Albin Michel

  • Au début des années 1860, l'Amérique décide d'en finir une bonne fois pour toutes avec les Indiens. C'est principalement dans les Grandes Plaines que des tribus entendent résister à l'avancée des Blancs. La guerre de Sécession terminée, c'est à l'armée qu'incombe la tâche de régler le problème indien. Ironie de l'histoire, le 25 juin 1876, le général Custer et son régiment sont anéantis par l'ennemi sur les rives de la Little Bighorn. Ce jour-là, Crazy Horse et Sitting Bull infligent à l'Amérique sa plus désastreuse défaite. Et pourtant, elle annonce la fin d'un monde : lors des années qui vont suivre, tous les Indiens finiront parqués sur des réserves.
    C'est la version indienne de l'Histoire que James Welch s'attache ici à faire revivre. Relatant par-delà les mythes et les malentendus un des épisodes les plus sombres de l'histoire américaine, il dit la fierté et le désespoir d'un peuple privé de ses droits, devenu étranger sur sa propre terre.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, le territoire couvert aujourd'hui par le Nouveau-Mexique, l'Arizona et le Nord du Mexique fut le théâtre d'une tragédie marquée par la violence, la perfidie et la cruauté. Dans cette lutte sans merci, les chefs apaches n'auront de cesse de défendre leur patrie, alors que leurs ennemis n'aspirent qu'à leur mort, leur déportation ou leur parcage sur des réserves. Peu de chefs indiens auront exercé une aussi grande fascination que les figures désormais légendaires de Cochise et Géronimo. Sous la plume de David Roberts, écrivain et journaliste, cette histoire des guerres apaches devient une véritable épopée. II nous donne à lire une immense fresque épique, remarquablement construite et mise en scène, qui porte un regard particulier sur le rapport entre des cultures différentes et sur les peuples qui combattent pour leur liberté.

    En stock

    Ajouter au panier
  • La conquête et la colonisation du continent nord-américain par les puissances européennes puis par les Américains furent marquées par une longue série de conflits avec les nations indiennes qui peuplaient déjà l'ensemble du territoire bien avant l'arrivée de l'homme blanc. De cadeaux de pacotille en négociations truquées, de promesses jamais respectées en traités violés, de déportations massives en attributions de réserves misérables, c'est par la guerre que les Blancs ont imposé leur vision du Nouveau Monde au nom de la « civilisation » et de la « vraie religion ».Depuis l'arrivée du Mayflower en 1620 jusqu'au massacre de Wounded Knee en 1890 où s'achève la conquête, Robert Marshall Utley et Wilcomb E. Washburn, spécialistes de la question indienne, retracent les trois cents ans de la dramatique résistance indienne à l'avancée inexorable des colons, sur tout le territoire américain. Des Cherokees, Iroquois, Séminoles, Cheyennes, Apaches, Sioux et des autres tribus, ils font revivre les figures légendaires, Sitting Bull, Géronimo, Cochise, ou moins connues mais tout aussi déterminantes, comme Pontiac, Tecumseh, Black Hawk ou Chef Joseph...Reprise en poche d'un grand format paru en 1992.

    En stock

    Ajouter au panier
  • La supériorité de l'économie européenne sur celle de la Chine a longtemps fait figure d'évidence, en particulier chez les historiens occidentaux. Au moment où l'actualité proclame ce qu'il y avait de transitoire dans cette suprématie, le livre de Kenneth Pomeranz pose la question de son caractère inéluctable. Récusant l'idée qu'une telle hiérarchie soit à chercher dans les civilisations elles-mêmes, il s'interroge sur la manière dont chacune a su résoudre les problèmes économiques, écologiques et géopolitiques posés par les processus de développement et par l'essor de l'industrie. C'est toute l'histoire de la mondialisation de l'économie depuis 1750 qui fait ici l'objet d'un nouvel examen, remettant en cause bien des idées reçues, tant sur l'Europe que sur la Chine, l'Inde ou les deux Amériques. On comprend ainsi que c'est l'inégale allocation géographique des ressources en charbon et la conquête du Nouveau Monde qui ont donné l'impulsion finale à l'économie européenne.

