Edilivre

  • Lors du "Printemps arabe", en Tunisie d'abord, puis en Egypte, le mot s'est imposé : "Dégage !" Ce dégagisme ne correspondait pas à un programme, mais il a électrisé le globe car d'un coup on retrouvait la faille, la brèche, le vide qui ouvre sur la pluralité des possibles et libère la pensée et l'action. Préalable à la transformation, l'aspiration multiforme à dégager l'horizon est un de ces " fragments de modernité " qui amorce les beaux jours.

    Editorial par Philippe Lemoine, président du Forum d'Action Modernités 10 articles principaux structurent cette publication qui suit un mouvement en 3 temps : Dégage ! Libère ! Respire !

    "Dégage !" : après leur Manifeste du dégagisme, les Belges Laurent d'Ursel, Xavier Löwenthal et Nicolas Marion déconstruisent le dégagisme en [r] du temps; Valérie Peugeot s'attaque au Big data comme mythe et source d'illusion; Frédéric Joignot dégage le storytelling.

    "Libère !" : Il s'agit d'en appeler aux forces de la vie, en contribuant à briser leurs chaînes. Les forces de l'esprit d'abord avec Didier Toussaint qui "libère l'homme de son loup"; les forces de l'art ensuite avec Matthias Leridon qui veut en finir avec l'art dépressif ! Les forces de l'agir enfin avec les leçons que Florence Devouard a tiré de son expérience à la tête de Wikipédia.

    "Respire !" : Laisser respirer l'économie et la vie sociale avec Thanh Nghiem qui défend la pollinisation et le partage pour dessiner notre nouvel horizon. Laisser respirer la connaissance, en se libérant avec Michel Wieviorka du nationalisme méthodologique et en mettant les sciences sociales à l'heure de la cosmopolitisation du monde. Laisser respirer nos passions et nos envies, avec l'appel que lance l'urbaniste Philippe Gargov à une ville plus baisable. Laisser respirer la diversité de l'humanité comme condition de son enrichissement, comme l'illustre l'écrivain Daniel Tammet.
    Le Forum d'Action Modernités est un réseau d'idées et d'actions qui a pour ambition d'imaginer la modernité du XXIe siècle en proposant des représentations collectives à la fois positives et crédibles.
    En s'appuyant sur la mise en réseau de milieux très divers (entrepreneurs, artistes, ONG, intellectuels, etc.), le Forum articule les idées et les actions dans une perspective de transformation, il vise à structurer des alliances et à libérer les énergies.
    A travers des groupes de réflexion, des soirées de dialogues publiques et des projets d'innovation sociétale, le Forum d'Action Modernités ouvre des Zones d'Initiatives Positives (ZIP) pour favoriser l'interaction entre les idées et l'action.
    Fondation sous l'égide de la Fondation de France, Le Forum d'Action Modernités est une fondation pluri-partenaires aujourd'hui soutenue par GDF-Suez, La Poste, LaSer et Total. Elle est présidée par Philippe Lemoine, et a pour président d'honneur, Edgar Morin.

  • Dans ce livre, Mohammed Bouloudani nous explique l'adolescence sous toutes ses facettes. Si elle est, depuis toujours, un processus physique et mental, complexe mais normal, à l'origine des comportements agressifs et dissociatifs auxquels les adolescents s'adaptent tant bien que mal, elle reste, en revanche, à leurs yeux, injuste et inacceptable. En réalité, c'est plutôt ce statut de mineur que la société des adultes leur octroie, ces assignations à domicile qu'elle leur fait subit en les mettant sous tutelle pendant plusieurs années, les empêchant de grandir socialement et d'accéder au statut des adultes, qu'ils rejettent. Cette attente leur est incompréhensible et demeure, la plupart du temps, à l'origine de toutes leurs violences et souffrances psychologiques.

  • Ado, c'est trop!

