Autrement

  • Histoire de l'islande - ce petit pays qui fascine le monde

    Bjarnason Egill

    • Autrement
    • 3 Novembre 2021

    Terre mystérieuse aux confins de l'Atlantique Nord, île de volcans, de glaciers et d'aurores boréales, l'Islande fascine. Pourtant, on ignore souvent tout de l'histoire de ce petit pays de 350 000 habitants.Des assauts des Vikings vers 900 à l'élection de la première femme chef d'État (en 1980, pour 4 mandats successifs), cet ouvrage passionnant nous ouvre les portes d'un pays légendaire.On y apprend qu'on lui doit un peu du Seigneur des anneaux (la baby-sitter des Tolkien était islandaise), le rôle décisif joué par sa jeune diplomatie dans la création d'Israël, ou encore que l'éruption du volcan Laki en 1783 n'est pas sans lien avec la Révolution française, par son impact sur l'agriculture de toute l'Europe.Une histoire étonnante, pour dépasser les idées reçues et mieux connaître ce pays moderne qui occupe une place tout à fait singulière en Europe et dans le monde.

  • Alors que le mouvement des droits civiques commence à embraser l'Amérique des années 1950, les hôpitaux psychiatriques attestent d'une étrange évolution du diagnostic de la schizophrénie : jusque-là réservée aux intellectuels et aux femmes au foyer blanches, la maladie devient soudain l'apanage d' une nouvelle catégorie d'individus - majoritairement des hommes noirs et en colère.
    C'est en se plongeant dans les archives de l'hôpital d'État d'Ionia (Michigan) que le psychiatre Jonathan Metzl a fait cette découverte stupéfiante. D'inhibés qu'ils étaient, les « nouveaux» schizophrènes se voient qualifiés de belliqueux ou de paranoïaques et, parallèlement, sous la plume des grands psychiatres de l'époque, la schizophrénie devient une « psychose de révolte ». Plus encore, l'abus diagnostique s'immisce dans le langage courant au point que même Martin Luther King ou Stokely Carmichael le reprendront à leur compte, faisant de la schizophrénie une image de l'identité afro-américaine scindée en deux par l'hégémonisme blanc.
    Dans cet ouvrage passionnant, J. Metzl met au jour un racisme institutionnel d'un genre nouveau : l'instrumentalisation de la psychiatrie à des fins de domination des populations. Un ouvrage plus que jamais nécessaire, à l'heure où l'urgence de déconstruire toute forme de racialisation apparaît de façon toujours plus éclatante.

  • La guerre de palestine ; derriere le mythe ; 1948

    ,

    • Autrement
    • 22 Août 2002

    La Nakba, la "catastrophe" : tel est le nom que les Palestiniens donnent à la guerre de 1948, événement désastreux qui provoqua le départ de quelque 850 000 réfugiés palestiniens.
    Du côté israélien, 1948 fut une guerre d'indépendance victorieuse qui aboutit à la création de l'Etat d'Israël. Israël s'est construit autour de cet événement, politiquement et "symboliquement". Très tôt, l'historiographie israélienne s'est emparée de cette victoire pour en tirer des "mythes fondateurs", tels que "une terre sans peuple pour un peuple sans terre", "les Palestiniens ont fui les combats volontairement", ou encore "Israël a accepté la partition de l'ONU en 1947 alors que les Arabes l'ont refusée"...
    Tous ces récits mythiques sont ici revisités et, souvent, mis à mal. Depuis quelques années déjà, se développe en effet en Israël une nouvelle historiographie qui remet en cause la version officielle israélienne des faits, et notamment le problème des réfugiés palestiniens. Eugene L. Rogan et Avi Shlaim, deux éminents historiens du Moyen-Orient contemporain, ont rassemblé les contributions des meilleurs "nouveaux historiens" israéliens et universitaires arabes et occidentaux, pour offrir un regard totalement neuf sur la guerre de 1948, afin d'en comprendre les enjeux historiques et contemporains.
    Avec Fawaz A. Gerges, Rashid Khalidi, Joshua Landis, Benny Morris, Laila Parsons, Charles Tripp.