    Dès sa parution en 2000, Une grande divergence a soulevé chez les historiens et économistes du monde entier un débat qui est loin d'être clos sur la naissance d'une économie globalisée. Sa traduction permettra aux lecteurs français de mesurer l'importance d'un livre unique, tant par sa perspective effectivement mondiale que par l'ampleur de son information et l'originalité de ses thèses.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Lakota woman : ma vie de femme sioux

    Mary Crow Dog

    • Albin michel
    • 9 Juin 2021

    Mary Crow Dog est une Indienne, de la nation Sioux Lakota. Née en 1954, elle grandit sur une réserve du Dakota du Sud dévastée par le chômage et l'alcoolisme. Cette violence du quotidien conjuguée au racisme ordinaire l'amènent, à l'adolescence, à rejoindre l'American Indian Movement. Elle est ainsi de ceux qui, encerclés par l'armée et le FBI, occupent Wounded Knee en 1973. C'est là qu'elle met au monde son premier enfant et devient pour les siens OhitiKa Win - « Femme Brave ».
    Publié pour la première fois en 1990 et récompensé par l'American Book Award, ce témoignage poignant est sans équivalent dans la littérature indienne. La voix de Mary Crow Dog, décédée en 2013 à l'âge de 58 ans, reste unique, elle qui raconta avec une violence et une noblesse sans égales le parcours d'un peuple à la redécouverte de lui-même, dans une Amérique qui cherche à l'ignorer. Elle fut aussi la première à évoquer la vie des femmes indiennes dans l'ombre des hommes « braves », et son combat reste une source d'inspiration pour toutes celles qui, de par le monde, continuent à se battre pour leurs droits.

    En stock

    Ajouter au panier
  • En 1542, soit un demi-siècle après le premier voyage de Christophe Colomb dans le Nouveau Monde, les monarques ibériques interdirent l'esclavage des Indiens aux Amériques, du littoral oriental des Etats-Unis jusqu'à la pointe de l'Amérique du Sud. Pourtant, comme le révèle ici l'historien Andrés Reséndez, il a perduré pendant des siècles sur tout le continent. Des centaines de milliers d'autochtones ont ainsi été victimes de kidnapping et d'asservissement brutal, envoyés dans l'enfer des mines d'or ou livrés aux pionniers en tant qu'esclaves, y compris aux Etats-Unis, jusqu'à la seconde moitié du XIXe siècle.
    Cet esclavage de masse a décimé les populations amérindiennes aussi sûrement que les maladies apportées et transmises par les Européens : à travers des documents inédits, ce récit terrible et passionnant en apporte la preuve. Alors que de nombreux pays, et les Etats-Unis en particulier, sont aux prises avec l'héritage du passé, Andrés Reséndez dévoile un chapitre essentiel d'une histoire douloureuse à laquelle il est plus que jamais nécessaire de se confronter.

  • Les indiens d'Amérique du Nord

    Catlin-G

    • Albin michel
    • 17 Octobre 2007

    " peintre des indiens " comme, un siècle plus tard, edward sheriff curtis fut leur photographe, george catlin (1796-1872) a voué sa vie et son oeuvre à un peuple qu'il pressentait menacé de disparition.
    Sa rencontre, à philadelphie, avec une délégation de chefs indiens le marque profondément. au début des années 1830, il parcourt en tous sens l'ouest américain, s'aventurant à l'intérieur de territoires inexplorés où il rencontre une cinquantaine de tribus. pendant huit ans, il observe et note tout, en témoin privilégié. ce livre est le récit de cet extraordinaire voyage où il dépeint des paysages grandioses, une flore et une faune uniques, mais surtout les indiens, conquis par " leur dignité, leur beauté, leur indépendance naturelles ".
    A travers les scènes de la vie quotidienne, de chasse et de guerre, coutumes ou cérémonies religieuses, c'est tout un monde qu'il immortalise. un document historique et ethnologique inestimable.

