Sous le soleil de satan
Sous le soleil de satan

Sous le soleil de satan

À propos

Le premier roman de Georges Bernanos est divisé en trois épisodes :
- L'introduction, Histoire de Mouchette, met en scène une fille fière et impulsive qui soupçonne en elle-même la présence de Satan. Elle tue l'homme qui l'a séduite et se heurte à la lâcheté d'un autre séducteur, le député Gallet. Une crise de démence furieuse terrasse la malheureuse qu'on doit interner quelque temps.
- La première partie, La Tentation du désespoir, met en scène l'abbé Donissan qui, doutant de sa vocation, se retrouve aux prises avec les ruses, les déguisements, les avances directes et parfois même les menaces du diable. L'abbé rencontre Mouchette errant dans la campagne et lit avec pitié dans son passé. Il croit voir Dieu écrit dans son coeur, mais la rebelle choisit Satan et se suicide. L'agonisante réclamant Dieu, il l'arrache aux mains paternelles et la porte, tout ensanglantée, au pied de l'autel. Ce scandale vaut à l'abbé Donissan cinq ans de réclusion dans une trappe, après quoi il est nommé curé de Lumbres.
- La deuxième partie, Le Saint de Lumbres, nous le montre vieillissant, toujours humble et angoissé. Il croit un jour répondre à un appel de Dieu en essayant de ressusciter un enfant mort, mais un éclat de rire affreux lui révèle que Satan lui infligeait, par ce détour, la tentation de l'orgueil. L'enfant ne ressuscite pas, sa mère devient folle et l'abbé Donissan éprouve, dans son égarement, les premières atteintes d'une angine de poitrine. Il sera découvert dans son confessionnel, mort debout, par un Académicien en visite, lequel est sans nul doute un portrait caricatural d'Anatole France.
Sous le soleil de Satan a été porté à l'écran par Maurice Pialat, avec notamment pour interprètes Gérard Depardieu, Sandrine Bonnaire, Alain Artur et Maurice Pialat lui-même. Le film a remporté la Palme d'or au Festival de Cannes 1987, non sans provoquer un sérieux scandale : « Si vous ne m'aimez pas, je peux vous dire que je ne vous aime pas non plus », avait-il lancé alors qu'il était sifflé par une partie du public lors de la remise du prix.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782859207502

  • Disponibilité

    Indisponible

  • Nombre de pages

    333 Pages

  • Longueur

    21.5 cm

  • Largeur

    13.8 cm

  • Épaisseur

    2.7 cm

  • Poids

    442 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Georges Bernanos

Georges BERNANOS (1888-1948), homme de foi et de passion, chrétien
de combat et solidaire des pauvres, anticonformiste et polémiste, débute
dans le journalisme en collaborant à L'Action Française. Il rompt
toutefois avec Maurras dès 1932, allant jusqu'à critiquer âprement
nombre de principes qu'il avait jusque-là défendu et se rapprochant
entre autres de Mauriac et Malraux. À son retour des tranchées en
1918, il devient inspecteur d'assurances. Son premier roman, Sous le
soleil de Satan, publié le 18 mars 1926 (il a alors 38 ans), remporte un
succès considérable qui le convainc de se consacrer exclusivement à
l'écriture. S'attaquant au conformisme bourgeois au nom de ses
convictions catholiques, s'affirmant " ni de gauche ni de droite " et ne
se rangeant dans aucun parti, le romancier du " réalisme surnaturel " et
des conflits intérieurs est surtout l'ennemi de toutes les veuleries qui
diminuent l'homme et de toutes les tyrannies qui l'écrasent. Bernanos
s'installe aux Baléares en 1934, où il écrit son second chef-d'oeuvre,
Journal d'un curé de campagne. Lorsque éclate la guerre civile espagnole,
écrivain témoin de son temps, il ne tarde pas à prendre le parti
des victimes dans le violent pamphlet antifranquiste Les Grands
Cimetières sous la lune (1938), pourfendant avec véhémence la compromission
du clergé. Face à la montée des fascismes, il quitte ensuite
l'Europe pour s'installer au Paraguay (un rêve d'enfance), puis au
Brésil, où il entreprend l'élevage de buffles. Il y passera la guerre en
défendant sans cesse la cause de son pays déchiré et devenant l'un des
plus grands animateurs spirituels de la Résistance française. En juillet
1945, Bernanos rentre en France où il meurt trois ans plus tard. Son
oeuvre romanesque est constamment rééditée.

empty