    Isabelle Baudry

    Théâtre, littérature, ?uvres artistiques... Obsolètes ! Ça m' saoule les musées! Journaux télévisés, informations, débats... Abscons ! Plus belle la vie : ça c'est de l'info! Il faut se résigner : l'ado est hermétique à toute forme de savoir imposé. Ses connaissances se limitent à celles que les professeurs lui enseignent... et s'évaporent une fois l'évaluation passée. Sa carte du monde est dépeuplée d'histoire et de géographie. Son vocabulaire est vierge d'orthographe et de grammaire. Pour vous, ne pas lire est un crime. Pour elle, la lecture est un châtiment.

  • Ce roman bouleversant, parfois choc, parfois poétique, nous plonge d'emblée dans la vie trépidante de Patricia Durieux, grand reporter au journal Le monde, partie en Haïti dans l'espoir de recueillir des preuves qui lui permettront de révéler un massacre des plus horribles. Face à la détermination farouche de cette femme ambitieuse, se dresse un monde hostile, violent et sanglant, où des individus sont prêts aux pires bassesses pour conserver leurs privilèges et enfoncer davantage la vérité dans les ténèbres.

    On retrouve dans le nouveau roman de Guichard Derac son talent à décrire l'immédiateté des émotions, les douleurs dévastatrices, la violence des sentiments, la psychologie approfondie des personnages. Haïti n'est qu'un décor à cette histoire qui aurait pu se dérouler dans n'importe quel pays et qui jette un regard lucide et sans concession sur la stupidité et la noirceur de la nature humaine, refusant à s'aimer malgré l'évidence de leur future disparition et leur prise de conscience d'être dans un voyage dont la destination finale est la même pour tous.

  • Le plus gros problème qui se pose à l'homme sur terre est de parvenir à trouver le sens réel et profond de sa vie. Pourquoi suis-je là ? Quel est mon rôle ? Des questions parmi tant d'autres, qui se transforment très souvent en révolte ou en colère, lorsque l’on ne fait pas l'effort de comprendre la situation dans laquelle on vit. Il y a tellement de choses à prendre et à apprendre de la vie, que chacun d'entre nous possède le devoir de dévoiler le message qui se cache derrière chaque événement, afin de transmettre son expérience aux générations futures.
    Sois fort et tais-toi offre ici la possibilité au lecteur de s'interroger sur le caractère fondamental de l'existence, avec pour préoccupation principale la construction d'un sens moral capable d'intervenir, et de se révéler essentiel face à n'importe quelle situation.

  • Le déracinement d'un pays, d'un continent, l'exode vers un eldorado incertain qui aboutissent aux difficultés d'intégration, au choc des cultures, sans ignorer la barrière de la langue, donne un cocktail explosif.
    Peut-être que les Noirs sont des Blancs qui sont restés longtemps au soleil ; mais alors, dans ce cas, pourquoi autant de différences dans la mentalité et le comportement ?
    Le désespoir de tout un peuple, lié à la misère d'un continent entier, ne suffit pas à faire évoluer les choses.
    Pourquoi tant de jalousie, d'hypocrisie, de cupidité, que ce soit en amitié, en famille ou en amour ?
    Selon beaucoup de personnes, certains peuples n'auraient pas d'âme à cause de leur couleur de peau. On a tous besoin de croire en quelque chose ou en quelqu'un, pourquoi ne pas croire en nous tout simplement ?

  • Dans un contexte politique divisé sur les questions éthiques et sociales, la laïcité est au coeur de la controverse. Implicitement ou explicitement, chacun s'y réfère. L'importance de cette notion est telle que beaucoup en travestissent, aujourd'hui encore, le sens et l'objet. Si bien que la définition d'une vraie laïcité, enjeu intellectuel et social, reste largement à écrire. Une approche objective et pédagogique jalonnée d'extraits et de citations s'impose donc. La simplicité de l'index de cet opuscule et la modestie de sa dimension en permettront, pour tous, une utilisation aisée. Ce travail de documentation a été rendu possible par le concours éclairé de M. Frédéric Caby, ancien ingénieur au CEA puis à la Défense nationale, et de M. Alain Kapeluche, agrégé de lettres.

  • La famille est une unité sociale qui comprend au moins deux adultes généralement mariés ou vivant ensemble sous le même toit. À ces deux personnes s'ajoutent des enfants issus ou non de leur union. La famille doit viser à obtenir la performance et l'efficacité dans son comportement et dans sa gestion quotidienne afin de demeurer toujours vaillante et plaisante. Pour cela, elle doit observer un certain nombre de règles.