  • L'empire de la lune d'été ; la grande épopée des Comanches

    S. C. Gwynne

    • Albin michel
    • 28 Mars 2012

    Ce livre relate deux histoires extraordinaires. D'un côté l'ascension et le déclin des Comanches, de l'autre la formidable histoire de Cynthia Ann Parker, blanche enlevée par les Indiens à l'âge de neuf ans (qui inspirera à John Ford La Prisonnière du désert) et de son fils métis, Quanah, le dernier et le plus grand chef comanche.
    Craints par les Espagnols, les Français et plus tard les Mexicains et les Américains, les Comanches ont bâti pendant deux siècles un véritable empire, du Texas au Nouveau-Mexique. Redoutés pour leur bravoure au combat, leur génie militaire et leur férocité, ces cavaliers d'élite ont mené de 1840 à 1880 une lutte acharnée pour défendre leur territoire et leur mode de vie. Jamais défait au combat, Quanah Parker les fera entrer dans la légende.

  • Longtemps tenus à l'écart de l'écriture de l'histoire de leur pays, les indiens ont pâti d'une image négative et souvent fausse, leur destin se dessinant en creux dans la rhétorique conquérante des Etats-Unis.
    Pourtant, leur présence reste irrémédiablement inscrite dans la topographie d'un continent à jamais résonnant de leurs noms et de leurs langues.
    Des récits de voyage de Jacques Cartier et Samuel de Champlain à Bill Clinton et George W. Bush, ce livre aborde pour la première fois l'histoire indienne comme une dimension générale de l'histoire américaine. Rassemblant les grands textes - parfois méconnus ou inédits - de ces cinq siècles où hommes rouges et hommes blancs se découvrent, se rencontrent, s'affrontent et finalement tentent de vivre ensemble, il fait écho aux lieux de la mémoire indienne, et met en parallèle les voix de grandes figures tribales et celles de présidents, de militaires mais aussi de journalistes et écrivains qui se sont faits les chroniqueurs des tragiques étapes de ce choc des cultures.
    Deux cultures et deux visions du monde qui cherchent peut-être enfin, aujourd'hui, à se rejoindre.

  • Monumental et captivant, un essai révolutionnaire qui bouleverse notre vision historique et culturelle des Amériques avant Christophe Colomb. Synthèse des découvertes les plus récentes, fruit du travail colossal d'archéologues, d'anthropologues, de scientifiques et d'historiens, le livre de Charles C. Mann nous montre pour la première fois le vrai visage des mondes précolombiens. Une mosaïque de peuples, de langues, de cultures, d'empires, de cités puissantes, souvent plus riches et plus vastes que celles d'Europe ; un creuset de civilisations brillantes et évoluées, soucieuses de leur environnement.

    Et non pas le continent vierge et sous-exploité que l'Histoire officielle a voulu nous présenter. De la forêt amazonienne aux plateaux andins des Incas, du Mexique maya, olmèque ou aztèque aux villages des Iroquois, 1491 rétablit une vérité historique longtemps niée et nous entraîne au coeur d'un voyage fantastique à travers des Amériques que nous découvrons peut-être pour la première fois sous leur véritable jour.

  • En 1877, les Nez-Percés ont effectué l'un des voyages les plus incroyables de l'histoire de l'Ouest américain. Alors que des vagues d'immigrants européens déferlaient sur le nord-ouest des Etats-Unis, sept cents Indiens, en majorité des vieillards, des femmes et des enfants, durent s'enfuir de leur territoire ancestral pour protéger leur liberté. Pendant des semaines, ils ont tenu en échec l'armée américaine et parcouru plus de deux mille kilomètres dans des conditions difficiles. Cet exode s'est terminé tragiquement alors qu'ils étaient sur le point de trouver refuge au Canada.
    Tandis qu'il refait à son tour le voyage des Nez-Percés, Brian Schofield dévoile au lecteur l'incroyable histoire de cette tribu qui a rencontré les Blancs très tardivement, au début du XIXe siècle. Dans l'Amérique d'aujourd'hui, il découvre également le coût humain et environnemental de la Conquête de l'Ouest et, à partir de l'histoire remarquable et poignante des Nez-Percés, il fait la synthèse de cette relation cruelle et particulière que les Etats-Unis ont entretenue avec les peuples indiens à travers l'histoire et jusqu'à présent.

