Marseille, ville du monde ; l'internationalisation d'une métropole morcelée (préface André Donzel)

À propos

Dans un contexte d'intensification de la compétition internationale des territoires, les villes rivalisent de stratégies pour accroître leur rayonnement et améliorer leur attractivité. Marseille ne déroge pas à la règle. Ce livre analyse les politiques internationales qui visent à promouvoir une nouvelle image de Marseille, accueillante pour les investisseurs, les touristes ou les organisateurs d'événements culturels ou sportifs.

Quelles sont les facettes de Marseille mises en avant pour projeter la ville et son territoire au-delà des frontières locales et nationales ? Quels liens la municipalité tisse-t-elle avec ses homologues étrangères ? Comment la Région promeut-elle ses intérêts auprès de Bruxelles et parvient-elle à décrocher des fonds européens ? Quel est l'enjeu d'accueillir à Marseille une antenne de la Banque Mondiale ? Quels sont les effets d'une candidature à un événement international sur les recompositions des pouvoirs urbains ?
Le livre répond à ces questions et analyse les conditions de possibilité de l'internationalisation de Marseille, métropole morcelée.



Sommaire

PRÉFACE (par André Donzel).
PROLOGUE.
Qu'est-ce que l'internationalisation d'une ville ?
Récits d'action publique et fragmentation des pouvoirs urbains.
Au-delà de la marseillologie.
Les terrains de l'internationalisation de Marseille.

CHAPITRE 1 : MYTHES ET PSEUDO-HISTOIRE D'UNE VILLE DU MONDE.
1. Une ville à « histoires ».
La fondation mythologique : l'alliance du marin étranger et de la princesse paysanne.
La mémoire de l'indépendance : la fronde comme ressource d'une souveraineté fantasmée.
Marseille au xxe siècle : chronique politique et pseudo-histoire immédiate.
2. L'immigration, une ressource ambivalente de l'internationalisation de Marseille.
Une histoire des « migrances ».
« La légitimité de l'immigration ».
Invention et instrumentalisation des « communautés » ?
3. Le port et ses transformations, un observatoire de l'évolution de Marseille dans l'économie mondiale.
Grandeur et décadence du système industrialo-portuaire.
Le tournant croisiériste.
Les enjeux de la reconversion du port dans le cas de la transformation du J1.
4. Les conditions de fabrication d'un « objet d'expertise ».
Idées, discours et récits d'action publique.
Marseille en Méditerranée : heurts et malheurs du récit méditerranéen.
Stratégies d'experts ou rationalisation rhétorique ?
Conclusion : L'internationalisation d'une ville précédant l'action publique locale internationale.

CHAPITRE 2 : TISSER DES AMITIÉS TRANSNATIONALES ET CONQUÉRIR DES MARCHÉS INTERNATIONAUX : LES POLITIQUES DE LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE.
1. L'organisation des coopérations décentralisées au sein des collectivités locales du territoire.
La coopération décentralisée de la ville de Marseille : convertir les jumelages en coopération technique.
La coopération décentralisée du Conseil général des Bouches-du-Rhône : s'appuyer sur les ressources des associations locales.
La coopération décentralisée du Conseil régional PACA : promouvoir un altermondialisme institutionnel de la Méditerranée à l'Amérique du Sud.
2. Le Conseil international de la ville de Marseille : une coopération sans coordination.
Le CIVM dans le paysage institutionnel de l'internationalisation du territoire.
Le CIVM et la coopération sino-marseillaise : indice du renouvellement de la coopération décentralisée.
Fragmentation politique et coopération institutionnelle : gouverner les luttes d'institution.
3. La coopération décentralisée contre l'État ?
L'évolution du cadre légal de la coopération décentralisée.
La gestion à distance de la coopération décentralisée.
La coopération décentralisée, une politique étrangère dissidente ?
4. L'européanisation de la coopération décentralisée : nouveau guichet, nouvel espace d'action.
L'Union européenne et le financement de la coopération décentralisée française.
L'apprentissage municipal des procédures communautaires : le cas des premières générations des programmes MED.
L'apprentissage régional des procédures communautaires : de la Politique Régionale de l'UE à la Politique de Voisinage.
Conclusion : La coopération décentralisée, de la transformation de la politique étrangère aux recompositions de la gouvernance urbaine.