  • S-21 ou le crime impuni des Khmers rouges

    David Chandler

    • Autrement
    • 1 Janvier 1945

    Prison d'Etat, prison secrète, S-21 fut l'expression physique de la volonté sans borne des Khmers rouges de nettoyer le pays des "ennemis de l'intérieur" : entre 1975 et 1979, près de 14 000 hommes, femmes et enfants, y furent incarcérés, torturés et exécutés.
    S-21 fut une machine à broyer les hommes, mais une machine procédurière : tous les "aveux" de crimes contre-révolutionnaires, qu'ils aient été effectifs ou inventés par un régime totalitaire devenu paranoïaque, étaient arrachés aux prisonniers, souvent sous la torture la plus violente, et consignés par écrit. Parmi les plus grands spécialistes de l'histoire récente du Cambodge, David Chandler, Professeur émérite à l'Université Monash à Melbourne en Australie, nous livre ici une analyse des archives de S-21, auxquelles il ajoute des entretiens avec des survivants et d'anciens employés de la prison afin de faire entendre les voix d'un peuple laminé par un génocide détruisant le quart de la population (près de deux millions de personnes), et resté impuni.
    Comment une institution telle que S-21 a-t-elle pu exister ? Quelle était la part d'héritage cambodgien, la part de communisme et la part d'universalité dans ce que fut S-21 ?

  • Vies privees des egyptiens ; nouvel empire 1539-1075

    Lynn Meskell

    • Autrement
    • 5 Avril 2002

    Famille, mariage, divorce, sexualité... Comment se déroulait la vie privée des Egyptiens pendant le Nouvel Empire, à l'époque de Akhenaton, Ahmôsis et Ramsès II ? Comment percevaient-ils l'amour et quelle importance donnaient-ils à la sensualité et à l'érotisme ? Quelle était la place de la femme dans la société ? Vie, mort et au-delà... Quelles étaient les croyances, les représentations et les pratiques ?
    Lynn Meskell aborde toutes ces questions à partir de sources archéologiques, iconographiques et écrites issues principalement du village de Deir-el-Medineh, et d'innovations théoriques récentes. Elle reconstruit la vie sociale et privée des Egyptiens, non pas les pharaons et les élites, mais les Egyptiens "ordinaires", de leur naissance à leur mort, s'attachant toujours à mettre en relief les différences - qu'il s'agisse de leur origine ethnique, de leur statut marital, de leur genre, ou de leur activité professionnelle. Elle donne ainsi de la chair à tous ces gens dont nous connaissions si peu de chose.
    Grande érudite, chercheuse et archéologue de pointe, Lynn Meskell apporte ici un regard à la fois neuf et accessible sur le vécu des Egyptiens.

  • Atlas historique de l'irlande

    , ,

    • Autrement
    • 1 Janvier 1945

    Un simple coup d'oeil sur la carte donne de l'Irlande l'image d'une petite île isolée aux marches occidentales de l'Europe.
    De nombreux peuples se sont pourtant établis, les uns après les autres, dans cette contrée lointaine. Ils y ont forgé une dynamique historique dont les échos dispersés résonnent aujourd'hui dans presque toutes les métropoles de la planète, empruntant d'inimitables accents de Cork ou du Connemara, du Donegal ou de Dublin.
    Cet atlas tente d'expliquer, de manière visuelle et accessible, le déroulement de l'histoire irlandaise et l'impact remarquable qu'exerce sur le monde ce petit pays.
    L'histoire humaine de l'Irlande commence il y a dix millénaires environ, lorsque les premiers hommes traversèrent le pont de terres qui la reliait jadis à l'Ecosse. Il n'y a pas plus de deux mille ans vint le tour des ancêtres des Gaels qui, au bout de plusieurs siècles d'adaptation, donnèrent et continuent à donner à l'île son identité distincte.
    Au cours des mille ans qui nous précèdent, Vikings, Normands, Anglais et Ecossais ont laissé leur marque sur le paysage culturel, religieux et linguistique de l'Irlande. Ils lui ont également légué des schismes qui survivent encore de nos jours.
    Rédigé par six spécialistes, chacun expert en son domaine, L'Atlas historique de l'Irlande donne une vue d'ensemble inédite de l'histoire d'un peuple. Cartes et textes se conjuguent pour aborder en profondeur des sujets aussi divers que le développement du christianisme, la nature de la colonisation normande, l'impact de la Réforme, les guerres d'Elizabeth Ire, de Cromwell et de Guillaume III, le renouveau de l'Eglise catholique, la Grande Famine, la montée du nationalisme, les conflits de l'indépendance et, enfin, la genèse du conflit actuel en Irlande du Nord.

empty