  • Si 1491 dressait un état des lieux des cultures précolombiennes avant la découverte de l'Amérique, le nouveau livre de Charles C. Mann a pour sujet ce que l'on appelle scientifiquement " l'échange colombien ", c'est-à-dire l'incroyable circulation de matières premières, de plantes et d'animaux qui s'est développé à partir de 1492 entre le Nouveau Monde et le reste de la planète.
    Archéologues, scientifiques, botanistes, entomologistes, anthropologues, géographes, biologistes et historiens ont souligné au fil des recherches récentes combien cet " échange colombien " a profondément façonné le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui. Ses conséquences ont été colossales sur les plans politique et humain avec la légalisation de l'esclavage des Noirs et le commerce triangulaire, mais aussi biologique : certains animaux, plantes et micro-organismes sont transplantés aux Amériques, d'autres les quittent pour le reste du monde, et ces changements écologiques ne sont pas sans conséquences. On peut dire que Christophe Colomb ne découvre pas seulement le Nouveau Monde mais qu'il crée aussi, à son insu, un monde nouveau.
    C'est cette histoire formidable que révèle Charles C. Mann, qui nous offre une relecture passionnante de ce moment-clé de l'histoire de l'humanité, sans réel équivalent, et qui a façonné le monde moderne.

  • « Nous ne pouvons pas effacer les tragédies du passé, mais nous pouvons créer un futur dans lequel tous les peuples de notre pays pourront partager le rêve américain. Célébrons à travers cet ouvrage la culture des ''Premiers Américains''. » Bill Clinton (extrait de la préface) Véritable odyssée à travers le continent, de l'Alaska à l'Arizona, du Montana au Texas, ce livre exceptionnel mêle photos et textes de personnalités tribales, religieuses ou politiques, artistes ou descendants de chefs illustres (dont John Trudell, Russell Means, Leonard Peltier ou N. Scott Momaday) pour un voyage inoubliable. Voyage dans le passé et le présent des cultures indiennes nord-américaines, mais aussi au coeur de l'histoire d'une terre sacrée, des commencements du monde à l'Amérique de George W. Bush. « L'équivalent pour le XXIe siècle de l'oeuvre de Edward S. Curtis : la collection photographique de notre époque sur les Indiens d'Amérique. » The Guardian « Un ouvrage remarquable et d'une grande beauté. » The Los Angeles Times

  • Crazy horse, une vie de héros

    Marschall Iii - J

    • Albin michel
    • 2 Mai 2007

    Aux côtés de Sitting Bull et de Geronimo, Crazy Horse est l'un des grands héros indiens de l'Histoire. Sa mort en pleine jeunesse (il est assassiné à trente ans en 1877), sa résistance acharnée face aux envahisseurs blancs (il ne signera aucun traité), sa victoire sur le général Custer à Little Big Horn en font un personnage charismatique, une figure christique ou un héros de tragédie.
    Le jeune chef de guerre sioux est apparu maintes fois dans les livres, au cinéma ou à la télévision, mais jamais l'un des siens n'avait entrepris de raconter le destin exceptionnel de cet homme " de l'intérieur ", de le raconter à travers les siens.
    Ce livre est le fruit d'une longue intimité entre deux hommes qui appartiennent au même peuple, à la même culture, mais que plus d'un siècle sépare. Il est l'aboutissement d'années de rencontres et de recherches.
    De sa naissance dans les années 1840 à sa mort devant la prison de Fort Robinson (Nebraska), Crazy Horse nous apparaît plus proche qu'on aurait pu l'imaginer, grâce au talent de Joseph Marshall qui transporte le lecteur dans un univers sur le point de disparaître à jamais.