CHAPITRE 3 : PORTER LA VOIX ET DÉFENDRE LES INTÉRÊTS RÉGIONAUX À BRUXELLES : LA POLITIQUE EUROPÉENNE ET LA DIPLOMATIE DÉCENTRALISÉE DE LA RÉGION PACA.
1. Les effets ambivalents de la mise en récit politique de la Méditerranée : la conversion délicate d'une croyance en action.
Aux origines de la « Méditerranée » comme stratégie internationale de la Région : « l'idéologie militante » de Michel Vauzelle Le discours méditerranéen, l'échec d'une « idéologie militante » ?
Les points d'accès au système politique européen de la Région PACA.
2. La formalisation stratégique de la diplomatie décentralisée : normes d'action publique et réseaux internationaux.
Les cadres normatifs de l'internationalisation de la Région PACA : la Stratégie internationale et le Plan d'Action pour la Méditerranée.
Les réseaux d'expertise au service de l'internationalisation de la Région PACA.
Le combat pour une macro-région méditerranéenne.
3. Portée et limites des ambitions de la diplomatie décentralisée : le cas de l'insertion de la ville et de la région dans l'Union pour la Méditerranée.
La lente intégration des autorités locales et régionales à la coopération euro-méditerranéenne.
Entre marginalisation et appropriation des circuits du partenariat euroméditerranéen : de la Politique Régionale au Processus de Barcelone (1995-2005).
La logique projet de l'Union pour la Méditerranée et l'échec de la territorialisation de la coopération euro-méditerranéenne (2008-2015).
4. Face à l'échec, une relance de la diplomatie décentralisée de la Région PACA ?
La « Nouvelle stratégie internationale » de la Région et ses controverses politiques.
L'Agence régionale de l'innovation et de l'internationalisation des entreprises.
Les velléités d'invention d'un soft-power régional : le destin contrarié de la Villa Méditerranée.
Conclusion : De la régionalisation des politiques européennes à l'européanisation des politiques régionales.

CHAPITRE 4 : PROMOUVOIR LE TERRITOIRE ET ROMPRE AVEC LA MAUVAISE RÉPUTATION :
LES POLITIQUES D'ATTRACTIVITÉ.
1. Les impasses du marketing territorial marseillais.
L'urgence du marketing territorial dans un territoire en crise d'attractivité.
La complexité du paysage institutionnel de la promotion du territoire marseillais.
« Marseille on the move », « Ma ville accélère », « Si vous saviez... » : une dispersion des initiatives.
2. À l'origine, des politiques de décentralisation d'organismes publics.
L'éphémère alliance Lyon-Marseille : un accord géopolitique inter-urbain.
Le précédent UbiFrance : des transferts de compétences à la rupture.
Entre prospective internationale et promotion territoriale, le cas de l'implantation de l'IRD à Marseille.
3. L'attractivité, « ce n'est pas que du marketing ». La trajectoire de l'antenne marseillaise de la Banque mondiale.
La Banque mondiale à Marseille et la « coopération multilatérale ».
La transformation de l'Agence KNA-MENA en CMIM : les enjeux locaux de la survie d'une institution internationale.
L'internationalisation des villes, un champ de concurrences et un enjeu de luttes d'institutions : la création de l'AViTeM.
4. La constitution d'une « plateforme territoriale d'ingénierie économique » ? La Semaine économique de la Méditerranée.
La naissance de la Semaine économie de la Méditerranée : mutualisation organisationnelle et centralité internationale.
La Semaine économique de la Méditerranée comme enceinte d'invention de l'ambition stratégique.
Lieu, entente institutionnelle et collaboration public-privé : la triple unité de la Semaine économique de la Méditerranée.
Conclusion : Retour sur les politiques marseillaises d'attractivité territoriale et la recherche d'une « centralité » internationale.

CHAPITRE 5 : GAGNER ET GÉRER DES RÉCOMPENSES TERRITORIALES : LES TROPHÉES DE L'INTERNATIONALISATION DES VILLES.
1. Marseille-Provence 2013 : les enjeux multi-scalaires d'une opération économico-culturelle.
Crise d'attractivité et reclassement de la culture dans les travaux du Club Ambition Top 20.
Crise métropolitaine et construction du périmètre de Marseille-Provence.
Crise euro-méditerranéenne et promotion de la « capitale de la Méditerranée ».
2. Gouvernance et urbaine et opération culturelle : l'injonction du « jouer collectif » et ses limites.
La mise sur l'agenda politique et les ressources politiques de la mobilisation.
Le verrouillage du processus décisionnel et l'injonction du « jouer collectif ».
Les failles du « jouer collectif » et la politisation de l'internationalisation de la ville.
3. La candidature d'Aix-Marseille au label French Tech : la « régulation compétitive de la coopération ».
Les politiques territoriales d'innovation et d'économie numérique à Aix-Marseille.
De la « guerre des quartiers numériques » à la réconciliation institutionnelle.
Le tabou métropolitain et l'équilibre territorial.
4. Gouverner par les labels territoriaux et l'internationalisation des villes.
Les lieux et les acteurs du pilotage de la candidature.
Sous le regard de l'État : État local et co-construction.
Le label French Tech au service de l'internationalisation du territoire.
Conclusion : les trophées territoriaux, une ressource de distinction dans la compétition internationale des villes.

CONCLUSION.
Les luttes d'institution sous l'injonction de la coopération.
La régulation privée-publique de l'internationalisation des villes.
Les crises du récit politique.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire du monde > Histoire de France > PACA

Rayons : Sciences humaines & sociales > Géographie > Géographie humaine > Géographie sociale

  • EAN

    9782811118839

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    316 Pages

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    16 cm

  • Poids

    509 g

  • Distributeur

    Karthala

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty