Noir Sur Blanc

  • La route d'hiver ; Iakoutie, 1922-1923

    Léonid Youzéfovitch

    • Noir sur blanc
    • 5 Mars 2020

    À Saint-Pétersbourg, les bolcheviks ont déjà gagné la guerre civile. Mais en Sibérie, à l'extrême est de la Russie, les Iakoutes résistent et tentent un dernier assaut contre l'Armée rouge. En 1922, le général Anatoli Pepeliaïev, poète à ses heures, défenseur de la justice et de la liberté, rassemble les soldats dispersés de l'Armée blanche et met sur pied un détachement de volontaires pour soutenir l'insurrection iakoute.

    Face à lui se dresse un commandant de l'Armée rouge, Ivan Strod, anarchiste et futur écrivain à succès. Lui aussi est une figure énigmatique de la révolution de 1917. Les deux hommes, guidés par des idéaux très proches, sont devenus ennemis par la force du destin.

    Dans cet épisode méconnu de la guerre civile russe, Youzefovitch dépeint les passions humaines : l'amour et la souffrance individuelle qui se cachent derrière les idéologies, la soif de justice, mais aussi l'ambivalence des personnages, tout à la fois oppresseurs et victimes. Au coeur du récit, la rivalité tragique des deux héros, dans les neiges de Sibérie, se révèle comme une captivante histoire de vie, d'amour et de mort.

  • Franceska michalska naît en 1923 dans une famille polonaise de volhynie.
    L'univers paisible, campagnard et tolérant de son enfance ne tarde pas à se fissurer. les autorités politiques soviétiques décident de mettre au pas la région. aux arrestations et exécutions arbitraires (deux de ses oncles sont fusillés) succède la grande famine des années 1932-33, provoquée pour affaiblir les paysans opposés à la collectivisation de l'agriculture. elle épargne sa famille, mais des voisins figurent parmi les millions de victimes.
    En juin 1936, le village entier est déporté en wagons à bestiaux, puis en camions vers une destination inconnue. après un mois d'un voyage très éprouvant, on les dépose dans la steppe désertique du nord du kazakhstan. la vie s'y organise malgré l'isolement, les privations et les maladies. en 1941, l'auteur décide de se lancer dans la médecine. elle entame un véritable parcours du combattant qui l'entraîne d'alma-ata, à kharkov et czernowitz et jusqu'à wroclaw oú elle termine ses études d'infirmière, puis de sage-femme.
    Sa pugnacité et sa capacité à survivre aux pires difficultés ont raison des obstacles. se nourrissant au mieux de pain séché mélangé à de l'eau, souffrant du froid et de la peur, elle réussit aussi grâce à des rencontres avec des personnes bienveillantes. ce bref récit autobiographique, rédigé avec une économie de mots certaine, sans aucun effet de style, parvient à nous toucher par sa sincérité, et son authenticité.
    Il s'en tient purement aux faits, sans porter le moindre jugement. ce témoignage éclaire un pan peu connu de l'histoire du xxe siècle. au-delà des horreurs qu'il relate, c'est aussi une formidable leçon de volonté et de courage. l'auteur réussit à forcer son destin, à échapper à un système coercitif redoutable programmé pour anéantir toute velléité de résistance individuelle. accrochée à la vie envers et contre tout, elle nous apporte un message d'espoir.

  • Helvétie, terre d'accueil...

    Collectif

    • Noir sur blanc
    • 11 Octobre 2000

    Le présent recueil de photographies est issu de limportante collection de documents réunie par la Fondation Archivum Helveto-Polonicum, dédiée aux relations entre la Suisse et la Pologne. Il est consacré aux années vécues en Suisse par les 16 000 soldats polonais internés pendant la Seconde Guerre mondiale.

    Ce livre se veut un simple témoignage sur une page méconnue de l'histoire de ces deux nations. Il déroule, à la manière d'un film, l'arrivée de ces hommes depuis la France et leurs multiples activités quotidiennes englobant les travaux d'intérêt public, mais aussi les études, les loisirs ou encore les contacts avec la population locale.

    Il illustre, en outre, à travers le vécu personnel des soldats polonais, d'un côté l'attitude de la Suisse officielle et de l'autre celle de la population suisse face au problème de l'intégration des internés.

empty