  • Cet essai que nous présentons au public a l'ambition de contribuer à faire connaître la société soninké, sa culture, ses valeurs, son organisation, mais aussi les problèmes, les tensions et les difficultés qu'elle connaît. Le lecteur y trouvera une analyse critique de certaines caractéristiques sociologiques et mentales de cette communauté millénaire. En effet, notre essai propose une discussion des idées et aborde les tares de la société soninké en considérant les dimensions historique, sociale et sociétale, religieuse et même philosophique. Pour accompagner la marche de l'Histoire, la société soninké doit libérer sa mentalité des scories d'un passé mythifié, elle doit évoluer en s'armant d'une bonne intelligence de son temps et de son environnement.

  • La notion de « bloc historique » de GRAMSCI a eu le mérite de mettre en exergue le lien dialectique entre la société civile et la société politique. Celle-ci doit être reconsidérée dans le contexte socio-économique actuel si on veut comprendre les enjeux qui mobilisent les acteurs des mouvements associatifs en Afrique sub-saharienne. Elle expliquerait précisément la position occupée par les intellectuels que nous qualifions de « locaux » dans le processus de production à travers leurs discours, écrits, voire leurs représentations de nature à légitimer ou à dénoncer les actes du pouvoir public et des sociétés privées. Ces derniers tissent des relations solidaires avec les autres catégories socio-professionnelles dont ils sont, ou prétendent être, les représentants.

  • Être amoureux signifie indiscutablement avoir trouvé l'harmonie, le bonheur et l'épanouissement avec un(e) partenaire compatible à vos idéaux, votre vision de la vie, vos objectifs, vos valeurs et vos principes. Vous devez également bannir de votre langage des termes suivants : « Je cherche ma moitié pour me compléter. » Je sais que vous avez comme moi entendu dire que le mariage est l'union de deux moitiés qui ne deviennent qu'une seule chair, autrement dit : 50%+50%=100%. C'est sous-entendre que Dieu nous (les humains) a créés incomplets. Ce mot « incomplet » est synonyme d'inachevé, non abouti.

  • Nous vivons dans un monde complexe, en profonde et rapide mutation. La multiplication des échanges et des contacts entre les peuples et les langues impose l'orientation vers des politiques qui favorisent la promotion du plurilinguisme, rendue plus nécessaire encore par les élargissements successifs de l'Union européenne. Des projets et des études cherchent à trouver des solutions à la problématique linguistique de l'Europe en faveur de la cohabitation harmonieuse de plusieurs nations, peuples et langues qui forment l'Union européenne. Le plurilinguisme, le multilinguisme, ou l'intercompréhension linguistique sont des solutions envisagées pour répondre aux défis soulevés par la coexistence des langues nationales de différents pays qui composent l'Europe.

  • On explique avec des idées très originales ce qu'est la latéralité, la différence de sortes d'intelligence entre hommes et femmes, les conséquences de l'acceptation ou de l'inversion de la latéralité de naissance, la cause de l'hétérosexualité et de l'homosexualité et la raison simple du bégaiement et du bafouillage.
    En écrivant, tout s'est éclairci soudain.
    Deux tests indispensables permettent de déceler la latéralité de naissance (qui n'est pas plus choisie que le sexe).

  • Écrivaine algérienne de langue française, Maïssa Bey est une femme qui écrit sur les femmes. Contrairement à d'autres écrivains comme Mouloud Feraoun, elle dépeint la condition féminine explicitement et avec vraisemblance, à travers des thèmes récurrents : femme libre, femme rebelle, femme amoureuse... Elle s'intéresse ainsi au côté abstrait, à l'âme de la femme et notamment à tout ce qui engendre sa détresse. Par ses mots, elle compatit à la douleur de ses personnages féminins, brisant les silences et les interdits, tout en projetant certains fragments autobiographiques en eux. Grâce à divers procédés, l'auteur tente dans cette étude de décrire l'image de la femme à travers les mots d'une femme, en cherchant le quoi, le comment et le pourquoi.

empty