit expirer. 15 années nécessaires pour juger les principaux auteurs de ce drame, qui témoignent de façon anachronique des tensions entre justice, histoire et politique.
    C'est au regard de ce contexte que Christophe Gargot a choisi de consacrer un film qui propose un regard dense sur la fonction singulière de la justice et interroge la contribution à participer de la reconstruction. D'Arusha à Arusha, en associant la parole de Rwandais au travail laborieux d'une institution pénale internationale nous confronte de manière sensible à l'expérience d'une conscience universelle.
    Par un va-et-vient entre intérieur et extérieur, entre espace international et territoire local, D'Arusha à Arusha est le premier long-métrage documentaire sur la justice.

  • Qui se préoccupera du sort de deux « défroquées » ? Telle fut la réponse des militaires argentins à ceux qui craignaient la réaction des amies de Cathy et Léonie - deux anciennes religieuses françaises engagées au côté des plus démunis -, après leur arrestation et leur disparition, sous la dictature du général Videla en 1977.

    Leurs tortionnaires se sont trompés car, trente ans après, ici comme en Amérique latine, leur mémoire resurgit encore. Cathy et Léonie font partie des trente mille disparus d'Argentine. Leur seul crime a été de défendre les plus pauvres, de vivre au milieu d'eux, comme eux. Guidées par la foi, elles sont allées au bout de leur engagement.

    L'auteur(e) de ce livre a vécu et travaillé avec elles pendant plusieurs années. En compagnie de la cinéaste basque Audrey Hoc, créatrice du documentaire en forme de DVD qui accompagne cet ouvrage, elle a voulu retrouver les traces de leurs pas, parcourir les quartiers où elles ont partagé la vie des défavorisés, les lieux où elles ont souffert des horreurs de l'arrestation, de la prison et de la torture, avant d'être jetées, vivantes, dans l'immensité de l'océan.

    En période de crise, beaucoup de gens réclament encore une « main de fer », seule capable de redresser un pays en difficulté. Combien faudra-t-il de dictateurs, combien de milliers de victimes, pour que nous renoncions enfin à cette illusion terrifiante ? Heureusement, Cathy et Léonie sont là, toujours vivantes, qui nous montrent le chemin, car l'amour ne meurt pas

  • L'ouvrage de référence Des étrangers dans la Résistance (paru en 2002) reparaît alors que l'on va fêter en 2014 les 70 ans de la Libération de Paris. Le contenu des biographies a été actualisé et un DVD sur la traque des membres du groupe Manouchian a été inséré dans l'ouvrage.
    Durant la Seconde Guerre mondiale la résistance au nazisme en France a été l'oeuvre d'hommes et de femmes de toutes origines sociales, politiques et nationales. Parmi ceux-ci les étrangers ont occupé une place décisive. Venus en France pour des raisons économiques ou politiques - beaucoup fuyaient les fascismes - ils se sont battus pour le pays qui les avait accueillis. Ce fut aussi le cas de nombreux combattants africains et maghrébins issus des colonies, simples sujets de l'Empire français.
    La résistance de ces milliers d'étrangers, souvent anonymes, a été longtemps effacée d'une mémoire et d'une histoire qui se voulaient exclusivement nationales. Cet ouvrage retrace les raisons et les étapes d'un engagement pour la liberté dans lequel beaucoup laissèrent leur vie. Cet épisode héroïque a été d'évidence un facteur d'intégration après la guerre. Sa mémoire doit l'être également aujourd'hui.
    Illustré par une abondante documentation iconographique, souvent inédite, le récit historique de Denis Peschanski met en lumière l'une des pages les plus tragiques et les plus belles de l'histoire contemporaine : le combat de résistants venus d'ailleurs qui, dans la tourmente ont fait leur la phrase de Goethe : « Tout homme a deux patrie, la sienne et la France. » Le film de Jorge Amat, placé en fin d'ouvrage, raconte de façon passionnante la lutte, la traque et la chute du groupe de l'Affiche rouge de janvier à novembre 1943. À la manière d'une enquête documentaire le film propose une reconstitution historique croisée de la traque des membres du groupe Manouchian par la police française à partir des archives judiciaires et policières de l'époque et des archives de combattants.
    En bonus DVD : Un entretien avec Irma Mico, résistante de la Main d'oeuvre Immigrée (M.O.I.) et le témoignage de Jean-Jacques Thiéfine, commissaire honoraire.

  • Avec humour et esprit, Frédérick Gersal présente 10 personnages de l'Histoire de France qui ont marqué le Poitou. De Clovis jusqu'au général de Gaulle, voici narrés les événements, les aventures, les batailles mais aussi recensées les expressions historiques restées dans notre langage. Cet ouvrage est le fruit des conférences données par Frédérick Gersal, de 2008 à 2018, dans le cadre des Journées de l'Histoire de Monts-sur-Guesnes. Pour la première fois, l'Histoire du Poitou racontée par Frédérick Gersal est présentée dans un DVD inédit.

  • Katanga business

    Collectif

    • Luc pire
    • 31 Décembre 2009

    Un thriller économico-politique au Katanga La province du Katanga, située au sud-est de la République Démocratique du Congo (RDC), est l'une des plus riches régions du monde. Elle produit du cuivre et du cobalt, mais aussi de l'uranium et d'autres minerais stratégiques.Les anciennes mines, creusées par les Belges au début du XXe siècle, et qui constituèrent la puissante Union Minière du Haut Katanga durant la période coloniale, sont en pleine réhabilitation.

  • En 2013, le mouvement Ar Falz, fondé en 1933 par Yann Sohier pour la défense et à la promotion de la culture bretonne, célébrait son 80e anniversaire.
    La même année, le Centre d'études des Mondes africains et l'université de Paris 1 Panthéon, consacraient un grand colloque international à l'historien universitaire Yves Person (1925-1982), plus de 30 ans après sa mort, avec de nombreux intervenants, pour moitié venus d'Afrique.
    Le Trégorrois Yves Person était aussi un membre actif d'Ar Falz, dont il fut même le président. Pendant une vingtaine d'années, la revue Ar Falz a eu la primeur de ses articles, dont on peut apprécier à nouveau la qualité et l'actualité à travers plusieurs publications récentes.
    Au cours de la journée d'études organisée à l'université de Bretagne occidentale (Brest) par Ar Falz, les intervenants venus de Bretagne, de Paris, de Nice, d'Allemagne et d'Afrique ont souligné l'originalité de l'oeuvre d'Yves Person.

empty