À propos

Son rapport très intuitif et physique aux lieux immerge le spectateur dans un univers qui emprunte à la fois au monde du cinéma et à celui de la peinture. « Une bonne photo est une photo qui dit beaucoup de choses sur le lieu et le moment où elle a été faite », précise le photographe. L'espace donc - sa complexité, la perception que nous en avons, sa plasticité - est à l'égal de la couleur une composante majeure des images de Gruyaert, comme si la dualité entre couleur et spatialité - sujet majeur des beaux-arts des siècles précédents - se dissolvait pour au final créer une oeuvre où seul importe le plaisir de l'immersion.

Basculer dans l'image, dissoudre les frontières entre espaces extérieur et intérieur, monde clos ou au contraire ouvert sur l'ailleurs : Between Worlds offre une immersion sensorielle. Peu importe les lieux (boutiques, gares, cafés, métros, chambres d'hôtel, malls...), les pays (Europe, Moyen-Orient, Asie, États-Unis, Afrique...), l'époque (des années 1970 à aujourd'hui), le photographe déploie ici l'essence même de son écriture visuelle : une alchimie lumineuse dans un temps suspendu. Où sommes-nous ? Peu importe, seul règne le délice de se perdre. Au fil d'un editing réalisé comme un « carottage » dans ses archives, Harry Gruyaert montre qu'au-delà du merveilleux coloriste qu'il est, ses images, avec leurs jeux de transparences et de mise en abyme, racontent aussi l'illusion du monde.



Rayons : Arts et spectacles > Arts de l'image > Photographie

  • EAN

    9782365113359

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    144 Pages

  • Longueur

    29.7 cm

  • Largeur

    24 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    1 184 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Harry Gruyaert

Photographe de l'agence Magnum, Harry Gruyaert remporte, en 1976, le prix Kodak pour sa première série sur le Maroc, qui sera publiée en 1990. Ses images, loin de tout exotisme stéréotypé, plongent le spectateur dans des atmosphères aux subtiles variations chromatiques.
Depuis le début des années 1970, Harry Gruyaert parcourt le monde, de l'Inde à l'Égypte en passant par le Japon, fasciné par la puissance des couleurs. Son travail est régulièrement exposé dans de grandes institutions, notamment à la Maison européenne de la photographie, à Paris (2015) ou encore au FotoMuseum d'Anvers (2018). Il a précédemment publié avec l'Atelier EXB Roots (2018) et India (2020).

David Campany

  • Pays : Royaume Uni
  • Langue : Anglais

Critique et commissaire indépendant basé à New York où il enseigne, David Campany a publié de nombreux essais sur l'histoire de la photographie, ainsi que des ouvrages majeurs sur le sujet tels que The Open Road: Photography and the American road trip (2014) ou ICP Concerned: Global Images for Global Crisis (2021). En France, il a été notamment commissaire des expositions Walker Evans aux Rencontres d'Arles (2015), et Alex Majoli (2019) et Dust - Histoires de poussière d'après Man Ray et Marcel Duchamp (2016) au Bal.

empty