  • Guerres indiennes - du mayflower a wounded knee

    Washburn/Utley

    • Albin michel
    • 1 Janvier 2000

    La conquête et la colonisation du continent nord-américain par les puissances européennes puis par les américains furent marquées par une longue série de conflits avec les nations indiennes qui peuplaient déjà l'ensemble du territoire bien avant l'arrivée de l'homme blanc.

    De cadeaux de pacotille en négociations truquées, de promesses jamais respectées en traités violés, de déportations massives en attributions de réserves misérables, c'est par la guerre que les blancs ont imposé leur vision du nouveau monde au nom de la " civilisation " et de la " vraie religion ".
    Depuis l'arrivée du mayflower en 1620 jusqu'au massacre de wounded knee en 1890 oú s'achève la conquête, robert m.
    Utley et wilcomb e. washburn, spécialistes de la question indienne, retracent les trois cents ans de la dramatique résistance indienne à l'avancée inexorable des colons, sur tout le territoire américain. des cherokees, iroquois, séminoles, cheyennes, apaches, sioux et des autres tribus, ils font revivre les figures légendaires, sitting bull, géronimo, cochise, ou moins connues mais tout aussi déterminantes, comme pontiac, tecumseh, black hawk, chef joseph.

    C'est un véritable tour de force d'embrasser ainsi trois siècles de conflits. passionnant et parfaitement documenté, ce livre qui est une référence aux etats-unis est une contribution unique à l'histoire de la terre indienne.

  • Histoire des indiens des etats-unis

    Debo Angie

    • Albin michel
    • 26 Avril 1994

    Pour les Indiens d'Amérique du Nord, dont l'histoire sur le continent remonte à près de vingt mille ans, l'arrivée des Européens s'est traduite par une remise en question dramatique de leur culture, de leurs traditions et de leur existence même.
    Des premières confrontations avec les colons blancs jusqu'à l'époque contemporaine où ils ont réussi à faire valoir leurs droits et à retrouver un héritage ancestral, Angie Debo raconte avec passion quatre siècles d'histoire des Etats-Unis dans laquelle les Indiens ont joué un rôle déterminant.
    Les événements majeurs, les actes politiques, les combats, les grandes figures, le destin des tribus composent cette impressionnante geste des nations indiennes dont elle célèbre l'esprit de résistance et la volonté de survie. De cette synthèse aussi documentée que passionnante, l'Académie américaine des Sciences sociales et politiques a estimé qu'elle était "sans nul doute la meilleure histoire des Indiens des Etats-Unis".

  • Sioux, Cheyennes, Comanches, Kiowas, Pieds-Noirs ou encore Arapahos : les Indiens des Plaines incarnent toujours, aux yeux du grand public, l'archétype de l'Indien d'Amérique du Nord.
    Rarement culture aura autant frappé les esprits et les imaginations. De Buffalo Bill à Danse avec les loups, ces cavaliers nomades, chasseurs de bisons, ont été immortalisés dans la littérature et la bande dessinée, au cinéma et à la télévision. Par-delà l'imagerie populaire et les clichés, c'est le portrait d'une culture fascinante que dresse Paul Carlson à travers un récit vivant et érudit, où il est autant question d'organisation sociale, politique, militaire, économique que religieuse.
    De la préhistoire à nos jours, où les Indiens des Plaines redonnent vie à leur spiritualité et à leurs traditions, l'historien américain retrace les grands moments d'une aventure où le choc des cultures, notamment lors de la conquête de l'Ouest, tient une large part.
    Salué par la presse américaine comme l'un des meilleurs ouvrages sur le sujet, le livre de Paul Carlson s'impose déjà comme un classique.

  • Sous le signe de l'anti-colonialisme et de l'anti-impérialisme, les colons d'Amérique ont acquis leur indépendance après une guerre décisive contre la Grande-Bretagne. Dès ses débuts, la jeune République se heurte pourtant à la présence des peuples indiens qu'elle reconnaît paradoxalement comme légitimes propriétaires de la terre. Comment alors concilier les principes fondateurs et l'appropriation des terres ? Cherchant à légitimer leurs actes, les conquérants devront constamment réécrire leur histoire et l'Histoire.
    L'Entaille rouge, c'est précisément la marque laissée par les nations indiennes dans l'épopée américaine, de 1776 à nos jours. Au terme d'une enquête minutieuse, Nelcya Delanoë en retrace l'historique tout en reconstituant l'édification de la démocratie américaine.
    Aujourd'hui détenteurs légitimes, par une ironie de l'histoire, de ressources énergétiques enfouies dans le sous-sol de leurs réserves, les Indiens suscitent de nouveau envies et menaces. D'autant plus qu'ayant reçu la bénédiction du gouvernement fédéral pour ouvrir des casinos, ils concurrencent ainsi Las Vegas. En cette fin de siècle, à quel poker menteur se livrent donc les Américains et les Amérindiens après avoir si longtemps joué aux cow-boys et aux Indiens ?

  • La terre pleurera ; une histoire de l'Amérique indienne

    James Wilson

    • Albin michel
    • 25 Septembre 2002

    Ce livre révolutionnaire retrace la longue histoire des Indiens d'Amérique du Nord. Couvrant plus de cinq siècles - des premiers contacts avec les Européens aux actions des militants d'aujourd'hui - il fait appel à l'ethnographie, à l'archéologie, à la tradition orale et s'appuie sur les recherches menées par l'auteur des années durant afin de restituer l'épopée d'un véritable affrontement entre deux cultures.
    Rétablissant une vérité historique trop longtemps ignorée, cet ouvrage passionnant dévoile pour la première fois le regard des Indiens sur le passé et le présent de l'Amérique.

  • Avant l'arrivée des Blancs, la tradition orale constituait l'unique mode de transmission des contes, légendes et récits des Indiens d'Amérique du Nord. Richard Erdoes, écrivain, et Alfonso Ortiz, anthropologue, ont rassemblé un grand nombre de ces histoires léguées de génération en génération. Puisées aux meilleures sources ethnologiques du XIXe siècle ou exprimées par des voix contemporaines, ces légendes, émanant de nombreuses tribus, proviennent de tout le continent nord-américain. Les mythes de la création du monde et des êtres vivants, les récits guerriers et les figures héroïques, les fables animalières, les contes surnaturels ou les visions prémonitoires ici regroupés n'ont pas seulement pour but le divertissement ; ils donnent une forme concrète à un ensemble de croyances et de traditions, véritable miroir d'une philosophie et d'une spiritualité. Provenant du coeur et de l'âme de ces peuples longtemps méconnus, ces textes témoignent de la richesse des cultures indiennes qui n'ont pas attendu la découverte du Nouveau Monde pour exister.

  • En 1492 Christophe Colomb pensait apporter la Civilisation au Nouveau Monde ; cinq siècles plus tard, il est temps de reconnaître à quel point le Nouveau Monde a influencé notre civilisation.
    Jack Weatherford, professeur d'anthropologie, nous invite dans ce livre étonnant à faire l'état de l'inestimable contribution des peuples amérindiens à notre histoire collective : de nos habitudes alimentaires (60% des aliments consommés aujourd'hui viennent des Amériques) à nos techniques agricoles, de nos connaissances médicales (dont la quinine et l'aspirine) à nos modes de gouvernement, de notre développement économique (grâce aux masses d'or et d'argent des Aztèques et des Incas) à nos systèmes de pensée (les sociétés indiennes ayant inspiré Montesquieu, Rousseau ou Marx). Cinq siècles après Christophe Colomb, l'Amérique est encore à découvrir...

empty